Sismique

13 abonnés
S'abonner
Sismique est un podcast sur les enjeux d’un monde en pleine mutation : crise écologique, accélération technologique, bouleversements géopolitiques, culturels et économiques…Des interviews d’experts, de penseurs et d’acteurs d’un monde en mouvement pour comprendre ce que demain nous prépare… et s’y préparer.”Retrouver le résumé des épisodes avec les références citées et les conseils de lecture sur https://Sismique.fr Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

49 épisodes

2 juin 2020 - 00:44:58
Pascal Demurger est Directeur Général du groupe MAIF depuis 11 ans, il y travaille depuis 17 ans. Auparavant, il a travaillé à Bercy au Ministère de l’Économie et des Finances. La MAIF est souvent prise en exemple comme faisant partie de ces entreprises militantes qui tentent de dépasser leur simple objectif de rentabilité.Dans un monde en pleine reconfiguration la question du rôle des entreprises et de leur modèle de fonctionnement se pose de manière évidente.Sujets abordés dans l'épisodeTransition Économique, Environnement & Crise Sanitaire, Esprit de Mutualisation, Système des Assurances, Data, Leadership, Gouvernance. Abonnez vous à la newsletter (sur Sismique.fr) pour recevoir les notes détaillées de tous les épisodes et la liste des lectures des invités. Interview enregistrée le 21 avril 2020 ***03’ – Crise sanitaire Covid-19 et le modèle économique actuel06' – Les moteurs du changement économique ?12' – Quelles incitations pour accélérer cette transition ?16' – Quelle maturité dans le secteur économique au sujet de l’ environnement ? 19' – L’esprit alternatif de la MAIF24' – Passons à l’échelle supérieure, comment cet esprit militant est-il transférable à d’autres entreprises ?29' – Le rôle des assureurs dans la crise sanitaire actuelle32' – Assurances, instabilité du monde et données “nos fameuses data“38' – Quel leadership pour le futur ?43' – Les 2 conseils lecture de Pascal***Sismique est un podcast indépendant créé et animé par Julien Devaureix.Pour aider le podcast à grandir, abonnez-vous, parlez-en autour de vous et prenez le temps de laisser un commentaire et une note sur votre appli préférée. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

21 mai 2020 - 00:53:17
Quelles seront les conséquences du changement climatique sur la géopolitique et les flux migratoires ?François Gemenne est un chercheur en sciences politiques, rattaché à l’université de Liège et enseignant à Sciences Po. Ses recherches sont essentiellement consacrées aux migrations et aux déplacements de populations liés aux changements de l’environnement, notamment aux catastrophes naturelles, ainsi qu’aux politiques d’adaptation au changement climatique.Thèmes abordes dans l’épisode : le monde d’après, changement climatique, migrations, Covid-19, géopolitique, Europe, différences culturels, résilience, adaptation, risques systémiquesAbonnez vous à la newsletter  pour recevoir les notes détaillées des épisodes et la liste des lectures des invités.Interview enregistrée le 23 avril 2020 ***La crise actuelle est-elle une bonne chose pour l’environnement et pour la cause écologique ?Que faire pour "sauver" le climat ? Quels sont déjà les conséquences visibles du changement climatique sur la géopolitique et les phénomènes de migration actuels ? Quels sont les changements les plus importants à anticiper dans les 10/20 années à venir qui pourraient avoir des conséquences importantes sur les populations et les États ? Les migrations à venir ? Qu’est-ce que cette crise nous apprend sur l’UE et pensez-vous que l’idée d’Europe puisse survivre à cette épreuve du feu ? Comment l’Europe va-t-elle être impactée par les changements climatiques dans les 10/20 prochaines années ? Et comment on se prépare à ça ? Pourquoi selon vous est-on incapable de se préparer à ce qui arrive ?De quoi ne parle-t-on pas assez ? Vous êtes en situation de pouvoir, vous faites quoi ?2 livres à lire absolument pour bien vivre en 2020 ?***Sismique est un podcast indépendant créé et animé par Julien Devaureix.Pour aider le podcast à grandir, abonnez-vous, parlez-en autour de vous et prenez le temps de laisser un commentaire et une note sur votre appli préférée. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

13 mai 2020 - 01:09:33
Les réponses technologiques et systémiques face aux urgences planétaires.Benjamin Tincq est ingénieur de formation, co-fondateur de Ouishare et plus récemment co-fondateur de Good Tech Lab, une agence d’études et d’innovation accompagnant les réponses technologiques et systémiques au "moonshot" planétaire: restaurer le climat et les écosystèmes en permettant le progrès pour tous. Je me suis notamment intéressé à une étude de l’agence dans laquelle il dresse un panorama des réponses technologiques, entrepreneuriales  et systémiques à ce moonshot. Cette étude s’appuie sur 400+ interviews d’innovateurs de 30 pays sur les cinq continents, ainsi que 18 mois de recherches et les différentes contributions de leurs partenaires experts.Cet épisode est une conversation autour des résultats de cette étude et du point de vue de Benjamin sur comment adresser le défi du changement climatique. Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les notes détaillées des épisodes.Interview enregistrée le 25 mars 2020***Qui est Benjamin ?Good Tech Lab, quoi et pourquoi ?La technologie et les enjeux sociaux et environnementauxQuel problème prioriser ? La technologie comme solution au défi climatique ? Les blocages pour la mise en place des solutionsPrécisions sur la géo-ingénierieLimiter la casse ou se préparer à la casse : que faut-il prioriserDe quoi ne parle-t-on pas assez ? En situation de pouvoir, tu prends quelle décision ? Peurs et espoirsCroissance vs climat ?A lire et à suivre Sismique est un podcast indépendant créé et animé par Julien Devaureix.Pour aider le podcast a continuer et a grandir, abonnez-vous, parlez-en autour de vous et prenez le temps de laisser un commentaire et une note sur Apple PodcastsMerci pour votre soutien !!! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

29 avril 2020 - 01:10:15
Caroline Galacteros est historienne, docteur en science politique, colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, directrice du cabinet d'intelligence stratégique Planeting, fondatrice et directrice du think tank Geopragma consacré à la géopolitique réaliste. Elle a enseigné la stratégie et l'éthique à l’École de Guerre et à HEC. Polémologue, spécialiste de géopolitique et d'intelligence stratégique, elle décrit sans détours mais avec précision les nouvelles lignes de faille qui dessinent le monde d’aujourd'hui et de demain. Abonnez vous à la newsletter  pour recevoir les notes détaillées des épisodes.Interview enregistrée le 8 avril 2020***Quelles sont les grandes composantes de la géopolitique moderne ?Quelles sont les composantes de la souveraineté d’une nation et pourquoi cette notion de souveraineté est-elle importante ?Quel est le contexte géopolitique dans lequel arrive cette pandémie du COVID-19 ?Quelles sont les nouvelles dynamiques ? Qu’est-ce que cette crise révèle du fonctionnement de l’Union Européenne ?Les démocraties sont-elles amenées à se durcir pour répondre aux enjeux géopolitiques et sécuritaires du monde qui vient ?Géopolitique et pétrole ?Géopolitique réaliste et la remise en cause du dogme de la croissance économique ?Quel est le lien entre liberté, souveraineté et puissance ?Un pays pourra-t-il être puissant et résilient sans adresser les problématiques écologiques ?Quels sont les risques majeurs que vous voyez émerger ? Livres à lire Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
like podcast

