Souffle Chaud

1 abonnés
S'abonner
Souffle Chaud est un podcast qui célèbre l'Art dans sa forme la plus inclusive en donnant la parole aux créatifs contemporains. Au cours de discussions informelles, parfois drôles, parfois touchantes, Valentin essaye de comprendre la diversité du processus de création. Au-delà du jeu de questions-réponses, c'est un dialogue sincère et décomplexé qui s'installe, évoquant notamment le parcours, les inspirations et les aspirations de ces personnalités hors du commun. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

42 épisodes

4 février 2022
Quand on parle de traversée, on imagine tout de suite une série de rondades calibrées sur une poutre de gymnase, une odyssée mouvementée aux côtés d'Ulysse et son équipage, un tigre apeuré qui s'apprête à sauter à travers un cerceau enflammé. Mais parfois, la traversée se fait à pas de loup, sur la pointe des pieds, voire même à rebrousse-poil si on envisage de reculer pour mieux sauter. Sans grande prise de risque, on pourrait même affirmer que tout est une traversée : la première dent, le dernier cheveu, la trace de l'oreiller, la flèche qui atteint sa cible, le baisser de rideau. Dans cette série d'épisodes, 18 auteurs racontent de manière poétique leurs propres traversées. Tour à tour, ils invitent l'auditeur à les suivre dans ces déambulations physiques et psychiques, jusqu'à perdre pied. La troisième et dernière partie met en scène les textes de :Élise (@eclipse.totale) à 2:03Louise (@louisedebrabant) à 2:58Charlène (@lavraieandree) à 5:47Arthur (@guzbehr) à 7:08Célia (@cest_li_arts) à 8:10Marie (@lejardindhysope) à 13:10Merci à Adeline (@jecrissurinternet) pour cette chouette collaboration. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

28 janvier 2022
Quand on parle de traversée, on imagine tout de suite un road trip sur les côtes italiennes à bord d'une Lamborghini tunée, un baptême de l’air en soucoupe volante ou bien la remontée du Styx en dos crawlé. Mais parfois la traversée se veut lente, voire immobile si on envisage le rêve comme propulseur. Et dans l'absolu, tout peut être une traversée : avaler la fève, sauter à pieds joints dans le pédiluve, enfiler les bottes de sept lieues, croquer dans un chocolat sans savoir s'il est fourré à la liqueur.Dans cette série d'épisodes, 18 auteurs racontent de manière poétique leurs propres traversées. Tour à tour, ils invitent l'auditeur à les suivre dans ces déambulations physiques et psychiques, jusqu'à perdre pied.La deuxième partie met en scène les textes de :Eniah (@eniahpoesie) à 3:00Stéphane (@source_qui_court_sous_tes_pas) à 3:54Emma (@alma.ledemom) à 6:46Amalia (@amaliatamise) à 7:51Camille (@cmllrz) à 9:49Edusha (@edusha) à 11:13Merci à Adeline (@jecrissurinternet) pour cette chouette collaboration. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

21 janvier 2022
Quand on parle de traversée, on imagine tout de suite une vaste épopée à dos de grizzly dans les plaines du Massachusetts, un tour du globe en un claquement de phalanges ou bien un moonwalk désarticulé sur le pont d'Avignon. Mais parfois, la traversée ne correspond qu'à un pas. Voire pas de pas du tout si l'on parle d'un mouvement de l'esprit. Et dans l'absolu, tout peut être une traversée : le fou qui prend le roi, la baguette sous le bras le dimanche matin, trois bises au lieu de deux, la vie qui défile devant les yeux.Dans cette série d'épisodes, 18 auteurs racontent de manière poétique leurs propres traversées. Tour à tour, ils invitent l'auditeur à les suivre dans ces déambulations physiques et psychiques, jusqu'à perdre pied. La première partie met en scène les textes de :Ettore (@esk_hape) à 3:52Eva (@evagoudard.art) à 5:49Laura (@laura_dans_lair) à 8:27Kévin (@kevinfromont) à 11:30Robin (@robdboi) à 13:20Myriam (@oh_myriam) à 16:55Merci à Adeline (@jecrissurinternet) pour cette chouette collaboration. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

