Paroles d'histoire

12 abonnés
S'abonner
Un podcast consacré à l'actualité des livres, de la recherche et des débats en histoire

209 épisodes

12 juillet 2021 - 00:48:13
L’invité : Grégory Dufaud, historien spécialiste de l’URSS Le livre : Une histoire de la psychiatrie soviétique, Paris, éditions de l’EHESS, 2021.   La discussion : * Le premier sujet de recherche de Grégory Dufaud, les Tatars de Crimée (1:10) * Les contradictions qu’ils illustrent entre projet bolchevik et construction nationale (4:00) * Le déplacement de la recherche vers la psychiatrie soviétique (7:00) * L’organisation non chronologique du livre (10:00) * Une histoire de l’URSS ayant dépassé les paradigmes « totalitaire » et « révisionniste » (12:00) * La convergence partielle entre les préoccupations des bolcheviks et celles de certains psychiatres (16:00) * Le dénuement matériel de la psychiatrie soviétique (18:00) * Les liens entre fragilité sociale et fragilité psychique (19:30) * Comment les psychiatres soviétiques ont traversé les épisodes répressifs ? (22:30) * La place de la psychanalyse en URSS (24:00) * L’URSS plus ouverte aux échanges qu’on ne l’imagine parfois (26:45) * Par quelles sources approcher le quotidien des patients et internés ? (31:00) * Un extrait de film de Dziga Vertov * L’asile psychiatrique, espace paradoxal de liberté au plan politique ? (35:00) * Mais la réalité des internements forcés de l’ère brejnevienne (38:00) * Un travail mené en parallèle avec la publication du dernier livre de Larissa Zakharova, De Moscou aux terres plus lointaines (44:30) Les conseils de lecture * Ilf et Petrov, Le veau d’or * Romans noirs d’Arkady et Gueorgy Vaïner,  
like podcast

12 juillet 2021 - 00:49:36
Les invité-e-s : Brigitte Gaïti (professeure de science politique à Paris-I) et Nicolas Mariot (directeur de recherches au CNRS) Le livre : Intellectuels empêchés, ou comment penser dans l’épreuve, Paris, ENS éditions, 2021, disponible en ligne sur Open edition. La discussion : * Qu’est-ce qu’un intellectuel « empêché », en prison, en guerre, malade, en camp…? (1:00) * Un livre qui ne cherche pas à montrer que le travail intellectuel fait « tenir » dans l’épreuve (5:30) * Empêchement subi, empêchement choisi (7:30) * Une clé de lecture de l’empêchement intellectuel : la « skholê » platonicienne (et bourdieusienne) (12:15) * Le paradoxe de l’empêchement : Sartre n’a jamais autant travaillé que sous l’uniforme durant la « drôle de guerre » (15:00) * Les captivités productives de Norbert Elias et Fernand Braudel (17:00) * Des phénomènes que l’on peut qualifier de « régression vers l’habitus ? » (18:25) * L’importance de la mémoire dans l’activité intellectuelle (24:30) * L’empêchement, expérience inaugurale, fondatrice pour certaines œuvres : Braudel, Barthes, Goody… (26:15) * Une ressource des intellectuels empêchés : la discipline (29:10) * L’empêchement, c’est les autres : le cas de Jean Malaquais en 1939-1940 (34:00) * Les intermittences de l’intellectualité dans des situations extrêmes (38:30) * Un livre qui rejoint l’historiographie du travail intellectuel dans sa matérialité, contre la pure histoire des idées (41:00) * L’envers de l’empêchement : les tâches intellectuelles accomplies et non reconnues par des épouses (44:00) * Des étapes parfois sous-estimées dans les biographies d’intellectuels (46:00) Les références citées durant l’émission (par ordre alphabétique) : * Bruno Bettelheim, Le cœur conscient. Comment garder son autonomie et parvenir à l’accomplissement de soi dans une société de masse [The Free Press, 1960], Paris, Robert Laffont, 1972 * Marc Bloch, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre » [Revue de synthèse historique, 1921], Paris, Allia, 1999. * Paule Braudel, « Les origines intellectuelles de Fernand Braudel : un témoignage », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 47ᵉ année, N. 1, 1992, p. 237-244. * Jean Cassou, Trente-trois sonnets composés au secret, Paris, Mercure de France, 1962. * Muriel Darmon, Réparer les cerveaux, Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC, Paris, La découverte, 2021. * Jack Goody, « Curiosité d’anthropologue. Entretien avec Jack Goody », Politix, vol. 9, no 34, 1996, p. 204-221. * Christophe Granger, Joseph Kabris. Les possibilités d’une vie, Paris, Anamosa, 2020. * Jean Guéhenno, La jeunesse morte, Paris, Claire Paulhan, 2008. * Ruth Klüger, Refus de témoigner. Une jeunesse [Weiter leben, 1992], Paris, Viviane Hamy, 1997. * Jean Malaquais, Journal de guerre suivi de Journal du métèque, Paris, Phébus, 1997. * Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 14-18, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013. * Michael Pollak, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié, 1990. * Tiphaine Samoyault, Roland Barthes, Paris, Seuil, 2015. * Anne-Marie Thiesse, Le roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Seuil, 1984. * Travaux de
like podcast

