RÉELLES par Estelle Abbou

4 abonnés
S'abonner
Bonjour à tous, Je m'appelle Estelle Abbou et je vous souhaite la bienvenue sur REELLES. Avec ce podcast, je donne la parole à celles et ceux qui soignent le monde, l'économie, l'autre et les générations futures. Par leurs actions, leurs entreprises, leurs pensées, leurs oeuvres ou leurs visions, ces hommes et ces femmes contribuent d'une manière ou d'une autre au monde de demain et à celui d'aujourd'hui. Si vous aimez le podcast et que vous voulez me soutenir dans ma démarche, la meilleure manière de le faire est de vous abonner ici et sur Itunes, de mettre 5 étoiles à l'épisode, de le commenter et d'en parler autour de vous, sur les réseaux sociaux et dans la vie réelle. Bonne écoute!

75 épisodes

12 juillet 2020 - 00:50:52
Pas de grandes études et pourtant 1ère femme à intégrer le Comité exécutif de la BNP Paribas.  La femme que vous allez entendre durant notre conversation est tout simplement extraordinaire. Je pèse mes mots. Elle incarne l’intrapreuneriat au féminin, la ténacité, la patience et la volonté.  Elle a gravi les échelons un à un durant toute sa carrière faite au sein de cette célèbre banque.  Rôle modèle oui, mais pas que. Vous allez vous en rendre compte par vous même. Avec elle nous avons parlé des femmes, de la ligne de crédit sans précédent de 4 milliards débloquée par la BNP sous son impulsion et à destination des femmes entrepreneurs. Mais aussi de la vie après le confinement, de SA vie après avoir occupé un statut professionnel honorifique, de son émerveillement perpétuellement renouvelé, de notre France et de la nécessaire coalition positive pour la soigner, de ses envies actuelles, de son point de vue sur les droits des femmes, de l’inégalité des ambitions entre hommes et femmes et des solutions pour y remédier et de l’habit qui fait la femme.  Bonne écoute avec Madame Marie Claire Capobianco, Directrice Croissance & Entreprises et membre du Comité Exécutif du Groupe BNP Paribas.
like podcast

7 juin 2020 - 01:02:46
Episode en résonance avec une citation de Camille Sfez invitée précédemment dans RÉELLES : « C’est le patriarcat qui a fait croire aux femmes que pour être libres et épanouies il fallait être comme des hommes ».  Que faut il savoir pour que notre genre ne soit pas un poids dans notre parcours professionnel ?  Mon invitée s’est attaquée au sujet avec brio à travers un ouvrage récemment paru et qui s’intitule : "Les règles du jeu, ce que l’on devrait toutes savoir pour réussir au travail » aux éditions Dunod. Il y a de l’impact positif dedans. L'auteure donne des clefs à travers son témoignage au sein du milieu du trading de matières premières et permet ainsi d’aider sa prochaine et son prochain aussi finalement. Car cette question concerne autant les hommes que les femmes.  Un conseil : Lisez le !  Durant cet épisode avec Clara, nous avons parlé de syndrome de la bonne élève, de la différence entre pointer un problème et passer à l’action pour trouver une solution concrète, du salariat, de la différence entre ce que l’on apprend à l’école et ce qui est vraiment utile au quotidien dans le travail, de l’autonomie psychique, des freins extérieurs et intérieurs que nous avons toutes expérimenté, de l’idée de rémunérer les mères au foyer et de ses coups de coeur.  Allez maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole à la talentueuse Clara Moley, spécialiste des matières premières, advocate de l'égalité au travail, et conférencière
like podcast

25 mai 2020 - 01:15:41
L’alimentation et la planète sont deux sujets intrinséquement liés qui ont toujours été très importants pour moi.  Dans mes différentes recherches à ce titre, j’ai découvert une organisation à but non lucratif il y a quelques temps.  FOODWATCH via sa newsletter.  FOODWATCH c’est une association qui se bat pour une alimentation sans risques, saine et abordable pour toutes et tous. Porte voix des consommateurs et consommatrices, Foodwatch milite pour plus de transparence dans le secteur alimentaire et défend donc notre droit à une alimentation qui ne porte atteinte, ni aux personnes, ni à l’environnement.  Cela faisait longtemps que je voulais aborder ces questions fondamentales et j’ai donc contacté la Directrice Générale de Foodwatch France, Karine Jacquemart que j’ai le plaisir de reçevoir dans cet épisode. Je vous conseille de prendre un papier et un stylo car cet épisode est très pédagogique et grandement documenté et j’ose le dire : important. Il y a du contre pouvoir dans l’action de Foodwatch et avec Karine, nous avons parlé de son parcours précédent au sein de Greenpeace, des enjeux stratégiques qui se tissent derrière la malbouffe, de l’obésité, du pétrole dans nos aliments, des perturbateurs endocriniens, du règne de la désinformation, des 388 additifs potentiellement dangereux pour la santé, de l’Europe, des pesticides, du principe de précaution, du bio, des étiquettes peu fiables en période de Covid19 et de la Stratégie du Choc de Naomi Klein.  Allez maintenant j’arrête de parler et je laisse la parole à Karine Jacquemart, Directrice Générale de Foodwatch France 
like podcast