21 avril 2020 - 00:44:57
Comment en finir avec le « green washing » et transformer les entreprises en profondeur ? Fabrice Bonnifet est Directeur développement durable & QSE (qualité, sécurité, environnement) de Bouygues depuis 2007, et depuis 2016 président du C3D, le collège des directeurs développement durable.***Quel est votre analyse personnelle des enjeux de notre époque? Le rôle des responsables développement durable et RSE aujourd’hui ?La préservation des communs et la lutte contre le réchauffement climatique comme axes prioritaires pour reformer les entreprises ?Comment cette analyse, cette ambition est-elle reçue aujourd’hui dans les grands groupes ?Comment arbitrer le court terme et le long terme?Comment reformer concrètement ?Le mythe de la croissance verte ?Est-ce qu’on est encore à organiser la transition pour limiter la casse ou doit-en plutôt préparer la résilience de nos systèmes ?Qu’est-ce que vous dites aux jeunes diplômés qui n’ont plus envie de travailler dans le système actuel ?Livres à lire***Abonnez vous à la newsletter  pour recevoir les notes des episodes et rendez-vous sur https://sismique.fr pour découvrir plus de contenus sur un monde en transition. Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

8 avril 2020 - 00:39:37
GM of Patagonia on how a business can be a force for good.Patagonia is one of the most famous outdoor brands in the world and is also renowned for leading the pack when it comes to experimenting a different way of conceiving and running a business. It’s mission statement is bold and unusual : "We’re in business to save our home planet.”In this episode, I talk to Ryan Gellert, General Manager of the EMEA (Europe, Middle-East, Africa) region about the big challenges of our time and the role that a business can and should play in addressing these. Interview recorded on March 10, 2020#patagonia #transition #sustainability #businessforgood***How do you look at the world today, what is at stake and what should we be spending more time discussing collectively?How is it possible to run a business whilst having a mission of saving the planet? What does Patagonia do differently from most companies? What is the playbook?Can it be applied to all companies? Are there some things unique to Patagonia that make it possible to act this way when other companies can’t? What are the structural hurdles that prevent companies from really changing?There is now a trend around environmentalism and sustainability is becoming a buzz word. All brands are coming up with big plans to become “sustainable” and save the planet. How do you see this at Patagonia?What is your take on leadership and maintaining your values at work?Do you think that the way our economy works can change, can our system can change, and can it be done soon enough?  What do you recommend the CEOs / top leaders of any organisation should start or stop doing?What scares you, and what gives you hope, when you look at the world today? What are the two books that everyone should read?***Listen to the podcast on your favorite platformsApple podcast :https://apple.co/2Q1edh0Spotify : https://spoti.fi/2U5R2pVYoutube : https://bit.ly/2UlSW0V Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

2 avril 2020 - 01:03:28
Pierre Sabatier : Covid-19, le crack et la crise à venir ? Les bourses mondiales se sont effondrées alors que les économies sont un peu partout à l’arrêt et que le virus Covid-19 n'a pas encore atteint son pic de propagation. Nous sommes le 24 mars 2020 au moment de cette interview. Le crack boursier est là, plus rapide, plus violent qu'en 2008, plus contenu aussi pour le moment du fait de la réactivité des états et banques centrales; mais il faut s'attendre à une récession économique majeure dans les prochains mois, dont personne ne peut vraiment anticiper l'ampleur ni les conséquences. Le système peut-il tenir? Est-ce l’opportunité de reformer nos pratiques financières et économiques ? Pierre Sabatier est économiste, ingénieur agronome de formation, membre des Econoclastes, et co-fondateur du cabinet indépendant de recherche économique et financière PrimeView, dont il est aujourd’hui président. Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

29 mars 2020 - 01:04:50
Quels sont les risques sur la chaine alimentaire en France ? Que se passe-t-il a l’heure du COVID-19 ? ***Nous sommes le 29 mars 2020 et plus du tiers de l’humanité est confinée chez elle. Les pays d’Europe sont à l’arrêt, les hôpitaux sont débordés et le système ne tient que grâce à tous ceux qui continuent malgré tout de tenir leur poste, le plus souvent dans l’ombre : routiers, agriculteurs, livreurs, caissiers, éboueurs, policiers, infirmiers… Que se passe-t-il si nos systèmes à flux tendu cessent de fonctionner normalement, si les chaines logistiques se brisent et notamment si la chaine alimentaire s’arrête ? Quels sont les risques ? Comment sont-ils anticipés et gérés ? Ces questions sont plus que d’actualité et se posent aussi sur le moyen et long terme alors que de nouveaux risques liés aux changements de notre environnement apparaissent.  Stéphane Linou est un spécialiste de la résilience alimentaire et des risques sécuritaires depuis plus de 20 ans.Ancien Conseiller Général de l'Aude, Conseiller en développement local, Conseiller municipal de Castelnaudary, Pionnier du mouvement Locavore, Sapeur-pompier volontaire, il a conçu et animé le premier module de formation de Mastères Spécialisés en France : « Risques d'effondrements et adaptations ». Il étudie les thèmes des ressources, du continuum sécurité-défense, de la gouvernance et des adaptations et tente de sensibiliser les élus aux risques divers lies à ces sujets.  ***Interview enregistrée le 24 mars 2020***Abonnez-vous a la newsletter sur Sismique.fr pour recevoir les notes de l’episode. Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

24 mars 2020 - 01:01:43
How system thinking can help us making sense of the world and take action ?Tom Rippin is the founder and CEO of On Purpose, an associate programme that develops leaders for an economy that works for all : "We believe in putting purpose before profit. We're a community that helps you find your work in the world: work that matters and work you care about. »Tom is also an adept of system thinking and uses it to analyse and explain what is happening with the world today and why it’s necessary to quickly and deeply challenge how our economy works and the role each of us plays in the system. In this episode we talk about system thinking, the economy, growth, climate change, how to change and what is likely to happen in this decade.Tom Rippin est le fondateur et PDG de On Purpose, un programme qui accompagne les dirigeants à penser une économie inclusive: “nous pensons que la priorité n’est pas le profit. Nous sommes une communauté qui vous aide à trouver votre rôle dans le monde: un travail qui ait du sens pour vous et pour le monde.”Tom est aussi un adepte de la pensée en système qu’il utilise pour analyser et expliquer comment le monde est en train de changer.Interview enregistrée le 12 février 2020***Retrouvez les notes complètes de l'épisode sur Sismique.fr et suivez Sismique sur Twitter, Instagram et FacebookEcoutez le podcast sur vos applis préférées,Apple podcast :https://apple.co/2Q1edh0Deezer : https://bit.ly/2rHYzdJSpotify : https://spoti.fi/2U5R2pVYoutube : https://bit.ly/2UlSW0VEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts.Merci pour votre soutien !!! Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

