NoCiné

16 abonnés
S'abonner
Actualités, débats, films de genre, blockbusters, séries Netflix et rééditions cultes. Chaque mercredi, Thomas Rozec et ses chroniqueur·se·s discutent des dernières sorties. NoCiné est un podcast de Binge Audio.

424 épisodes

13 décembre 2017 - 00:20:46
Le bedonnant détective belge né sous la plume de la bourgeoise anglaise aux idées débordantes Agatha Christie revient au cinéma. Hercule Poirot fait route vers Londres à bord de l’Orient-Express lorsqu’un passager est assassiné. Par qui et pourquoi ? Poirot enquête, Poirot incarné cette fois-ci par le réalisateur Kenneth Branagh qui s’entoure d’un casting quatre étoiles avec Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Penélope Cruz, Willem Dafoe, Judi Dench, Daisy Ridley… Le résultat n’est pas un mauvais film en soit, mais la virtuosité de l’écriture de Christie est maltraitée par l’envie de virtuosité de Branagh. Le tout manque de sophistication. Voulant faire de l’épique à partir d’un huis-clos dans la neige, le jeu des indices est mis de côté pour des scènes d’action. Branagh égrène des idées tout au long de l’intrigue sans les exploiter au final, son jeu très pompier ne sert pas son personnage, et la tentative de donner une background story à Poirot ne fonctionne pas. Ressort donc de cette version du Crime de l’Orient-Express beaucoup de frustration, et une forte envie de revoir la version de Sidney Lumet de 1974 qui fonctionnait bien mieux et surtout, avec plus de classe. Podcast animé par Thomas Rozec, Daniel Andreyev et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLe Crime de l’Orient-Express (Kenneth Branagh, 2017), Le Crime de l’Orient-Express (Agatha Christie, 1934), Le Crime de l’Orient-Express (Sidney Lumet, 1974), Albert Finney, Jacqueline Bisset, Sean Connery, Lauren Bacall, Jean-Pierre Cassel, Johnny Depp, Pénélope Cruz, Willem Dafoe, Judi Dench, Daisy Ridley, Star Wars: le réveil de la force (J.J. Abrams, 2015), Assassin’s Creed, La Flûte enchantée (Kenneth Branagh, 2006), Baz Luhrmann, La Panthère Rose (1963), Peter Sellers, Monty Python, Jean-Claude Van Damme, The Walk (Robert Zemeckis, 2015), Snowpiercer le Transperceneige (Bong Joon-Ho, 2013), Les dix petits nègres (Agatha Christie, 1939), Jack Ryan, Tom Clancy, The Ryan initiative (Kenneth Branagh, 2014), Thor (Kenneth Branagh, 2011), Frankenstein (Kenneth Branagh, 1994), Brian De Palma, Mort sur le Nil (Agatha Christie, 1937), Usual Suspects (Bryan Singer, 1995), Cluedo (Jonathan Lynn, 1985), Madeline Kahn, Christopher Lloyd, Peter Falk, Leonard Nimoy, Martin Sheen, Johnny Cash. RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

15 décembre 2017 - 00:50:30
Il fallait bien sept chroniqueurs NoCiné pour s’attaquer au huitième épisode de Star Wars. Et autant le dire d’entrée de jeu, cette suite n'a pas vraiment convaincu. Au mieux elle a laissé nos critiques dubitatifs, au pire elle les a mis en colère.Le film reprend exactement là où nous en étions restés avec Rey et Luke Skywalker dans l'opus précédent, Le Réveil de la Force, mais avec un réalisateur différent, Rian Johnson qu'on sent bien embêté par l'héritage de JJ Abrams. De toute évidence trop long, le film prend toutefois un malin plaisir à détruire ce que le précédent avait construit. Mais dans quel but ? Est-elle devenue le prototype même d'une série sans âme qui joue sur l'amnésie du spectateur pour se rejouer à l'infini ? Car la question est bien de savoir si l’esprit de la franchise survit à la mainmise évidente de Disney et à cette entreprise d'auto-destruction. Les réponses à toutes ces questions par toute l’équipe de NoCiné réunie presque au grand complet pour l'occasion.Attention, de nombreux spoilers durant cette émission.Podcast animé par Thomas Rozec, avec dans l'ordre d'apparition Yannick Dahan, Anaïs Bordages, David Honnorat, Stéphane Moïssakis, Julien Dupuy, Daniel Andreyev et Alexandre Hervaud.CRÉDITSEnregistré le 14 décembre 2017 au Théâtre de L’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

