Paroles d'histoire

12 abonnés
S'abonner
Un podcast consacré à l'actualité des livres, de la recherche et des débats en histoire

152 épisodes

21 septembre 2020 - 00:55:39
L’invité : Daniel Foliard, maître de conférences à l’université de Nanterre Le livre : Combattre, punir, photographier. Empires coloniaux, 1890-1914, Paris, La découverte, 2020. La discussion : * La photo de couverture du livre, frappante, et ce qu’elle dit des pratiques de photographie et de violences de la période 1890-1914 (1’25) * Une approche élargie de la sphère impériale et coloniale, des conflits lointains de cette époque (5’20) * L’avènement non linéaire de la photographie dans ces espaces, avec les premières vues de guerre des années 1840-1850 (9’25) * Concurrences et hybridations entre photos et dessins ou peintures (13’30) * La photographie, une technique d’enregistrement, et de domination, pour les administrations coloniales (16’30) * Une photo coloniale dont il ne faut pas surestimer l’efficacité malgré le grand nombre de photographes (22’) * Des questions davantage travaillées dans l’historiographie anglophone (23’50) * Quelles solutions aux dilemmes éthiques posés par les photos de violence ? (27’40) * Une codification des genres photographiques, aux formats de plus en plus normés (carte postale, presse…) (31’20) * Des schèmes culturels sur la guerre et des circuits de fabrication et diffusion des images qui sont en place bien avant 1914 (36’) * Des contemporains qui ont conscience de la possibilité de retouche des images (39’) * Des cultures visuelles différentes, suivant les pays ? (42’45) * La présence, plus forte qu’on ne l’imagine, de morts européens, dans les pages des journaux de l’époque (46’10)   Les références citées dans l’émission : * Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, Paris, Éditions de Minuit, 2003 * Pierre Schill (éd.), Réveiller l’archive d’une guerre coloniale : photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912), Grâne, Creaphis éditions, 2018. * Joëlle Beurier, Images et violence 1914-1918. Quand Le Miroir racontait la Grande Guerre, Paris, Éd. Nouveau monde, 2007 * Susan Sontag, Devant la douleur des autres, trad. de l’anglais par F. Durant-Bogaert, Paris, Christian Bourgois, 2003.   Les conseils de lecture : * Daniel Mendelsohn, Les disparus, Paris, Flammarion, 2007. * Francesca Melandri, Tous, sauf moi, Paris, Gallimard, 2019.  
like podcast

14 septembre 2020 - 00:42:55
L’invitée : Raphaëlle Branche, professeure à l’université de Nanterre Le livre : « Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? » Enquête sur un silence familial, Paris, La découverte, 2020. La discussion : * Quel regard sur la mission confiée à Benjamin Stora concernant la guerre d’Algérie (1’) * La question des archives classifiées et difficilement accessibles en raison de l’IGI 1300 (2’30) * Les archives psychiatriques et la difficulté de les consulter pour ce livre (5’) * À l’origine de cette recherche : « ils n’en ont jamais parlé », ce discours sur le silence dès les années 1990 (7’) * La fausse évidence du « silence » sur cette guerre (10’) * Le traumatisme de guerre, loin d’être la seule catégorie pertinente pour appréhender le retour d’Algérie (12’) * Une expérience algérienne éclatée, aux antipodes de la mobilisation générale de 1914 par exemple (15’50) * Les ressemblances et différences avec l’expérience des Américains au Vietnam (18’) * Le déni officiel de la « guerre » en Algérie et son poids (21’40) * Une difficulté à se dire combattant, avec un poids des guerres mondiales qui tend à écraser l’expérience algérienne (24’40) * Une « désynchronisation » de retour d’Algérie (28’20) * Les modalités d’une enquête reposant notamment sur des témoignages et questionnaires, donnant leur place aux adelphies (groupes de frères et sœurs) (31’) * Le recours aux archives pour combler ou compenser trous ou biais des témoignages (36’) * Les documents personnels et leur apport (38’50) Le conseil de film : * Les parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964)
like podcast

9 septembre 2020 - 00:44:50
L’invitée : Caroline Leininger-Frezal, maîtresse de conférences à l’Université de Paris, membre du LDAR   Le thème : la géographie scolaire, enjeux, programmes, méthodes La discussion : * Les origines du travail sur la didactique de la géographie (1’) * Le paradoxe d’une discipline enseignée avant tout par des historiennes et des historiens (4’) * Des ressources (web, livres) permettant aux collègues de se former dans la matière (5’15) * Quelles difficultés liées à cette formation parfois lacunaire ? (6’) * Penser l’espace, un enjeu à l’heure des outils numériques ordinaires (GPS etc.) ? (8’) * Des programmes d’une ambition conceptuelle souvent élevée (9’30) * La dimension politique des programmes de géographie, généralement sous-estimée (13’) * Quelles possibilités de transmettre autre chose qu’une géographie de la compétition et de la puissance ? (16’) * L’étude de cas, pilier de la géographie scolaire, et les problèmes que cela pose (17’40) * Comment « bien » enseigner les études de cas ? (22’) * Le croquis : ses bienfaits éventuels, ses limites fréquentes (24’) * La nomenclature des pays dans la géographie scolaire : développement, PED… et son origine (29’) * L’IDH (32’) et la division « nord-sud » qui complètent cette vision (33’) * L’origine des « pays émergents » et « BRICS » (35’30) * En finir avec « tigres », « dragons », etc. (39’) * Une tendance de fond qu’on peut observer :le vocabulaire de la « métropolisation » et des « villes mondiales », signe d’une vision néolibérale de l’espace (40’) Les références citées dans l’émission et le conseil de lecture : * Site Géoconfluences * Marie-Claire Robic et Muriel Rosemberg, Géographier aujourd’hui : Enseigner la géographie au collège et au lycée, Adapt Editions, 2016. * Pascal Clerc, Géographies. Épistémologie et histoire des savoirs sur l’espace, Paris, Armand Colin, 2019. * Pascal Clerc, La culture scolaire en géographie. Le monde dans la classe, Rennes, PUR, 2002.
like podcast