19 mars 2020 - 00:54:56
Comment fonctionne la Chine ? Quelles sont ses ambitions ? Quels sont les enjeux pour le reste du monde?David Baverez est un investisseur français basé à Hong Kong. Il est l’auteur du livre Paris-Pekin Express, livre dans lequel il exhorte (en 2017) le nouveau président français à prendre le temps de vraiment comprendre la Chine, son modèle, son ambition et sa place dans le monde. David est un spécialiste de terrain, un observateur privilégié de la puissance chinoise en mouvement, et s’étonne du manque de compréhension ou même d’intérêt pour cette puissance qui pèse déjà tant dans la manière dont fonctionne notre monde. Dans cet épisode nous parlons du système politique chinois, du nouveau cycle de transformation ouvert par Xi Jinping, du rapport de la Chine au reste du monde, des défis à venir pour le pays et des implications pour la France et l’Europe. Interview enregistrée le 5 mars 2020***Retrouvez les notes complètes de l'épisode sur Sismique.fr et suivez Sismique sur Twitter, Instagram et FacebookEcoutez le podcast sur vos applis préférées,Apple podcast :https://apple.co/2Q1edh0Imago : https://bit.ly/3595ZJLDeezer : https://bit.ly/2rHYzdJSpotify : https://spoti.fi/2U5R2pVYoutube : https://bit.ly/2UlSW0VEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts.Merci pour votre soutien !!! Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

10 mars 2020 - 00:58:47
“Le biomimétisme est un front d’innovation quasi-infini" - Sidney RostanSidney Rostan est le jeune et brillant fondateur de Bioxegy, un bureau d’études et d’ingénierie spécialiste et pionnier du biomimétisme.Derrière le biomimétisme, il y a cette idée que l’on a énormément à apprendre du monde vivant pour peu qu’on se donne vraiment la peine de comprendre comment il fonctionne. Il y a aussi cet espoir que l’on peut s’inspirer de l’intelligence et des innovations de la nature pour revoir notre propre manière de concevoir les technologies et processus nécessaires au fonctionnement de la société humaine moderne. Dans cet épisode résolument optimiste, Sidney partage sa passion pour le vivant, sa vision de la manière dont l’innovation doit être remise à plat, et son expérience personnelle et professionnelle des défis à relever par les entrepreneurs et les entreprises. #transition #biomimétisme #écologie #technologie #innovation #entreprisesInterview enregistré le 23 janvier 2020***Retrouvez les notes complètes de l'épisode sur Sismique.fr et suivez Sismique sur Twitter, Instagram et FacebookEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts. Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy
like podcast

14 février 2020 - 00:40:29
“A bord du bateau, j’ai pu voir de près les paradoxes de cette transition énergétique" - Jérôme DelafosseJérôme Delafosse est aujourd’hui co-leader de l’expédition du navire expérimental révolutionnaire Energy Observer, le premier bateau propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables parti pour un voyage de 6 ans autour du monde à la rencontre des initiatives dites de transition. Jérôme est une sorte d’aventurier des mers, plongeur, réalisateur de documentaires, photographe, écrivain et donc aujourd’hui marin explorateur de solutions pour demain. On parle de transition énergétique, du besoin d’expérimenter, de ceux qui tentent des choses nouvelles un peu partout et des réflexions personnelles de Jérôme sur un monde en transition.Interview enregistré le 29 janvier 2020***Notes de l’épisode2”- Le projet Energy ObserverLa mer, l’exploration, les nouveaux explorateurs sur Canal +Un engagement progressif en faveur de l’environnement et des hommesBesoin de passer à l'actionVictorien Erussard, le projet Energy Observer“Devenir les ambassadeurs d’un futur beaucoup plus optimiste que celui qu’on nous prédit"“Energy Observer c’est le symbole de notre prise de conscience"Double mission: Tester l’autonomie énergétique du renouvelable Rencontrer les pionniers de la transition en tant qu’ambassadeur des ODD de l'ONU7” - Le défi énergétique ?Notre rapport à l’énergie: on pense que notre stock est infiniLa nature optimise sa consommation d’énergie, nous non...“Nous avons oublié à quel point c’était difficile de produire de l’énergie"“La meilleure énergie c’est celle que l’on ne consomme pas"Le défi de l’intermittence des énergies renouvelables et Energy Observer comme bateau testDescription de l’énergie à bord du bateau: l’hydrogène comme stockage principal14” - L’hydrogène comme solution de stockage Hydrogène gris ou vert selon la manière de le produireHydrogen council“Je n’ai pas de doute sur le fait que ces technologies vont se développer rapidement"Le besoin d’investissement publique. L’exemple de la Corée18” - La transition énergétique ?“On essaie de prouver qu’on peut vivre de la même manière grâce aux énergies renouvelables"“Il faudrait apprendre à ralentir pour pouvoir atteindre nos objectifs"“Changer notre rapport à l’énergie, au temps, à la croissance"“A bord du bateau j’ai pu voir de près les paradoxes de cette transition énergétique"La problématique des infrastructuresEngie et la stratégie de l'hydrogène vert"Chaque citoyen demain pourrait devenir producteur de son énergie"25” - Les initiatives de transitionRencontres en Tunisie : Mabrouk Jabri, ONG Terre et Humanisme, Oasis de CheniniLe rapport à la nature des européens du nord“Ne laisser personne derrière soit dans cette transition"“L'interrelation entre les ODD est essentielle” 30” - Peurs et EspoirsLes reculs de la COP 25“J’ai vraiment cru qu’il se passait quelque chose à la COP21, et en fait pas du tout"“On n’a pas conscience du tout de ce qui nous attend"“On n’est pas encore assez dans une perspective de résilience"Tautness et Rob HopkinsAu Benin : Godfrey Nzamujo, Ferme SonghaiLes indiens Kogis en Colombie: “ne courrez pas, ainsi vous pourrez commencer à vivre comme le vent"Les livres recommandés par JérômeLibérer notre imagination pour créer le futur que nous voulons, de Rob HopkinsLa Troisième révolution industrielle, de Jeremy RifkinLa vie dans les bois, de Jennifer Murzeau***Ecoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr et sur Twitter , Instagram et Facebook https://Sismique.frApple podcastImagoCastboxDeezerSpotifyYoutubeEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts.Merci pour votre soutien !!!
like podcast