15 décembre 2017 - 00:34:44
NoFun se glisse dans la peau de NoCiné le temps d'une émission pour déclarer son amour pour De Palma. Dix ans après Scarface sort L’impasse. Vivement critiqué à sa sortie, le film tranche avec le style De Palma à la réalisation flamboyante quasiment baroque, et avec la représentation habituelle des gangsters de mafia en costard. Carlito Brigante n’est pas comme les autres. Héros tragique condamné dès la première scène sur son lit de mort, on suit cet homme brisé courir à sa perte, malgré son refus d’endosser à nouveau sa vie de brigand à sa sortie de prison. Autant un thriller qu’une romance, un drame qu’un film de gangster, L’impasse est aujourd’hui réhabilité malgré le bide de 1993.Podcast animé par Mehdi Maïzi avec Aurélien Chapuis et Yérim Sar.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONScarface (Brian De Palma, 1983), L’impasse (Brian De Palma, 1993), Les Incorruptibles (Brian De Palma, 1987), Kevin Costner, L’impasse : De la rue au pouvoir (“Carlito’s Way : Rise to Power, Michael Bregman, 2005), Puff Daddy, Benny Blanco, Luis Guzman, Le bûcher des vanités (Brian De Palma, 1990), Outrages (“Casualties of War”, Brian De Palma, 1989), Michael J. Fox, Sean Penn, Bad Lieutenant (Abel Ferrara, 1992), The King of New-York (Abel Ferrara, 1990), Christopher Walken, Le Prince de New-York (Sidney Lumet, 1981), Eddie Murphy, Un prince à New-York (John Landis, 1988), Rohff, Penelope Ann Miller, Tarantino, Le cuirassé Potemkine (Sergueï Eisenstein, 1925), Andy Garcia, Shining (Stanley Kubrick, 1980), Billy Wilder, Viggo Mortensen, De Niro, Dustin Hoffman, Marlon Brando, Franck Dubosc, Christian Bale, Tom Hardy, Larry David, Grand Theft Auto : Vice City (Rockstar Games, 2002), Mission : impossible (Brian De Palma, 1996), Obsession (Brian De Palma, 1976), Blow out (Brian De Palma, 1981), Pulsions (“Dressed to Kill”, Brian De Palma, 1980), Psychose (Alfred Hitchcock, 1960), Les oiseaux (Alfred Hitchcock, 1963), Sueurs froides (“Vertigo”, Alfred Hitchcock, 1958), Phantom of the paradise (Brian De Palma, 1974), Body Double (Brian De Palma, 1984), Carrie au bal du diable (Brian De Palma, 1976), Misery (Rob Reiner, 1990), Kathy Bates, James Caan, Sissy Spacek, Gomorra (Stefano Sollima, 2014 - ), Stranger Things (Matt & Ross Duffer, 2016 - ), Femme Fatale (Brian De Palma, 2002), Antonio Banderas, Snake Eyes (Brian De Palma, 1998), Nicolas Cage, Carla Gugino.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO DE NEMO : le triptyque parfait du Hitchcock modernisé par De Palma : “Obsession”, “Blow Out” et “Dressed to kill”.LA RECO DE YERIM : “Sucez moi” d’Alkpote qui reprend en sample “That’s the way (I like it)” de Kc and the sunshine band, le son qui passe dans le club dans le film “L’impasse”. Et “Outrages”, quasiment oublié pour la bonne perf de Sean Penn. Et “Carrie”.CRÉDITSEnregistré le 06 décembre 2017 au Théâtre de L’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : extrait de "Tyra Banks" de Nodey (Atrahasis EP) par Nodey. NoFun est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio
like podcast

27 décembre 2017 - 00:25:55
Le film de David Lowery est le petit évènement de la fin d’année, celui qui provoque l’unanimité des critiques. Et NoCiné fidèle à sa réputation, n’a pas aimé. Casey Affleck y incarne un homme décédé lors d’un accident de voiture, qui revient auprès de sa veuve éplorée jouée par Rooney Mara sous forme de fantôme, recouvert d’un drap troué au niveau des yeux, comme le déguisement d’un enfant pour Halloween. Etonnamment, le résultat est un cas d’école du débat, avec la particularité de donner autant d’arguments pour et contre la proposition de Lowery. Pour : de belles ambiances et une bonne photographie, des idées de mise en scène. Contre : l’histoire d’amour factice, les personnages mal écrits, prétextes à faire de longues scènes vides. Pour : le traitement du rapport au temps travaille le spectateur. Contre : c’est un véritable chemin de croix pour comprendre ce pseudo-sens. Poseur, caricatural, le film se complait dans sa structure et son récit au twist évident. Malgré sa médiocrité, “A Ghost Story possède un parti-pris”, provoque quelque chose. Au moins un souvenir, et c’est déjà ça. Podcast animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Alex Hervaud et David Honnorat. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONA Ghost Story (David Lowery, 2017), Peter et Elliott le dragon (David Lowery, 2016), M. Night Shyamalan, Christopher PLummer, Premier Contact (Denis Villeneuve, 2016), Les amants du Texas (David Lowery, 2013), It follows (David Robert Mitchell, 2014), The Witch (Robert Eggers, 2015), Sense8 (Lilly et Lana Wachowski, 2015 - 2018), True Detective, Sapiens Une brève histoire de l’humanité (Yuval Hoah Harari), Casper le petit fantôme, Ghost (Jerry Zucker, 1990), Patrick Swayze, L’aventure de madame Muir (Joseph L. Mankiewicz, 1947), Les Autres (Alejandro Amenabar, 2001), L’orphelinat (Juan Antonio Bayona, 2007).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

