La Poudre

377 abonnés
S'abonner
Deux fois par mois, au micro de Lauren Bastide, écrivaines, artistes, chercheuses et militantes se racontent et prennent le pouls des luttes féministes et antiracistes contemporaines. Un épisode un jeudi sur deux. Depuis 2016, la journaliste reçoit dans La Poudre des femmes artistes, militantes ou politiques pour des conversations intimes et profondes qui ont passionné de millions d’auditeurices. Ces récits, enrichis de documentaires événementiels, de tables rondes, et d’analyses par les plus grandes expertes des luttes pour les droits des femmes, en France et dans le monde, forment un tableau captivant de la société à l’heure de la révolution #MeToo. La Poudre was created by journalist and feminist activist Lauren Bastide, co-founder of Nouvelles Ecoutes studio, to offer women a safe space to express themselves. In a one-hour long, in-depth conversation, inspirational women artists, activists, scientists and politics talk about themselves, their path and struggles, but also about the incredible times we are living for women’s rights. Many episodes of La Poudre have been recorded or dubbed into English. Search for the ?? !

129 épisodes

28 juin 2018
Au micro de Lauren Bastide, Alice Zeniter raconte son enfance proche de la nature (09:30), l’expérience du racisme alors qu’elle était enfant (20:35) son rapport à l'écriture adolescente (27:33), l’école Normale Supérieure et la découverte d'un Paris à la Boris Vian (34:00), le sentiment d’avoir été épargnée par le sexisme (44:20), sa première rencontre avec l’Algérie (50:25), le pouvoir de la littérature de changer la narration sur les migrations (60:23). Enfin, elle lit un passage du poème « One Art » d’Elizabeth Bishop (1:05:40) et raconte son absence de désir d’enfant (1:08:25). Alice Zeniter est une autrice et dramaturge née en 1986 à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Son dernier ouvrage, « L’Art de perdre », une fresque romanesque suivant le parcours d’une famille de « harkis » émigrés en France après la guerre d'Algérie, a été récompensé du prix Goncourt des Lycéens en novembre 2017. Alice Zeniter grandit en Normandie, un terrain propice au développement de son imagination. Elle publie son premier roman à l’âge de 16 ans « Deux moins un égal zéro », aux éditions du Petit Véhicule. Elle entre en 2006 à l’école Normale Supérieure. Arrivée dans le théâtre par le jeu, elle se tourne vers l’écriture théâtrale et participe aux ateliers de mise en scène de l’ENS. Simultanément, Alice Zeniter écrit une thèse sur les personnages féminins dans l’oeuvre de l’auteur anglais Martin Crimp. Elle part pour Budapest enseigner le français en 2008, elle y écrit un roman, « Jusque dans nos bras », récompensé du prix littéraire de La Porte Dorée en 2010. Alice Zeniter est également l’autrice de « Sombre dimanche » (2013), qui a reçu le Prix du livre Inter et le Prix de la Closerie des Lilas, et de « Juste avant l’oubli » (2015). La Poudre est une production Nouvelles Écoutes. Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu. Coordination : Zisla Tortello. Mixage : Laurie Galligani Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien des éditions Robert Laffont, qui ont décidé, en partenariat avec Nouvelles Écoutes, de faire don d’une vingtaine d’exemplaires de la « Servante écarlate » de Margaret Atwood à l’association Rev’Elles. La mission de Rev’Elles est de faciliter l’insertion professionnelle de jeunes femmes résidant en Zones Urbaines Sensibles par le biais d’un accompagnement sur le long terme. On vous invite à découvrir leur travail et à les soutenir par le biais d’un don !
like podcast

12 juillet 2018
Au micro de Lauren Bastide, Daria Marx raconte l’accueil positif réservé à « Gros n’est pas un gros mot » (03:50), les troubles du comportement alimentaire maternel dans son enfance (10:30), son adolescence solitaire dans un pensionnat catholique (14:24), la boulimie et l’hyperphagie (21:30), sa découverte du militantisme féministe (25:05), son burn-out et la détection de sa bipolarité (27:23), pourquoi le cyber-harcèlement ne l’atteint plus (37:40), son aversion pour le mouvement « body-positive » (41:50), l’action du collectif Gras Politique (49:00), les maltraitances gynécologiques spécifiques aux femmes grosses (52:00). Daria Marx est une autrice, blogueuse et militante née en 1980. Elle a publié en mai 2018 « Gros » n’est pas un gros mot : Chroniques d’une discrimination ordinaire » aux éditions Librio, essai qui lui a valu de faire la couverture de Libération aux côtés de sa co-autrice, Eva Perez-Bello. Daria Marx passe son enfance dans des quartiers populaires de région parisienne. À l’adolescence, sa mère déménage avec elle dans le 16ème arrondissement où elle se confronte pour la première fois à une violence classiste. Elle termine sa scolarité dans un pensionnat catholique. Entrée dans la vie active, elle travaille dans une entreprise de plateformes téléphoniques qui la pousse au burn-out. Elle lance alors son blog, qui rencontre un grand succès. En 2016 elle co-fonde le collectif Gras Politique, un collectif féministe, anti-grossophobie et queer avec la militante Eva Perez-Bello. « Gros » n’est pas un gros mot » est leur premier ouvrage. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes. Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu. Coordination : Zisla Tortello. Mixage : Laurie Galligani Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien de l’application française de méditation Petit Bambou. Petit Bambou permet de choisir parmi 650 séances de méditation celle qui vous correspond le mieux. La démarche est pédagogue, facile à embrasser, même sans avoir aucune expérience en la matière. Merci à Petit Bambou de faire parler La Poudre et de nous permettre de prendre soin de nous.
like podcast