11 février 2020 - 00:51:09
"Il faut remettre l'économie dans la société et la société dans la biosphère” - Dorothée BrowaeysComment repenser le progrès en prenant les contraintes de notre condition terrestre pour faire émerger une nouvelle civilisation de solidarité et de liberté, réconciliée avec le vivant ?Dorothée Browaeys est une spécialiste des sciences du vivant, biologiste de formation, puis journaliste scientifique, fondatrice de l’association Vivagora et aujourd’hui dirigeante de Tek4life, qui s'emploie à accélérer la bascule vers une société réajustée aux milieux vivants. Au travers de ses activité et de ses prises de parole elle souhaite faire vivre "les trois écologies" (selon l'expression de Félix Guattari) - connexion aux écosystèmes, relation à soi-même, attention à l'autre et insertion politique - et elle met en exergue nos responsabilités face aux choix technologiques et aux modes d'existence humaine à venir.Interview enregistré le 30 janvier 2020***Notes de l’épisode3”- Etat des lieux des enjeux de l'époqueUne petite histoire de la modernitéUn rapport au monde biaisé : domination, virtualitéNotre besoin de prévisibilitéLes 3 vexations de l’Homme : Galilée, Darwin, Freud“Nous ne voulons pas véritablement être fruit de ce monde biologique""Une économie de destruction de la nature""Je pense donc je suis” : notre pensée est désincarnée"Il faut remettre l'économie dans la société et la société dans la biosphère"9”- Réconcilier progrès technique et vivant - un manifesteManifeste pour refonder le progrès : “Il n’y a plus la possibilité de penser une performance économique sans penser une performance environnementale et sociale"La résonance : vouloir posséder les choses c’est perdre la possibilité de l'altéritéLes 3 dimensions de l’écologieOpposition entre thermodynamique et vivant, entre entropie et vivant“Le vivant c’est l’incarnation de l’organisation"Peter Sloterdijk - S’inspirer du vivant pour nos organisations sociales“Vivre dans la perspective que nos sociétés humaines vont s’effondrer c’est insoutenable"18” - Les mythes fondateursLes différentes formes de relation au monde (Philippe Descola)“Je n’utilise pas le mot nature, car il est problématique"Changer notre rapport au mondeNotre rapport au présent est asphyxiant, besoin de “nous retourner à nouveau vers un futur, plutôt que d’être effondrés"23” - La place de la science“La science et devenu un lieu de pouvoir qui est quasiment impérialiste"“La vérité n’est pas seulement scientifique"La science a perdu son statut d’espace de référence et c’est problématique“Les scientifiques sont pris dans des lobbies, la confiance est abimée."Le problème avec le système de publications qui empêche l'interdisciplinaritéExemples des orientations intéressantes de la recherche autour du vivant. Penser des solutions inspirées de la nature.29” - Quel espoir ?L’émergence du nouveau monde structuré par 4 dimensions : sobriété, intégration des solutions, résilience, régénération.Débuts de solution, quelques exemples:Collège des transitions sociétalesCampus de la transition - Cécile RenouardBioraffinerie BazancourtChangement de paradigme dans les entreprises avec une nouvelle comptabilitéL’impact du numérique sur notre rapport au monde : big data, flux, et financiarisation du réel.Economie de la contribution : ce que les hommes ensemble peuvent faire émerger.Le détournement de l’investissement : “investir c’est croire à quelque-chose”“L’expression collective de ce à quoi nous donnons de la valeur est un point de reconstruction extrêmement important” Comment changer les normes comptables - Triple capital39” - La nouvelle dimension de la RSE dans les entreprises“Il faut créer de nouveaux horizons"Loi PACTEAjouter le cout de maintien des Eco-sytèmes au bilan des entreprisesExternalité positive - Arthur PigouLes entreprises les plus vertueuses peuvent entrainer les autres43”- La notion de résonanceUn monde qui ne répond plus, indifférence généralisée“Nous sommes tous des bulles ambulantes"“Nous ne sommes plus informés par le monde tel qu’il est""Nous déléguons nos décisions à des automates"La destruction de la confiance en l’homme après la Shoah et Iroshima. “Nous ne croyons plus à la possibilité d’un travail en commun"Transhumanité vs. reconnection au vivant et à la confiance en l’homme relié au mondeLes livres recommandés par DorothéeEthique de la considération, de Corine PelluchonLa gouvernance par les nombres, de Alain SupiotRéférences et personnes citéesTek4life VivagoraL’urgence du vivant, livre de DorothéeKarl Polanyi - désencastrementManifeste pour refonder le progrèsJacques HuybrechtsHartmut Rosa Felix Guattari, Les trois écologiesEnthropieSchrodinger et la néguentropie : “la vie n’est pas réductible aux calculs"Peter SloterdijkPhilippe DescolaLa nuit des idéesRapport brandtlandPrintemps silencieux, livre de Rachel CarsonRapport du club de RomeJancoviciCécile RenouardShift ProjectBernard Stiegler - Collectif Internation et la lettre à l'ONUCompta régénération 2020Reconsidérer la richesse, livre de Patrick ViveretAct 4 NatureHannah ArendtL'obsolescence de l’homme, livre de Gunther AndersBruno Latour***Écoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr et sur Twitter , Instagram et Facebook https://Sismique.frApple podcastImagoCastboxDeezerSpotifyYoutubeEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts.Merci pour votre soutien !!!
like podcast

16 janvier 2020 - 00:58:54
“La Terre est un vaisseau spatial, et nous sommes tous membres d’équipage” - Jean-François ClervoyJean-François Clervoy (@astro_JFrancois) fait partie du club le plus fermé du monde, celui des astronautes. En 1994, lors de son premier vol à seulement 35 ans, il est le 5e français à avoir été dans l’espace. Il y retournera à deux reprises en 97 et 99 à bord des navettes américaines Atlantis et Discovery.Jean-François est toujours en activité au sein de l’ESA (European Space Agency) à Paris, où je l’ai interviewé, et continue d’être très actif pour soutenir les sujets qui lui tiennent à coeur, entre autre l’espace, les vols “zéro G" et les océans pour n’en citer que quelques-uns. Je ne m’étends pas sur le CV de Jean-François (que vous trouverez ici) car il est bien trop chargé pour tenir en quelques ligne.Voir les étoiles… Voir la Terre depuis l’espace… Qu’est-ce qu’on ressent ? Qu’est-ce qu’on en ramène ? Qu’est-ce que l’on comprend différemment de notre réalité, de notre nature et de notre sort lorsque l’on voit les choses d’en haut, avec du recul ? Qu’est-ce que l’exploration spatial peut encore nous apporter dans ce siècle où tant de choses se jouent sur notre petite planète. On parle ensemble dans cet épisode de l’émotion de "l’overview effect”, de la beauté du monde, de la fragilité de la vie, d’exploration, d’océans et des humains. Interview enregistré le 22 novembre 2019Notes de l’épisode4”- Vivre "l’overview effect”, la Terre vue de l'espace“La premiere impression n’est pas du tout une impression de fragilité.”“La Terre est puissante, la Terre nous survivra.”“La Terre est isolée et elle est finie.”Description visuelle de la Terre : c’est le plus beau des tableaux que l’on puisse imaginerLa fragilité de l’atmosphère : “un filet de gaz extrêmement mince, quel chance on a !”“C’est la biosphère qui est fragile, pas la Terre.”“Les dinosaures ont disparu parce qu’ils n’avaient pas de programme spatial” - Arthur C. Clarke14”- L’emotion de l’overview effect“On se sent Dieu momentanément” "Un complexe de supériorité suivi immédiatement par un complexe d’infériorité”Les premiers mots de GagarineQuel est mon rôle en tant qu’humain ? “Nous ne devrions pas dire la Terre est fragile, nous devrions dire la vie sur Terre est fragile”“La Terre est un vaisseau spatial et nous sommes tous membres d’équipage"“L’espace est le premier pourvoyeur de données pour comprendre comment fonctionne la Terre"26” - A quoi sert l'exploration spatiale ?Sondes, télescopes, vols habitésLes missions de Star Trek : c’est exactement ce que l’on fait dans les agences spatialesL’exploration est un facteur de coopération international comme aucun autre.Intéresser les jeunes génération à des questions nobles, pas matérialistes.32”- Nouveaux enjeux de l’exploration ? Space mining : exploration des ressources extra-terrestre“Ce sera probablement rentable un jour"Exploiter les ressources pour aller explorer encore plus loinAller sur mars ? “Au mieux dans les années 30/40… mais ils ne se poseront pas"Les défis techniques et humains38” - Océans et espace Une planète bleue“L’océan est le premier pourvoyeur d’oxygène”. L’acidification des océansL’océan comme terrain d’entrainement pour l'espace“L’avenir il ne s’agit pas de le prédire mais de le rendre possible” - St ExuperyLes prédictions du GIEC sont maintenant très fines47” - Préserver la Terre ? “Une planète B c’est option raisonnable à très très long terme, mais ce n’est pas du tout une option à court terme (plusieurs siècles)"“La priorité c’est l’éducation"Ce qui me rend optimiste c’est la nouvelle génération : “je compte sur eux pour dévier cette trajectoire"“Je suis convaincu qu’il y a de la sagesse dans chaque être humain"Le rôle de l’émotionnel pour changer les consciences“Il faut aider tous les humains à s’élever émotionnellement” "Le destin de l’humanité est de devenir plus sage"58” - Revenir là-haut ?Les livres recommandés par Jean-François:Histoire de la conquête spatiale, livre de JF Clervoy et Frank LehotHopes - Yannick MongetRéférencesScott Kelly, astronauteSakurajima“Pale blue dot”GIECPhilae et RosettaSonde Saturne CassiniHumains Apollo 17 vs Rover Sea Orbiter de Jacques rougerieHervé le treutJean JouzelGérard FetzerBertrand PiccardEcoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou sur Twitter, Instagram et Facebook Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutubeEt si vous voulez m’aider à faire connaître le podcast le mieux est d’en parler autour de vous et de laisser une note et un commentaire sur Apple Podcasts.Merci pour votre soutien !!!
like podcast