6 septembre 2020 - 00:48:23
L’invité : Hervé Mazurel, maître de conférences à l’université de Bourgogne Le livre : Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit, Paris, La découverte, 2020. La discussion: * L’irrruption étonnante de Kaspar Hauser à Nuremberg en 1828 (1’) * Comment l’inconnu a-t-il suscité l’intérêt et la protection de ses contemporains ? (3’30) * Ceux qui pensent que Kaspar était un imposteur (5’15) * Des archives conséquentes mais frustrantes et parcellaires (8’) * Un questionnement habituel : Kaspar est-il un prince déchu ? (10’30) * L’origine de l’enquête et de l’intérêt pour Kaspar Hauser (13’30) * Un livre qui est aussi une enquête sur l’enfance et ses apprentissages (16’) * Un homme sans contexte ? (18’30) * Un cas proche de ceux travaillés par la microstoria, et comme l’envers de Pinagot (20’45) * Kaspar, un « enfant sauvage » comme d’autres qui sont questionnés à cette période ? (23’30) * Que sait-on de la séquestration de Kaspar Hauser ? (28’30) * Des catégories de l’entendement différentes chez lui (32’) * Le programme pédagogique proposé à Kaspar, et les débats éducatifs qu’ils révèlent (33’30) * Le scepticisme religieux de Kaspar Hauser (39’) * Les écrits et dessins de Kaspar Hauser, et leurs singularités (42’) * Quel visage pour Kaspar ? (45’) Le conseil de lecture : * Christophe Granger, Joseph Kabris, les possibilités d’une vie, Anamosa, 2020 * Émission avec Hervé Mazurel autour de rêves et histoire
like podcast

3 septembre 2020 - 00:44:24
L’invitée : Bibia Pavard, maîtresse de conférences à l’université Paris-II Le livre : Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge ! Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La découverte, 2020. La discussion : * Une écriture collective issue d’un séminaire (2’) * Le partage du travail entre les auteures (4’10) * Les documents choisis et mis en avant dans l’ouvrage (6’) * Une remise à plat conceptuelle d’un certain nombre de notions et de termes, comme féminisme de « première » ou « deuxième vague » (7’35) * Le mot « féminisme », son histoire et sa pertinence pour le passé (10’30) * Le concept d’intersectionnalité, qui permet de complexifier l’histoire des féminismes (14’35) * Comment écrire une histoire qui présente les grandes figures des féminismes, sans occulter leurs dimensions collectives? (20’15) * La mise en avant de personnages peu connus comme les sœurs Nardal ou Louise Weiss (22’20) * Les discours antiféministes et leurs constantes (25’30) * Des problèmes à penser dans un temps historique long: la place des hommes dans ces luttes: la mixité ou non des mouvements féministes (26’50) * L’épanouissement des féminismes dans les années 1970 (30’20) non sans luttes mémorielles et politiques sur leur origine, et la date de naissance du MLF (32’50) * Des rapports parfois conflictuels ou concurrentiels entre groupes au sein d’un même espace des luttes (37′) * Le positionnement des historiennes et des historiens sur des questions socialement débattues (39’50) Les références citées dans le podcast : * Kimberly Crenshaw * Jacquemart place des hommes dans les mouvements féministes * Marion Charpenet, thèse mémoire organisations fémiistes Les conseils de films * L’une chante, l’autre pas (Agnès Varda, 1977) * Les conquérantes / Die Göttliche ordnung (Petra Volpe, 2017, épisode 116 du podcast avec Zoé Kergomard) Pour aller plus loin : archives du féminisme (nombreux liens et documents)
like podcast