19 juillet 2018
Le 23 juin dernier au Palazzo, la terrasse du Palais de la Porte Dorée, La Poudre organisait sa première table ronde dédiée au thème des masculinités en compagnie d’un public de Poudreux et de Poudreuses qui a pu poser ses questions aux expertes présentes. Autour du micro de Lauren Bastide, trois journalistes expertes des questions de genre et de représentations : Titiou Lecoq, autrice de l’ouvrage à succès «Libérées » (Fayard), Claire Diao, critique de cinéma et autrice de l’ouvrage « Double Vague » (Au Diable Vauvert) et Victoire Tuaillon, hôtesse du podcast spécialisé dans les masculinités : « Les Couilles sur la table » (Binge Audio). Ensemble, elles ont décrypté l’urgence à libérer l’homme de sa domination (03:15), l’impact de l’affaire Weinstein dans le cinéma français (05:35), les représentations de l’homme prédateur dans les médias (09:50), les difficultés inhérentes à la reconnaissance de ses privilèges (13:15), l’émergence de la figure de l’« incel » (21:05), les masculinités dominantes et subordonnées (23:58), les représentations stéréotypées des hommes non-blancs dans le cinéma et les médias (26:00), la redistribution des tâches ménagères et de la charge mentale (39:01), le backlash masculiniste (55:00). Elles ont ensuite répondu aux questions du public (à partir de 1:00:00). À lire : -« Libérées » de Titiou Lecoq -« Double Vague » de Claire Diao -« Masculinités » de Raewyn Connel -« Marianne et le garçon noir » sous la direction de Léonora Miano -« Le mythe de la virilité » d’Olivia Gazalé -« Alpha Mâle » de Mélanie Gourarier -« Les Argonautes » de Maggie Nelson -« Petit guide du « disempowerment » pour hommes proféministes » par Francis Dupuis-Déri -« Refuser d’être un homme » de John Stoltenberg -« En finir avec Eddy Bellegueule », « Histoire de la violence » et « Qui a tué mon père » d’Édouard Louis -« L’Arabe du futur » de Riad Sattouf -#DéjàMortes par Titiou Lecoq sur le site de Libération -Le blog de Cédric le mecxpliqueur À regarder : -« Allez tous vous faire enfilmer » par Alain « Biff » Etoundi -« La tête froide » de Nicolas Mesdom  -« The Death and life of Marsha P. Johnson » de David France à visionner sur Netflix -« Girl » de Lukas Dhont -« Vers la tendresse » d’Alice Diop À écouter : -Les couilles sur la table - « Cours particulier avec Eric Fassin » -Les couilles sur la table - « Vikken - Portrait d’un homme trans » La Poudre est une production Nouvelles Écoutes. Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu. Coordination : Zisla Tortello. Mixage : Charles De Cillia Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien de l’application française de méditation Petit Bambou. Petit Bambou permet de choisir parmi 650 séances de méditation celle qui vous correspond le mieux. La démarche est pédagogue, facile à embrasser, même sans avoir aucune expérience en la matière. Merci à Petit Bambou de faire parler La Poudre et de nous permettre de prendre soin de nous.
like podcast