20 décembre 2017 - 00:25:27
Vingt ans séparent l’original de 1995 avec Robin Williams de cette suite inutile avec Dwayne “The Rock” Johnson. Le coeur de Jumanji, la jungle hostile, est toujours là. Mais le plateau s’est transformé en cartouche de jeux vidéos années 90’s, dans laquelle les quatre joueurs se retrouvent propulsés sous forme d’avatar. Le film est décevant, car il ne tient pas ses promesses. A partir d’une idée d’actualisation intéressante, Jake Kasan n’exploite pas assez les potentialités offertes par l’environnement du jeu vidéo. Les stars - Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart, Karen Gillan - qui incarnent les lycéens ne profitent pas de cette situation pour se jouer d’eux-mêmes, et les effets spéciaux, extrêmement novateurs à l’époque, ne sont plus au centre du film. A l’arrivée : un produit safe qui ne sort pas des sentiers battus, et qui ne devrait pas émouvoir les nostalgiques de l’original. Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONJumanji (Joe Johnston, 1995), Dwayne Johnson (The Rock), Jack Black, Kevin Hart, Karen Gillan, Jake Kasdan, Lawrence Kasdan, Bad teacher (Jake Kasan, 2011), Sex Tape (Jake Kasdan, 2014), Walk Hard - The Dewey Cox Story (Jake Kasdan, 2007), Jumanji (Chris Van Allsburg, 1981), Rampage (Brad Peyton, 2018), Sega Saturn, Nintendo 64, Breakfast Club (John Hughes, 1985), Lara Croft, Jurassic Park (Steven Spielberg, 1993), Scott Pilgrim (Edgar Wright, 2010), Fast and Furious, Pain & Gain (Michael Bay, 2013), Baywatch (Seth Gordon, 2017), Dreamcatcher (Lawrence Kasdan, 2003), Les gardiens de la galaxie 2 (James Gunn, 2017), Doctor Who, Tenacious D in: The Pick of Destiny (Liam Lynch, 2006), Le Roi Scorpion (Chuck Russell, 2002). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

3 janvier 2018 - 00:23:58
Molly Bloom, ex-skieuse de haut niveau incarnée par Jessica Chastain, est une jeune femme brillante qui se retrouve embarquée dans les cercles de poker pour stars à Los Angeles. Elle s’y forge un nom, une réputation, avant de se faire embarquer par le FBI pour des liens avec la mafia russe. Dans “Le Grand Jeu”, le scénariste Aaron Sorkin se retrouve pour la première fois derrière la caméra, et met en scène sa propre maîtrise du langage qui était jusque là inoculée par d’autres réalisateurs. La marque de fabrique “Sorkin” est là : des personnages brillants ambitieux et complexes, à l’intelligence renforcée par une écriture ciselée et rapide. Alors une fois encore, les dialogues sont très bien écrits. Mais le rythme d’écriture prend le pas sur la mise en scène, ce qui donne un seul rythme à l’ensemble du film, parfois trop rapide pour son objet - le poker - qui nécessite un long temps de réflexion. “Le Grand Jeu” reste un bon film, un portrait réussi, un film sur le pouvoir qu’une femme tente de conquérir dans un milieu d’hommes. Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLe Grand jeu (Aaron Sorkin, 2017), The Newsroom (Aaron Sorkin, 2012), The Social Network (David Fincher, 2010), Tobey Maguire, Spiderman (Sam Raimi, 2002), Michael Cera, Steve Jobs (Danny Boyle, 2015), Showgirls (Paul Verhoeven, 1995), Studio 60 on the Sunset Strip (Aaron Sorkin, 2006 - 2007), A la Maison-Blanche (The West Wing, Aaron Sorkin, 1999 - 2006), Sports Night (Aaron Sorkin, 1998 - 2000), Cloclo (Florent Siri, 2012).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