31 juillet 2020 - 00:34:06
L’invité : Yan Lespoux, maître de conférences à l’Université Montpellier-III et auteur du blog Encore du noir Le thème : petit parcours au sein des polars et livres noirs sur fond historique Les livres évoqués et les périodes concernées * Rick Bass, La décimation (Texas 1842) * Colson Whitehead, Underground railroad (États-Unis au premier XIXe siècle) * E.L. Doctorow, La marche (guerre de sécession, 1864) * Marc Biancarelli, Orphelins de Dieu (Corse et Toscane au XIXe siècle) * Hervé Le corre, Dans l’ombre du brasier (Commune de 1871) * Abir Mukherjee, L’attaque du Calcutta-Darjeeling (Inde 1919) * David Grann, La note américaine (Oklahoma des années 1920) * Dennis Lehane, Un pays à l’aube (Boston 1918) * Maurizio de Giovanni, série du commissaire Ricciardi (Italie fasciste) * Philip Kerr, série Bernie Gunther, dont Une douce flamme (Allemagne nazie) * Pierre Siniac, Sous l’aile noire des rapaces (France de 1940) * James Ellroy, série « quatuor de Los Angeles » et « underworld USA » (États-Unis 1930-1970) * Thomas Cantaloube, Requiem pour une République (France 1959-1961) * Didier Daeninck, Meurtres pour mémoire (17 octobre 1961) * Alberto Garlini, Les noirs et les rouges (Italie des « années de plomb ») * David Peace, GB 84 (Angleterre de Thatcher)  
like podcast

31 juillet 2020 - 00:38:31
L’invitée : Camille Lefebvre, chargée de recherche au CNRS Lettre de l’émir des Touaregs Ibrahim Dassouk (ʾamīr tūāriq Ibrāhīm Dasūq) au colonel (al-Kulīnil), 1901, AN Niger, 7 B 1. 1, sous chemise Damergou, photo C. Lefebvre. La question : « La France et l’Afrique, 1830-1962 » (programme 2020-2021 des concours d’entrée aux ENS, voir la lettre de cadrage de la question) La discussion : * Un programme assez classique, au regard des renouvellements en histoire africaine et coloniale (1’) * Un champ de l’histoire très internationalisé (5’) * Les sources de l’histoire africaine, et l’importance des sources écrites locales, longtemps négligées (6’45), ouvrant sur la question des intermédiaires culturels, interprètes… (7’30) * Les questions de genre en situation coloniale (9’30) * La question clef de l’esclavage pour le XIXe siècle africain (14’) * Les enjeux spatiaux dans l’écriture de cette histoire (18’40) * Maghreb et Afrique subsaharienne : des historiographies artificiellement séparées ? (22’) * Une périodisation qui inclut la période 1830-1890, antérieure à la colonisation de la majeure partie de l’Afrique, moment de transformation profonde en Afrique de l’ouest (27’) * Conseils de lecture (30’) * La nécessité de réfléchir au vocabulaire de l’histoire coloniale (36′) Bibliographie (proposée par Camille Lefebvre) Pascale BARTHÉLÉMY, « « Je suis une Africaine… j’ai vingt ans ». Écrits féminins et modernité en Afrique occidentale française (c. 1940-c. 1950) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009/4, p. 825-852. Hélène BLAIS, « Les enquêtes des cartographes en Algérie, ou les ambiguïtés de l’usage des savoirs vernaculaires en situation coloniale », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2007/4 (n° 54-4), p. 70-85 Frederick COOPER, Ann Laura STOLER, Repenser le colonialisme, traduction de l’anglais par Christian Jeanmougin, Paris, Payot, 2013. Frederick COOPER, L’Afrique depuis 1940, Paris, Éd. Payot & Rivages, 2012. Mamadou DIAWARA, « Les recherches en histoire orale menées par un autochtone, ou L’inconvénient d’être du cru », Cahiers d’études africaines, vol. 25, n°97, 1985. p. 5-19; Benjamin N. LAWRANCE, Emily Lynn OSBORN, Richard L. ROBERTS, Intermediaries, interpreters, and clerks : African employees in the making of colonial Africa, Madison, University of Wisconsin Press, 2006. Joël GLASMAN, « « Connaître papier ». Métiers de police et État colonial tardif au Togo », Genèses, 2012/1 (n° 86), p. 37-54. Isabelle GRANGAUD et M’hamed OUALDI, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter », L’Année du Maghreb, n° 10, 2014, p. 233‑254. Camille LEFEBVRE, « Le temps des lettres. Échanges diplomatiques entre sultans, émirs et officiers français, Niger 1899-1903 », Monde(s), n°5, (1/2014), p. 57-80. Isabelle SURUN, « L’exploration de l’Afrique au xixe siècle : une histoire pré coloniale au regard des postcolonial studies », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2006/1 (n° 32), p. 21-39. Jean-Paul ROTHIOT, « Une chefferie précoloniale au Niger face aux représentants coloniaux, naissance et essor d’une dynastie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2004. URL : http://chrhc.revues.org/1747 Benedetta ROSSI, « Périodiser la fin de l’esclavage. Le droit colonial, la Société des Nations et la résistance des esclaves dans le Sahel nigérien, 1920-1930 », Annales. HSS, 2017/4 (72e année), p. 983-1021. Jean-Louis TRIAUD,
like podcast