5 juillet 2021 - 01:05:39
L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire. Les invité-e-s : Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire médiévale à l’université de Reis ; Olivier Lambert, producteur (Lumento) Le thème : le webdocumentaire Le cloître et la prison issu du programme de recherche Enfermements
like podcast

28 juin 2021 - 00:42:40
L’invité : Jan Synowiecki, ATER à l’université Paris-Saint-Denis Le livre : Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines à Paris au XVIIIe siècle, Ceyssel, Champ Vallon, 2021. La discussion : * Des jardins fermés lors du déconfinement de 2020 aux jardins du XVIIIe siècle, des enjeux proches ? (1:25) * Le choix d’un sujet de thèse portant sur l’histoire environnementale (3:30) * Des jardins parisiens du XVIIIe siècle plus fragiles et moins ordonnés que dans leur image idéalisée (4:40) * Le jardin n’est pas tout à fait l’antichambre de la Révolution (7:30) * À qui appartiennent les jardins sous l’Ancien régime ? Propriété du prince ou espace public ? (10:00) * Peut-on aller sur les pelouses ou cueillir des fleurs au jardin ? (12:20) * L’inscription historiographique du livre dans l’histoire environnementale (15:30) * Est-ce qu’il peut exister une archéologie des jardins ? (18:30) * L’identité et les fonctions des trois grands jardins royaux évoqués, Luxembourg, Tuileries (initialement un parc de chasse !), Jardin du Roi (19:00) * Des espaces en tension, alors qu’on craint de manquer de surfaces agricoles, et un débat sur la végétaion « utile » qui culmine lors de la Révolution (23:00) * L’exclusion sociale à l’entrée des jardins, et la complexité du partage social qui n’oppose pas simplement noblesse et Tiers état (26:30) * Est-ce qu’on se bat en duel dans les jardins parisiens ? Quelle place pour les enfants au jardin ? (29:45) * Les chaises et les bancs, deux logiques différentes, enjeu de débat au XVIIIe siècle (32:00) * La gestion des animaux et la catégorisation des « nuisibles » (33:45) * Des jardins qui sont en interaction avec la ville et d’autres espaces (37:00)
like podcast

25 juin 2021 - 00:55:29
L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire. Les invités : Pierre-Henry Bas, docteur en histoire et praticien d’Arts martiaux historiques européens ; Stéphane Hadjéras, docteur en histoire et entraîneur de boxe, auteur de Georges Carpentier, l’incroyable destin d’un boxeur devenu star (Paris, Nouveau monde, 2021). Codex Wallerstein, Augsburg, Cod.I.6.4º.2 folio 107v, ca. 1400 Le thème : activité de recherche en histoire et pratique des sports de combat La discussion : * Le centenaire du combat Carpentier-Dempsey (1:45) inscrit dans une modernité médiatique de la boxe au début du XXe siècle (3:00) * Le parcours de Stéphane Hadjéras entre boxe et recherche (5:00) * Le parcours de Pierre-Henry Bas entre escrime et recherche (7:00) * Que sont les « arts martiaux historiques européens » (AMHE) ? (10:00) quelles différences avec le « Béhourt » (13:00) ? * L’intérêt des sciences sociales pour la boxe, à travers notamment les travaux de Loïx Wacquant (17:00) * Les similarités dans la vie et le rythme de travail d’un boxeur et d’un chercheur (18:40) * Le regard porté sur les doctorants par les sportifs, et inversement (22:15) * Les seuils de douleur et de résistance physique ont-ils une histoire ? (26:20) * La codification des geste de combat au Moyen âge (33:00) * Comment passer des sources à la reconstitution des gestes ? (37:00) * Les différences et ressemblances entre la boxe actuelle et celle d’il y a un siècle (42:00) * Des pratiques masculines dans l’histoire, en voie de féminisation dans la société (49:00) * La valorisation de ces activités et des AMHE (54:00)  
like podcast

