NoCiné

16 abonnés
S'abonner
Actualités, débats, films de genre, blockbusters, séries Netflix et rééditions cultes. Chaque mercredi, Thomas Rozec et ses chroniqueur·se·s discutent des dernières sorties. NoCiné est un podcast de Binge Audio.

424 épisodes

10 avril 2019
[Du spoil à gogo] La famille Creed s’installe, avec leur chat, dans une bourgade paisible du Maine. Non loin de leur nouvelle maison, un cimetière où des générations d’enfants ont enterré leur animal de compagnie et un bout de terre qui, à son contact, redonne vie aux mort·e·s.Ce remake tiré du roman de Stephen King est à éviter. Kevin Kölsch et Dennis Widmyer, les deux réalisateurs, ont vidé l’histoire de tout ses aspects dérangeants et métaphysiques pour un résultat proche d’une coquille vide, sans âme, sans frissons et même, sans gore rigolo. Dommage car le cinéma d’horreur aurait bien besoin d’un souffle nouveau.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Julie Le Baron, Stéphane Moïssakis et Perrine Quenneson.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE JULIE : « The Mist » de Frank Darabont, un film d’un réalisateur qui sait adapter Stephen King LES RECOS DE JULIEN : l’adaptation (bien plus réussie) de Mary Lambert et « L’Exorciste, la suite », le troisième volet écrit par l’auteur du roman, William Peter Blatty LA RECO DE PERRINE : « Casper » de Brad Silberling, un film sur comment accepter la mort de l’autre LA RECO DE STÉPHANE : A _ _ _ _ _ _ ARÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONSimetierre (Mary Lambert, 1989), William Castle, Georges Méliès, Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? (David Zucker, 1988), Fast and Furious (Rob Cohen, 2001), Jason Clarke, La Maison du Diable (Mike Flanagan, 2018— ), Firestarter (Mark L. Lester, 1984)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 9 avril 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

17 décembre 2018
Retour sur un film fondateur du genre horrifique qui a bien failli ne jamais voir le jour. À l’occasion de sa projection au Club de l’Etoile, il était temps de revenir sur l’histoire complexe du film d’Adrian Lyne qui, ignoré par le marketing et la critique lors de sa sortie, a ensuite été sauvé par la vidéo et la diffusion sur le câble.Avant d’être un long-métrage, “L'échelle de Jacob” est longtemps resté au stade de scénario ésotérique brillant mais impossible à concrétiser. Et c’est finalement Adrian Lyne qui s'attaque en 1990 à ce “meilleur script inadaptable d’Hollywood” mis au point par le psychédélique Bruce Joel Rubin. Le réalisateur parvient à sortir du mystique et à transformer des images bibliques en visions concrètes. Un exercice complexe qui n’obtient pas de succès immédiat mais qui reste encore une référence pour les créateurs et notamment pour le jeu vidéo.Animé par Thomas Rozec avec Rafik DjoumiRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONL'Echelle de Jacob (Adrian Lyne, 1990), Flashdance (Adrian Lyne, 1983), 9 semaines ½ (Adrian Lyne, 1986), Tim Robbins, Bruce Joel Rubin, Brian De Palma, Timothy Francis Leary, Le livre des morts tibétain : la grande libération par l'écoute dans les états intermédiaires, L'Amie mortelle (Wes Craven, 1986), Ghost (Bruce Joel Rubin), Ridley Scott, Michael Apted, Silent Hill (Christophe Gans, 2006)CRÉDITSEnregistré le 14 décembre 2018 au Club de l’Etoile. Réalisation : Seb Salis. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Albane Fily. Direction de production : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). Production : Binge Audio.
like podcast

18 mai 2018
En direct de la Quinzaine des réalisateurs, les chroniqueurs de NoCiné font le bilan de cette 71ème édition du festival de Cannes toutes sélections confondues. Dernier épisode spécial pour débattre du plan le plus marquant de la semaine, de la découverte de l’année, de la plus grosse déception mais aussi de la meilleure surprise et évidemment des pronostics des chroniqueurs pour la Palme d’Or.Podcast animé par David Honnorat avec Arnaud Bordas, Hugo Alexandre et Lucile BellanCRÉDITSEnregistré le 18 mai 2018 à La Malmaison (Cannes). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Editrice : Albane Fily. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