24 juillet 2020 - 01:04:28
Depuis mai 2020, à travers le monde, les statues et monuments ayant un lien avec le passé colonial et esclavagiste sont contestées et parfois renversées. Une irruption des enjeux mémoriels dans l’espace public qui fait l’objet de cinq émissions du podcast: 1. Tempête mémorielle dans l’espace public 2. Aux sources de l’iconoclasme 3. Antilles, États-Unis, les épicentres de la contestation 4. Tour du monde des statues renversées 5. Déboulonner, et après ? La liste des textes, interviews et articles sur les statues contestées est à consulter ici, ainsi que cette liste établie par Liesbeth Corens Liste des intervenantes et des intervenants : * Robert ALDRICH, professeur à l’Université de Sydney (épisodes 1, 2, 4 et 5) * Felicity BODENSTEIN, MCF à Sorbonne Université (épisode 5) * Audrey CÉLESTINE, MCF en sociologie politique à l’Université de Lille (épisodes 3 et 5) * Julie DESCHEPPER, (épisodes 2 et 5) * Armelle ENDERS, professeure à l’Université Paris-8 (épisode 4) * Urte EVERT, directrice du musée de la citadelle de Spandau à Berlin (épisode 5) * Emmanuel FUREIX, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (épisodes 1, 2 et 5) * Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherche au CNRS (épisodes 1, 2 et 5) * Annie GÉRIN, professeure à l’Université Concordia (épisodes 2 et 4) * Cécile GONÇALVES, docteure en études politiques (épisode 4) * Benoît HENRIET, professeur à la Vrije Universiteit Brussel (épisodes 1, 4 et 5) * Silyane LARCHER, politiste, chargée de recherche au CNRS (épisodes 2, 3 et 5) * Itay LOTEM, lecturer à l’Université de Westminster (épisodes 1, 4 et 5) * Guillaume MAZEAU, MCF à l’Université Paris-I (épisode 2) * Mikaa MERED, enseignant et conférencier en géopolitique (épisode 4) *
like podcast

22 juillet 2020 - 00:56:57
Depuis mai 2020, à travers le monde, les statues et monuments ayant un lien avec le passé colonial et esclavagiste sont contestées et parfois renversées. Une irruption des enjeux mémoriels dans l’espace public qui fait l’objet de cinq émissions du podcast: 1. Tempête mémorielle dans l’espace public 2. Aux sources de l’iconoclasme 3. Antilles, États-Unis, les épicentres de la contestation 4. Tour du monde des statues renversées 5. Déboulonner, et après ? La liste des textes, interviews et articles sur les statues contestées est à consulter ici, ainsi que cette liste établie par Liesbeth Corens Liste des intervenantes et des intervenants : * Robert ALDRICH, professeur à l’Université de Sydney (épisodes 1, 2 et 4) * Audrey CÉLESTINE, MCF en sociologie politique à l’Université de Lille (épisodes 3 et 5) * Julie DESCHEPPER, (épisodes 2 et 5) * Armelle ENDERS, professeure à l’Université Paris-8 (épisode 4) * Urte EVERT, directrice du musée de la citadelle de Spandau à Berlin (épisode 5) * Emmanuel FUREIX, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (épisodes 1, 2 et 5) * Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherche au CNRS (épisodes 1, 2 et 5) * Annie GÉRIN, professeure à l’Université Concordia (épisodes 2 et 4) * Cécile GONÇALVES, docteure en études politiques (épisode 4) * Benoît HENRIET, professeur à la Vrije Universiteit Brussel (épisodes 1, 4 et 5) * Silyane LARCHER, politiste, chargée de recherche au CNRS (épisodes 2, 3 et 5) * Itay LOTEM, lecturer à l’Université de Westminster (épisodes 1, 4 et 5) * Guillaume MAZEAU, MCF à l’Université Paris-I (épisode 2) * Mikaa MERED, enseignant et conférencier en géopolitique (épisode 4) * Nicolas OFFENSTADT, MCF à l’Université Paris-I (épisodes 1, 2 et 5) * Emmanuelle PEREZ TISSERANT, MCF à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès (épisode 3) * Michael ROY, MCF en études américaines à l’Université Paris-Nanterre (épisode 3) * Jennifer SESSIONS,
like podcast

22 juillet 2020 - 00:47:18
Depuis mai 2020, à travers le monde, les statues et monuments ayant un lien avec le passé colonial et esclavagiste sont contestées et parfois renversées. Une irruption des enjeux mémoriels dans l’espace public qui fait l’objet de cinq émissions du podcast: 1. Tempête mémorielle dans l’espace public 2. Aux sources de l’iconoclasme 3. Antilles, États-Unis, les épicentres de la contestation 4. Tour du monde des statues renversées 5. Déboulonner, et après ? La liste des textes, interviews et articles sur les statues contestées est à consulter ici, ainsi que cette liste établie par Liesbeth Corens Liste des intervenantes et des intervenants : * Robert ALDRICH, professeur à l’Université de Sydney (épisodes 1, 2 et 4) * Audrey CÉLESTINE, MCF en sociologie politique à l’Université de Lille (épisodes 3 et 5) * Julie DESCHEPPER, (épisodes 2 et 5) * Armelle ENDERS, professeure à l’Université Paris-8 (épisode 4) * Urte EVERT, directrice du musée de la citadelle de Spandau à Berlin (épisode 5) * Emmanuel FUREIX, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (épisodes 1, 2 et 5) * Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherche au CNRS (épisodes 1, 2 et 5) * Annie GÉRIN, professeure à l’Université Concordia (épisodes 2 et 4) * Cécile GONÇALVES, docteure en études politiques (épisode 4) * Benoît HENRIET, professeur à la Vrije Universiteit Brussel (épisodes 1, 4 et 5) * Silyane LARCHER, politiste, chargée de recherche au CNRS (épisodes 2, 3 et 5) * Itay LOTEM, lecturer à l’Université de Westminster (épisodes 1, 4 et 5) * Guillaume MAZEAU, MCF à l’Université Paris-I (épisode 2) * Mikaa MERED, enseignant et conférencier en géopolitique (épisode 4) * Nicolas OFFENSTADT, MCF à l’Université Paris-I (épisodes 1, 2 et 5) * Emmanuelle PEREZ TISSERANT, MCF à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès (épisode 3) * Michael ROY, MCF en études américaines à l’Université Paris-Nanterre (épisode 3) * Jennifer SESSIONS,
like podcast