21 juin 2021 - 00:57:25
Les invités : Laurent Gayer et Gilles Favarel-Garrigues, directeurs de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po) Le livre : Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi, Paris, Seuil, 2021. La discussion : * Le sujet du livre, l’auto-justice et ses différentes formes, pratiquée par des acteurs variés (1:40) * Un exemple de ces figures de « justicier », un encounter specialist de la police de Karachi, Rao Anwar (4:30) * Des actes d’auto-justice entre secret et médiatisation (6:50) * La violence punitive comme phénomène global aujourd’hui, avec des traductions en France (9:40) * Des éléments historiques pour penser ces actes : le charivari (11:30), l’« économie morale » (14:30) * Le double phénomène né aux États-Unis du lynchage (16:00) et du vigilantisme (21:20) * L’auto-justice, absente des États solidement installés, ayant réussi à obtenir le « monopole » weberien de la violence légitime ? (26:40) * Le recours à des peines ou supplices spectaculaires, en rupture avec la « sobriété punitive » identifiée par Michel Foucault ? (34:00) * Les contextes d’épuration et de sortie de guerre, propices à des formes d’auto-justice ? (35:50) * Les années 1970, moment de diversité maximale des « justiciers » autoproclamés (39:00) * Les déclinaisons culturelles de ces figures : Foxy Brown, Taxi Driver, The Punisher… dont les créateurs ont pris leurs distances avec les usages délétères du personnage (42:30) * Racines et logiques du vigilantisme contemporain, d’abord en Amérique latine (47:30) puis avec le tournant numérique (51:00) Les références citées durant l’émission (par ordre alphabétique) : * James Allen (et. al.), Without Sanctuary – Lynching Photography in America, Palms Publishers, 2000 * Tal Bruttmann et André Loez, « Watchmen, l’envers de l’histoire américaine », Paroles d’histoire n° 110, 15 avril 2020. * Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. * Laurent Fourchard, Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria, Presses de Sciences Po, « Académique », 2018. * David Garland, The Culture of Control : Crime and Social Order in Contemporary Society, Oxford, Oxford University Press, 2001. * Romain Le Cour Grandmaison, « « Vigilar y Limpiar ». Identification et auto-justice dans le Michoacán, Mexique [1] », Politix, 2016/3 (n° 115), p. 103-125. URL : * Dominique Linhardt, “Un monopole sous tension: les deux visages de la violence d’Etat”, 2019 * Harel Shapira, Waiting for José: The Minutemen’s Pursuit of America, Princeton, N.J.: Princeton University Press, 2013. * Edward P. Thompson, « The moral economy of the English crowd in the Eighteenth Century », Past & Present, 50, 1971, p. 76-136, trad., « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du XVIIIe siècle », dans E. P. Thompson, Florence Gauthier, Guy-Robert Ikni et al. (éd.), La guerre du blé au XVIIIe siècle : la critique populaire contre le libéralisme économique, Montreuil, Éditions de la passion, 1988, p. 31-92; cf. D. Fassin « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009/6 (64e année), p. 1237-1266. * Edward P. Thompson, « “Rough Music” : le charivari anglais », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27ᵉ année, n°2,
like podcast

15 juin 2021 - 00:44:23
L’invitée : Rachel Renault, maîtresse de conférences à l’université du Mans Le livre : Friedrich Engels, La guerre des paysans, préface d’Éric Vuillard, introduction et notes de Rachel Renault, éditions sociales, 2021. La discussion : * L’intérêt du livre d’Engels, presque deux cents ans après sa naissance (1:00) * Éléments de contexte : la guerre des paysans (4:00), Thomas Müntzer, le rôle répressif de Luther, les particularités du Saint Empire (9:30) * Qui est Friedrich Engels en 1850 ? * Un livre sur 1525 qui est aussi une réflexion sur l’échec politique de 1848-1849 * La question du morcellement politique allemand, au XVIe siècle et au XIXe siècle, et des rôles respectifs de la Prusse et de l’Empire (19:00) * Le problème du Sonderweg ou « chemin particulier » de l’histoire allemande (21:00) * Un éloge paradoxal de la bourgeoisie allemande chez Engels (25:00) * Un livre qui est une des premières mises en pratique du matérialisme historique (26:20) * Une évocation du Saint Empire qui résonne avec les renouvellements historiographiques le concernant (29:45) * Ce qui rend le texte « périmé » ou problématique au regard des savoirs actuels sur la guerre des paysans (32:00) * La religion, un simple « masque » d’intérêts sociaux ? (34:00) * Quel regard porté sur les paysans, et leur rôle de « frein » aux forces révolutionnaires ? (38:15) * La force narrative et intellectuelle du texte (42:00) Le conseil de visionnage : Le jeune Marx, film de Raoul Peck (2017)
like podcast