26 juillet 2018
Au micro de Lauren Bastide, Mélissa Laveaux raconte la musique comme support de résistance politique (04:20), son enfance à Ottawa dans l’Ontario (05:49), la transmission de l’histoire d’Haïti dans son enfance (10:20), sa mère, véritable matriarche (17:00), son choix d’être une femme (21:40), sa rencontre avec le Black Feminism (29:17), son arrivée tumultueuse en France (28:50) ses deux premiers albums très personnels (38:03), sa fascination pour la sculptrice Edmonia Lewis (41:10), la figure de « Mami Wata », divinité mythologique à la fois africaine et caribéenne (44:20), « Radio Siwèle », son dernier album sur lequel elle a travaillé pendant 8 ans (52:05), sa réponse à la sortie de Donald Trump à propos des « Shithole countries » (56:37), son lien à la nature et son rapport à son utérus (01:02:37). Mélissa Laveaux est une musicienne, compositrice et chanteuse née en 1985 à Montréal. Son dernier album, « Radio Siwèle », sorti en février 2018, est un joyau musical chanté en créole qui réinvente des chants de résistance haïtiens datant de l’occupation américaine. Elle y a travaillé durant 8 ans. Mélissa Laveaux a grandi à Ottawa, dans l’Ontario, au Canada. Elle baigne toute son enfance dans la culture haïtienne de ses parents et s’initie jeune à la guitare. Elle obtient en juin 2008 un Bachelor en « éthique et société » à l’Université d’Ottawa tout en diffusant sur Myspace ses premiers morceaux. En 2007, elle sort son premier album, auto-produit, « Camphor & Copper ». Lauréate d’une bourse de musicienne, elle déménage en France, et en 2008, le label No Format! produit une réédition de « Camphor & Copper ». Entre 2008 et 2011, elle part en tournée en Europe, au Canada et au Japon. En février 2013, elle sort un second album « Dying is a wild night » et un single, « Triggers », qui relate une tragique histoire d’amour lesbien. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes. Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu. Coordination : Zisla Tortello. Mixage : Laurie Galligani Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien de l’application française de méditation Petit Bambou. Petit Bambou permet de choisir parmi 650 séances de méditation celle qui vous correspond le mieux. La démarche est pédagogue, facile à embrasser, même sans avoir aucune expérience en la matière. Merci à Petit Bambou de faire parler La Poudre et de nous permettre de prendre soin de nous.
like podcast

10 septembre 2018
Cet épisode de La Poudre a été publié en français le 9 février 2017. Pour l’écouter, remontez dans les archives ou cliquez ici : 🇫🇷. In this episode, Amandine Gay recalls her childhood in the countryside and her adoptee status (04:28), talks about the readings that helped her become a woman (12:20), the great significance of adoption in her personal construction (16:40), black women’s representation in the medias and society in general (20:35), how creation allows her to distance herself from her existential wounds (35:25), and what burlesque dancing has added to her life (40:40). She also talks about french edition of bell hooks’ “Ain’t I a women” of which she wrote the foreword, and reads an extract of the book (45:35), fetichization of black teenagers bodies (47:15), her feeling towards Speak up’s warm reception (1:02:40) and the calm she found in Montreal (1:06:01). Amandine Gay is a director, essayist, activist, and one of the leading figures of afro-feminism in France. While developing her second sociology master’s degree on trans-racial adoption, she directed and produced independently her first documentary, “Speak up” in which she interviewed 24 black women from France and Belgium. After its release in october 2017, “Speak up” was broadcasted for more than 5 weeks in France, and obtained national broadcasts in Canada, Great-Britain, Switzerland and Belgium. Amandine Gay graduated from Sciences-Po Lyon, and studied aboriginal studies in Australia before integrating the Academy of Dramatic Art of Paris in 2008. She ended up behind the camera, and started writing short programs for television as well as a very political blog. She then co-authored a play, “Silence”, before going into exile in Montreal, where she still lives today. Executive producer : Nouvelles Écoutes Production and signature tune : Aurore Meyer-Mahieu English voice-over : Margeaux Lampley Production assistant : Zisla Tortello Recording and mixing : L’Arrière Boutique Studio
like podcast

12 septembre 2018
Cet épisode de La Poudre a été publié en français le 16 novembre 2017. Pour l’écouter, remontez dans les archives ou cliquez ici : 🇫🇷. In this episode, Sophie Fontanel recalls her childhood in the 16th district of Paris and the feeling of being socially upgraded (05:09), the impact of her grandparents fleeing the Armenian genocide on her childhood (10:45), the rape she suffered during her teenage years that disrupted her sex life forever (18:55), her years spent working in women’s magazine without ever spreading its diktats (31:24), and how she feels like she doesn’t relate to any particular sexual orientation (37:36). Sophie reads an extract of her book “Grandir” which means « Growing up » and talks about her mother (45:27), as well as the double standards that accompany women and men’s old age (50:42) and her encounter with her uterus (58:33).  Sophie Fontanel is a writer, a journalist and a French influencer born in Paris in 1962. Her latest novel, « Une apparition » (2017), relates her experience as she suddenly decided to stop dying her hair. Sophie Fontanel is a prolific author who wrote 15 novels, including « The Art of Sleeping Alone », a book on sexual abstinence sold worldwide at more than 150 000 copies and featured in the New York Times. She has more than 130 000 followers on Instagram, with whom she loves to share posts staging herself. After graduating in Literature, Sophie Fontanel wrote for numerous prestigious French medias such as Les Matins de Paris before becoming a chief editor at Cosmopolitan’s French edition. She published her first novel in 1995, « Sacré Paul », which was awarded a prize by the Best First Novel in France. She then became a TV host on « Nulle part ailleurs », a show produced by Canal +. This experience inspired her the subject of her second novel, « Le plus jeune métier du monde », (which means the youngest profession on earth) in 1999. She went on and started working at ELLE magazine as an international reporter and then as Fashion editor-in-chief until April the 1st 2015. Nowadays, she writes a weekly column for Le Nouvel Observateur untitled « La mode pour tous », which means « Fashion for everyone ».  Executive producer : Nouvelles Écoutes Production and signature tune : Aurore Meyer-Mahieu English voice-over : Sara Verhagen  Production assistant : Zisla Tortello Recording and mixing : L’Arrière Boutique Studio
like podcast