21 juillet 2020 - 01:01:12
Depuis mai 2020, à travers le monde, les statues et monuments ayant un lien avec le passé colonial et esclavagiste sont contestées et parfois renversées. Une irruption des enjeux mémoriels dans l’espace public qui fait l’objet de cinq émissions du podcast: 1. Tempête mémorielle dans l’espace public 2. Aux sources de l’iconoclasme 3. Antilles, États-Unis, les épicentres de la contestation 4. Tour du monde des statues renversées 5. Déboulonner, et après ? La liste des textes, interviews et articles sur les statues contestées est à consulter ici, ainsi que cette liste établie par Liesbeth Corens Liste des intervenantes et des intervenants : * Robert ALDRICH, professeur à l’Université de Sydney (épisodes 1, 2 et 4) * Audrey CÉLESTINE, MCF en sociologie politique à l’Université de Lille (épisodes 3 et 5) * Julie DESCHEPPER, (épisodes 2 et 5) * Armelle ENDERS, professeure à l’Université Paris-8 (épisode 4) * Urte EVERT, directrice du musée de la citadelle de Spandau à Berlin (épisode 5) * Emmanuel FUREIX, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (épisodes 1, 2 et 5) * Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherche au CNRS (épisodes 1, 2 et 5) * Annie GÉRIN, professeure à l’Université Concordia (épisodes 2 et 4) * Cécile GONÇALVES, docteure en études politiques (épisode 4) * Benoît HENRIET, professeur à la Vrije Universiteit Brussel (épisodes 1, 4 et 5) * Silyane LARCHER, politiste, chargée de recherche au CNRS (épisodes 2, 3 et 5) * Itay LOTEM, lecturer à l’Université de Westminster (épisodes 1, 4 et 5) * Guillaume MAZEAU, MCF à l’Université Paris-I (épisode 2) * Mikaa MERED, enseignant et conférencier en géopolitique (épisode 4) * Nicolas OFFENSTADT, MCF à l’Université Paris-I (épisodes 1, 2 et 5) * Emmanuelle PEREZ TISSERANT, MCF à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès (épisode 3) * Michael ROY, MCF en études américaines à l’Université Paris-Nanterre (épisode 3) * Jennifer SESSIONS,
like podcast

20 juillet 2020 - 00:40:02
Depuis mai 2020, à travers le monde, les statues et monuments ayant un lien avec le passé colonial et esclavagiste sont contestées et parfois renversées. Une irruption des enjeux mémoriels dans l’espace public qui fait l’objet de cinq émissions du podcast: 1. Tempête mémorielle dans l’espace public 2. Aux sources de l’iconoclasme 3. Antilles, États-Unis, les épicentres de la contestation 4. Tour du monde des statues renversées 5. Déboulonner, et après ? La liste des textes, interviews et articles sur les statues contestées est à consulter ici, ainsi que cette liste établie par Liesbeth Corens Liste des intervenantes et des intervenants : * Robert ALDRICH, professeur à l’Université de Sydney (épisodes 1, 2 et 4) * Audrey CÉLESTINE, MCF en sociologie politique à l’Université de Lille (épisodes 3 et 5) * Julie DESCHEPPER, (épisodes 2 et 5) * Armelle ENDERS, professeure à l’Université Paris-8 (épisode 4) * Urte EVERT, directrice du musée de la citadelle de Spandau à Berlin (épisode 5) * Emmanuel FUREIX, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (épisodes 1, 2 et 5) * Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherche au CNRS (épisodes 1, 2 et 5) * Annie GÉRIN, professeure à l’Université du Québec à Montréal (épisodes 2 et 4) * Cécile GONÇALVES, docteure en études politiques (épisode 4) * Benoît HENRIET, professeur à la Vrij Universiteit de Bruxelles (épisodes 1, 4 et 5) * Silyane LARCHER, politiste, chargée de recherche au CNRS (épisodes 2, 3 et 5) * Itay LOTEM, lecturer à l’Université de Westminster (épisodes 1, 4 et 5) * Guillaume MAZEAU, MCF à l’Université Paris-I (épisode 2) * Mikaa MERED, enseignant et conférencier en géopolitique (épisode 4) * Nicolas OFFENSTADT, MCF à l’Université Paris-I (épisodes 1, 2 et 5) * Emmanuelle PEREZ TISSERANT, MCF à l’Université Toulouse-II (épisode 3) * Michael ROY, MCF en études américaines à l’Université Paris-Nanterre (épisode 3) * Jennifer SESSIONS,
like podcast