10 mai 2020 - 00:53:16
 L’économie réelle. Il en est grandement question en ce moment et c’est le sujet de cet épisode.  Il existe beaucoup de définitions mais on peut dire qu’il s’agit de l’activité économique locale et concrète pour la société civile, les entreprises et les collectivités qui produisent ou consomment réellement des biens et services en dehors de sa partie spéculative. C’est à dire, hors de la finance et de la bourse. Mon invitée est engagée dans cette voie et c’est pour cela que j’ai eu envie de la recevoir sur RÉELLES  Après une expérience au sein de Planet Finance la fondation de Jacques Attali désormais appelée Positive Planet, mon invitée a accompagné le développement de la célèbre plateforme de financement participatif Ulule. La Tech for Good n’a pas de secret pour elle. Elle a récemment rejoint l’équipe deMarc Ménasé, serial entrepreneur et investisseur dans l’aventure Founders Future (https://foundersfuture.com/?lang=fr).  Alors c’est quoi? C’est un fonds d’investissement qui regroupe plus de 30 entrepreneurs, pour financer des entreprises à mission, celles qui s’inscrivent dans une transition sociale et environnementale.  Avec Sarah, on a parlé bien entendu d’entrepreneuriat, de financement, participatif mais pas que. De l’action de son fonds d’investissement qui colle parfaitement à ce fameux « monde de demain », de mesure d’impact positif, d’entrepreneuriat au féminin, de son rôle de maman conjugué à sa carrière et de la talentueuse Leila Slimani! Allez maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole à Sarah Corne, co partner de Founders Future (https://foundersfuture.com/?lang=fr).
like podcast

3 mai 2020 - 00:52:00
  "L’écriture, par le rythme d’une voix, le mouvement d’une phrase, calme la conscience ordinaire et réveille une conscience du dessous, plus fine, à vif : l’écrivain est à la fois anesthésiste et chirurgien. Il endort l’âme avant de l’ouvrir."  Cette phrase est issue de "l’Epuisement" de Christian Bobin.  A la base, je suis contre la chirurgie esthétique. Une sorte de loyauté à la nature. Mais à la base aussi, j’essaye toujours de comprendre mes oppositions et de remettre en question mes préjugés un maximum.   J’ai toujours été choquée que l’on admire une beauté fausse et puis j’ai compris que la chirurgie plastique, pouvait avoir un impact positif. Elle pouvait réparer des gens. Des grands brulés, des personnes mutilées après une opération suite à un cancer. Alors oui, évoquer la chirurgie esthétique c’est forcément toucher à la confiance en soi, au regard de l’autre mais surtout au regard que l’on porte sur soi. Un sujet qui me passionne philosophiquement. Mon invité est chirurgien esthétique, plasticien et réparateur. Il a été chef de clinique dans le service des grands brulés de l’Hopital Saint Antoine du Professeur Mimoun.  Selon lui, il n’y a pas de différence entre la chirurgie esthétique et la chirurgie réparatrice. Il soigne ses patients de la même façon.  Il refuse certaines opérations.  J’ai découvert grâce notre échange qu’un bon chirurgien plasticien est avant tout un fin psychologue. Il appréhende un mal être et j’ai le sentiment que sa pratique est salvatrice, à l’abris de l’image négative que l’on peut avoir de la chirurgie esthétique.  Durant cette période d’épidémie, j’ai eu envie de lui donner la parole non pas seulement en tant que chirurgien, mais en tant que médecin. Avec lui nous avons évoqué son parcours, sa vocation, les cas qu’ils traitent comme ceux qu’il refuse, la résurgence de l’image de femme objet à l’heure des réseaux sociaux, mais également de sa contribution concrète à ce que le monde hospitalier a traversé durant l’épidémie de Covid19, du recours des hommes à la chirurgie, de sa vision de la France, des mesures qu’il estime nécessaires pour sauvegarder notre système hospitalier, du bureau des légendes, de l’air contaminé et de l’usage des masques.  Allez maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole au Docteur Benjamin Pulvermacker Chirurgien esthétique, plasticien et réparateur 
like podcast