9 juin 2021 - 00:47:57
Les invitées : * Noémie Giard, cheffe du service des publics du Musée Carnavalet – Histoire de Paris * Juliette Tanré-Szewczyk, conservatrice au département des sculptures du muséeLa galerie des enseignes. Photo Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris Le thème : réouverture du Musée Carnavalet – Histoire de Paris en juin 2021 La discussion : * Le plaisir de la réouverture et les premiers retours positifs des visiteurs (0:45) * Les origines du projet de rénovation (2:20) et ses raisons, dans un lieu dont la muséographie avait vieilli (3:25) * Les contraintes de la rénovation dans un lieu qui a une histoire longue (4:55) avec la spécificité des salles à décor (6:10) * La rénovation des œuvres elles-mêmes, et le travail de recherche suscité par la fermeture (9:00) * Début de la visite (12:15) : les salles d’introduction et les nouvelles salles préhistoriques, antiques et médiévales au sous-sol * Suite de la visite (15:15) : Renaissance et Ancien régime * La période révolutionnaire, toujours l’un des points forts du musée (16:30) * Une muséographie qui fait dialoguer les types d’œuvres : peinture, imprimé, objets, sculptures… (19:30) * Reprise de la visite : les salles du XIXe siècle (22:00) * Une partie des historiens associés au projet de rénovation (23:20) * Fin de la visite, avec une grande nouveauté : la pleine intégration de la période contemporaine, jusqu’à nos jours (24:15) * Comment raconter une histoire de Paris qui ne soit pas que celle des pouvoirs mais aussi des habitants ordinaires ? (27:00) * Le travail important mené sur la médiation et l’accessibilité du musée : aux personnes en situation de handicap, aux enfants (33:00) en particulier * L’inscription du musée Carnavalet dans le paysage des musées parisiens (35:40) * La dimension numérique du musée : site, application (37:40) et son accompagnement pédagogique (40:45) * Les objets « coup de cœur » des invitées (42:00)
like podcast

6 juin 2021 - 01:06:28
Les invité-e-s : Vivien Barrière, Sophie Laribi-Glaudel, Juliette Roy et Clément Salviani Le thème: sélectionner la meilleure “équipe” de l’antiquité en piochant dans cinq catégories Une émission à écouter mais aussi à regarder sur la chaîne YouTube de Paroles d’histoire:
like podcast

31 mai 2021 - 00:52:00
Les invité-e-s : * Mélanie Decourt resp éditoriale Nathan * Christophe Nicolas, rédacteur pour       * Laurence De Cock, historienne et pédagogue, auteure de L’Histoire juniors Le thème : comment faire de l’histoire pour les enfants? La discussion : * Quelle place tient l’histoire dans l’offre culturelle proposée aux enfants ? (1:30) * Une écriture de l’histoire qui varie suivant les âges auxquels on s’adresse (3:15) * Un constat : le manque en termes de réflexion destinée aux enfants sur la démarche historique elle-même (5:20) * L’Histoire juniors, déclinaison du magazine, forme de vulgarisation destinée aux enfants (6:30) * Les ajustements vis-à-vis de l’histoire scolaire (8:45) * Différents niveaux de lecture, et des possibilités de colecture, pour entrer dans l’histoire (11:10) * Le caractère très exigeant de la vulgarisation pour enfants (13:30) * L’équilibre à trouver entre curiosité, rigueur et légèreté (15:30) * La dimension ludique comme mode d’accès à l’histoire (18:50) * La pertinence des questions historiques d’enfants : « pourquoi Louis XIV est habillé en fille ? » (20:15) * Et comment faire quand il n’y a pas de questions ? (21:45) * La future collection « les explorateurs du temps » (23:20) * L’identification à des personnages enfantins comme vecteur de curiosité historique (25:20) * Raconter des histoires ou raconter comment on fait l’histoire ? (28:00) * La curiosité pour l’archéologie (30:00) * La vertu de l’anachronisme, du contrefactuel, moteurs de questionnement (31:45) * Dépayser ou partir du familier ? (34:00) * Divertir, faire rêver, ou exposer à des événements sombres ou tristes ? Et avec quels mediums ? (36:00) * Comment renouveler l’imaginaire historique, au-delà des chevaliers ou des vikings ? (42:00) * La tension entre « grands » personnages et vies « ordinaires » (46:00) * Les qualités des livres destinés aux enfants au XIXe siècle, notamment le Tour de la France par les enfants (49:15) Le conseil : les Odyssées, podcast pour les enfants de Radio france
like podcast

26 mai 2021 - 00:43:44
L’invitée : Julie Claustre, maîtresse de conférences en hostoire médiévale à l’université Paris-1 Le livre : Faire ses comptes au Moyen âge. Les mémoires de besogne de Colin de Lormoye, Paris, Les Belles Lettres, 2021. La discussion : * Le caractère exceptionnel du livre d’un artisan du Paris médiéval (0:45) * L’histoire du manuscrit, retrouvé au début du XXe siècle, dans une reliure (2:00) * Une façon à l’époque courante de retrouver des manuscrits médiévaux (4:00) * Un livre écrit sur papier, ce qui est courant au XVe siècle (5:45) * Dans quel état se trouve le manuscrit aujourd’hui ? (6:30) * Une écriture propre aux marchands et aux artisans ? (8:10) * Comment cerner Colin de Lormoye, dans d’autres archives ? (11:50) * Quel type de scripteur était ce couturier parisien ? (14:50) * Une lecture du texte, pour donner une idée de sa nature (18:45) * Les différents types de notices du texte (factures, quittances…) (20:00) * Un texte dépourvu de notations politiques ou autobiographiques (24:00) * La temporalité du texte, à lire en filigrane dans des indices du texte (26:30) * Un document qui tranche avec les schémas et controverses (Weber/Sombart) sur la « naissance » du capitalisme au Moyen âge (30:00) * La place ambiguë des couturiers médiévaux (34:30) * Le vocabulaire et les pratiques du travail de Colin (37:15) * Quelle iconographie de ce métier au Moyen âge ? (39:45) Le conseil de lecture : François Héran, Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression, Paris, La découverte, 2021.  
like podcast