18 décembre 2018
Un bon nanar DC Comics à 160 millions de dollars est un must des fêtes de fin d’année. Mais le seigneur de la cité sous-marine d’Atlantis surpasse toutes les espérances. Plongée dans un océan de n’importe quoi, où Aquaman, qui doit réunir les 7 royaumes de la mer, navigue dans un plateau de fruit de mer géant où poissons, mammifères marins et crustacés sont autant de montures pour les autres habitants du monde marin. Willem Dafoe chevauchant un hippocampe géant, une attaque de piranhas humanoïdes, Pitbul reprenant Africa de Toto… le potentiel parodique de ces 2h20 d’univers totalement yolo justifie en soi l’immersion. Même si la cohérence n’est évidemment pas au rendez-vous.Animé par Thomas Rozec avec David HonnoratRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONAquaman (James Wan, 2018), Jason Momoa, Batman vs Superman (Zack Snyder, 2016), Game of Thrones, Willem Dafoe, Patrick Wilson, Rocky Horror Picture Show (Jim Sharman, 1975), Saw (James Wan, 2004), Conjuring (James Wan, 2013), Nicole Kidman. CRÉDITSEnregistré le 18 décembre 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Réalisation : Jules Jellaoui. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction de production : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). Production : Binge Audio.
like podcast

18 décembre 2018
Le N-word est au coeur de la thèse d’un étudiant blanc et riche de Berkeley. Son intérêt vire à l’obsession et Adam rejoint le petit monde des battles de rap. Bien plus qu’un film sur le hip-hop, le troisième long-métrage du réalisateur de clips Joseph Kahn, en partie produit par Eminem et sorti en exclusivité sur Youtube Premium, est une comédie sur la liberté d’expression et le politiquement correct qui pose notamment la question de l’hypocrisie des médias vis-à-vis du rap. Toujours en mouvement jusqu’à en devenir éreintant, le film dans un réalisme pop abuse parfois de références et manque légèrement de premier degré, mais va au delà d’une comédie classique pour se rapprocher de la bande dessinée et de l’humour Tex Avery. Tout en restant subtil, Bodied est fou et intense. Animé par Lelo Jimmy Batista, David Honnorat et Perrine Quennesson. RÉFÉRENCESBodied (Joseph Khan, 2018), Torque la route s’enflamme (Joseph Kahn, 2004), Detention (Joseph Kahn, 2011), Calum Worthy, Jackie Long, Rory Uphold, Dumbfoundead, Anthony Michael Hall, The Breakfast Club (John Hughes, 1985), L’Odyssée de l’African Queen (John Huston, 1951), Streets of Fire (Walter Hill, 1984), American Vandal (Dan Lagana et Dan Perrault, 2017), Scott Pilgrim (Edgar Wright, 2010), The Aristocrats (Paul Provenza, 2005), Pump Up the Volume (Allan Moyle, 1990), Empire Records (Allan Moyle, 1995), Riz Ahmed, 8 Mile (Curtis Hanson, 2002). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR LA RECO DE JIMMY : le documentaire « The Aristocrats » de Paul Provenza (2005). LA RECO DE DAVID : « Pump Up the Volume » d’Allan Moyle (1990). LA RECO DE PERRINE : « Ill Manors » de Ben Drew (2013).CRÉDITSEnregistré le 10 décembre 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Réalisation : Jules Krot. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction de production : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). Production : Binge Audio.
like podcast

19 décembre 2018
Inspirée de son enfance dans un quartier de Mexico, Alfonso Cuarón dépeint le quotidien d’un couple, de leurs quatre enfants et leur employée de maison, quotidien bouleversé par des révoltes étudiantes lourdement réprimées en 1970. Plus sombre que les Fils de l’homme, Roma s’oppose en quasi tous points à Gravity et sa subjectivité de point de vue, et noir et blanc aidant, se rapproche du néoréalisme italien. Intimiste mais avec une mise en scène grandiose, le film fait vibrer la corde des souvenirs, fait écho aux souvenirs de chacun et quitte la simple chronique familiale pour questionner ce qui rend un comportement humain stérile ou fertile. Roma restera dans les mémoires, et pour bien plus que les polémiques autour de sa distribution sur Netflix. Animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Julien Dupuy CRÉDITSEnregistré le 18 décembre 2018 à l’Antenne (Paris 11eme). Réalisation : Jules Jellaoui. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction de production : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). Production : Binge Audio.
like podcast