29 mars 2020 - 01:07:41
Une ville décarbonnée ça vous parle forcément en ce moment non?  Et bien c’est un de nos sujets avec mon invité cet semaine.  Bien que cet épisode ait été enregistré il y a plus d’un mois, je pense qu’il résonnera particulièrement en vous en ce moment.  Je ne peux pas commencer l’introduction de cet épisode sans dire et redire à quel point je pense à celles et ceux qui souffrent, physiquement, mentalement, moralement et financièrement.  Je pense à ces familles endeuillées et bien entendu aux hommes et aux femmes qui forment le personnel soignant de notre pays, et sont, de fait nos héros et héroines. A eux et elles, un IMMENSE MERCI. Et puis dire aussi merci. Merci à vous tous et toutes pour cette pluie de messages sans précédents depuis le début du podcast.  Vous êtes, même encore aujourd’hui, de plus en plus nombreux à écouter le podcast. Et j’espère de tout mon coeur qu’il vous apportera un peu d’apaisement durant cette période de pandémie.  Je me pose beaucoup de questions en ce moment sur l’avenir de mon podcast et la manière dont il doit évoluer donc n’hésitez surtout pas à m’envoyer vos recommandations et vos idées. C’est toujours un bonheur de vous lire.  Merci aussi à Vincent Rochette sans qui ce podcast n’existerait pas. Il m’accompagne sur le montage mais il m’accompagne tout simplement. Alors Vincent, merci.  Allez, je passe à l’introduction de mon invité.  Il est déjà venu dans le podcast, mais j’ai eu envie de lui donner la parole à nouveau car j’aime tisser des liens avec mes invités, et je mesure ma chance de les avoir toujours autour de moi.  Sociologue de formation, Nathan Stern (https://about.me/nathan.stern) se définit comme un ingénieur social. Il conçoit des réseaux sociaux, des jeux, des programmes, tout ce qui peut créer du lien social justement.. Il a à coeur de faire baisser la violence dans les cours d’école, faire en sorte d’augmenter la coopération dans les organisations, d’adoucir l’administration et de réchauffer ce qui peut sembler froid comme un abribus.  A son actif, Peuplade, un réseau social local pour habitants d’un même quartier, ou encore "Voisin.age (https://www.voisin-age.fr/)" qui rassemble les voisins autour des personnes âgés de leur quartier.  Il a également co fondé "Avec nos proches (https://www.avecnosproches.com/et_vous/decouvrir-anp/)" un réseau social téléphonique pour les aidants familiaux, et Happy Week (https://www.avecnosproches.com/et_vous/decouvrir-anp/), un jeu collaboratif qui donne envie aux enfants d’accomplir les tâches du quotidien comme un jeu.  Mais il ne s’arrête pas là. Il regorge de projets toujours et encore.  Avec lui, on a parlé de l’empathie, au coeur de son action, des couples en difficulté, des enjeux du commerce actuellement, d’écologie et des effets pervers de l’éco anxiété, du low coast et, de l’importance de sortir de la quête du méchant, de la vindicte populaire et de la moraline, du temps passé sur Netflix ou sa console de jeux, de l’importance de cultiver la sensibilité, de l’isolement et de la solitude, de la transformation des consciences, de notre cher pays, la France et des travers de la bonne conscience. Je vous souhaite de passer un aussi bon moment que ce le fut pour moi avec Nathan Stern.  (https://about.me/nathan.stern)
like podcast

25 mars 2020 - 00:27:58
Episode spécial "FEEL GOOD" !  Il s’ajoute à celui que je diffuse tous les dimanches. Pourquoi? Un concours de circonstances.  Durant cette période O combien inédite complexe et douloureuse, je voulais créer un contenu supplémentaire, à impact positif et adapté aux circonstances. Mais je ne me sentais ni légitime ni apte à le faire.  Au même moment, un de mes chers invités, devenu un de mes plus précieux amis, Jonathan Lehman, le Buddha d’aujourd’hui m’a envoyé ce que vous allez pouvoir entendre en bonus.  Son second ouvrage « Les Antisèches du bonheur » vient de sortir et sa promotion a été stoppée nette par l’actualité dramatique actuelle.  Fruit de près de dix années de recherches, d’expérimentations et de partages sur la question du bonheur.  Fondées en partie sur une approche originale de la méditation, Les Antisèches du Bonheur  rassemblent les principes et pratiques qui ont transformé sa vie et surement celles d’autres personnes. Selon moi, la parole de Jonathan doit rayonner et particulièrement en ce moment.  Voilà pourquoi, nous vous proposons ensemble ce contenu spontané qui s’appelle Journal Intime d’un confiné. Le son n’est pas parfait, mais c’est fait avec coeur et authenticité.  Dans l’urgence, pour juste aider un maximum.  Durant ces quelques minutes il nous aide à lutter contre nos pensées négatives durant le confinement,  à nous sentir moins seuls, à se concentrer sur les choses spécifiques pour maintenir un état vital de gratitude et à la fin, il vous propose une méditation guidée.  J’espère sincèrement que cet épisode aura un impact positif sur vous, je vous embrasse fort et je vous laisse en compagnie de Jonathan Lehman, l’inventeur de la communautés des Antisèches du bonheur
like podcast