24 mai 2021 - 00:48:22
L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire. Les invité-e-s : Patrick Boucheron, professeur au Collège de France ; Tamara Erde, réalisatrice Le thème : L’émission hebdomadaire d’Arte Faire l’histoire La discussion : * La conception d’une émission qui se veut collective et ouverte (1:15) * Le parcours de la réalisatrice Tamara Erde et son rapport à l’histoire (3:30) * Comment faire une émission qui ne soit pas un cours d’histoire ? (4:45) * Pourquoi une histoire racontée par les objets ? (7:15) * Le choix des objets, qui se prête à des usages visuels pour les réalisateurs et réalisatrices (11:10) * Des objets qui permettent également de traverser différentes périodes, avec leurs usages postérieurs (12:20) * L’habillage visuel de l’émission, qui est assez ludique, ne prenant pas tout au sérieux, afin de rendre accessible l’histoire (16:00) * Un des compromis dans les choix de l’émission : ne pas commenter en tant que documents certaines images diffusées (19:00) * Combien de temps faut-il pour préparer un épisode ? (22:30) * Le coût de certaines archives qui est une contrainte (26:00) * Un vaste champ géographique et temporel (28:30) * Un magazine qui se distingue de l’offre d’histoire à la télévision (31:10) * Le problème de l’incarnation et du corps devant une caméra (34:00) * La difficulté à combler l’écart, en France, entre Arte et Franck Ferrand (36:00) * La place donnée aux historiennes et historiens d’Allemagne et d’autres pays (39:00) * Le positionnement par rapport à Youtube, et l’intégration de Manon Bril dans l’émission (42:00)
like podcast

18 mai 2021 - 00:59:20
Les invité-e-s : Céline Guyon, archiviste et présidente de l’Association des archivistes de France ; Thomas Vaisset, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université du Havre ; Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées Le thème : les restrictions d’accès aux archives contemporaines liées à l’IGI 1300 (expliquées dans cette émission) et les perspectives d’évolution législatives La discussion : * Le cadre général de l’accès aux archives et des délais de consultation de certains documents (4:30) * Les raisons des modifications récentes d’accès aux archives, à travers l’IGI 1300 (6:50) * Les conséquences concrètes de ce durcissement pour la recherche depuis le 1er janvier 2020 (11:00) * Les mesures prises afin de remédier en partie au blocage, dont la déclassification au carton (16:00), et leurs limites dont l’interdiction de photographier (20:30) * Le problème de la classification et des étiquetages parfois rétrospectifs, le « secret défense » n’ayant pas existé à toutes les époques (23:00) * Quel système imaginer pour concilier impératifs du secret et accès aux archives, en tenant compte des acquis et des vertus du Code du Patrimoine voté en 2008 ? (27:00) * La situation des procédures et recours devant le Conseil d’État (30:45) * Les comparaisons internationales en termes d’accès aux archives (34:00) * Le secret de la défense nationale, un secret qui se périme en réalité plus vite qu’on ne pense (38:00) * La gestion du « cycle de vie » de la classification (40:30) * Peut-on mieux ou moins classifier ? (42:00) * La perspective d’un nouveau texte de loi sur les archives (44:40) * Quelle évolution dans les services de l’État dans le rapport à la recherche ? (50:00) * Quelles seraient les procédures ou évolutions vertueuses dans l’accès aux archives ? (52:00) * Quelle place pour les citoyennes et les citoyens dans le rapport aux archives ? (55:20)  
like podcast

17 mai 2021 - 01:13:33
L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire. Les invités : Antoine Resche, auteur du site et de la chaîne Histony ; Quentin Censier, auteur de la chaîne Sur le champ Le thème : la vulgarisation vidéo sur internet (le « youtubing » historique) Un grand merci à Prem Carriou pour les informations transmises tirées de sa thèse en cours. La discussion : * Comment définir l’activité dite de « youtubeur historique », ou plutôt de vulgarisateur ? (2:00) * Le rapport entretenu avec la plateforme Youtube (3:00) * Présentation de la chaîne Histony et de ses choix de vidéos longues (6:30) * Présentation de la chaîne Sur le champ et de ses choix de mise en scène dialoguée (10:00) * Les défis techniques liés à la réalisation de ces vidéos (16:00) * L’imbrication des enjeux techniques et des questions de fond (18:15) * Temps de préparation, rythmes de diffusion, durée des épisodes… le rapport au temps des vidéastes, et la place du travail informel (21:00) * Quel modèle économique pour les vidéos de vulgarisation ? Comment concilier gratuité et rémunération ? Quelles incidences sur le contenu et le rythme de publication ? (25:30) * Les différentes communautés autour des vidéastes : entourage, autres vidéastes, publics… (32:30) * La question de la modération des commentaires, des discours de haine ou de paranoïa (34:10) * Quelle légitimité derrière la diffusion de ces connaissances ? (38:00) * Quelle efficacité, qu’est-ce qu’on arrive à transmettre ? Que font les gens de ces contenus ? (42:30) * « Secouer » son public pour ne pas être récupéré ou étiqueté (48:00) * Le profil des « youtubeurs » en histoire : autodidacte, masculin… (50:00) * Le paysage du « youtubing historique » francophone (54:15) et sa structuration à travers notamment le « label Hérodote » (57:00) * Youtube, lieu de combats et de conflits politiques ? (59:30) * Les limites de l’humour comme procédé de vulgarisation (1:03:00) * La place de la vidéo de vulgarisation dans le paysage audiovisuel, et face à la télévision en particulier (1:06:00) * Le meilleur souvenir en tant que vidéaste : en interaction avec l’histoire savante (1:09:00)
like podcast