14 septembre 2018
Cet épisode de La Poudre a été publié en français le 12 janvier 2017. Pour l’écouter, remontez dans les archives ou cliquez ici : 🇫🇷. In this episode, Leïla Slimani recalls her childhood and her teenage years under Hassan II’s reign in Morocco (04:13), depicts the absolute space of freedom literature is to her (30:22), the importance of « bourgeois bohemian’s » values while conservatism rises in Europe (31:27), the myth of maternal instinct (34:44), being a woman in a public space (44:51) and her room of one’s own (48:03). Leïla Slimani is a writer born in Rabat in 1981. Her second novel, « Lullaby », has received the Goncourt Prize in october 2016. On November 2017, French president Emmanuel Macron nominated her ambassador of Francophonie. Before becoming an acclaimed writer, Leïla Slimani graduated from Science-Po and became a journalist for the pan-african magazine Jeune Afrique. She published her very first book in 2014, « Dans le jardin de l’ogre » (Gallimard), as well as an essay on moroccan women and men’s sexualities entitled « Sexe et mensonges. La vie sexuelle au Maroc », in september 2017. Executive producer : Nouvelles Écoutes Production and signature tune : Aurore Meyer-Mahieu English voice-over : Myriam Ajar Production assistant : Zisla Tortello Recording and mixing : L’Arrière Boutique Studio
like podcast

4 octobre 2018
Au micro de Lauren Bastide, Jeanne Added raconte le fait de se rencontrer soi-même (3:00), son enfance et son adolescence à Reims (05:50), l’entrée au Conservatoire à Paris (09:29), le cliché de la chanteuse de jazz (12:02), quand l’excellence protège du sexisme (15:45), l'androgynie comme acceptation de soi (23:52), le punk rock féministe de Lydia Lunch (34:12), les stéréotypes véhiculés par les médias (36:10). Puis, Jeanne Added chante un extrait de Radiate (39:51), parle de la place du corps dans son art (42:31) ainsi que du fait de lire des femmes, et d’écouter des femmes (47:57). Jeanne Added est née en 1980 à Reims. Son dernier album, « Radiate », sorti en septembre 2018 dont elle est l’autrice, la compositrice et l’interprète, rencontre un immense succès et son tube « Mutate » tourne en boucle sur les radios. Pendant son enfance et son adolescence à Reims, Jeanne Added est élève au conservatoire, où elle apprend le violoncelle et le chant. À 18 ans, elle est reçue au Conservatoire Supérieur de musique et de danse de Paris en section jazz, et achève ses études par six mois à la Royal Academy of Music de Londres. Une fois diplômée, elle commence aussitôt à travailler dans le milieu du jazz en tant que soliste. Elle est très demandée et se produit dans les plus grands festivals du monde. En 2011, ayant mis sa carrière dans le jazz de côté, elle sort son premier EP en solo : une mise en musique de poèmes écrits par d'autres. En 2015, elle saute complètement le pas avec « Be sensational », qu’elle compose et écrit, et qui est produit par Dan Levy, du groupe The DØ, qui lui vaudra notamment une nomination aux Victoires de la musique en 2016. Sa voix puissante et sa façon de questionner le genre font d’elle l'une des figures majeures de la pop française contemporaine. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani Musique de l’introduction : extrait du morceau « Radiate » issu de l'album du même nom de Jeanne Added
like podcast