3 avril 2019
[Attention spoiler méchant]Avant d’être une femme, Captain Marvel était un homme. Dans les années 1970, DC Comics obtient le droit d’exploiter ce personnage créé par une autre maison d’édition, à condition de le renommer. Ainsi naîtra Shazam ! Ce super-héros à l’allure de Superman sommeille dans le corps d’un adolescent et doit affronter son ennemi juré Dr Thaddeus Sivana, brillant scientifique au rire machiavélique.Le film réalisé par David F. Sandberg n’est autre qu’un blockbuster surrané dont tout semble avoir été décidé au jeu de dés. À commencer par le choix du réalisateur, qui n’a que quelques court-métrages et deux films d’horreur au compteur. Les modélisations 3D sont fades, les plans copié-collés et les personnages sans caractère. De quoi se poser la question : mais où passé le cinéma ?Animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, Stéphane Moïssakis, Julien Dupuy et David Honnorat.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE DANIEL : pour revenir aux origines de ce personnage composite, Kingdom Come, un comics de quatre épisodes de Mark Waid magnifiquement peint par Alex RossLA RECO DE JULIEN : pour un véritable spectacle, Matrix Revolutions, de Lana Wachowski et Lilly WachowskiLA RECO DE DAVID : toute la filmographie de Penny MarshallLA RECO DE STÉPHANE : Anaconda, what else ?RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION The Meteor man (Robert Townsend, 1993), Les Quatre Fantastiques (Tim Story, 2005), L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (Robert Louis Stevenson, 1886), Captain Marvel (Anna Boden et Ryan Fleck, 2019), The Mask (Chuck Russell, 1994), Jim Carrey, Man of Steel (Zack Snyder, 2013), Big (Penny Marshall, 1988)CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 27 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

3 avril 2019
Une fois de plus, les aliens ont imposé leur loi sur Terre. Une fois de plus, l’humanité se divisa deux camps face à l’envahisseur : ceux et celles qui obéissent, ceux et celles qui résistent. Après dix ans d’occupation, une révolution s’organise à Chicago.Ce film à petit budget a été écrit et réalisé par un cinéaste audacieux de la SF. La dernière création de Rupert Wyatt était donc attendue. Le résultat final est loin d’être agréable : le scénario laborieux et mal dosé sollicite avec peine l’imagination, le thème inépuisable de la dictature est sous-exploité et les liens entre les personnages tirés par les cheveux. Pas étonnant que «  Captive State  » n’a pas été bien reçu outre-atlantique.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLa Planète des singes : Les Origines (Rupert Wyatt, 2011), Les Fils de l’homme (Alfonso Cuarón, 2006), La Guerre des mondes (Steven Spielberg, 2005)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 27 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

2 avril 2019
Sans lui, Star Wars n’existerait sans doute pas. À l’occasion de la sortie de cinq de ses films phares dans un coffret, retour sur la carrière d’une légende du septième art. Adulé par Steven Spielberg, Tim Burton ou James Cameron, Ray Harryhausen est considéré comme le maître des effets spéciaux.Dès «  Le Septième Voyage de Sinbad  » – qui restera l’un de ses plus grands chefs-d’oeuvre, ce marionnettiste du grand écran a su animer des créatures comme personne. Quand il ne faisait pas danser des squelettes, il personnifiait un gorille ou un brontosaure ou animait un octopus géant sur le célèbre pont rouge de San Francisco. Tout au long de sa carrière Ray Harryhausen a conservé un côté geek, jusqu’à préférer la compagnie de ses personnages en mousse de latex plutôt que celles de personnes en chair et en os.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Le septième voyage de Sinbad (Nathan Juran, 1958), Kerwin Mathews, Torin Thatcher, Gustave Doré, Jason et les Argonautes (Don Chaffey, 1963), Un million d’années avant J.C. (Don Chaffey, 1966), Le Choc des titans (Desmond Davis, 1981), Le Voyage Fantastique de Sinbad (Gordon Hessler, 1973), Sinbad et l’Œil du Tigre (Sam Wanamaker, 1977), Caroline MunroCRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 27 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