10 juillet 2020 - 00:48:23
L’invité : Fadi El Hage, historien moderniste, tintinophile, contributeur du site « cases d’histoire » Le temple du soleil (c) Hergé /Moulinsart Les albums : * L’Oreille cassée (1935-1937) * Le Temple du Soleil (1946-1948) * Tintin et les Picaros (1976) La discussion : * La place de l’Amérique latine dans l’œuvre d’Hergé, mêlant pays réels et imaginaires (1’30) * Les paysages et leur place dans la narration (5′) * Des sociétés métissées (10′) et militarisées (13′) * L’Oreille cassée, et la transposition de la guerre du Chaco et des trafics d’armes de Zaharoff (17′), et des renversements de pouvoir dépourvus de sens idéologique (22’30) * Le Temple du Soleil et son hommage à la civilisation Inca (27’45) * Tintin et les Picaros et son traitement maladroit de l’actualité (37′) Pour aller plus loin: * Analyse de l’Oreille cassée et du fétiche “Arumbaya” avec Vincent Guigueno * Article de Fadi El Hage sur la guerre dans l’œuvre d’Hergé
like podcast

7 juillet 2020 - 01:18:50
L’invité: Jérôme Lambert, maître de conférences en physique à l’Université de Rennes L’affaire Tournesol, 1956 (c) Hergé / Moulinsart Le thème: sciences et techniques dans l’œuvre d’Hergé La discussion: * Première partie: images et figures scientifiques * Hergé, amateur de science et féru de documentation précise (1’30) * Le personnage de Tournesol et ce qui l’a inspiré (5′) * Des usages dangereux de la science, mas pas de “savant fou” chez Hergé (11’30) * Hergé fasciné par les matériaux, et par une science relevant plus de l’ingénierie que de la recherche fondamentale (16’45) * Les manifestations de la nature dans les albums: éclipses, éclair en boule… (19’30) * Science et ésotérisme (19’30) * La dimension pédagogique des albums (26’30) * Enseigner les sciences avec Hergé (29′) * Seconde partie: les quatre albums marqués par les questions scientifiques (31’20) * L’étoile mystérieuse: météorites, lunette astronomique (et non téléscope comme dit par erreur dans l’émission), calculs… (32′) * Objectif Lune, extraordinaire œuvre d’anticipation (41′) * On a marché sur la Lune: apesanteur et whisky en boule, paysages lunaires et char (52′) * L’affaire Tournesol, l’arme sonore et la fascination d’Hergé pour le verre cassé (1’07) * Une éthique de la recherche discutable dans Tintin et les Picaros (1’16) Bibliographie: – Sur le personnage de Tournesol, ses prédécesseurs dans Tintin et les personnages réels dont Hergé s’est inspiré : “Le Tournesol illustré : éloge d’un oublié de l’histoire des sciences”, par Albert Algoud, chez Casterman (1994) – Les deux extrêmes : l’ingénieur et le savant fou : Jo, Zette et Jocko (Le Manitoba ne répond plus et l’éruption du Karamako), réédition de 1952 – Sur l’astronomie dans Tintin : “Mais où le temple du Soleil ? Enquête scientifique au pays d’Hergé”, par Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch, Flammarion (2003) – Sur l’inspirateur d’Hergé pour les décors de la fusée lunaire : “Alexandre Ananoff, l’astronaute méconnu”, de Pierre-François Mouriaux et Philippe Varnoteaux, Ed2A, 2013. – Sur le déroulé minutieux des missions Apollo, avec des photos (*) prises sur place : “Ils ont marché sur la Lune, le récit inédit des explorations Apollo”, par Philippe Henarejos, chez Belin (2018)
like podcast

3 juillet 2020 - 00:52:02
Les invité-e-s : Axelle Brodiez-Dolino, historienne au CNRS ; Emilien Ruiz, historien à Sciences Po, membres du comité de rédaction de la revue Le Mouvement Social Le numéro de revue : Le Mouvement Social n° 269-270, 2019/4, « Écrire autrement ? L’histoire sociale en quête de publics »  La discussion : * Présentation de la revue Le Mouvement Social (1’30) * Le thème du numéro : écrire l’histoire autrement (BD, théâtre, blogs…) (3’) * La nouveauté des formes d’intervention actuelle des historien-ne-s dans l’espace public (8’ * En lien avec un contexte qui est aussi politique, avec des usages réactionnaires de l’histoire (10’45) * Les questions méthodologiques (histoire comme travail de la preuve), au cœur des enjeux politiques (12’45) * Les injonctions paradoxales des institutions et des pairs vis-à-vis des interventions dans l’espace public : encouragées (14’) sans être toujours valorisées (17’30), avec des obstacles notamment juridiques (19’) * Le plaisir et l’intérêt de ces écritures alternatives, avec la rencontre d’un public plus vaste (20’30) * La notion d’histoire publique, qui permet en partie de poser ces enjeux, mais aussi les problèmes qu’elle pose (22’30) * Les questions de statut, de légitimité, de reconnaissance pour les collègues qui tentent ces écritures alternatives (28’) * Le rôle du web, des réseaux sociaux, de Wikipedia dans ces évolutions (29’30) * Quelle réception de ces pratiques, quelle efficacité, quantitative et qualitative ? (35’) * Quelle place pour les émotions dans ces pratiques, et quel enrichissement pour les historien-ne-s ? (38’) * La catégorie « histoire populaire » et ce qu’elle dit, par son relatif succès, des écritures alternatives de l’histoire et de leur réception (42’) * Qui « nous » lit ? (48’) Schéma de Lisa Gilbert diffusé sur Twitter puis auprès de la American Historical Association.  
like podcast