11 octobre 2018
Dans ce tout premier épisode de la série « Sorcières » de La Poudre, Mona Chollet décrypte pourquoi la société a besoin de sorcières (03:29) et parle de son enfance en Suisse (06:20). Elle raconte aussi les modèles de sorcières contemporaines (11:03), le fait d’avoir “une vie à soi” (15:41), les fondements économiques de la chasse aux sorcières (22:20), la confiscation de la médecine (29:10), l’écoféminisme (37:02), l’héritage culturel de la féminité (40:50), la chasse aux sorcières, un crime de masse misogyne (46:14) ainsi que la radicalité féministe (50:35). Mona Chollet est une journaliste et essayiste née en 1973 à Genève, en Suisse. Son dernier livre, « Sorcières : la puissance invaincue des femmes » publié en septembre 2018 aux éditions La Découverte, rencontre un grand succès en librairie. Après une licence en lettres à Genève, elle part étudier le journalisme au sein de l’École Supérieure de journalisme de Lille. Une fois diplômée, Mona Chollet devient pigiste pour le magazine Charlie Hebdo. Aujourd’hui journaliste et cheffe d’édition au Monde Diplomatique, elle est également l’autrice de cinq passionnants essais documentés avec minutie. Les trois derniers sont considérés comme de véritables bibles pour les militantes féministes : « Beauté fatale - Les nouveaux visages d’une aliénation féminine » (2012 - Zones éditions), « Chez soi, une odyssée de l’espace domestique » (2015 - Zones éditions) et « Sorcières, la puissance invaincue des femmes » (2018 - éditions La Découverte). La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani
like podcast

18 octobre 2018
Au micro de Lauren Bastide, Emma raconte son enfance près de Troyes (06:20), le métier d’ingénieure informatique (10:28), son besoin profond de changer le monde (13:40), la maternité comme catalyseur d’injustices (16:30), le lien entre travail et féminisme (22:06), son militantisme contre les violences policières (29:10), le travail émotionnel (39:05), la charge mentale (44:00), les réseaux sociaux qui précarisent le militantisme (53:02), et le droit à la colère (56:48). Emma est une activiste, autrice et dessinatrice née en 1981 à Troyes. Elle vient de publier « La charge émotionnelle », troisième tome de sa série de bandes dessinées intitulée « Un autre regard », aux éditions Massot. Elle y aborde notamment les thèmes du consentement, des violences policières et de la charge émotionnelle. Après un BTS Informatique, Emma intègre une école d’ingénieurs. Une fois diplômée et intégrée dans la vie active, sa première grossesse lui fait prendre la mesure du sexisme systémique. Elle crée alors un blog sur lequel elle publie des planches au dessin très simple abordant des sujets qui la révoltent. En mai 2017, Emma rassemble ses dessins dans une première bande dessinée. La veille de sa sortie, elle publie une planche intitulée « Fallait demander » sur le thème de la charge mentale. En quelques heures, sa communauté passe de 40 000 à 250 000 abonnés. Le deuxième tome suivra quelques mois plus tard, en novembre 2017. Elle est aujourd’hui suivie par une vaste communauté, qu’elle contribue à conscientiser par son trait efficace et didactique. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani ERRATUM : le texte de la bande-dessinée d'Emma qui s'intitule « Montrez-moi ces seins » est l'œuvre d'Ariane Papillon. Il n'a donc pas été inspiré par une lectrice comme il est mentionné dans l'épisode, mais écrit par celle-ci et illustré par Emma.
like podcast

1 novembre 2018
Au micro de Lauren Bastide, Anne Hidalgo raconte le fait d’être une femme politique en 2018 (03:57), son enfance à Lyon et ses souvenirs d'Andalousie (04:48), son histoire familiale marquée par le nationalisme franquiste (10:30), sa naturalisation française à l’âge de 14 ans (18:05), comment elle est devenue féministe (21:47), le lien entre Paris et sa carrière politique (27:25), la loi sur la parité (39:00), garder la santé face aux attaques (48:15), son opposition aux ateliers non mixtes du festival afroféministe Nyansapo (57:10) et son rapport à son utérus (1:05:49). Anne Hidalgo est la mairesse de Paris depuis mars 2014, et la première femme à exercer cette fonction. Née en juin 1959 près de Cadix en Andalousie et arrivée en France avec sa famille en 1961, elle grandit dans un quartier populaire de Lyon. En 1984, après un troisième cycle en droit social et syndical, elle devient inspectrice du travail dans le Val-de-Marne. Elle a 23 ans et est la plus jeune personne de France à exercer cette fonction. Elle adhère au Parti Socialiste en 1994. Ses premiers pas en politique ont lieu en 1997 auprès de Martine Aubry, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité, dont elle devient la conseillère. En 2001, elle est candidate aux élections municipales dans le 15ème arrondissement de Paris. Elle gagne une place au Conseil de Paris. Le maire Bertrand Delanoë fait d’elle sa première adjointe. En septembre 2012, elle annonce sa décision de lui succéder aux municipales de 2014, qu’elle remportera contre la candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet. En octobre 2018, elle obtient la validation par le Tribunal de Paris de la piétonnisation définitive des voies sur berges de la Seine, mesure qui symbolise un mandat axé sur l’écologie et la lutte contre le tout-voiture. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien de « Mon Guerlain », la nouvelle eau de toilette de Guerlain. Merci à « Mon Guerlain » d’avoir choisi de faire parler La Poudre et de transmettre à toutes ce message de multiples possibles.
like podcast