27 mars 2019
Ce live-action a comme un air de déjà-vu. Que le public se rassure, cette reprise n’a rien d’un copié-collé du film d’animation de 1941. Mené par un Tim Burton en petite forme, le pachyderme volant navigue dans un univers qui, aux fans du cinéaste, paraîtra familier. Le réalisateur boucle deux heures d’aventures répétitives dans un chapiteau moins scintillant que celui de « Big Fish », avec des monstres aux couleurs post-Instagram, une fillette à l’insouciance proche d’« Alice au pays des merveilles », et une morale finale proche d’un encéphalogramme plat. « Dumbo » confirme que Tim Burton est passé de l’artisanat à l’industrie du cinéma.Animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE DANIEL : pour un film avec des vrais animaux, « L’Ours » de Jean-Jacques AnnaudLA RECO DE DAVID : « Un éléphant ça trompe énormément » du très sous-estimé Yves Robert LA RECO DE STÉPHANE : pour un autre film animalier, « Anaconda »RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONFrankenweenie (Tim Burton, 2012), L’étrange Noël de monsieur Jack (Tim Burton, 1993), Alice au pays des merveilles (Tim Burton, 2010), Big Fish (Tim Burton, 2003), Buster Keaton, Batman returns (Tim Burton, 1992), Beetlejuice (Tim Burton, 1988), Edward aux mains d’argent (Tim Burton, 1990), Charlie et la chocolaterie (Tim Burton, 2005), Miss Peregrine et les Enfants particuliers (Tim Burton, 2016), Mars Attacks ! (Tim Burton, 1996)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 27 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

21 mars 2019
Cette traque d’un cambrioleur par un groupe de policiers déterminés est filmée de main de maître. Brillamment mis en scène, magistralement interprété, « Cops and Robbers » est un prototype du polar hongkongais, une véritable plongée dans la police du port parfumé. Comme tout réalisateur de la nouvelle vague des années 1980, Alex Cheung a fait ses armes sur le petit écran avant d’investir le grand. Et le résultat, réédité dans une version Blu-ray, est saisissant. Dommage que les oeuvres de ce cinéaste mettent du temps à atteindre les rives européennes.Animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas et Stéphane Moïssakis.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION L’enfer des armes (Tsui Hark, 1980), OCTB (Kirk Wong, 1994), The Big Heat (Johnnie To, Tsui Hark, 1988)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 18 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

20 mars 2019
La vie d’un pianiste de jazz noir dévie après un incident raciste, qui le fait passer du statut d’artiste à celui de terroriste. Un fils de millionnaire assassine un architecte. Une famille blanche bourgeoise voit son quotidien bouleversé lorsqu’un bébé noir est abandonné dans leur jardin. Le nouvel Hollywood touche à sa fin lorsque parait « Ragtime » en 1981, cinéma d’auteur à gros budget, oeuvre chorale de 2h30 comme il ne s’en fera plus, à la fois tranche d’histoire et témoin de l’état d’esprit de l’Amérique d’avant la Première Guerre mondiale, et commentaire moderne de la fin des seventies. Milos Forman mène une production luxueuse et d’envergure qui aboutit à un échec commercial qu’il est bon de revoir en salles au XXIe siècle, grâce à la version restaurée de « Lost Films ». Animé par Thomas Rozec avec Rafik DjoumiRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONRagtime (Milos Forman, 1981), James Cagney, Brad Dourif, Howard E. Rollins, Ragtime (E.L. Doctorow, 1970), Mary Steenburgen, Elizabeth McGovern, La porte du paradis (Michael Cimino, 1981), Reds (Warren Beatty, Vol au dessus d’un nid de coucou (Milos Forman, 1975), Hair (Milos Forman, 1979), Jack Nicholson, Angels with dirty faces (Michael Curtiz, 1938), Jeff Daniels, Samuel L. Jackson, Fran Drescher, Norman Mailer, Richard Griffiths, Kenneth McMillan, Amadeus (Milos Forman,1984), Dune (David Lynch, 1984), Donald O’Connor, Chantons sous la pluie (Gene Kelly & Stanley Donen, 1953), John Graysmark, Il était une fois en Amérique (Sergio Leone, 1984), Joseph Mankiewicz, La fille de Ryan (David Lean, 1970), La mélodie du bonheur (Robert Wise, 1965). CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 04 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