5 janvier 2018 - 00:26:18
Dans un monde où elfes, fées et orques cohabitent depuis 2000 ans, Daryl, flic de Los Angeles incarné par Will Smith, devient le coéquipier de Nick, le premier policier orque de l’histoire. Ensemble, ils doivent percer à jour une menace maléfique, dans un buddy-movie ou tout dégénère le temps d’une nuit. Gros carton d’audience sur Netflix, gros bide côté critique, “Bright” est assez raté et cheap, presque une parodie de “End of Watch” - autre film signé David Ayer - mais ne ruine rien d’autre que son propre potentiel. Dans un mariage contre-nature entre le polar et l’héroïc-fantasy, les métaphores sur le racisme où les orques incarnent les gangs de L.A. et les références malvenues au mouvement “Black Lives Matter” renforcent le malaise. Podcast animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, Alexandre Hervaud, David Honnorat et Stéphane Moïssakis RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONBright (David Ayer, 2017), Suicide Squad (David Ayer, 2016), Max Landis, John Landis, Chronicle (Josh Trank, 2012), Sauvez Willy (Simon Wincer, 1993), Okja (Bong Joon-Ho, 2017), Shrek (Andrew Adamson & Vicky Jenson, 2001), I Am Legend (Francis Lawrence, 2007), Alien Nation (Graham Baker, 1991), Valérian et la Cité des mille planètes (Luc Besson, 2017), I, Robot (Alex Proyas, 2004), Prince de Bel-Air (Andy Borowitz & Susan Borowitz, 1990 - 1996), After Earth (N. Night Shyamalan, 2013), District 9 (Neill Blomkamp, 2009), 12 Years a Slave (Steve McQueen, 2013), Training Day (Antoine Fuqua, 2001), Le Flic de Beverly Hills (Martin Brest, 1984), Eragon (Stefen Fangmeier, 2006), Willow (Ron howard, 1988), Fury (David Ayer, 2014), Sabotage (David Ayer, 2014), Bad Times (David Ayer, 2005), End of Watch (David Ayer, 2012), Michael Pena, Jake Gyllenhaal, Southland (Ann Biderman, 2009), Spaceballs (Mel Brooks, 1987), Sharknado (Anthony C. Ferrante, 2013 - 2017), Marseille, L’arme fatale, Victor Frankenstein (Paul McGuigan, 2015), Acid House (Paul McGuigan, 2000), Irvine Welsh, The Meyerowitz Stories (Noah Baumbach, 2017)RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO D'ALEXANDRE HERVAUD : “Victor Frankenstein” de Paul McGuigan (2015), l’histoire de Frankenstein vu du point de vue d’Igor. LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : “The Meyerowitz Stories” de Noah Baumbach (2017)LA RECO DE DAVID HONNORAT : la série “The Shield” de Shawn Ryan (2002 - 2008).LA RECO DE STÉPHANE MOISSAKIS : “Busting” de Peter Hyams (1974). CRÉDITSEnregistré le 04 janvier 2018 à l’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11e). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

4 janvier 2018 - 01:05:01
Replay audio de notre dernier live Youtube, où l’on se penche sur l’actualité des films, des réalisateurs...Pour commencer l'année, les chroniqueurs de NoCiné se penchent sur ce qui va nous occuper en début 2018, à savoir les rumeurs (et nos prédictions) autour des Oscars dont la liste officielle des films sélectionnées sera annoncée fin janvier, ou les films à venir qui les font saliver -pour de bonnes et de mauvaises raisons. L'occasion aussi de revenir sur les retours sur le dernier épisode de Star Wars et d'essayer de comprendre ce que ça peut signifier pour la suite de la licence.Podcast animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, Anaïs Bordages, et Alexandre Hervaud.CRÉDITSEnregistré le 04 janvier 2018 à l’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11e). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

17 janvier 2018 - 00:23:37
“Les panneaux de la vengeance”, ou l’histoire d’une mère désespérée, Mildred, incarnée par Frances McDormand, car l’enquête sur la mort de sa fille n’avance pas. Estimant que les autorités locales ne font rien, elle se met à squatter 3 panneaux routiers à la sortie de leur ville du Midwest, sur lesquels elle interpelle le chef de la police du coin, incarné par Woody Harrelson. Martin McDonagh réunit des gueules fortes du cinéma actuel, pour un film qui regorge de scènes avec McDormand en matriarche badass dans un rôle taillé sur mesure. Plus drame plus que polar, “3 Billboards” parvient à défier les codes du film de vengeance, à surprendre par ses pas de côté. De manière générale, le tout est très plaisant à voir et emporte l’adhésion enthousiaste du public, adhésion légèrement moins enthousiaste de nos critiques maison qui relèvent - entre-autres - quelques problèmes d’écriture dans le personnage de Mildred. Podcast animé par Thomas Rozec avec David Honnorat, Stéphane Moïssakis et Daniel Andreyev. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance (Martin McDonagh, 2017), Bons Baisers de Bruges (Martin McDonagh, 2008), 7 psychopathes (Martin McDonagh, 2013), American Beauty (Sam Mendes, 1999), Steven Seagal, Fargo (Noah Hawley, 2014), Peter Dinklage, Le Grand Jeu (Aaron Sorkin, 2017), The Edge of Seventeen (Kelly Fremon Craig, 2016), Qu’est il arrivé à Baby Jane ? (Robert aldrich, 1962), Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954), Moon (Duncan Jones, 2009), Source Code (Duncan Jones, 2011), Warcraft (Duncan Jones, 2016). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