11 mai 2021 - 00:43:38
L’invitée : Camille Lefebvre, directrice de recherche au CNRS Le livre : Des pays au crépuscule. Le moment de l’occupation coloniale, Sahara-Sahel, Paris, Fayard, 2021. La discussion : * Le sens du titre : des pays au crépuscule avant la « longue nuit » coloniale (Achille Mbembé) (1:15) * Les choix sémantiques du livre : parler d’histoire africaine sans reproduire le vocabulaire de la colonisation (2:00) * Le cadre géographique du livre : Zinder et Agadez, dans l’actuel Niger, villes différentes et complémentaires (4:45) * L’incompréhension du cadre politique local par les militaires français (6:45) * Le Sahel, un lieu qui fait l’objet de savoirs coloniaux qui n’empêchent pas les préjugés (7:50) * Un travail sur le Niger qui est le fruit de rencontres et du hasard (9:00) * La place de l’enquête de terrain, devenue très compliquée du fait de la situation géopolitique contemporaine (10:15) * Les échos entre histoire coloniale et conflits contemporains (12:00) * Hier comme aujourd’hui, le petit nombre de militaires français pour cet immense espace (13:20) * La variété des sources et des langues permettant de raconter cette histoire, et la richesse des archives locales (16:30) * Les usages de l’Islam par les colonisateurs français (19:30), grâce notamment au traducteur Moïse Landeroin (21:40) * Les étapes de la prise de contrôle de la région par la France, et les moments où cela s’est joué (24:00) avec la construction d’un fort (26:45) * Les bouleversements des rapports sociaux et sexués avec les débuts de la colonisation, et la remise en cause partielle de l’esclavage (29:40), thème affiché des discours coloniaux (32:00) * La place des eunuques dans les sociétés locales (36:20) * Une colonisation qui s’étoffe très peu au Niger, même dans les années suivantes (39:00) * Les faux-semblants de l’abolition de l’esclavage dans la région (41:00) Le conseil de lecture : Leonora Miano, Afropea (Grasset, 2020)
like podcast

4 mai 2021 - 00:41:33
L’invité : Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale à l’université de Poitiers Le livre : Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, PUF, 2021. La discussion : * La point de départ du livre, un article devenu livre (1:00) * Un corpus d’épées dans les textes, dans les images, et issu de l’archéologie (2:00) * Les savoirs sur l’épée renouvelés par l’archéologie expérimentale (4:30) * Les différences entre épées antiques, du haut Moyen âge, et du Moyen âge central (7:00), en lien avec des évolutions de la société et de la guerre (8:00) * Le coût élevé des épées et leur valeur sociale ainsi que familiale (10:20) * Être enterré avec son épée, une pratique qui décline au Moyen âge central (11:50) * Une tension et des différences entre récits d’origine germanique, valorisant la figure du forgeron, et littérature en langue romane (13:50) * La christianisation de l’épée au Moyen âge central (16:45) * Des épées en forme de croix, mises en scène comme telles dans des récits (18:50) * Le rapport exceptionnel entre Roland et son épée Durandal (21:30) * Épées incassables, épées fragiles (23:05) * L’association de l’eau et de l’épée (25:20) * L’épée masculine, prolongement phallique ? (27:00) * L’importance d’Excalibur (30:30) * L’épée comme preuve de l’ancienneté de sa famille : Jean de Warenne en 1279 (33:20) * Le déclin de l’épée à la fin du Moyen âge (35:20) * La place de l’épée médiévale dans la culture contemporaine (38:00) Le conseil de lecture : Georges Duby, Guillaume le maréchal, le meilleur chevalier du monde Voir également : Excalibur ; la christianisation des Vikings ; Tolkien
like podcast