4 avril 2019
Au micro de Lauren Bastide, Lolita Pille parle de ce qu’elle ressent alors qu’elle sort du silence après 11 ans (04:10), de son enfance à Boulogne, entre bourgeoisie et milieu populaire (08:21), de l’arrogance de son adolescence (19:27), de l’importance de la fête (20:32), de l’écriture de Hell à 17 ans (23:00), du désir projectif des hommes (28:57), du personnage qu’on lui a assigné (42:20), de l’incarnation d’un héros masculin dans Crépuscule Ville (43:20), de la tentation du suicide face aux violences de genre (50:52) et de la puissance de la sororité (56:03). Lolita Pille est l’autrice d’un des romans les plus frappants du début des années 2000, Hell. Née en 1982, elle l’écrit en terminale et est emportée, dès sa parution en 2002, dans son succès médiatique et littéraire. Vendu à plus de 170 000 exemplaires et adapté en film en 2006, il marque durablement les esprits et la création littéraire. Elle publie ensuite Bubble Gum dans la veine de Hell, puis un roman policier d’anticipation, Crépuscule Ville, mal compris par la critique littéraire. Elle se retire alors pendant un peu plus de dix ans et disparaît de la scène médiatique. Son nouveau roman, Eléna et les joueuses, vient de paraître. La voix que vous entendez dans l’introduction est celle de Françoise Sagan au micro de Jacques Chancel dans Radioscopie en 1975. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Gaïa Marty Mixage : Charles de Cillia
like podcast

21 mars 2019
Au micro de Lauren Bastide, Delphine Horvilleur parle de la responsabilité de chacun-e dans la lutte contre la haine (06:49), de la nécessité de la pluralité des voix (07:28), de son enfance en Alsace-Lorraine ainsi que du silence et de la parole qui l’ont accompagnée (09:33), de son séjour, jeune adulte, en Israël (21:48), de sa première carrière de journaliste (25:25) d’être rabbin et femme (27:57), des outils de la résilience dans la culture juive (40:55) et de la puissance féminine (49:19). Delphine Horvilleur est l’une des trois seules rabbines de France. Née en 1974 à Nancy, elle grandit à côté de Reims dans une famille juive marquée entre autre par l’héritage de la Shoah. Jeune femme, elle part étudier la médecine en Israël avant de rentrer en France suite à la reprise des hostilités après l’assassinat du premier ministre israëlien Yitzhak Rabin. Elle reprend alors des études de journalisme. Devenue correspondante à New York, elle y intègre un séminaire rabbinique et finit par se faire ordonner rabbin en 2008. Elle exerce à la synagogue du Mouvement juif libéral de France dans le 15e arrondissement de Paris et est l’autrice de plusieurs ouvrages dans lesquels elle met les outils qu’elle tire des enseignements du judaïsme au service du féminisme et de la lutte contre toute forme de haine, raciale ou religieuse. Les voix que vous entendez dans l’introduction sont celles de Simone Veil et Marceline Loridan-Ivens dans une interview donnée à France 3, ainsi que la voix seule de Marceline Loridan-Ivens évoquant son amitié avec Simone Veil dans un entretien en son hommage avec Marianne. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Gaïa Marty Mixage : Charles de Cillia
like podcast

7 mars 2019
« L’Antidote » de La Poudre fait résonner les voix des sorcières contemporaines et de toutes celles pour qui cette figure est un guide, une inspiration, une compagne de route. Au micro de Lauren Bastide, Xavière Gauthier rappelle le geste politique que fut la création de la revue Sorcières dans les années 1970 (10:45), Karlota Alevosia, tarologue, explique le lien intime existant pour elle entre rituel magique et nature (18:58), Mélody Szymczak fait de la figure de la sorcière un lien profond entre ses ancêtres et le monde contemporain (20:57) et Arièle Bonte, journaliste, s’interroge sur la notion de « coming out » (27:28). Camille Ducellier, artiste vidéaste et autrice, nomme le « trauma culturel » de la chasse aux sorcières (36:17) et parle de la beauté qu’elle trouve hors de la norme (38:06). Taous Merakchi, autrice et hôtesse du podcast Mortel, évoque l’équilibre à trouver entre science et sorcellerie (47:14) et la puissance des règles comme fluide magique (48:35). Avec Camille Sfez psychologue clinicienne, Lauren Bastide participe à un rituel collectif et discute de l’art comme thérapie (55:00), puis évoque avec Mai Hua la possibilité de la création comme rituel de nettoyage psycho-généalogique (1:08:02). Mélissa Laveaux, musicienne, détaille au micro son autel de nouvelle lune (1:03:18) et Isabelle Cambourakis, éditrice, évoque les débuts de la collection « Sorcières » et un rituel fait avec la sorcière californienne Starhawk sur la ZAD. Enfin, six membres du Witch Bloc Paris relient avec évidence magie et militantisme (1:23:26). Pour des raisons de respect de leur anonymat, les voix des militantes du Witch Bloc ont été brouillées. Dans cet épisode, vous pouvez entendre des extraits des court-métrages « Sorcières mes sœurs » et « Sorcières Queer » de Camille Ducellier, la musique d’un rituel de « Spiral Dance » organisé par Starhawk et la voix de Starhawk elle-même tirée de « Women and Spirituality, The Goddess Trilogy » d’Alive Mind Media. Vous pouvez aussi y écouter des chants polyphoniques appelés Sutartinés et chantés par des chœurs de femmes lituaniennes, qu’on considère avoir été conçus pour accompagner des rituels ancestraux de sorcellerie. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes. Réalisation : Aurore Meyer-Mahieu Prises de son : Marine Raut, Ashley Tola, Alexandre Mognol Coordination : Zisla Tortello et Gaïa Marty Mixage : Charles de Cillia
like podcast