10 janvier 2018 - 00:23:02
Dans un futur proche confronté à l’enjeu de la surpopulation, des scientifiques ont trouvé une solution : réduire des volontaires à une taille de 12cm pour réduire la consommation des ressources de la planète. Séduits par l’idée, un couple composé de Matt Damon et Kristen Wiig décide de se lancer dans l’aventure et de tenter leur chance en humains version poche. L’idée d’Alexander Payne, pleine de promesses et de potentialités, perd de son intérêt après les 40 premières minutes, lorsque dans un tournant inattendu Matt Damon abandonne l’univers de base et la ville construite pour ces petites personnes pour un voyage au long cours, où l’enjeu de la taille disparaît. “Downsizing” devient malheureusement à ce moment un film d’Alexander Pain, avec sa formule habituelle : suivre des personnes en semi dépression dans un périple réel ou fantasmé. On se perd alors dans les méandres de la misanthropie du réalisateur. Pas assez drôle pour une comédie, pas assez mordant pour une satire, il ne reste pas grand chose à sauver de ces multiples films en un.Podcast animé par Thomas Rozec avec Anais Bordages et David Honnorat. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONDownsizing (Alexander Payne, 2017), Sideways (Alexander Payne, 2004), The Descendants (Alexander Payne, 2011), Chérie j’ai rétréci les gosses (Joe Johnston, 1989), L’Arriviste (Election, Alexander Payne, 1999), Nebraska (Alexander Payne, 2013), Monsieur Schmidt (Alexander Payne, 2002), Deep Impact (Mimi Leder, 1997), L’aventure intérieure (Joe Dante, 1987), Gremlins (Joe Dante, 1984), Le Congrès (Ari Folman, 2013).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

24 janvier 2018 - 00:21:24
Spielberg est un génie, mais Spielberg n’est pas à l’abri d’un mauvais film lorsqu’il s’attaque aux drames historiques, comme c’est le cas avec "Pentagon Papers". Et pourtant, pari réussi pour cette hallucinante reconstitution du processus de publication par le Washington Post de documents confidentiels, preuve que l’administration Nixon mentait au peuple américain en pariant sur une victoire improbable dans la guerre du Vietnam. La parution de l’information fut à l’époque décidé par Katharine Graham, patronne du Post (Meryl Streep), et le rédacteur en chef du journal, Ben Bradlee (Tom Hanks). Sans tomber dans le pathos moralisateur ou dans le film à thèse, Spielberg met brillamment en scène des joutes verbales, morales et politiques où le mouvement de la caméra signifie le dialogue, où le dialogue est filmé comme une scène d’action. En mettant indirectement en lumière les mutations de la presse depuis les années 70, "Pentagon Papers" est aussi un film qui parle de l’Amérique d’aujourd’hui en envoyant un signal aux générations actuelles : réfléchissons à l’importance des médias dans l’Amérique de Trump. Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis et Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONPentagon Papers (Steven Spielberg, 2018), Munich (Steven Spielberg, 2005), Spotlight (Tom McCarthy, 2015), Minority Report (Steven Spielberg, 2002), Basic (John McTiernan, 2003), Le Pont des Espions (Steven Spielberg, 2015), Amistad (Steven Spielberg, 1997), JFK (Oliver Stone, 1991), Louis C.K., Pamela Adlon, Louie (Louis C.K., FX, 2010 - 2015), Lucky Louie (Louis C.K., HBO, 2006), De Palma (Jake Paltrow & Noah Baumbach, 2015). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO DE STEPHANE MOÏSSAKIS : JFK d’Oliver Stone (1991), et la série TV FX “Better Things” de Pamela Adlon, produite par Louis CK. LA RECO DE JULIEN DUPUY : le bonus de la réédition de “Rencontre du 3e type” sortie en octobre 2017, où l’on voit Spielberg tourner d’autres films pendant le tournage. Plongée intéressante dans les archives personnelles du réalisateur.CRÉDITSEnregistré le 17 janvier 2018 à La REcyclerie (83 boulevard Ornano, Paris 18ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

24 janvier 2018 - 00:10:03
Retour du “working-class heros” : Liam Neeson est un ancien film devenu agent d’assurance, qui prend tous les jours les transports en commun. Le jour de son licenciement, il se trouve embarqué dans une course contre la montre pour identifier un mystérieux passager avant le dernier arrêt de sa ligne de train, au risque de mettre en danger les autres passagers, sa propre famille et lui-même. Jaume Collet-Serra, pour sa 4e collaboration avec Liam Neeson, propose une fois de plus un film concept avec des variations sur des idées hitchcockiennes. Mais la tentative de thriller mystérieux et intriguant dans la première partie, est remplacée par un film d’action bien trop classique dans la seconde. Un honnête film du samedi soir. Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONThe Passenger (Jaume Collet-Serra, 2018), Sans Identité (Jaume Collet-Serra, 2011), Non-stop (Jaume Collet-Serra, 2014), Night Run (Jaume Collet-Serra, 2015), James Bond, Iron Man, Taken (Pierre Morel, 2008), Darkman (Sam Raimi, 1990), Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958). CRÉDITSEnregistré le 17 janvier 2018 à La REcyclerie (83 boulevard Ornano, Paris 18ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