22 mars 2020 - 01:06:40
Mes premières pensées vont à celles et ceux qui souffrent.  Mentalement, physiquement, moralement, financièrement, économiquement.  Vous êtes de plus en plus nombreux à écouter ce podcast alors je vais en profiter pour répéter un message qui semble t’il n’est pas encore assez compris : RESTEZ CHEZ VOUS.  Applaudir le personnel soignant le soir c’est bien, mais respecter le confinement est une obligation civique et ce que l’on a trouvé de mieux pour le moment pour vaincre cette pandémie.  Alors RESTEZ CHEZ VOUS. De tout mon coeur, j’espère que nous sortirons tous rapidement et grandis de cette épreuve sans précédent.  Je ne sais pas si je pourrai vous aider mais sachez que vous pouvez m’écrire, ou même m’appelez si ça ne va pas.  Mon email : [email protected] (mailto:[email protected])  Précision avant de vous présenter mon invité de la semaine : cette épisode a été enregistré il y a quelques temps. Très peu de temps après la cérémonie des Césars et au tout début de la pandémie du coronavirus.  Ni moi ni mon invité ne pouvions donc avoir notion de l’ampleur de ce que nous vivons actuellement.  Il est important de le retenir pour que vous puissiez remettre nos propos dans leurs contexte temporel. Mais malgré le timing, cet épisode est un heureux hasard. Il reste d’actualité car il est principalement question de la peur.  Quand j’ai réécouté notre conversation, j’ai été réconfortée par le son de sa voix et son rire. Et j’espère qu’il en sera de même pour vous.  Passionné par la question de la créativité et de l’expression des émotions, il est un révélateur de personnalité, un créateur, un musicien, un artiste et un gran altruiste.  Un chef d’orchestre, un révélateur de soi, un créateur, un musicien de la vie. Son parcours dans le monde musical est impressionnant. Il mêle direction artistique et thérapie holistique à destination de publics divers et variés. Son moteur est d’accompagner chaque personne dans son intelligence émotionnelle pour mener une existence créative. Il a travaillé avec des artistes tels que Christine and the Queens, Eddy De Pretto ou encore Grand Corps Malade.  En 2018 il crée le compte Instagram et le podcast Balance ta peur qui célèbre la vulnérabilité comme une force de nombreux anonymes. Avec lui nous avons parlé de son parcours, de ses origines et de ses parents danseurs. De l’énergie du corps et de psychogénéalogie, du rapport au père quand il est question d’être un homme, de la peur du coronavirus, d’Amour, de liberté, de l’angoisse du choix, de la charge mentale liée au couple, de ses peurs, de méditation, de guerre et de la beauté des personnes qui ont souffert.  Il porte bien son prénom.  Allez maintenant j’arrête de parler et je laisse la parole au génial ANGELO FOLEY
like podcast

15 mars 2020 - 00:58:32
"Nous sommes nés à un moment donné, en un lieu donné et, comme le vins millésimé, nous avons les qualités de l’année et de la saison à laquelle nous sommes nés. L’astrologie ne prétend pas à quelque chose de plus".  Cette phrase est de Carl Jung, figure de la psychologie analytique.  Si je le cite c’est pour vous parler d’astro psychologie. Une discipline de tradition américaine et anglaise, encore peu développée en France. Ca consiste d’une part à utiliser l’astrologie pour mieux se connaitre, et d’autre part à proposer un accompagnement thérapeutique pour trouver ou RE trouver son équilibre.  Il y a quelques temps, je me suis instinctivement intéressée à l’astrologie et de fait à l’astro psychologie. Après quelques recherches et un joli hasard, j’ai un peu le sentiment d’avoir trouvé une perle au milieu d’un océan devenu vaste et agité pour venir en parler dans réelles.  Sa vocation : faire du thème astral, un outil de développement personnel. Après un parcours académique classique, elle a été enseignante et journaliste.  Il y a deux ans, elle a décidé d’entreprendre et de devenir astro psychologue. Elle est rationnelle, authentique, travailleuse et ultra cultivée.  Avec elle nous avons bien entendu parler de sa vision de l’astrologie loin des prédictions, de libre arbitre, toujours au coeur de son approche, de l’astrologie malencontreuse et parfois même destructrice, de cette fameuse rétrogradation de Mercure même si elle est redevenue directe le 10 mars, de la lune, de nos soleils, de nos maisons, de ses références littéraire et surtout de l’impact positif que peut avoir l’astrologie dans la quête d’équilibre et dans nos rapports à l’autre.  L’uivers a une intelligence amie, elle en a la conviction.  Bonne écoute avec la géniale Leah Philpott.  Et pour la contacter c'est par là : https://www.philpott-astrocoach.com/accueil
like podcast