26 avril 2021 - 00:48:25
L’invité : Quentin Deluermoz, professeur à l’Université de Paris Le livre : Commune(s). Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2020. La discussion : * Pourquoi écrire un livre conçu comme un carnet d’expériences, non linéaire ou narratif sur la Commune (1:30) * Un événement à réinscrire dans un contexte, celui de la décennie 1860, qui est celle d’une poussée démocratique à l’échelle internationale (4:15), un moment illustré par la trajectoire de Gustave Cluseret (6:00) * Ce que font les événements de 1870-1871 à la stature impériale de la France dans le monde (7:00) * Les lectures locales de la Commune à l’étranger, qui font jouer les failles politiques internes à différents pays (8:50) * L’insertion des événements dans un âge global de la communication qui intensifie la circulation des nouvelles (10:30) * Les enjeux globaux de la Commune, peu sensibles à l’échelle du quartier et de l’insurrection (13:25) * La Commune, « semi-État » sur la scène internationale ? (15:00) * Quel est le champ sémantique du mot Commune en 1871 ? (17:35) * La Commune d’Alger, si paradoxale, émancipatrice mais pas pour les Algériens colonisés (20:10) * Étudier la Commune comme si l’on ne connaissait pas sa fin, pour saisir ses « dynamiques d’émergence » (23:10) * Un bilan pas si « mince » à l’échelle individuelle et du quartier (26:30) * Une forme de légalisme communard, dans un événement qui n’est pas sans structure, avec une « pluralité d’ordres » (29:30) * Faire l’histoire du désengagement ou de l’indifférence vis-à-vis de la Commune (32:20) * Les différents massifs d’archives restant à exploiter (35:00) * Une discordance des temporalités vécues, entre Versaillais et Communards, s’accusant mutuellement d’anachronismes (37:30) * La remise en ordre discursive de l’après-Commune (39:10) * Des échos de la Commune dans le mouvement ouvrier américain (41:15) * Le moment commémoratif particulier de 2021 qui fait sens dans le cadre de mutations du rapport au politique (42:30) Les historiennes et historiens mentionné-e-s dans la discussion: * Historiographie de la Commune : Jacques Rougerie, Robert Tombs * Polysémie du mot Commune : Claire Judde, Jérémie Foa * Algérie : Sylvie Thénault, Hélène Blais * Approche processuelle : Haim Burstin, Timothy Tackett * Processus de nomination et réinvestissement : Boris Gobille * Commune rurale de Corneilla-la-Rivière : Jérôme Quaretti * Mouvements sans leaders : Yves Cohen * Survivance du passé : Aby Wartburg Le conseil: Les damnés de la Commune, de Raphaël Meyssan Les autres émissions sur la Commune: Maitron de la Commune ; commémorer la Commune ; dessiner la Commune
like podcast

19 avril 2021 - 00:47:57
L’invitée : Claire Andrieu, professeure des universités à Sciences Po Paris Le livre : Tombés du ciel, le sort des pilotes abattus en Europe, 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021. La discussion : * Le projet du livre, né d’un questionnement sur la Résistance (1:30) * Une longue enquête débutée en 2003 (3:30) * Un livre qui porte sur de multiples facettes de la guerre, et différentes historiographies (4:40) * L’ampleur de la guerre aérienne au-dessus de l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale (6:40) * La situation toujours incertaine de la reddition, de la capture, de la rencontre avec un aviateur abattu (8:45) * Les violences exercées contre les aviateurs alliés dans l’Allemagne nazie à la fin de la guerre (11:40) * Une lecture des comportements et de la guerre repolitisée (13:50) * L’autonomie relative de la population par rapport aux dirigeants (16:20) * La spécificité des sources selon chaque situation nationale, avec la quasi absence de sources en Grande-Bretagne (18:30) * Franz von Werra, pilote allemand abattu au-dessus de la Grande-Bretagne (21:50) * La remise en cause partielle de l’image « dorée » du consensus britannique durant la bataille d’Angleterre (23:30) * Inversement, des stéréotypes à réviser, sur la défaite française de 1940, et l’Exode (25 :40) * L’aide aux aviateurs alliés, élément d’une Résistance de masse dans la France occupée (29:10) * La place centrale des femmes dans cette aide massive (31:45) * Les difficultés pratiques de l’hébergement de ces aviateurs (34:00) * Comment qualifier et conceptualiser cette forme de Résistance, au-delà du terme de « résistance civile » ? (36:20) * Les risques pris par celles et ceux qui hébergent et convoient des aviateurs (39:00) * Les faibles traces mémorielles de cette dimension de la Résistance (40:42) * Le sort des aviateurs russes au-dessus de l’Allemagne, comparable à celui des alliés occidentaux (42:10) Le conseil de lecture : Kenzaburo Oê, Gibier d’élevage / The catch, 1957
like podcast