31 janvier 2018 - 00:09:42
Boxeur médiocre, Steve Landry (Mathieu Kassovitz), la quarantaine, se reconvertit après une carrière de looser en sparring-partner, en partenaire d’entrainement d’un champion (Souleymane M’Baye). Autrement dit, le punching ball d’une star qui le massacre sur le ring pour se mettre en forme. Le premier film de Samuel Jouy a le mérite d’explorer un axe inconnu de ce sujet tant traité qu’est la boxe dans le cinéma. Malheureusement, ce point précis est trop peu traité dans le film, la personnalité de cet homme brisée par les obligations du sport trop éludée, et l’intérêt réside finalement dans les émouvantes relations que Steve Landry entretient avec sa fille aînée. On reste partagés par le résultat. Podcast animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONSparring (Samuel Jouy 2017), Creed : L’héritage de Rocky Balboa (Ryan Coogler, 2015), Rocky V (John G. Avildsen, 1990), Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet, 2001), Munich (Steven Spielberg, 2005), Mickey Rourke, Virgil (Mabrouk el Mechri, 2005), JCVD (Mabrouk el Mechri, 2008).CRÉDITSEnregistré le 17 janvier 2018 à La REcyclerie (83 boulevard Ornano, Paris 18ème). . Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Jules Krot. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

2 février 2018 - 01:24:18
Les nominations aux César viennent de tomber et une surprise a attiré l'attention des chroniqueurs de NoCiné : la présence de "Grave" et donc d'un film d'horreur dans six catégories différentes. Faut-il s'en réjouir ou est-ce une récupération de ce genre par le cinéma français ?Autre sujet : de plus en plus, la promotion des films nous vend des tournages vrais, loin des méchants effets spéciaux numériques. Ou quand Tom Cruise se prend pour Belmondo. Qu'est-ce ça cache ?Enfin, après la deuxième accusation de plagiat en quelques jours pour "The Shape of Water", les chroniqueurs font le point sur ces plaintes récurrentes dans l'industrie cinématographique aujourd'hui.Sans oublier les questions des internautes.Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, Alexandre Hervaud, Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis.CRÉDITSEnregistré le 01 février 2018 à l’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11e). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Générique : « Soupir Articulé », Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

31 janvier 2018 - 00:22:04
“Big Trouble in Little China” : grâce à la ressortie en version restaurée de cette pépite de l’année 86, on se replonge avec délice dans les cultissimes et formidables aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin. Kurt Russell au meilleur de sa forme y incarne un héros blanc un peu crétin, qui de péripéties en péripéties pénètre dans le Chinatown de San Francisco comme le spectateur découvre au fil du film le cinéma asiatique et hong-kongais, encore assez peu connu à l’époque. “Big Trouble in Little China” est une porte d’entrée vers ce cinéma là, avec des monstres cheaps et fous, un côté un peu gore, pulp et désinhibé. Carpenter, d’ordinaire plus versé dans l’ironie que la comédie ou le feel-good movie, signe un ovni dans sa filmographie, un film festif et jubilatoire indéniablement passé à la postérité 30 ans après sa sortie. A revoir en salles absolument. Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONBig trouble in Little China (John Carpenter, 1986), Les aventures d’un homme invisible (John Carpenter, 1992), The Thing (John Carpenter, 1982), W.D Richter, L’invasion des profanateurs (Philip Kaufman, 1978), Brubaker (Stuart Rosenberg, 1980), Les Aventures de Buckaroo Banzaï à travers la 8e dimension (W.D. Richter, 1984), Stranger Things, Starman (John Carpenter, 1984), E.T. l’extra-terrestre (Steven Spielberg, 1982), Prince des ténèbres (John Carpenter, 1987), Invasion Los Angeles (John Carpenter, 1988), The Rock, Les Gardiens de la Galaxie (James Gunn, 2014), Thor Ragnarok (Taika Waititi, 2017), Halloween la nuit des masques (John Carpenter, 1978), Fog (John Carpenter, 1980), Un Cri dans l’océan (Stephen Sommers, 1998), La Momie (Stephen Sommers, 1998).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