21 février 2019
Au micro de Lauren Bastide, Sonia Rolland parle de la petite fille qu’elle a été et de son enfance au Rwanda (4:58), de son premier exil en France en plein hiver (8:13), puis du deuxième, dans un contexte bien plus sombre (13:15), de son métissage (15:00), du génocide des Tutsis au Rwanda (16:44), de sa vie à Paris et du déclencheur de sa sélection pour Miss France (33:24). Elle défend l’expérience unique qu’a été son élection (37:50), la connaissance du patrimoine français qu’elle implique (40:41) et évoque le racisme violent qui se déclenche contre elle à cette époque (44:14), mais aussi celui subi par les actrices noires (48:35), sa fondation, Maïsha Africa (54:51) et le chemin qu’elle se trace seule (59:00). Sonia Rolland est actrice, réalisatrice et autrice. Née en 1981 à Kigali, sa famille fuit le Rwanda, puis le Burundi lors du génocide des Tutsis en 1994. Exilée en France, elle y est repérée à 17 ans pour le concours de Miss Bourgogne. L’année d’après, elle est sacrée Miss France. Elle est l’une des plus jeune couronnée et la première d’origine africaine. Elle lance dans la foulée sa fondation, Maïsha Africa, qui vient en aide aux orphelins du génocide. Dans les années qui suivent son élection, elle se forme au métier de comédienne et joue notamment dans un téléfilm de Radu Mihaileanu et dans la série à succès Léa Parker, devenant la première femme métisse à incarner le personnage principal d’une série grand public. Aujourd’hui à la tête de sa propre société de production, elle a réalisé plusieurs documentaires (dont Rwanda, du chaos au miracle et Femme du Rwanda) et a contribué, en 2018, au livre dirigé par Aïssa Maïga, Noire n’est pas mon métier. La chanson que vous entendez dans l’introduction de l’épisode est La France de Camille. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani Communication : Gaïa Marty
like podcast

14 février 2019
Dans ce deuxième épisode de la série « Sorcières » de La Poudre en collaboration avec le podcast Après la première page, les autrices Laura Nsafou, Maya Mihindou et Kiyémis décryptent au micro de Maly Diallo et Lauren Bastide l’importance du roman « Moi, Tituba sorcière noire de Salem » de Maryse Condé, lors d’un épisode enregistré en public à la Villa Rose. 
 Elles y parlent de la figure de Maryse Condé (09:18), de la francophonie et des barrières qu’elle crée (16:41), de l’amour (21:48) et de la cabane de Tituba (28:44). Elles s’interrogent aussi sur l’ambivalence de John Indien (29:47), sur ce qu’est être une sorcière (36:22), sur la révolte et son coût (41:38), sur la sexualité et le désir féminins (46:36), sur l’importance de sa chambre à soi (1:07:35) et sur les mélanges religieux créés par l’histoire (1:15:06). Kiyémis est une poétesse et blogueuse afroféministe engagée. Son premier recueil de poèmes, À nos humanités révoltées, a été publié en 2018 par les éditions Métagraphes. En 2014, elle lance son blog, Les bavardages de Kiyémis (https://lesbavardagesdekiyemis.wordpress.com/), sur lequel elle poursuit ses réflexions et entremêle recherches politiques et témoignages plus personnels. Maya Mihindou est illustratrice (https://cargocollective.com/vertebrale/), autrice et photographe (http://mayamihindou.com). Elle a entamé, depuis 2012, un travail de recueil de paroles et d’images sensorielles autour de la gestion du deuil et travaille sur une série de portraits intitulée People tree. Elle contribue, depuis 2014, à l’écriture d’articles et à la réalisation de portraits, de reportages et entretiens pour la revue Ballast. Laura Nsafou est autrice de romans, dont À mains nues (éd. Synapses), et de livres jeunesse. Elle est aussi à l’origine du blog littéraire et afroféministe Mrs Roots (https://mrsroots.fr/). Son album jeunesse, Comme un million de papillons noirs (Cambourakis, 2018), en est déjà à sa septième réimpression. Merci à Isabelle Cambourakis et sa collection « Sorcières » (https://www.facebook.com/collection.sorcieres/?ref=br_rs), à Anna Tjé pour la revue en ligne « « Atayé » (http://revue-ataye.com/) et à Karlota Alevosia, tarologue, pour leur présence lors de cette soirée. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Prise de son : Marine Raut Coordination : Zisla Tortello et Gaïa Marty Mixage : Laurie Galligani
like podcast