12 avril 2021 - 00:56:37
Une émission réalisée en commun avec le podcast Histoire en séries de Nicolas Charles L’invité: Pierre-Yves Beaurepaire, professeur à l’université Nice-Côte-d’Azur Le thème: Les aventures du jeune Voltaire, série diffusée sur France télévisions en 2021. La discussion: * Une série fidèle à ce que l’on sait des jeunes années de Voltaire ? (3:45) * L’éducation du futur Voltaire chez les jésuites (5:45) * Les rapports avec sa famille (7:50) * Les distances sociales maintenues entre un roturier comme Arouet et les aristocrates qu’il fréquente (10:00) * Le changement de nom de Voltaire, étape capitale de sa trajectoire (11:30) * Le monde des salons aristocratiques au début du XVIIIe siècle, et des intrigues de la Régence (cour de la duchesse et du duc du Maine) (14:20) * La forme de célébrité construite par Voltaire (16:55) * Le monde des policiers et des informateurs (19:55) * Le rôle de l’imprimé et des écrits dans les rapports de pouvoir (23:20) * Les premiers combats de Voltaire (27:30) * Les confrontations avec l’Église, et le déisme de Voltaire (32:00) * Voltaire, d’abord un homme de théâtre (34:50) * Le libertinage, défi à l’autorité (38:20) * Les relations amoureuses de Voltaire (41:00) * Une série à mettre en regard d’autres représentations (43:35) et d’autres séries sur la période (46:00) ainsi que d’autres films (50:00) Les références citées durant l’émission: * Pierre-Yves Beaurepaire, La France des Lumières 1715-1789, Paris, Belin, 2011. * Id., Echec au roi – Irrespect, contestations et révoltes dans la France des Lumières, Paris, Belin, 2015. * Marion Brétéché, Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieux, Champ Vallon, 2015. * Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution, Le monde des livres au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1983. * Antoine Lilti, Le monde des salons: Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris; Fayard, 2005 * Id. Figures publiques : l’invention de la célébrité, 1750-1850, Paris, Fayard, 2014. Le conseil de lecture: Pierre Milza, Voltaire, Paris, Perrin, 2015
like podcast

5 avril 2021 - 00:52:28
L’invité: Aurélien Lignereux, professeur à l’IEP de Grenoble François-Joseph Sandmann, Napoléon à Saint-Hélène, ca 1820. Le thème: historiographie de la période napoléonienne à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon   La discussion : * Le champ particulier des études napoléoniennes, au croisement de différents acteurs, pas uniquement universitaires * Les controverses liées au bicentenaire : la Fondation Napoléon, une instance neutre ? (5:00) * Quel positionnement pour un historien universitaire au sein de ce champ (7:30) * La profusion éditoriale actuelle et le type d’ouvrages paraissant sur Napoléon (9:35) * La place de l’histoire militaire, et ses renouvellements (11:15) * Les difficultés de la commémoration officielle de Napoléon par la République, dans une année tronquée par la crise sanitaire (15:45) * L’épisode du retour programmé du corps d’un général mort en Russie, et ses enjeux diplomatiques (21:30) * Les renouvellements historiographiques de l’histoire napoléonienne et leurs origines (26:30) * Des chantiers majeures : police et maintien de l’ordre (32:30) * Les sources spécifiques de la période napoléonienne (38:20) * Une clef de lecture générationnelle pour comprendre la période (40:30) * Une histoire féminine de la période est-elle possible ? (43:30) * Le Premier Empire, matrice des impérialismes européens au XIXe siècle ? (47:00) Les travaux mentionnés durant l’émission (par ordre alphabétique) : * Michael Broers, Europe Under Napoleon 1799-1815, Londres, Hodder, 1996. * Walter Bruyère-Ostells, Benoît Pouget et Michel Signoli, Des chairs et des larmes. Combattre, souffrir, mourir dans les guerres de la Révolution et de l’Empire, 1792-1815, Avignon, Presses universitaires de Provence, 2020. * Jane Burbank, Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011. * Hervé Drévillon, Olivier Wieviorka (dir.), Histoire militaire de la France, I. Des Mérovingiens au Second Empire, Paris, Perrin, 2018. * Aurélien Lignereux, L’empire des Français, 1799-1815, Paris, Seuil, 2013. * Id., Les impériaux, administrer et habiter l’Europe de Napoléon, Paris, Perrin, 2021 * Id., avec Quentin Deluermoz et Arnaud-Dominique Houte, « Sociétés et forces de sécurité au XIXe siècle », Revue d’histoire du 19e siècle, 50, 2015 *  Nathalie Petiteau (dir.), Voies nouvelles pour l’histoire du Premier Empire. Territoires, pouvoirs, identités : colloque d’Avignon, 9-10 mai 2000, Paris, La boutique de l’histoire, 2000. * Maria Pia Donato, Les archives du monde. Quand Napoléon confisqua l’histoire, Paris, PUF, 2020. * Anne Verjus, Le bon mari : une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010. * Stuart Woolf, Napoleon’s Integration of Europe, L. Longman, 1993. Les conseils de fin d’émission : * Ridley Scott, Les duellistes (1977) * Grétry, La caravane du Caire (1783)    
like podcast

20 / 209 épisodes
1 2 3 10 11
Scroll to top