20 mars 2019
Que pouvait faire Jordan Peele après le phénomène « Get out » ? Il y avait indéniablement beaucoup de pression sur les épaules de celui que l’on présente comme la nouvelle tête de gondole de l’horreur aux Etats-Unis, et une énorme attente pour « Us », qui emmène sur les pas de la famille Wilson, en vacances dans leur maison californienne, confrontés à l’apparition de leurs doubles refoulés. Malgré de grandes qualités, un casting d’une grande intensité et une mise en place maitrisée, l’ensemble est moins bien tenu, l’humour moins bien dosé par rapport à « Get out ». Un sous-texte politique existe à nouveau, bien que plus classique, sur la remise en question de la middle class bourgeoise américaine. Difficile d’interpréter « Us », tant d’intentions pouvant lui être prêtées. Ni dans la peur, ni dans l’angoisse, Us et Peele au milieu du malaise. Animé par Thomas Rozec avec David Honorrat et Perrine Quenneson. RÉFÉRENCES CITEES DANS L’ÉMISSION Lupita Nyong’o, Get Out (Jordan Peele, 2017), Winston Duke, Shahadi Wright Joseph, Elisabeth Moss, Tim Heidecker, Sixième sens (M. Night Shyamalan, 2000), Phénomènes (M. Night Shyamalan, 2008), Annabelle (John R. Leonetti, 2014), Insidious (James Wan, 2010), Alita : Battle Angel (Robert Rodriguez, 2019), Mike Gioulakis, Chiens de paille (Sam Peckinpah, 1972), Maman j’ai raté l’avion (Chris Columbus, 1990), Panic Room (David Fincher, 2002), Fenêtre sur Pacifique (John Schlesinger, 1990), Funny Games (Michael Haneke, 1998), Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1972), Black Panther (Ryan Coogler, 2018). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR LA RECO DE DAVID : « Le Septième continent », d’Haneke (1993), sorte de « home invasion psychologique » et « Caché » (2005). LA RECO DE PERRINE : « It follows » de David Robert Mitchell (2015). CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 18 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

19 mars 2019
Des livres à lire sur le cinéma – avec ou sans potins, la malédiction du deuxième film et les génies incompris de la comédie au menu de ce NoCiné Club. Saisir la démarche d’un cinéaste, découvrir la genèse d’un film, savourer les anecdotes d’un tournage ou comprendre la composition d’un plan, quoi de mieux pour alimenter sa cinéphilie que les livres sur le cinéma ? NoCiné a concocté une liste d’ouvrages à (re)découvrir.Qu’un premier film remporte un franc succès n’est pas une mince affaire. Que le deuxième rendent les critiques unanimes est encore moins évident. Quelles sont les difficultés de réaliser un deuxième film ? Le succès d’ «  Incassable  » de M. Night Shyamalan est-il une exception qui confirme la règle ?Combien de temps aura-t-il fallu pour que soit reconnu le talent de Jim Carrey, de Louis de Funès ou de Jacques Tati ? Les cinéastes de l’humour sont souvent mal considéré·e·s dans la profession. Comme si les comédies étaient un sous-genre. Comme si faire rire n’était pas un art.Animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, Stéphane Moïssakis, Perrine Quennesson et David Honnorat.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLES RECOS D’ARNAUD : «  Kubrick : édition définitive  » du grand Michel Ciment, les entretiens «  Brian De Palma  » avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, «  John Belushi – La folle et tragique vie d’un Blues Brother  » de Bob Woodward et «  Fragments  » d’André de TothLES RECOS DE DAVID : lire, voir ou écouter l’entretien entre les deux grands maîtres Hitchcock et Truffaut ; se plonger dans deux autres livres de Truffaut «  Les Films de ma vie  » et «  Le Plaisir des yeux  » ;«  In the Blink of an Eye  », un essai écrit par le monteur de Coppola ; «  Le cinéma de Starfix : Souvenirs du futur  » tiré de la célèbre revue ; l’autobiographie «  Friedkin Connection – Les Mémoires d’un cinéaste de légende  »LES RECOS DE STÉPHANE : la bio de Kevin Smith et celle de Traci Lords, l’une des grandes stars du porno des années 1980LA RECO DE PERRINE : les fascinantes critiques de Pauline Kael et le «  Hollywood Babylon  » de Kenneth Anger avec des petites histoires pour raconter la grandeLA RECO DE THOMAS : «  Le Brady, cinéma des damnés  » de Jacques Thorens sur le mythique cinéma parisienCRÉDITS NoCiné Club est un hors-série de NoCiné animé par Thomas Rozec et produit par Binge Audio. Cet épisode a été enregistré le 18 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson et Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