2 janvier 2020 - 00:45:04
Jocelin Morisson fait partie de ceux qui cherchent des réponses du côté de notre rapport au monde, en mélangeant de manière originale science et spiritualité et en posant l’hypothèse que nous ne percevons qu’une partie du réel et que la science n’a pas encore réponse à tout ou du moins, ne pose pas toujours les bonnes questions.Cet épisode un peu atypique, voire polémique pour certains, et doit donc être vu comme une introduction à des notions parfois complexes qui méritent selon moi d’être creusées davantage, mais en prenant garde à ne pas tomber dans une lecture “new-age” du réel. Sur ce type de sujet, il faut être particulièrement vigilant car on trouve sur internet de tout (“pseudo-sciences”, théories du complot)… Comme introduction à ces thèmes, ou en complément, je vous propose d’écouter le très bon épisode de l'emission "la conversation scientifique" sur le thème du réel.Jocelin Morisson est journaliste scientifique depuis plus de vingt ans et a collaboré à de nombreuses revues et magazines (Inexploré, Nexus, Le Monde des religions, Nouvelles Clés, La Vie, VSD hors-série). Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages sur le thème des états modifiés de conscience et de la parapsychologie scientifique.NB: après recherche, certains passages de notre conversation peuvent prêtés à confusion, et je vous invite donc à vous référer aux notes de l’épisode pour bien creuser et ne pas tout prendre au pied de la lettre.Interview enregistré le 14 juin 2019.De quoi parle-t-on ?2" - Parcours et grille de lecture de Jocelin Morisson sur le mondeScience et spiritualité“On peut vivre une spiritualité laïque fondée sur la science et la philosophie"Convergence entre science et spiritualitéDiagnostic de l’état du monde : ce n’était pas mieux avantLes grands enjeux des prochaines années“Je crois à la notion de progrès"8” - La nature de la conscience“Nous avons une nature spirituelle, nous ne sommes pas qu’un corps"Le discours matérialisme est dangereux“On a beaucoup d’éléments pour penser que la conscience existe au-delà du corps"La notion “d’âme" a une certaine réalité scientifique.NB : Je n’ai ici hélas pas les sources pour corroborer cela. “Nous sommes reliés à la nature"“Le monde intérieur ne fait qu’un avec le monde extérieur"“Notre nature est d’être bienveillant et coopératif"Kant : la différence entre le réel tel qu’il est et tel qu’on le perçoit."La conscience de l’observateur fait apparaitre la réalité par l’acte d’observation”.NB: dans l'état actuel des connaissances, les phénomènes quantiques ne peuvent être extrapolés à l'échelle macroscopique. Jocelin fait référence à l’expérience des fentes de Young mais dans cette expérience, ce n'est pas l'observateur, ni sa conscience ni son intention qui change le résultat de l'expérience, mais le procédé d'observation.“Cette réalité là n’est pas la réalité ultime"NB: ce qui est plus communément admis est que nous baignons dans une réalité physique (entre autres), décrite par un océan d'information…De la conscience. Un livre pour creuser : "Spinoza avait raison : joie et tristesse, le cerveau des émotions"“A l'échelle des particules, il faut qu'une expérience soit observée pour pour avoir un résultat, [...] il faut l'intervention d'une conscience"NB: Ce n’est pas tout à fait exact, une expérience (même quantique) aura un résultat même s'il n'y a pas de conscience pour l'observer. C'est juste qu'on ne connaîtra pas le résultat…“Ce que nous dit la science mainstream…”.NB: qu’est ce que la science non-mainstream16” - Que dit la science sur la nature du réel ?“On est dans un océan d’information"Conscience collective et création du réel. L’impact du quantique ? La réalité est un hologramme ?  NB: Pour la Science de novembre 2018 - décembre 2019, page 43. Seulement l'article précise bien : "comme s'il [l'univers] était la projection d'un hologramme" - C'est une métaphore pour vulgariser un modèle physique et mathématique hyper complexe... et pas la réalité au 1er degré..."l'objectivité [de la réalité] est remise en question par la physique quantique”. NB : comment ? 21” - Temps et synchronicités Carlo Rovelli“Le temps n’a pas de caractère absolu"Les états modifiés de conscience“Notre futur existe déjà, sous forme d’information et sous forme de potentialité"“De toute façon, la synchronicité n'a de sens que pour celui qui le vit"NB: attention aux biais cognitifs. Ce n'est pas parce qu'on a l'impression que quelque chose a du sens pour nous qu'on peut en tirer des conclusions sur la nature de l'espace-temps ? C'est ce que Spinoza appelle le '1er genre de connaissance" : une connaissance du monde fondée uniquement sur la perception des effets dont on ignore les causes (mais on en tire quand même des conclusions - erronées)Romuald LeterrierJung et la synchronocité : le scarabée d'orLe soi JungienNB : La référence à Jung est détournée pour justifier une théorie invérifiable ? Le "Soi" de Jung est plutôt un concept qui rassemble le conscient et l'inconscient. Le "Moi" de Jung est la partie du "Soi" dont on a conscience.Comment provoquer des synchronicités ? L’atman indou, l’âme, le “soi” JuunguienPhilippe Guilleman : la conscience à la base de toute réalitéErwin Schrödinger 36” - Notre impact sur le monde“On passe par une période de noirceur parce que l’on doit comprendre cette unité"“L’erreur est de croire que ça commence à l’extérieur, ça commence avec nous et avec le regard qu’on porte sur les choses""Si on porte un regard lumineux, on peut attirer un futur souhaitable"“L’effondrement n’est pas forcément le chaos"“Il faut que l’on redécouvre notre vraie nature"Les livres recommandés par Jocelin:Les dialogues avec l’ange, de Gitta MallaszLe pouvoir du moment présent, de Eckart TholeL’ultime convergenceSe souvenir du futur Ecoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou la page Facebook de Sismique (@SismiquePodcast)Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutube 
like podcast