8 mars 2020 - 00:44:37
 Il y a peu de temps j’ai ouvert Forbes et j’ai vu ma maman dans le classement des femmes d’influence. J’étais non seulement fière mais très très émue. C’est du perso mais j’assume totalement. J’ai besoin de lui rendre hommage à elle et à son réseau de femmes entrepreneuses qui s’appelle Wimadame. Car finalement c’est en grande partie grâce à elle que je sais ce que veut dire ténacité, conviction et combats au féminin. Ce qui m’a beaucoup touché c’est que c'est un homme qui est à la source de la reconnaissance de son travail.  Cet homme, vous allez l’entendre dans ce podcast il est profondément féministe. Il est patron de presse indépendant féministe. Ca ne court pas les rues donc j’ai voulu comprendre sa démarche, et je pense que vous allez vous en rendre compte, il a une énergie positive assez rare et ses messages simples sont utiles.  Il est entrepreneur, généreux, courageux et surtout toujours de bonne humeur.  Avec lui on a parlé de la licence de marque comme outil pour créer son entreprise, de méritocratie en France, de la garage mentality à savoir faire avec rien, de l’indépendance capitalistique quand on est patron de presse, de sa vision de l’économie française, de la différence entre héritier et milliardaire, des femmes entrepreneuses en france qui sont bien souvent aussi des influenceuses, de Bernard Arnault et de ses conseils business quand on entreprend. Je suis ressortie de l’interview de très bonne humeur et j’espère que ça sera le cas pour vous aussi.  Bonne écoute avec Dominique Busso, PDG de Forbes France. 
like podcast

4 mars 2020 - 00:19:56
Jacques Attali by Estelle
like podcast

4 mars 2020 - 00:39:43
Cet épisode a été rendu possible grâce à Marc Fiorentino. Non pas en tant que sponsor ;-) mais c'est lui, un de mes premiers patrons devenu ami, qui m'a dit "rencontre Pascal Chevalier". Enfant biberonnée à la presse, journaliste de formation, j'ai sauté sur l'occasion de rencontrer l'homme qui a bouleversé une économie qui me passionne, à savoir celle des médias.  Il est à la tête du groupe qu'il a fondé, Reworld Media.  SI vous ne voyez pas de quoi il s'agit, quelques chiffres : 483 Millions d'euros de CA, un EBITDA de 37,2M euros Audience de 17 millions de visiteurs uniques mensuels 150 millions d'exemplaires vendus sur l'année 2018 2,4 millions d'abonnés à ses magazines  21000 vidéos propriétaires, 9 millions de fans et followers sur les réseaux sociaux.  Plusieurs dixaines de marques médias à son actif, dont Marie France, Grazia, Be, Biba, Maison & Travaux, Télé Magazine, Auto Moto, Sciences & Vie, Auto plus, Le Chasseur Français et bien d'autres.  Par des acquisitions successives, notamment Mondadori France, Reworld Media est aujourd'hui le leader français des médias thématiques, le 1er éditeur de presse thématique et le 4ème groupe média thématique dans le digital.  J'avais entendu des choses sur Pascal Chevalier, mais j'ai toujours préféré me faire mon opinion par moi même. Et je n'ai pas été déçue. Je ne m'attendais pas à rencontrer une incarnation aussi puissante de l'entrepreneur positif. Je pense qu'il n'a peur de rien. Ou en tout cas pas de grand chose.  Avec lui, on a parlé de la nécessité de voir les choses en grand lorsque l'on entreprend, de la transformation qui dérange quand on veut bouger les lignes, de l'économie des médias, de la dimension humaine dans la reprise d'entreprise, de marketing digital, de Fifty Partners, de sport, des régions françaises, de sa vision de la France, du don et du partage nécessaire avec son équipe lorsque l'on veut être un patron ou une patronne nouvelle version. Un jour on m'a dit, la vie c'est comme la bicyclette, si tu arrêtes de pédaler tu tombes.  Il y a en qui avance très vite, et distille de l'énergie positive au passage.  Alors bonne écoute avec Pascal Chevalier, fondateur et PDG de Reworld Media!
like podcast