15 mars 2019
Inspiré par le japonais Akira Kurosawa, il s’est lancé dans le ciné les yeux fermés et le cœur en colère. Tsui Hark se met à rénover la manière de filmer l’action et la violence dès ses premières réalisations bouclées à la va-vite. En 1980, il signe son premier chef d’oeuvre « L’Enfer des armes », une sorte d’ « Orange mécanique », qui se voulait un film politique et sera finalement un film d’action, production oblige.Quatre ans plus tard, avec « Zu », il devient le grand seigneur du cinéma hongkongais. Sa célébrité dépasse vite les frontières jusqu’à provoquer des émeutes devant Le Grand Rex. C’est le début de l’ère du guerrier fou Tsui Hark, pionnier dans l’utilisation des effets spéciaux.Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONAkira Kurosawa, Histoires de cannibales (Tsui Hark, 1980), L’enfer des armes (Tsui Hark, 1980), La Chair et le Sang (Paul Verhoeven, David Alvarez, 1985), Zu, les guerriers de la montagne magique (Tsui Hark, 1983), Butterfly Warriors, Peking Opera Blues (Tsui Hark, 1986), John Woo, The Killer (John Woo, 1995), Ching Siu-tung, The Lovers (Tsui Hark, 1994), The Blade (Tsui Hark, 1997), King of Chess (Tsui Hark, Yim Ho, 1991), La Bataille de la Montagne du Tigre (Tsui Hark, 2014)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 7 mars 2019 au cinéma Les 7 Batignolles (Paris, 17e). Réalisation : Sébastien Salis. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

15 mars 2019
JCVD chantant de la pop chinoise dans sa voiture, traînant un pousse-pousse en survêtement, se faisant fouetter les fesses par une anguille… Pour le plaisir, Tsui Hark va tout tenter dans « Piège à Hong Kong » à partir d’un script de Steven de Souza déjà peu crédible, et va s’évertuer à humilier ceux qui l’ont rabaissé auparavant dans sa carrière. Le film ouvre la période chinoise du réalisateur, à la fois représentant du capitalisme et légataire d’un imaginaire du peuple hongkongais. Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONThe Blade (Tsui Hark, 1996), Miss Daisy et son chauffeur (Bruce Beresford, 1990), Martin Scorsese, Ringo Lam, Yuen Woo-ping, Steven de Souza, 48 heures (Walter Hill, 1982), Piège de Cristal (John McTiernan, 1988), Street Fighter L’ultime combat (Steven de Souza, 1994), Jean-Claude Van Damme,The Lovers (Tsui Hark, 1994), L’Enfer des armes (Tsui Hark, 1980), Il était un fois en Chine (Tsui Hark, 1991), Mad Mission 3 (Tsui Hark, 1983), Double Dragon (Tsui Hark, 1992), Time and Tide (Tsui Hark, 2000), Double team (Tsui Hark, 1997), Détective Dee.CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 8 mars 2019 au Club de l’Etoile (Paris, 17e). Réalisation : Jules Krot. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

14 mars 2019
Cinq vétérans des forces spéciales américaines décident de braquer l’un des plus puissants barons de la drogue de l’Amérique latine. Mené dans une zone de non-droit qui s’étend entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay – d’où le titre du film, le casse est opéré par un quintette d’acteurs qui fait rêver : Oscar Isaac, Ben Affleck, Charlie Hunnam, Garrett Hedlund et Pedro Pascal.En apparence, ce film a tout d’un « Ocean’s Eleven » au pays des dealers. À l’écran, il n’en est rien. Les héros ont, certes, des airs de Rambo mais le scénario, co-écrit par le réalisateur et l’un des producteurs de «  Zéro Dark Thirty  », a tout d’un conte trop millimétré et trop convenu. Sans en avoir l’air, J.C. Chandor poursuit ses discours moralistes. Il dénonce l’ingérence sans gène des Etats-Unis dans les pays étrangers et la folie que l’argent peut engendrer.Animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Perrine Quennesson. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Despacito (J.C. Chandor, 2004), Margin Call (J.C. Chandor, 2011), All is lost (J.C. Chandor, 2013), A most violent year (J.C. Chandor, 2014), Ocean’s Eleven (Steven Soderbergh, 2001), Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2013), Sorcerer (William Friedkin, 1977)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 13 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