20 décembre 2019 - 01:04:37
Olivier Delamarche est un analyste financier spécialisé dans l’analyse macro-économique, aujourd’hui membre des Econoclastes, un groupe de réflexion qui décrypte l’économie en voulant s'affranchir des discours convenus.L’économie c’est tout ce qui caractérise les échanges marchands entre les sociétés, les organisations et les individus et c’est un des facteurs clés pour expliquer la marche du monde. Aujourd’hui notre système économique est mondialisé, partout le même, d’une complexité extrême et donc parfois difficile à cerner. Est-on dans un modèle simplement capitalise, ultra-capitaliste, ultra-libéral ? Je n’ai pas encore bien fait le tour de la question mais je commence à comprendre que depuis 2008, beaucoup plus qu’avant, un élément joue un rôle central dans le système et permet la survie d’un modèle à bout de souffle : la dette. On parle avec Olivier de ce qu’il faut comprendre du modèle actuel, de création monétaire, de fuite en avant et des risques systémiques. NB: Olivier est connu pour ses positions critiques voire provocatrices sur la politique des banque centrales et pour son pessimisme sur l’évolution des marchés.Interview enregistré le 20 novembre 2019De quoi parle-t-on ?1”- Présentation  4"- Peut-on comprendre le monde sans comprendre l’économie ?“L’économie c’est du bon sens”“L’énarque n’a jamais rien compris à l’économie”7”- Le modèle économique actuel ? “Vous n’êtes pas dans une crise, vous êtes dans un changement de modèle”“Les vrais chiffres du chômage en France c’est plus près de 20%”“On vous dit si la finance va bien, l’économie réelle va bien… bah non”“On n’est pas dans une économie de marché, on est dans une économie planifiée dont les prix sont fixés par les banques centrales”“La banque du Japon achète tout son march锓Depuis 2000, le sysèteme ne fonctionne plus que par la dette"Les salaires n’augmentent pas, la dette augmente“La dette, c’est de l’impôt futur""L’état s’endette pour fonctionner, pas pour investir"“On ne peut plus revenir à des taux d’intérêt positifs car ça ferait écrouler tout le système” 23" - Comment fonctionne la dette ? Où va tout l’argent créé par les banques centrales ? Où est passé l’inflation?Le fonctionnement du Quantitative Easing“Un collateral” : une garantie d’un investissement“Très peut de l’argent prêté aux banques arrive dans l’économie réelle"Prêter directement à l’économie réelle ? “La monnaie c’est de l’huile dans les rouages, ce n’est pas ce qui fait tourner les rouages"Augmenter la quantité monétaire ne permet d’augmenter le nombre de transaction31” - Une fuite en avant ?“Il n’y a pas de pilote dans l’avion"“Nous sommes dans une fuite en avant"Les politiques préfèrent continuer à s’endetter plutôt que de prendre des mesures impopulaires“Ca s’arrête quand la population se rend compte que son billet ne vaut rien"L’exemple du JaponLa crise passera par la rue“Nous sommes en fait déjà en récession” Les banques centrales ne laisseront pas tomber le système. Le mirage de l’économie américaine : “plus de 40% des américains n’ont même pas 400$ d’économie""Obama a détruit la classe moyenne américaine"46” - Investir pour le long terme ? “C’est le règne de l’incompétence la plus totale"Le mirage de la transition énergétiqueOn doit se poser la question du changement de modèleLa bombe démographique56" - Que faire individuellement ?Ce que fait Olivier : mettre son argent dans une banque sûre.Il faudrait séparer les activité de marché des banquesRéférencesLes éconoclastesWilliam Nordhaus et Paul Romer, prix de la banque de Suède en économie 2018Glass-Steagall act👉 https://Sismique.fr👉Apple podcast :https://apple.co/2Yz3Cwu👉Imago : https://bit.ly/3595ZJL👉Deezer : https://bit.ly/2rHYzdJ👉Spotify : https://spoti.fi/2U5R2pV👉Youtube : https://bit.ly/2UlSW0V
like podcast

19 novembre 2019 - 00:46:46
François Taddei est, entre autre, cofondateur (2005) et directeur du CRI, Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les nouvelles manières d'apprendre, d'enseigner, de faire de la recherche et de mobiliser l'intelligence collective dans les domaines des sciences de la vie, des sciences de l'apprendre et du numérique.A l’heure de l’intelligence artificielle et d’enjeux mondiaux qui semblent dépasser notre capacité à les penser, François Taddei plaide pour une (r)évolution de nos savoirs, de notre manière de les enseigner et plus largement pour une remise à plat de nos institutions. Comment faire pour que, dans ce monde en pleine mutation, l’éducation, la recherche s’adaptent suffisamment vite ? Quelle est la place de l’humain dans un monde de machines ? Comment s’appuyer sur la technologie pour développer nos capacités individuelles et notre intelligence collective ?De quoi parle-t-on ?2” - Les défis actuelsDe la capacité des bactéries à s’adapter au changemnent“La vitesse à laquelle croissent les défis dépassent notre capacité à les résoudre"Réfléchir à l’intelligence collectiveLes différentes dimensions du problème: une approche pluri-disciplinaire6” - Un système bloquéUn système éducatif devenu inadaptéLe modèle de création des élites n’a pas évolué depuis des décennies “Nos systèmes politiques n’ont pas évolué à la bonne vitesse""Les décisions sont nationales mais les problématiques sont mondiales"11” - Education et Système éducatif"Il faut apprendre à faire des choses que les machines ne savent pas faire"Bien apprendre:Choisir ce que l’on apprendApprendre collectivement, en coopérantApprendre à résoudre des problèmes ouvertsS’appuyer sur le passé mais le mettre à jour pour construire des choses nouvellesEncourager la curiosité : "On France on dit que “la vérité est un vilain défaut"18” - Quelles compétences pour demain ?La capacité à résoudre collectivement des problèmes va être essentielleFaire le lien entre les sujets complexesCompétences émotionnelles et relationnelles21” - Etat des lieux des systèmes éducatifsSingapour, Finlande, Canada ont réussi à se transformer : d’une logique de contrôle à une logique de confianceDe la compétition à la coopérationPourquoi certains ont réussi à se remettre en question mieux que d’autres? Pas de budget de R&D sur l’éducation en France… De notre incapacité à regarder ce qui se passe à l’étranger26”- Comment progresser ?Célébrer les progrèsFestival de la planète apprenante“Tous les grands voyages ont commencé par un premier pas"Les savanturiersDévelopper l'adaptabilité35” - Le futur ?Remettre l’éthique, l’empathie, la coopération au centreOn doit transformer la manière dont on forme nos élites. Person n’insigne l’éthique de l’action "C’est le première génération qui manifeste au nom de la science"Valerie Masson delmotte "La capacité à se mobiliser collectivement est essentielle"Travailler les interfaces entre les disciplines. Les livres recommandés par FrançoisEarth emotion - Glenn AlbrechtLes lettres persanes - MontesquieuLe livre du voyage - Bernard WerberEcoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou sur Twitter et Facebook Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutube
like podcast