4 mars 2020 - 00:56:42
 L’hypnose. On en parle beaucoup. Personnellement je n’y croyais pas. Et puis, j’ai rencontré des gens pour qui ça a marché. Alors j’ai voulu creuser le sujet avec une de mes très bonnes amies qui a décidé de devenir hypnothérapeute après une carrière durant laquelle nous nous sommes rencontrées.  Elle a accepté de prendre le micro et ça n’était pas acquis car elle attache une grande importance à respecter non seulement sa pratique mais également la confidentialité qui s’y rattache.  Vous allez voir, je pose des questions toutes bêtes et j’espère que ça vous sera utile si tout comme moi vous aviez une forme de réticence sur le sujet.  Avec elle, on évoque les origines de l’hypnose, la thérapie au sens large qui relie corps et esprit, l’état de pleine conscience, les maux de notre époque, le charlatanisme dans ce secteur, la PNL et aussi ce qu’implique une reconversion pour devenir sa propre patronne. Elle ne vend rien, elle explique ce qu’elle fait pour démontrer que l’hypnose a bel et bien un impact positif. Et j’insiste pour dire que c’est important pour moi de soutenir des femmes entrepreneuses qui ont changé de voie pour trouver la leurs. Allez maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole à Alix George hypnothérapeute. Pour la contacter, c'est par là: https://alixgeorge-hypnotherapie.com/
like podcast

4 mars 2020 - 01:02:54
  Episode à contre emploi!  Il est acteur, réalisateur, scénariste, comédien. Il nous a fait rire, beaucoup rire avec Jean Paul Roove parmi les Robins des bois et aussi en associant son talent à celui d’autres illustres personnalités comme notamment Dominique Farrugia, Alain Chabat  Je dis à contre emploi, car au fil de notre discussion, je suis certaine que vous aurez le sentiment de découvrir d’autres facettes de sa personnalité.  Il est profondémment humble et intelligent et avec lui nous avons parlé de ses parents soixantuitards, de ce que c’est qu’être un homme de 50 ans aujourd’hui, de l’échec, de paternité, de la dyslexie, de ses engagements humanitaires, de ses projets, de la vie après la mort, d’Edouard Baer mais surtout surtout d’un sujet qui nous tient à coeur à tous les deux : l’hypersensibilité.  Pour ne rien vous cacher, j’ai encore une fois oublié le micro emportée par ses propos plein de sens et d’impact positif.  Alors maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole au génial Maurice Barthélemy. 
like podcast

4 mars 2020 - 00:49:43
Elle est drôle. Elle est vraiment très très drôle. Elle est entrepreneuse.  Elle n’a jamais donné d’interview. Je suis donc très honorée. L'humour est la plus belle des formes d’intelligence selon moi. Je l'ai repéré sur instagram car elle me faisait beaucoup rire. Je lui ai écrit pour l'inviter dans mon podcast et elle m’a dit oui. Avec elle on a parlé de son parcours, des petits jobs qui apprennent beaucoup, de son entreprise, de sa vision des relations sentimentales à l’heure des réseaux sociaux, de fidélité, de la bêtise humaine, du racisme, d’écologie, des enfants et de ce qu’ils ont à nous apprendre, de la colère, de la compétition vis à vis de soi. de ce qu’une femme peut observer et faire dans un milieu masculin, de son futur spectacle, et du remède par l’humour en toutes circonstances y compris la mort d’un proche. Je vous préviens, j’ai hésité longuement au montage car je pleure dans l’épisode... J’ai failli l’enlever ce moment un peu bizarre et je me suis dit que c’était plus naturel de le laisser.  Allez maintenant j’arrête de parler et je laisse la place à ma conversation avec la formidable Sara Connard la créatrice du compte instagram du même compte. Bonne écoute! Estelle.
like podcast