11 juin 2021 - 00:41:55
"Tout est énergie", c'est l'une des phrases prononcées par Lauren Lé, mon invitée du jour, lors de notre conversation. Dit comme ça, hors-contexte, à la fraîche, ça peut paraître anodin, peut-être même insignifiant. Pourtant, depuis que j’ai absorbé cette formule, c'est le Cirque du Soleil dans ma tête. Il y a une effervescence folle qui ne trouve pas de dompteur. C'est fou à quel point trois mots peuvent faire du bruit. J'ai beau essayer de les faire taire, ils reviennent toujours plus forts après chaque sommation, fièrement perchés sur des échasses, un mégaphone à la main, et crient en boucle : "TOUT EST ÉNERGIE". En y repensant de plus près, ce n'est pas si étonnant que ce mantra résonne en moi à ce point. Qu'est-ce que le Souffle Chaud si ce n'est de l'énergie brute et viscérale, des fragments de corps et de cœurs ? Quand on parle d'énergie, on parle également d'ondes, de vibrations, de pensées positives. C'est de cette manière qu'on peut logiquement appréhender le feu créatif comme un remède aux propriétés apaisantes, voire curatives. Un des aspects du travail de Lauren consiste à s'appuyer sur le côté émancipateur de l'énergie créative. L’acte de création, au-delà du geste parfait ou de la prouesse technique, devient alors un baudrier, un filet de sécurité, un flacon de Mercurochrome.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

21 mai 2021 - 00:38:26
C'est fou comme la chambre d'un individu est représentative de son être, de sa substance, de sa moelle, et ce, au micron près. Un microscope de l'âme qui en dit autant, voire plus, qu'un test ADN. Montre-moi ta chambre et je te dirai qui tu es. Sanctuaire, laboratoire, fenêtre sur le monde, cellule ou cercueil, la chambre est un terrain de jeu enveloppant comme la couche de caramel autour d'une pomme d'amour. Mais alors, que se passe-t-il lorsqu'on brise cette carapace d'un coup d'incisives ou de canines ?  Le groupe que je reçois aujourd'hui est né d'une promesse scellée entre les murs d'une chambre boulevard de Magenta. C'est dans cette alcôve à l'abri des regards que tout a commencé et que les idées sont progressivement devenues des notes, des beats et des refrains. Il n’est pourtant pas question ici de musique de chambre. Magenta c’est une couleur électronique qui mêle rythmes pour taper du pied et paroles taillées au papier de verre. Tu m'en diras des nouvelles ! Morceaux dans l'ordre d'apparition : 1. Fatigué - Magenta 2. Monogramme - Magenta 3. Long Feu - Magenta 4. Assez ? - Magenta 5. Avec toi (feat. Lola Le Lann) - Magenta 6. Tom Tom Club - Magenta 7. Faux - Magenta 8. Boum Bap - Magenta 9. Honda Wave - Magenta  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

7 mai 2021 - 00:40:00
La vie c'est comme une pile de fringues, il y a des hauts et des bas, des matières qui brillent et d'autres qui grattent, des pièces qu'on sort pour les grandes occasions et des classiques qui nous accompagnent au quotidien. Il y a ces vêtements qu'on abandonne en boule dans un coin, usés à force de les mettre, et ceux qu'on garde religieusement sur un cintre, dans leur housse d'origine, de peur de les abîmer. Et puis parfois, on a ce besoin viscéral de se foutre à poil, de faire tapis, de tout envoyer balader, de dire adieu à ces secondes peaux, à ces armures, à ces masques. Que ressort-il de ce nudisme intellectuel, de cet effeuillage cérébral ? C’est ce que nous allons voir avec mon invitée du jour : Julie Brunet, aussi connue sous le nom de Datacitron. Data designer le jour, chasseuse de vampires la nuit, rien ne lui résiste. Pourtant, sous ses airs de machine de guerre, Julie dissimule une phobie des plus étranges, celle des galeries d’art contemporain. Dans cet épisode, nous tentons donc de dépasser cette peur, ensemble, main dans la main. J’emmène Julie à la découverte d’un monde que je connais bien, je la pistonne pour se faire une place dans ce cercle fermé. Pour découvrir et suivre le travail de Julie, rdv sur son compte Instagram : @datacitron.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