29 juin 2020 - 00:59:24
L’invité : Pierre Jacolino, professeur de français au lycée, tintinophile, amateur de BD et de culture pop. Auteur du blog popanalyse.eklablog.com. L’album : Le crabe aux pinces d’or (1940-1941) La discussion : * Le travail d’analyse des cases et séquences de BD dans le blog (1’20) * Le charme des versions noir et blanc d’Hergé, dessinateur de planches (3’) * La parution troublée du Crabe aux pinces d’or (5’45) * Un album loin des réalités de la Seconde Guerre mondiale (7’20) * Le cadre géographique de l’album : le monde de la mer, l’Afrique du nord, et ses représentations littéraires ou filmées (11’30) * Bagghar, une transposition de Tanger ? (16’50) * Une ville coloniale, et une ville de faux-semblants (18’25) * Un album qui repose sur le thème du faux : fausse monnaie, fausses boîtes de crabe, faux bateau… (23’) * Tintin, un regard perçant (25’) * Un univers onirique très développé dans l’ouvrage (27’15) * Les scènes frappantes de rêves ou cauchemars impliquant Tintin et Haddock : désir sexuel ? (29’) * Désirs, alcool, désintoxication (30’30) * La rencontre décisive du capitaine Haddock (34’50) * Une nouvelle exploration, plus tournée vers l’intériorité (41’30), l’attention aux êtres et à leur fragilité * Apparition d’Haddock, relégation de Milou (43’45) * L’héroïsme de Tintin et ses différentes facettes (46’30) : l’habileté, la vitesse (50’25), la rectitude morale (52’30) et même une certaine complexité Les références citées durant l’émission : * Notes de blog de Pierre Jacolino sur l’album * Jean-Marie Apostolidès, Les métamorphoses de Tintin, Seghers, 1984, 2e édition, Flammarion, 2006. * Benoit Peeters, Les bijoux ravis, Impressions Nouvelles, 2007 * Pierre Fresnault-Deruelle, Hergé ou le secret de l’image, Essai sur l’univers graphique de Tintin, Moulinsart, 2000    
like podcast

25 juin 2020 - 00:34:28
L’invité : Mathieu Lours, professeur en CPGE Caspar David Friedrich, Abbaye dans une forêt de chênes (1809-1810), Berlin, Alte Nationalgalerie Le livre : Églises en ruine, des invasions barbares à l’incendie de Notre-Dame, Paris, Cerf, 2020. La discussion : * Une évocation d’Alain Erlande-Brandenburg, récemment disparu (1’) * L’arpentage des ruines, à l’origine de cette enquête (2’) * La ruine, objet singulier, entre anéantissement complet et préservation pour d’autres usages (3’) * La distinction entre église en ruine et église déconsacrée (5’) * Les ruines du haut Moyen âge, aujourd’hui rares (5’30) * La charpente théologique qui fait penser les ruines (6’45) * Le passage célèbre de Raoul Glaber qui évoque l’embellissement des églises au Moyen âge central (8’) * La « concurrence » entre ruines antiques et ruines d’église (9’20) * La Réforme, moment marquant de la destruction d’églises, suivant différentes logiques (11’) * Comment détruit-on une église ? (14’30) * La ruine d’église, un non-sujet pour la peinture classique * Deux destructions emblématiques : le grand incendie de Londres, la destruction de Port-Royal (18’) * Comment reconstruit-on des ruines ? une question qui commence à se poser au lendemain des guerres de religion (19’45) * La ruine d’église associée à la beauté à partir du préromantisme au XVIIIe siècle (21’30) * Le tableau de Caspar David Friedrich, Abbaye dans une forêt de chênes (1809-1810), emblématique de ce mouvement (24’) * Les destructions de la Révolution, plus complexes qu’on ne le pense parfois (26’) * La patrimonialisation des églises en ruine, au premier XIXe siècle (29’) * Les ruines d’église liées aux guerres mondiales, aux sens différents suivant les pays (30’30) * Où aller, pour voir les ruines ? abbaye de la pointe Saint-Mathieu, Saint-Félix de Montceau (33′)
like podcast