7 février 2018 - 00:24:42
Doug, homme préhistorique qui vit avec son cochon préhistorique baptisé Crochon, voit débarquer dans sa vallée une tribu de l’âge de bronze, plus moderne que la sienne, qui veut les envahir. Le conflit se réglera avec le premier match de foot de l’histoire. Nick Park revient seul pour piloter le dernier né des studios d’animation Aardman, un des plus gros budgets de l’histoire du studio. Le film est malheureusement un des plus bavards, construit sur un humour artificiel de situation sociale - avec quelques blagues de foot - qui tombe souvent à plat. La facture technique du film n’est pas mauvaise, avec une bonne direction artistique et une belle animation, des personnages plus bruts avec les traces de doigts visibles sur la plasticine. Mais le discours de fond est tiède, et le studio habituellement habitué à sortir du giron de l’animation pure pour emprunter à la science fiction, l‘horreur ou la comédie romantique, n’exploite pas assez dans Cro Man les potentialités du sous-genre du film de préhistoire. Le film garde une ferveur intéressante, mais plus premier degré et donc plus enfantine, moins destinée à un public d’adultes. Podcast animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Stéphane Moïssakis et Charline Roux. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONWallace et Gromit (Nick Park), Shaun le mouton (Richard Starzak, Aardman Animation, 2015), Souris City (David Bowers & Sam Fell, Aardman Animation & DreamWorks Animation, 2006), Mission : Noël (Sarah Smith, Aardman Animations, Sony Picture Animation, 2011), Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout (Peter Lord & Jeff Newitt, Aardman Animations & Sony Picture Animation, 2012), Peter Lord, Un million d’années avant J.C. (Don Chaffey, 1066), Raquel Welch, Quand les dinosaures dominaient le monde (Val Guest, 1970), La guerre du feu (Jean-Jacques Annaud, 1981), Wallace et Gromit : le mystère du lapin-garou (Nick Park et Steve Box, Aardman Animations & Dreamworks Animation, 2005), Gladiator (Ridley Scott, 2000), Henri-Georges Clouzot, Monty Python, Pierre Niney, Les Pierrafeu, Buster Keaton, Super Noël (John Pasquin, 1994), Will Vinton, Studio Laika, Kubo et l’Armure magique (TRavis Knight, 2016), Moonwalker (Jerry Kramer et Colin Chilvers, 1988), Le dragon du lac de feu (Matthew Robbins, 1981), Coeur de dragon (Rob Cohen, 1996), RRRrrrr !!! d’Alain Chabat (2003), Love Actually (Richard Curtis, 2003).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO DE JULIEN DUPUY : tout le travail méconnu de Will Vinton, cofondateur du studio Laika, et la série de courts métrages assez absurdes réalisés par Aardman autour des personnages DC Comics. LA RECO DE STÉPHANE MOÏSSAKIS : Le dragon du lac de feu de Matthew Robbins (1981).LA RECO DE CHARLINE ROUX : RRRrrrr !!! d’Alain Chabat (2003). LA RECO DE THOMAS ROZEC : la série pour enfants créée par Nick Park “Voici Timmy”, disponible sur Netflix. CRÉDITSEnregistré le 1er février 2018 à L’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

6 février 2018 - 00:32:46
Nouveau format pour NoCiné : entretien avec des réalisateurs, en l'occurence FGKO - nom du duo de réalisateurs trentenaires Fabrice Garçon et Kevin Ossona - pour la sortie de leur premier long métrage. "Voyoucratie" raconte le parcours de Sam, joué par Salim Kechiouche, qui essaie de renouer avec la vie normale à sa sortie de prison. Tiraillé entre l’envie de sortir de la spirale de la délinquance, et la difficulté d’échapper au milieu dont il est issu, Sam finit par se faire rattraper par son passé. L'équipe de NoCiné revient avec eux sur la genèse et les conditions de réalisation du film (en extérieur et parfois sans autorisation de tournage, sur la constitution du tandem et leur rencontre à l'école de cinéma, et aborde leurs projets en cours. Animé par Thomas Rozec, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.CRÉDITSEnregistré le 1er février 2018 à L'Antenne Paris(10 rue la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Camille Regache, Quentin Bresson. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.
like podcast

14 février 2018 - 00:27:50
On avait envie de vous parler de “The Big Sick”, la Saint-Valentin était une excuse parfaite. Succès critique et public sorti cet été aux USA, cette romcom a été bazardée sur Amazon Prime dans l’anonymat le plus total en France. Kumail Nanjiani y joue un émigré pakistanais à New York, qui tombe amoureux d’une jeune femme blanche non musulmane, ce qui ne va pas ravir ses parents plutôt adeptes du mariage arrangé. Malgré des bases classiques de comédie romantique et quelques longueurs, cette romcom est cool, plutôt réussie. Les plus : son pouvoir d’identification fort grâce à un cadre urbain / bobo plus réaliste que beaucoup de comédies romantiques, une galerie de personnages secondaires attachants, et un humour noir qui tombe juste. Et en guise de recommandations, nos comédies romantiques préférées. Avec quelques surprises. Podcast animé par Thomas Rozec avec Anaïs Bordages, Alexandre Hervaud, Charline Roux et David Honnorat. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONThe Big Sick (Michael Showalter, 2017), Silicon Valley (Mike Judge, 2014), Funny People (Judd Apatow, 2008), Master of None (Aziz Ansari, 2015), The Mindy Project (Mindy Kaling, 2012 - 2015), Sans Sarah rien ne va ! (Nicholas Stoller, 2008), Jason Segel, 5 ans de réflexion (Nicholas Stoller, 2012), Terrain d’entente (Bobby et Peter Farrelly, 2005), Drew Barrymore, Jimmy Fallon, Carton Jaune (Nick Hornby), Carton Jaune (David Evans, 1997), Sailor et Lula (David Lynch, 1990), Virginie Efira, 20 ans d’écart (David Moreau, 2013), Victoria (Justine Trier, 2016), Hugh Grant, Love Actually (Richard Curtis, 2003), Coup de foudre à Notting Hill (Roger Michell, 1999). CRÉDITSEnregistré le 1er février 2018 à L’Antenne Paris (10 rue la Vacquerie, Paris 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