13 mars 2019
Dans ce long-métrage de Bertrand Blier, Foster, bourgeois joué par Christian Clavier attrape dans la rue Taupin, déclassé joué par Gérard Depardieu. Scénario à la main, manteau poil de chameau sur le dos, Foster entraîne son désormais compère dans une aventure funeste : assassiner un certain Leréveillé.«  Convoi exceptionnel  » a des airs de déjà-vu. Au retour de Gérard Depardieu, s’ajoutent les retrouvailles à l’écran de l’acteur fétiche de Bertrand Blier avec Christian Clavier. Comme les acteurs, l’écriture méta, chère au réalisateur, fonctionne sans bouleverser. Truffé de non-sens et de moments de grâce, le film renvoie la sensation d’un Blier embarqué, à l’approche de ses 80 ans, dans un bilan de son propre travail, avec tout ce que cela implique de mélancolie.Animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE DANIEL : «  Le Poulain  », comédie réussie de Mathieu Sapin avec une Alexandra Lamy version Doctor DoomLA RECO DE DAVID : à voir ou à revoir la comédie politique et satirique «  Calmos  » de Bertrand Blier et «  Jacky au royaume des filles  » de Riad SattoufLA RECO DE STÉPHANE : Anaconda, satisfait ou remboursé !RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLes Valseuses (Bertrand Blier, 1974), Calmos (Bertrand Blier, 1976), Buffet froid (Bertrand Blier, 1979), Mon homme (Bertrand Blier, 1996), Glass (M. Night Shyamalan, 2019), Le bruit des glaçons (Bertrand Blier, 2010), Momo (Sébastien Thiery, Vincent Lobelle, 2017), Les Misérables (Josée Dayan, 2000), Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu (Mathieu Sapin, éd. Dargaud, 2017)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 13 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

13 mars 2019
Pour son 25e anniversaire, ce chef d’œuvre de Steven Spielberg ressort en salles. « La Liste de Schindler » raconte l’histoire vraie d’Oskar Schindler, industriel allemand qui, pendant la Shoah, a sauvé plus de mille juif·ve·s d’une mort certaine.D’habitude voué aux grands films d’aventures, le réalisateur reprend on-ne-sait-comment le projet des mains de Martin Scorsese. Juste après «  Jurassic Park  », Steven Spielberg se consacre, corps et âme, à une œuvre qui deviendra la pierre angulaire de sa carrière.La construction de ce film – des mois de tractations avec Universal studios, la rencontre de grands cinéastes polonais, la reconstitution de documents d’époque – sera aussi longue que sa réalisation – un peu plus de trois heures de cinéma en noir et blanc filmé caméra à l’épaule. Non seulement ce mélodrame ébranle par son réalisme et sa puissance cathartique mais il brise à l’écran, au moment de sa sortie, un tabou vieux de trente ans.Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi, Stéphane Moïssakis et Perrine Quennesson.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE PERRINE : « Nuit et Brouillard », documentaire d’Alain Resnais longtemps interdit en FranceLA RECO DE RAFIK : « Requiem pour un massacre », film à la puissance traumatisante d’Elem KlimovLA RECO DE STÉPHANE : Anaconda for everRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Shutter Island (Martin Scorsese, 2010), Rencontre du troisième type (Steven Spielberg, 1977), Sid Sheinberg, Jurassic Park (Steven Spielberg, 1993), Stanley Kubrick, Roman Polanski, Kapò (Gillo Pontercorvo, 1960), « De l’abjection » écrit par Jacques Rivette publié dans les Cahiers du cinéma en juin 1961, Jean-Luc Godard, Janusz KamińskiCRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

6 mars 2019
Dans les années 1970 au Cambodge, une femme part à la recherche de son fils perdu pendant la dictature des Khmers rouges. Dans une fiction basée sur des faits réels, Denis Do anime l’histoire de sa mère et de son demi-frère. Invité de ce hors-série de NoCiné, le réalisateur franco-sino-cambodgien raconte le parcours de « Funan » jusqu’aux salles, réalisé dans six studios différents dans quatre pays dont le Cambodge. Il évoque les difficultés du financement du cinéma d’animation, les influences de la japanime et le travail si personnel de réappropriation d’une douloureuse histoire familiale. Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Perrine Quennesson et Stéphane Moïssakis. CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 mars 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.
like podcast

80 / 424 épisodes
1 2 3 4 5 6 21 22
Scroll to top