22 juin 2020 - 00:45:44
L’invité : Jean-Arnaud Dérens, rédacteur en chef du Courrier des Balkans (c) Hergé / Moulinsart Le thème : Tintin dans les Balkans, à travers Le Sceptre d’Ottokar (1938-1939) La discussion : * L’histoire de la Syldavie, telle que la présente la brochure touristique que consulte Tintin (1’) * Les différentes hypothèses de localisation de la Syldavie (3’) * La bataille de Zileheroum contre les Turcs en 1127, sur le modèle de la bataille de Kosovo Polje ? (5’45) * Quel héritage religieux dans la Syldavie de Tintin ? (9’) * Quelle langue parle-t-on en Syldavie ? (10’20) * Un pays traditionnel, initialement à l’écart de la modernité, sauf pour la figure du roi évoquant Zog Ier d’Albanie (11’30) * Les vêtements syldaves (15’) * Quelle influence austro-hongroise en Syldavie ? (17’) * Palais moderne et forteresse médiévale (18’35) * Une diaspora syldave active en occident, en raison de l’histoire conflictuelle du pays (20’) * Une région qui frappe les imaginations par la violence qu’on lui attribue (23’) et son manque de développement dans une vision « balkaniste » (30’) * le légitimisme monarchique d’Hergé, sensible dans l’album (33′) * La rivalité syldavo-bordure, et son arrière-plan historique (Anschluss…) (34’15) * Le scénario très précis du coup d’état évité (37′) et la crainte d’un ennemi intérieur (39’50) * La Syldavie a-t-elle rejoint l’Union européenne en 2004? (42′) Les références citées durant l’émission : * Jean-Arnaud Dérens, Là où se mêlent les eaux. Des Balkans au Caucase dans l’Europe des confins, avec Laurent Geslin, Paris, La Découverte, 2018. * Maria Todorova, Imagining the Balkans, Oxford, OUP, 1997. * Edward Saïd, Orientalism, New York, Pantheon, 1978. * Albert Londres, Les comitadjis ou le terrorisme dans les Balkans, Paris, Albin Michel, 1932. * Anthony Hope, Le prisonnier de Zenda, 1894. * Aurélien Bellanger, Le continent de la douceur, Paris, Gallimard, 2019.
like podcast

18 juin 2020 - 00:50:35
L’invité : Matthieu de Oliveira, MCF à l’université de Lille Le Sceptre d’Ottokar (c) Hergé / Moulinsart Le thème : Tintin, les sciences humaines, et la représentation de la recherche La discussion : * Des albums qui mettent en scène une démarche de recherche (1’) * Le sceptre d’Ottokar, un album qui met en scène la recherche à travers la sigillographie (2’) * Les règles et conditions d’accès aux documents dans l’album (6’) * L’héraldique et les éléments médiévalisants de l’album (10’15) * La représentation des savants dans l’univers d’Hergé (13’) * Le secret de la Licorne et le Trésor de Rackham le rouge, deux albums structurés par le motif de la recherche (18’45) * Les archives familiales du capitaine Haddock (21’30) * L’archéologie pratiquée par Haddock et Tintin sur l’île (26’) * Le trésor archivistique découvert dans l’épave (30’) * Les albums liés aux Incas, et leurs enjeux : recherche archéologique, éthique des fouilles et de la collecte d’objets… (33’) * Tintin, amateur de livres (38’) * Tintin, fact-checker (39’30) * Tintin, capable de décrypter énigmes et de reconstituer des fragments (42’40) * Tintin et le « paradigme de l’indice » (46’30) Les références citées dans l’émission : * Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes; Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6 (n° 6), p. 3-44. * Sonia Dollinger, Tintin et les archives d’Ottokar * Tintin, les fétiches et les musées, avec Vincent Guigueno
like podcast

12 juin 2020 - 00:53:39
L’invité : Benoît Peeters, biographe d’Hergé Le thème : Hergé et son attitude politique autour de la Seconde Guerre mondiale La discussion : * Une question longtemps brûlante, et centrale, quand on s’intéresse à Hergé (1’15) * Les rapports entre Hergé et le leader du mouvement Rex, Léon Degrelle (3’15) * Raymond De Becker, personnage clef, « mentor » d’Hergé et « non-conformiste » des années 1930 glissant vers la droite (7’) * Un Hergé sans positions politiques affirmées, sinon le monarchisme et le neutralisme (12’20) * Hergé sous l’uniforme durant la « drôle de guerre » (15‘30) * Le choix d’Hergé rejoignant Le Soir sous l’occupation (18’20) * Le Soir « volé » et ses conditions de parution (19’50) * Une dimension antisémite explicite dans L’Etoile mystérieuse (23’50) * Hergé voulant vivre en retrait du monde, et construire par ses récits une temporalité alternative (29’15) * L’occasion manquée de quitter Le Soir en 1943, pour un auteur qui reste fondamentalement un homme de presse (34’40) * Les difficultés considérables – morales, psychologiques, judiciaires – d’Hergé à la Libération (38’35) * Les échos de ces difficultés dans les récits de Tintin (45’50) * Reste-t-il des choses à apprendre sur cette période ? (50’40)
like podcast

20 / 152 épisodes
1 2 3 7 8
Scroll to top