16 avril 2021 - 00:28:30
Tu la vois cette soirée sur laquelle tu n'as pas vraiment envie de parier ? Ce projet de fête au sein duquel tu ne sembles pas avoir ta place, où tu ne connais personne et qui, sur le papier, ne te fait pas rêver ? C'est le genre de rassemblements auxquels tu vas à reculons, persuadé que c’est un traquenard, uniquement parce qu’un de tes potes a insisté lourdement. Sur place, les invités sont tous plus étranges les uns que les autres. Tu te demandes ce que tu fais là. Et pourtant, contre toute attente, c’est la meilleure soirée de ta vie. Enzo Certa, mon invité du jour, gère très bien cet équilibre entre l’attendu et l'inattendu, le prévisible et l’imprévisible. Chaque tableau d’Enzo est une pièce à part dans laquelle se déroule une contre-soirée bien arrosée. Chaque histoire réserve son propre lot de mésaventures, de quiproquos et de péripéties. Quant aux trublions qui les peuplent, difficile de leur coller une étiquette sur le dos tant ils sont inclassables. Sur les toiles tendues, c’est le cabaret des oiseaux de passage, la cour des miraculés, une orgie d’âmes en peine. Pourtant, là aussi, contre toute attente, la fête bat son plein, sans accroc. PS : L'œuvre dont nous parlons pendant l’épisode est à retrouver sur mon compte instagram (@souffle_chaud) ou sur le site du podcast (www.soufflechaud.com).  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

2 avril 2021 - 00:35:30
Comprendre une œuvre d’art contemporain s’apparente parfois à un défi, à un parcours du combattant, voire à un affrontement. Soit on accepte la conceptualité sans se poser de questions, quitte à se prendre un raz-de-marée de plein fouet, soit on essaye de déchiffrer l’ensemble, coûte que coûte, afin d’éviter de se noyer. Mais alors, que se passe-t-il quand on boit la tasse ? Est-ce facile de remonter à la surface sans être frustré ? Minimalisme, abstraction absolue, références obscures, discours prépondérants, sensationnalisme : il y en a des pépins dans la clémentine de l’art contemporain. D'ailleurs, si certains ne voient pas d’inconvénients à les avaler, d’autres ont tendance à les recracher sans la moindre hésitation. C’est là que Clara Herraiz, mon invitée du jour, intervient. Avec elle, l’art contemporain c’est simple et efficace, ça coule de source, ça se mange comme du pop-corn devant un bon film. Influenceuse, Clara prouve quotidiennement à sa communauté de fidèles que l’art contemporain est accessible, loin de l’étiquette intello, élitiste et caricaturale qui lui colle aux baskets. Contenus ludiques et divertissants, ton décalé et proximité semblent être la recette miracle de cette virtuose des réseaux sociaux.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

19 mars 2021 - 00:06:24
Qui est arrivé en premier : ma coquille vide ou bien moi ? Si l’histoire raconte que c’est l'œuf qui précède la poule, dans mon cas, je n’arrive pas à statuer sur la chronologie des évènements. Il semblerait que l’angoisse fasse partie de moi, que mes écailles en soient recouvertes. Peut-être suis-je un croque-madame, les muscles en tranches de jambon, les os en gruyère AOP, les cheveux en pain de mie et le cœur mollet. Je suis un plat de résistance, sans doute un plat de résilience.  Cet épisode est une ode printanière à la résurrection, c’est l'origin story d'un phœnix docile, un conte pour adultes qui se savoure les chevilles caressées par un bouquet d'orties. Du haut de mon for intérieur, face au miroir grossissant de la honte, je me scrute, m’épluche et me ratisse pour mieux comprendre le sentiment d’amour-haine que j’éprouve vis-à-vis de moi-même. Me voilà en route pour la cueillette des narcisses, prêt à arracher les pétales pour conjurer le mauvais sort. Je m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, plus que tout.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

5 mars 2021 - 00:19:54
J’avais comme une envie de flâner au Palais de Tokyo dans mes habits de lumière et puis je me suis rappelé que les musées étaient inaccessibles en ce moment. Histoire de provoquer l’univers, j’ai préparé cet épisode : une déclaration d’amour à l’expérience de visite physique (un appel à l’aide ?). Puis l’univers m’a répondu, accompagné de son plus beau mouvement de majeur, en me balançant au visage une flopée d’invitations à des expositions en ligne. Je rêvais de Pétrus et on m’abreuvait de Villageoise. Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ? Alors je me suis demandé pourquoi le manque était si fort et surtout pourquoi les options virtuelles qu’on nous propose peuvent parfois sembler faiblardes. Qu’est-ce qui fait que la rencontre avec une œuvre dans la “vraie vie”, n’a pas d’égal dans un environnement digital ? À quel moment le virtuel peut-il se justifier et sous quelles conditions peut-il se légitimer ? Pour mener à bien ce débat interne, j’ai activé mon mode “penseur de Rodin” et décidé de tout miser sur cette comparaison réel VS virtuel. Questions bonus : l’expression “vraie vie” fait peu à peu son nid dans le langage courant. Est-ce que cela veut dire qu’il en existe une fausse ? Et si la vraie vie est une chienne, est-ce que la fausse est un Balloon Dog de Jeff Koons ? Vous avez 4H.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