8 octobre 2019 - 01:08:38
Quel avenir pour l'individu et ses libertés à l'ère de l'intelligence artificielle ? Pour répondre à cette question urgente, puisque l’IA se développe à une vitesse qui semble un peu nous dépasser, Gaspard Kœnig, que je reçois dans cet épisode, a entrepris un tour du monde de San Francisco à Pékin, d'Oxford à Tel Aviv et de Washington à Copenhague. Il a rencontré plus de 120 professeurs, entrepreneurs, intellectuels, politiques, économistes et artistes pour tenter de faire émerger une sorte de philosophie de l’intelligence artificielle et nous donner une clé de lecture essentielle sur cette révolution technologique, individuelle et sociétale en marche. Enregistré le 18 sept 2019De quoi parle-t-on ?1" - Pourquoi une enquête sur l’IA ? Qu’est-ce qu’une IA ? Leibniz Yuval Harrari, Homo Deus : nous allons abandonner notre libre arbitre à l’IA et cela remet en cause les fondements de nos sociétés“L’IA n’est pas si révolutionnaire que ça.”Comment reconnaitre un chat... ? “Une IA repose sur du travail humain de classification.” Amazon Turk et le Turc Mécanique10” - La singularité ? Westworld, Her, 2001, Terminator… le fantasme de la super intelligence artificielleStephen Hawking, Nick Bostrom, Max Tegmark, ce ne sont pas des spécialistes de l'IA“L’erreur fondamentale est sur la définition de l’intelligence.” Antonio Damasio : l’intelligence est avant tout un phénomène biologique15” - Tourniquets et Nudges"L’IA nous incite à déléguer notre capacité de choisir."Dating apps, GPS...Le piège du confort et le cerveau qui s’attrofie Le Principe du tourniquet et les “nudges”: on se laisse guider de plus en plus dans nos choix sans même s’en rendre compteMaximisation des plaisirs individuels au sein d’un groupe : utilitarisme. Pieter Thiel : “L’IA est communiste.” 25” - IA et moralitéPour les chinois le progrès est forcément positifLes technologies IA “collectivistes" conviennent tout à fait aux valeurs chinoises confucéennesCrédit social chinoisL’IA pour les chinois : outil de puissance géopolitique et outil de développement sociétal“Pour la premiere fois en occident les notions de liberté économique et de prospérité individuels s’opposent.” Kai-Fu Lee35” - IA, individu et capitalismeDe l’importance de l’individu dans la culture européenne Norbert Elias “Notre société repose sur cette idée que nous sommes libres de nos choix.” HayekUber vs Didi“L’IA nous permet de nous passer de l’idée de marché et nous fait rentrer dans une nouvelle ère de la planification.” 42” - IA comme outil de puissanceNotre dépendance aux plateformes américaines (et demain chinoises)Clausewitz: “le but de la guerre n’est pas de conquérir des territoires mais des gens. Maintenant il suffit d’avoir leurs données.” “Il faut prendre en compte la dimension du traitement des données dans l’analyse géopolitique” “On n’a pas d’autre choix que d’avoir une Europe unifiée.”46” - Redonner de la place à l'individuFaut-il reprendre le contrôle de sa vie ?“On confond progrès et optimisation.”“Le progrès vient de l’erreur… il faut donc protéger la capacité à diverger.” “La souffrance est importante.” Réabiliter le libre arbitre“ Il faudrait pouvoir imposer à l’IA mes propres paramètres, fussent-ils des erreurs pour moi ou des inconvénients pour le groupe.” Du contrôle des données individuellesLa propriété privée comme moyen d'anticipationLe droit à l'erranceExemples de vigilances sur l’utilisation des données individuelles1’03”- Conclusion   La chine est train de réinventer un modèle de société basé sur l'IALa méconnaissance absolue de ces sujets par ceux qui nous gouvernent“L’IA est aussi structurante pour nos sociétés que l’invention de l’électricité.” Les livres recommandés par GaspardJaron Lanier Who owns the FutureTen arguments for deleting your social media accounts nowNassim Taleb : AntifragileJerry kaplanEcoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou sur Twitter et Facebook Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutubeAbonnez vous à la newsletter !
like podcast

10 septembre 2019 - 00:27:40
Ramesh Srinivasan, doctorant de Harvard et du MIT, étudie les relations entre technologie, politique et société dans le monde en tant que chercheur et professeur à l’université de Californie (UCLA). Il a notamment fondé le “Digital Culture Lab” qui explore la manière dont la technologie se répand dans le monde, loin de son lieu d’origine, et a publié plusieurs ouvrages sur le sujet (voir plus bas). Ramesh plaide pour une meilleurs prise en compte des nombreux biais inhérents aux technologies numériques alors que celles-ci se diffusent dans le monde entier, influençant la vie de milliards de personnes. Qui décide de l’orientation que prend l’innovation technologique ? Quels sont les biais culturels qu’il faut comprendre ? Quels sont les conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux sur nos sociétés et sur nos vies d’individus ?… Ramesh estime ainsi qu’il faut réaligner les technologies avec des valeurs démocratiques, d’égalité et de diversité. Il s’agit de lutter contre la construction, via le digital, d’un monde uniforme.On parle d’un peu tout ça dans cet épisode court de 30 minutes. NB : Episode en anglais.Interview enregistré le 24 juin 2019 à la conférence USI (Unexpected Sources of Inspiration)Abonnez vous à la newsletter !De quoi parle-t-on ?1" - La question de l’origine culturelle de la technologieCertaines technologie utilisées par des milliers de personne dans le monde émergent des décisions de seulement quelques-uns.Ces technologies ont un impact sur la vie des gens et sur nos sociétés partout dans le monde.3” - Comment définir la technologie ? Les technologies digitales sont extrêmement différentes des technologies traditionnelles car elles se diffusent beaucoup plus rapidement et qu’elles sont apprenantes.6”- Qui décide de l’évolution de la technologie ?Les technologies numériques viennent de la Silicon Valley (et de Chine) mais ont un impact sur le monde entier. L’exemple de l’impact de Facebook sur le génocide des Rohingas en Birmanie. Il y a des biais inhérents à la culture d’origine de la technologie dans le design de celles-ci. Il faut donc poser la question de la conception et de l’orientation. "La technologie n’est pas neutre, la science n’est pas neutre”. Nous créons les choses à partir de ce que nous sommes, de notre vision du monde. Il faudrait comprendre l’existence de ces biais pour adopter une approche collaborative dans la conception de ces technologies qui ont impact planétaire.10” - L’impact de la technologieL’impact de la page de résultat de Google sur nos vies alors qu’on ne sait pas comment l’algorithme fonctionne vraiment. L’utilisation des réseaux sociaux a un impact sur la construction du cerveau des jeunes et crée des depressions.L’exemple de Facebook durant la dernière élection américaine du fait du fonctionnement de l’algorithme: le biais vers la consommation des information extrêmes et des informations qui nous enferment dans nos propres convictions. Les sociétés deviennent de plus en plus polarisées du fait de la consommation de l’information sur les réseaux sociaux.Les risques pour le fonctionnement de la démocratie sont énormes: celle-ci est fondée sur l’idée du débat d’opinion pour finalement atteindre une forme de consensus, mais les réseaux sociaux nous enferment dans nos grilles de lecture. Les logiciels de reconnaissance de visage sont biaisés et pourtant déjà utilisés par les gouvernements. 18” - Les risques ?Personne ne décide vraiment… Les algorithmes ne sont pas visibles, on a de plus en plus de mal à en voir les biais. On pense que la technologie est neutre mais ce n’est pas le cas. On a tendance à faire confiance à la tech de manière aveugle et on a tort. Du problème des inégalités aux USA...L’objectif des entreprises qui produisent ces technologies est simplement de croitre et de contrôler autant que possible nos données pour influencer nos choix. C’est pour cette raison qu’elles doivent être régulées. 23” - Le rôle de la technologie pour adresser les problèmes globaux ?Des réseaux sociaux locaux pour répondre aux désastres naturels rapidement.L’optimisation énergétique vs. la consommation énergétique liée au numérique.26” - Recommendation pour les individusPrendre conscience de l’impact des technologies numériques sur nos vie.S’ouvrir à d’autres sources d’information sur le monde.Se recentrer sur les valeurs humaines et faire en sorte que la technologie soit au service de ça. Les livres de RameshWhose Global Village ? Rethinking how technology impacts our world ?After the InternetEcoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou sur Twitter et Facebook Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutubeAbonnez vous à la newsletter !
like podcast