4 mars 2020 - 01:05:03
Je refuse de dire qu’ils sont jeunes même s’ils ont 21 ans. Cela impliquerait de minorer leurs talents, leurs intelligences, leurs maturités et l’impact de leur entreprise sur nos cerveaux. ⁣⁣ Ils sont les fondateurs du compte instagram Diversification Littéraire. Ils s’appellent Grégoire Vazzoler et Louis Haeri. ⁣⁣ ⁣⁣ Ils postent des citations d’auteurs, des photos et des œuvres d’art pour rendre accessible et donner l’envie de lire, de se cultiver et donc de grandir, quel que soit notre âge. ⁣⁣ ⁣⁣ Mais même si vous n’avez pas instagram, même si vous n’aimez pas la littérature, vous allez découvrir, je le pense sincèrement, deux génies. Au delà de leur communauté de plus de 20.000 abonnés, ils agissent pour le bien commun. ⁣⁣ ⁣⁣ Durant notre discussion nous avons parlé de ce que c’est que d’avoir 20 ans aujourd’hui, du droit à la culture, de littérature bien sûr, du monde de l’édition à notre époque où le marketing prend souvent le pas sur l’art; de cinéma; de féminisme; de Romain Gary ; des bienfaits de la lecture, potentiellement le meilleur coach en développement personnel et également de leur projet de podcast et de média. ⁣⁣ ⁣⁣ Cet épisode a un réel impact positif, je dirai même qu’il est d’utilité publique donc je vous invite à le partager le plus largement possible et à prendre un stylo pour noter leurs références littéraires. ⁣⁣ Merci à vous deux @diversificationlitteraire ! Et bonne écoute à vous mes ami(e)s! ⁣⁣ ⁣⁣ ⁣⁣ #diversificationlittéraire #littérature #lire #culture #librairie #art #création #jeunesse #impactpositif #inspiration #développementpersonnel #éditionlittéraire #romaingary #gustaveflaubert #écrire #transmission
like podcast

4 mars 2020 - 00:49:07
Cette semaine, je vous propose une conversation avec une femme exceptionnelle. Dans tous les sens du terme. Elle a une énergie absolument dingue et, surtout, son action a un impact positif sur de nombreuses familles. Elle est la créatrice du podcast Bliss Stories. Le podcast décomplexé sur la grossesse et l’accouchement.  Depuis son lancement il y a un peu plus d’un an et demi, son podcast dépasse les 5 millions d’auditeurs. Son succès est absolument dingue, mais après avoir passé plus d’une heure avec elle, je peux vous garantir qu’elle ne l’a pas volé mais le mérite amplement.  J’ai fait une belle rencontre et je suis ressortie de l’entretien avec le sourire et ce que j’aime le plus : l’espoir. Elle a décidé depuis peu de se consacrer uniquement à Bliss Stories et c’est la raison pour laquelle j’ai tenu à la rencontrer maintenant qu’elle a mis son podcast au centre de sa vie. Avec Clementine nous avons abordé les débuts de bliss et son rythme de vie "maman entrepreneuse"; le fait de se sentir utile; les violences obstétricales; la désinformation autour de la maternité; les nouvelles parentalités; l’industrie du podcast; ses coups de coeur et son non coup de gueule.  Allez maintenant j’arrête de parler et je laisse la parole à la lumineuse Clementine Galey.
like podcast

4 mars 2020 - 01:02:39
Au programme pour le premier épisode de 2020, un sujet qui me passionne tant il est vecteur de liberté : les femmes et l’argent.  Je ne sais pas si vous le savez, mais je suis très impliquée dans la formation à HEC Entrepreneurs. J’en suis sortie saine et sauve et diplômée en 2012, et depuis j’essaye de rendre du mieux ce que cette formation m’a apporté en m’impliquant dans sa pédagogie. C’est à HEC que j’ai rencontré la femme que vous allez entendre dans cet épisode.  Honnêtement, elle m’a épatée.  C’est SUPER rare d’entendre un discours sur les femmes et l’argent, chiffrée, argumentée et concret. Dans cette conversation, il y des preuves de l'importance d'avoir des femmes dans l'économie. Après un passage en cabinet ministériel, puis à Harvard, elle fait le choix de servir l’intérêt général dans le secteur privé en investissant dans des entreprises à impact via Fiblac (Family Office de la Financière de Blacailloux qu’elle a monté et dirige encore aujourd’hui).Elle est également au board d’AngelSquare Fintech dont on parle pendant l’épisode. et spécialiste des sujets de genre.  Elle figure  dans le classement des Business Angels français les plus actifs.   Avec elle on a notamment parlé de la diversité comme facteur clef de succès d’une entreprise, de l’impact positif dans le secteur de l’investissement, de maternité bubble gum toute parfaite sur instagram qui peut faire du mal aux mamans, du collectif SISTA qui bouge les lignes pour les femmes entrepreneurs, de sa vision de la femme dans notre société, des livres pour enfants et de sororité.  Je suis vraiment heureuse de commencer l’année avec cet épisode alors maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole à la formidable Valentine De Lasteyrie. 
like podcast