4 décembre 2020 - 00:04:28
Attrape ce coquillage et colle-le à ton oreille : ce n’est pas l’écho de la mer que tu entends au loin, c’est le chant entêtant de l’émancipation sentimentale. Mettre les voiles, se prendre pour un corsaire et trancher la gorge de la dépendance affective du bout de son sabre : c’est un long processus que de se libérer de l’autre. Qui est cet amour dont tout le monde parle ? Doit-on parler d’Amour comme on parle d’Art ? Le pouvoir incisif de la majuscule. Cet épisode, c’est une histoire d’ascension, d’envol, de libération. L'itinéraire croissant d’une boule de papier froissé, d’un garçon chiffon en armure d’aluminium. C’est un combat progressif contre l’emprise et l’enracinement, une ode aux cœurs mous mais résilients. Alors ne t’étonne pas si ça sent le baume du tigre, c’est que le charme opère, que le palpitant s’apaise.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

18 décembre 2020 - 00:30:22
Des jouets d’une autre époque, quelques marionnettes attentives et d’immenses masques en papier mâché : voici ce que l’on trouve sur les étagères de Camille Bertagna. Si on cherche bien, on peut même trouver de la poussière de fée cachée derrière un livre, de quoi retomber en enfance le temps d’un instant. Il serait pourtant trompeur de penser que Camille en a besoin; l’enfance est un monde qu’elle n’a pas quitté et qui ne la quittera jamais. Si cette forme assumée de naïveté imprègne les dessins de l’artiste et se traduit notamment par des traits volontairement maladroits, son univers est loin d’être le monde des Bisounours. L’attitude sereine et la mine communément joyeuse de ses personnages contrastent avec les situations épineuses qu’ils s’apprêtent à vivre. De cette manière, la menace n'est ni tangible ni visible, mais suggérée, sous-entendue. C’est sur le fil du rasoir que nous invite Camille, juste avant que tout bascule.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

20 novembre 2020 - 00:26:46
Cet épisode c’est la couverture en patchwork de tatie Jacqueline : un mélange perturbant de motifs criards qui, mis bout à bout, forment un ensemble qui tient chaud. C’est une crêpe chorizo-reblochon-œuf-maïs qu’on picore à 3h du matin surpris par une petite fringale : un plaisir coupable plus gourmand que cohérent. Si tu cherches à tout prix un sens à ce qui va suivre, sème des cailloux pour te repérer car c’est un dédale qui t’attend.  “Quoi que l’on dise on restera solo” comme dirait Lous and the Yakuza. C’est un peu le mood de cet épisode. J’ai profité d’être “coupé du monde” pour m’emparer du micro et réfléchir à voix haute, pour enchaîner les questions existentielles et les raisonnements absurdes. Cet épisode c’est un gloubi-boulga d’émotions contradictoires saupoudré d’autodérision. Comme à mon habitude, je pars d’expériences personnelles et je déroule le fil jusqu’à tisser une toile dans laquelle je me sens bien. Le confinement me transforme en araignée.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

6 novembre 2020 - 00:33:18
Dans ce nouvel épisode, je te présente Bruno Gadenne, un peintre pas comme les autres. Son terrain de jeu ? Les paysages luxuriants qu’il croise lors de ses périples immersifs en pleine nature. Sac de couchage, carnet de croquis et pinceaux, c’est avec cet attirail d’artiste-aventurier que tout commence. Mais avant de se lancer dans la peinture, Bruno réalise un travail minutieux d’archivage photographique du territoire. C’est cette collection d’images vertes qui lui servira à réaliser ses toiles une fois revenu en France. À défaut de pouvoir sortir de chez soi en ce moment, je te propose de voyager par procuration grâce aux mots de Bruno. Si cet épisode était dispo en réalité virtuelle, tu aurais la chance de te promener dans la jungle, accompagné.e de serpents et de singes hurleurs, une boussole dans la main gauche et une machette dans la main droite. Alors qu’est-ce que tu attends pour te téléporter ? Appuie sur play pour réserver un aller simple destination ailleurs.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