7 février 2018 - 00:25:14
Spencer Anthony et Alek, trois amis américains dont sont deux militaires, sont en vacances en Europe, et se retrouvent héros malgré-eux en désarmant un homme qui s’apprêtait à perpétrer un attentat à bord d’un train Thalys. L’interminable “15h17 pour Paris” raconte l’histoire vraie qui s’est déroulée à l’été 2015, agrémentée de l’histoire d’amitié des trois héros - qui jouent d’ailleurs leurs propres rôles - et du détail de leurs vacances interminables immortalisées à grands coups de selfies. Clint Eastwood, qui filmait des anti-héros en les mythologisant, prend désormais le chemin inverse, à la recherche du moment où l’homme devient héros dans le regard de la société. Avec très peu d'emphase et de style visuel, avec une narration et une photo très relâchées, l’effet de réel ne prend pas. Reste une sensation de précipitation dans la production du film. Car si Clint aime faire des films très rapidement, tout est manifestement dans ce cas allé trop vite pour faire du bon cinéma. Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, David Honnorat et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLe 15h17 pour Paris (Clint Eastwood, 2018), Sully (Clint Eastwood, 2016), American Sniper (Clint Eastwood, 2015), Full Metal Jacket (Stanley Kubrick, 1987), Lettres d’Iwo Jima (Clint Eastwood, 2006), Patrick Braoudé, Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004), L’homme qui tua Liberty Valance (John Ford, 1962), Piège à grande vitesse (Geoff Murphy, 1995), Impitoyable (Clint Eastwood, 1992), L’épreuve de force (Clint Eastwood, 1977), Les dents de la mer (Steven Spielberg, 1975), La tour infernale (John Guillermin, 1974), L’épreuve de force (Clint Eastwood, 1977), Unstoppable (Tony Scott, 2010), Runaway train (Andrey Konchalovsky, 1985). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco
like podcast

15 février 2018 - 00:24:36
Déjà apparu dans le dernier Captain America, le personnage Black Panther possède désormais son propre univers développé. Roi de la nation africaine imaginaire du Wakanda, civilisation très avancée technologiquement parlant où plusieurs tribus cohabitent, T’Challa (Chadwick Boseman) tente de préserver la paix malgré le soulèvement de son cousin (Michael B. Jordan). Le tout est réalisé par Ryan Coogler avec un casting essentiellement afro américain, et donc, un super-héros noir. Fait assez rare pour être souligné. Qui dit Marvel dit mise en scène pauvre, construction uniformisée et longueur inutile du film. Et malheureusement Black Panther n’échappe pas à ces défauts récurrents. Mais l'élégance et l’inventivité des costumes, une bonne utilisation de la 3D, rattrapent l’affaire, tout comme le casting talentueux et les personnages relativement bien écrits. Mais surtout, la dimension politique des combats menés, nouvelle chez Marvel plutôt habituée à raconter l‘abstrait, qui pousse jusqu’à l’évocation de l’opposition idéologique entre Malcolm X et Martin Luther King, donne une portée sociale au superhéros. Et fait appréciable, les personnages féminins sont intégrés au même rang que les hommes dans la narration, à la fois fortes, déterminées et pacifistes. Un bon film ? Pas tellement, mais pas le pire des Marvel, certainement. Podcast animé par Thomas Rozec avec Daniel Andreyev, Anaïs Bordages et David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONChadwick Boseman, Creed, l’héritage de Rocky Balboa (Ryan Coogler, 2015), Michael B. Jordan, Lupita Nyong’o, Letitia Wright, Le Roi Lion (Rob Minkoff et Roger Allens, 1994), Hamlet, Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017), Danai Gurira, Guillermo Del Toro, Darren Aronofsky, Captain America : First Avenger (Joe Johnston, 2011), Captain America 2 (Anthony Russo et Joe Russo, 2014), Jack Kirby, Ready Player One (Steven Spielberg, 2018), Black Mirror, The Wire, Phantom Thread (Paul Thomas Anderson, 2017), Punch-drunk Love (Paul Thomas Anderson, 2002). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO D'ANAIS BORDAGES : “Fruitvale Station”, premier film de Ryan Coogler (2013). LA RECO DE DANIEL ANDREYEV : “All-New Captain America”, nouvelle série de comics où Captain America a cédé son bouclier à Sam Wilson (le Faucon). LA RECO DE DAVID HONNORAT : le podcast afro d’Arte Radio, “Le Tchip” qui va analyser Black Panther, et le film "Phantom Thread" de Paul Thomas Anderson (2018). CRÉDITSEnregistré le 14 février 2018 au Bar à Bulles (8bis Cité Véron, Paris 18ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargée de production et d’édition : Camille Regache. Rédacteur en chef : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio. Réalisation : Quentin Bresson. Générique : "Soupir Articulé", Abstrackt Keal Agram (Tanguy Destable et Lionel Pierres). NoCiné est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio.POUR ASSISTER AUX ENREGISTREMENTSPour assister à notre prochain enregistrement en public à L'Antenne Paris, rendez-vous sur notre page bingeaudio.eventbrite.com
like podcast

380 / 424 épisodes
1 2 17 18 19 20 21 22
Scroll to top