21 août 2019 - 00:57:44
Faut-il sauver le monde ? C’est je crois la question que j’avais en tête au départ de cet interview avant Franck Lopve, avec en creux une interrogation sur ma propre responsabilité d'homme face à des évènements qui semblent nous dépasser.Ce que j’ai voulu aller chercher chez Franck c’est sa capacité à nous faire changer de regard sur les choses en général et sur nous-même en particulier pour nous mettre face à nos mécanismes de pensée et d'action.Ce que je l’avais entendu dire sur les notions de bien et de mal, de responsabilité, de libre arbitre et de subjectivité m’ont permis de beaucoup avancer dans mes réflexions sur quoi faire de ce futur angoissant dont je découvre la complexité et la réalité chaque jour un peu plus.J’ai voulu partager ça avec vous dans Sismique...Interview enregistré le 27 juillet 2019.De quoi parle-t-on ?2” - Planter le décorQu’est ce que notre planète ? Un caillou ou un être vivant ? L’angoisse de la mortAccepter que nos perceptions sont limitées“ Il a d’abord fallu que je passe par l’élargissement de ma propre vision pour comprendre” L’intelligence de la vie“Aujourd’hui il y a quelque chose de l’ordre du mystérieux qui est intégré à ma vision de la planète” Notre perception est polarisée : mal ou bien. L’acceleration actuelle comporte en elle-même le pire et le meilleur. 8” - Faire des choix ? L’idée n’est pas de sauver la planète mais de sauver l’humain : le désir de survie et la peur de la mort“ Le reflexe de survit nous amène à teinter notre façon de regarder le monde” La métaphore de la plage, l’humanité et du grain de sable, moi.“ Quel personne ai-je envie d’être ?”“ Sortir de la croyance que tout le monde voit la même chose” Ramener le drame à l’intérieur de moi.“ J’ai envie de passer par l’égoïsme comme clé de l’altruisme” 12” - Changer le monde ? “ Tout ce que je connais du monde est passé par mes sens” “ Je ne crois pas en l’objectivité "“ Je crois que l’observateur d’une situation change ce qu’il est en train d’observer"“ On aime se réunir contre” L’experience du 100è singeLes idées sont dans l’air et on s’en saisie“ Je me suis débarrassé du besoin de la preuve” 18” - Responsabilité et engagement“ Accepter de regarder que le monde fonctionne exactement comme je fonctionne” Commencer par soi“ Le monde est le résultat des pensées que les humains ont à propos de ce monde” Accepter le bien et le mal à l’intérieur de soi. On perçoit à l’extérieur ce qu’on est à l'intérieur“ Le désir de faire le bien pour aller combattre le mal, c’est le (aussi) le mal” Le mal et le bien se complètent, ils ne vont pas l’un sans l’autre. S’engager pour éradiquer le mal ou bien s’engager pour dire qui l’on est. Ce n’est pas la même chose. 27" - La moralLa morale est-elle vraiment utile ?“ Je pense que la morale est plus juste quand elle redevient un problème intérieur” On peut voir le bien et mal dans chaque évènement“ Lorsque le pire se présente, le désir de meilleur se présente avec” 31” - Changer le monde ? La culture de l’individualité et le déni de notre animalité (depuis Jésus Christ)C’est l’étouffement de notre animalité qui aboutit à la situation actuelle.Le libre arbitre et la métaphore de la mouche dans le train“ Quand je fais un pas, il vient d’être écrit depuis toujours” “ Ma liberté est totale et en même temps elle n’existe pas du tout” “ Le choix s’inscrit dans le plan et crée le plan”“ Tous les choix comportent en eux-même la possibilité du pire et du meilleur” “ Le monde que je perçois n’est qu’une infime partie de ce qu’est le monde, et il me parle de qui je suis aujourd’hui.” 41” - Créer sa propre réalité ?“ J’ai le sentiment que plus la réalité est dense plus elle est rêvée” “ La vie prend la forme ce que je pense d’elle” La vie que j’ai ressemble à l’énergie que je porte et aux croyances que j’entretiens"45” - Le réchauffement de la planète“ Nous faisons partie de la planète” “ J’entrevois cette planète comme étant un être… avec son propre vécu” “ La planète est en train de changer de tonalité vibratoire”Le pire pour nous car nous avons peur de disparaitre… mais la planète s’en fou. “Cet être nous dépasse” Fonte des glaces et libération de l’information.NB: allusion à la mémoire de l’eau, théorie très controversée:cf article wikipédia.Sortir de la posture du bien et du mal52" - Notre responsabilité envers les générations futures“ Ma responsabilité de père : m’autoriser à échouer devant mes enfants … montrer que je suis le mal et le bien.” “ On ne peut pas enseigner quoi que ce soit aux enfants, ils se chargent de nous copier. ” Sortir de la posture de l’homme bon, renouer avec l’homme complet.Ecoutez le podcast sur vos applis préférées, découvrez plus de contenus sur Sismique.fr ou sur Twitter et Facebook Apple PodcastsOvercastDeezerSpotifyYoutubeAbonnez vous à la newsletter ! 
like podcast

20 / 49 épisodes
1 2 3
Scroll to top