23 octobre 2020 - 00:26:44
"Si tu aimes écrire, entamer des relations épistolaires, te questionner sur le sens de la vie et partir en introspection, j'ai le projet qu'il te faut !". C'est avec cette phrase d'accroche postée sur Instagram en mai dernier que cet épisode a commencé. Inspiré par un projet d'écriture de l'artiste Lee Mingwei, j'ai lancé un appel à participation pour convaincre des artistes de s'écrire une lettre, à eux-mêmes. Se dire tu, s'interroger, croiser miroir et mine de crayon : engager un dialogue avec la petite voix qui habite dans sa propre tête. Si le point de départ était le même pour les cinq personnalités créatives qui se sont lancées dans l’aventure, à l’arrivée, chaque lettre se révèle unique. Cet épisode est conçu comme une superposition de trajectoires personnelles, un enchaînement de monologues ouverts et intimes. Et toi, qu’est-ce que tu aurais envie de te dire si tu en avais l’occasion ?  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

9 octobre 2020 - 00:35:32
J'en rencontre souvent des personnalités inspirantes, mais des personnages comme Anne-Sophie Velly, je n'en croise pas tous les jours (encore moins accompagnés d'un adorable corgi). Si l'expression consacrée affirme que la curiosité a mené le chat à sa perte, c'est bien cette notion qui anime notre artiste touche-à-tout. Pour faire simple, le quotidien d'Anne-Sophie c'est mille vies en une, des poêles sur tous les fourneaux, aucun œuf dans le même panier. Anne-Sophie est partout à la fois, multipliant les projets artistiques, les rencontres et les expériences insolites, le tout, sans don d'ubiquité. On pourrait sans doute croire qu'elle passe du coq à l'âne, qu'elle sautille, qu'elle papillonne mais c'est tout le contraire. Anne-Sophie s'émiette pour mieux rassembler, créer du lien et des espaces d'expression créatifs et bienveillants. Je te laisse avec cette rencontre passionnante, c'est du sirop pour les oreilles.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

25 septembre 2020 - 00:05:25
La vie c’est un peu comme une toupie : on tourne vite en rond et si on ne se donne pas un petit coup de jus, on finit par tomber. Tu me connais, je suis une Beyblade, j’ai besoin de vitesse, de prises de risques, de challenges et de nouveaux départs. C’est pour cette raison que j’ai proposé à Jordan (alias @blocnotes_) de matérialiser notre collaboration instagrammable en capsules sonores. Pour chaque épisode en sa compagnie, nous partirons d’une phrase, d’une pensée fugace, et nous extrapolerons en partageant un morceau de nous. On s’amusera à créer des histoires autour de mots, de maux et tout ce qui se trouve entre les deux. Alors bienvenue dans notre monde poétique et immersif où les émotions s’étirent comme des malabars citron-fraise.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

11 septembre 2020 - 00:38:06
“Où je vais les arcs-en-ciel coulent sur les bras”. Au-delà du fait que ces paroles de Yelle rayonnent de poésie, je trouve qu’elles collent parfaitement avec l’univers de l’artiste que j’ai rencontrée dans cet épisode. Des couleurs vives, des formes géométriques et des good vibes : le monde de Flore Delage n’en manque pas ! Derrière ce nom bourgeonnant se cache une artiste solaire dont les passions créatives s’étendent du stylisme à l’illustration. Autour d’un verre, nous avons abordé son parcours atypique, sa passion pour le kitsch et ses créations vibrantes. De quoi faire le plein d’énergie pour les jours à venir.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

28 août 2020 - 00:33:22
Pour fêter la rentrée de Souffle Chaud, j’ai décidé de redonner la parole à la toute première invitée du podcast : Louise Larger Thiercelin. Je ne sais pas si tu te rappelles, mais lors de cet enregistrement, nous avions parlé brièvement du lien qui existait entre l’univers du tarot et les créations graphiques de Louise. Dans ce nouvel épisode, nous sommes allés encore plus loin en nous focalisant sur sa pratique du tarot et sur la façon dont cet art l’accompagne au quotidien. J’ai profité de cette rencontre pour demander à Louise de me tirer les cartes et de “lire mon avenir” avec son propre jeu de tarot. Une conversation riche en émotions positives.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

6 mai 2020 - 00:31:25
Dans cet épisode un peu particulier, je suis mon propre invité, je passe de l'autre côté du miroir. Pour une fois, je ne tends pas le micro, je le saisis. Je profite du temps qui m'est accordé pour réfléchir, m'interroger et me questionner à voix haute. Accompagné d'une bande sonore immersive, je suis parti à la pêche aux souvenirs, en essayant de connecter le passé et le présent. Une parenthèse personnelle où la quête de sens sert de fil conducteur. J'espère que tu y trouveras ta place et que tu percevras l'existence de ponts entre ton histoire et la mienne.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
like podcast

20 / 42 épisodes
1 2 3
Scroll to top