4 mars 2020 - 00:50:50
Ce que vous allez écouter est un épisode un peu spécial. Pour mieux vous expliquer les choses, j'ai envie de vous raconter une histoire vraie. Je suis passionnée par l'écrit, l'information et les médias depuis toujours. A une époque j'ai failli racheter un journal. Un titre de presse que je lisais depuis sa création en 2009. Pour la première fois, j'avais entre les mains un journal qui n'objectivait pas la femme mais s'adressait à son cerveau. Une sorte de troisième voix entre les féminins et les news généralistes. Libertaire, sarcastique et transgressant toutes les règles de la presse féminine. Je n'en pouvais plus de refermer les journaux bourrés de pub en me disant que je n'étais pas assez belle, que mon armoire devait toujours se remplir plus, que je devais perdre 3kgs avant l'été ou m'acheter 3 rouges à lèvres par mois. Sa baseline était plus féminine du cerveau que du capiton. Ce journal c'est Causette. Vous n'en avez peut être jamais entendu parler mais il a défrayé la chronique dans le milieu de la presse indépendante alors que toute le secteur de la presse papier vivait une grande crise. Quand on dit presse indépendante ca veut dire deux choses : ne dépend pas d'un groupe de presse et/ou ne dépend pas de la publicité mais de ses abonnés. Et ses abonnés à Causette ils ont été plus de 22.000. Le journal a atteint des scores de diffusion et de vente absolument fous et un chiffre d'affaires de plusieurs millions d'euros. Et puis, en 2016 patatra. Le journal a été placé en redressement judiciaire. Fin 2017, je travaillais sur un plan de reprise et j'ai eu envie de retrouver l'âme du journal. Les personnes qui en étaient à l'origine et qui incarnait ce projet hors du commun. C'est ainsi que j'ai rencontré la femme extraordinaire que vous allez entendre s'exprimer. Elle est co fondatrice du magazine. Elle fait partie de ses femmes qui sont non seulement inspirantes, libres, puissantes, authentiques et surtout drôles ! Aujourd'hui, un an après le mouvement metoo et le redressement judiciaire du titre , j'ai eu envie de revenir aux sources de l'impact positif qu'il a été à il y a 10 ans. Car oui, cette femme, classée par Slate comme l'une des plus influentes de France, avec une équipe formée d'hommes et de femmes, elle a fait bouger les lignes du réel par sa vision d'un féminisme inclusif et non excluant. Et en cela elle a contribué à faire évoluer la place des femmes dans notre société. Pour la petite anecdote, on a enregistré l'épisode chez elle. Si vous sentez des différences dans le niveau sonore c'est juste parce que Liliane quand elle s'exprime elle est passionnée donc elle a pas mal bougé. Sur la table du salon il y avait un petit apéritif, des jus de fruits frais et des fortune cookies. Vous savez ces petits gâteaux avec un message dedans. Le mien c'était une citation de Voltaire : " Rien ne se fait sans un peu d'enthousiasme" Et bien, je peux vous garantir une chose, quand vous aurez écouté cet épisode vous allez en avoir de l'enthousiasme. Je pense aussi que vous allez être surpris par sa vision, qu'elle va vous donner envie de réfléchir et surtout je crois qu'elle va vous faire rire. On a parlé de plein de choses dans cet épisode, de l'époque Charlie Hebdo, de presse, d'information, de culture, de vibration féminisme, de l'amour pour nos hommes, de migration, d'énergie et de chocolat. Allez maintenant, j'ai assez parlé, place à mon invitée, la cofondatrice du magazine Causette, Madame Liliane Roudière.
like podcast

1 mars 2020 - 00:56:42
 L’hypnose. On en parle beaucoup. Personnellement je n’y croyais pas. Et puis, j’ai rencontré des gens pour qui ça a marché. Alors j’ai voulu creuser le sujet avec une de mes très bonnes amies qui a décidé de devenir hypnothérapeute après une carrière durant laquelle nous nous sommes rencontrées.  Elle a accepté de prendre le micro et ça n’était pas acquis car elle attache une grande importance à respecter non seulement sa pratique mais également la confidentialité qui s’y rattache.  Vous allez voir, je pose des questions toutes bêtes et j’espère que ça vous sera utile si tout comme moi vous aviez une forme de réticence sur le sujet.  Avec elle, on évoque les origines de l’hypnose, la thérapie au sens large qui relie corps et esprit, l’état de pleine conscience, les maux de notre époque, le charlatanisme dans ce secteur, la PNL et aussi ce qu’implique une reconversion pour devenir sa propre patronne. Elle ne vend rien, elle explique ce qu’elle fait pour démontrer que l’hypnose a bel et bien un impact positif. Et j’insiste pour dire que c’est important pour moi de soutenir des femmes entrepreneuses qui ont changé de voie pour trouver la leurs. Allez maintenant, j’arrête de parler et je laisse la parole à Alix George hypnothérapeute. Pour la contacter, c'est par là: https://alixgeorge-hypnotherapie.com/
like podcast

20 / 75 épisodes
1 2 3 4
Scroll to top