7 février 2019
Au micro de Lauren Bastide Salcuta Filan parle de son enfance en Roumanie, à Gârla Mare (05:00), du racisme qu’elle y a subi (06:16), de l’héritage de la déportation des populations Roms (14:04), de son mari et de la maladie qui l’a emporté (17:30), de son départ de Roumanie pour s’en sortir seule (26:41), de sa rencontre avec les habitants d’Achères (30:21) et de leur solidarité (37:19), de l’importance de la prévention auprès des femmes Roms (44:53), de la violence du racisme subi par sa famille en France et de l’enlèvement d’enfants Roms à leurs familles (48:38), de son engagement syndical (58:19) et des difficultés de l’intégration (1:01:33). Salcuta Filan est une femme Rom, héroïne du documentaire 8 avenue Lénine de Valérie Mitteaux et Anna Pitoun. Les deux réalisatrices ont suivi pendant 15 ans Salcuta et sa famille. Elles ont aussi réalisé un premier documentaire sur sa vie à son arrivée en France (Caravane 55, 2003). Elle est alors expulsée du campement où elle vivait avec ses deux jeunes enfants et soutenue par un collectif de citoyens rassemblés autour du maire communiste d’Achères. Jeune veuve, sa détermination la pousse à prendre de nombreux petits boulots et à apprendre le français pour pouvoir assurer l’avenir de sa famille en France. Elle réside désormais dans un appartement à Achères, travaille pour la municipalité et est devenue grand-mère. Salcuta Filan témoigne avec courage pour améliorer les conditions de vie et d’accueil des Roms en France. Outre les deux documentaires qui luttent contre le racisme violent dont les Roms font l’objet encore aujourd’hui, elle a participé à une campagne d’information destinée aux familles Roms pour encourager à la scolarisation. Elle se bat aussi contre les mariages précoces et pour une meilleure information sur la sexualité et les moyens de contraception auprès des femmes Roms. La chanson que vous entendez dans l’introduction de l’épisode est extraite de la bande originale du film Liberté de Tony Gatlif et le poème est tiré du livre Nous vivons cachés de Ceija Stojka. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani Communication : Gaïa Marty
like podcast

8 novembre 2018
Dans cet épisode bonus enregistré le 11 octobre dernier au Carreau du Temple dans le cadre du cycle de conférences « Présent·e·s » qui explore la place des femmes dans l’espace public, Elisa Rojas raconte la création de son blog « Aux marches du Palais » comme un contre espace public (07:35), ce que l’étude du droit lui a apporté en tant que militante et femme handicapée (10:29), l’invisibilisation des luttes d’émancipation pour les personnes handicapées des années 70 (17:25), le CLHEE, organisation non-mixte, intersectionnelle et anticapitaliste (26:25), la contradiction interne des deux grandes lois de 1975 pour l’intégration des personnes handicapées (30:53), la lutte contre l’institutionnalisation (36:09), l’importance des réseaux sociaux dans son militantisme (47:48), les violences spécifiques contre les femmes handicapées (51:58), la difficulté de l’accès aux Disabilities Studies pour les militants francophones (1:02:35) et le droit à une vie à soi (01:04:09). Elisa Rojas est avocate et activiste pour les droits des personnes handicapées. Elle est co-fondatrice du C.L.H.E.E (Collectif Lutte et Handicaps pour l'Egalité et l’Emancipation). Née au Chili en 1979, Elisa Rojas emménage en France avec ses parents à l’âge de 2 ans et suit un parcours scolaire d’abord en institution spécialisée, puis en école ordinaire. Une fois diplômée du baccalauréat, elle entame des études de droits à l’université Paris I Panthéon Sorbonne. À l’âge de 25 ans, alors qu’elle est encore étudiante, elle interpelle les médias au sujet du Téléthon, qu’elle qualifie de campagne de communication géante. Après avoir passé le Barreau de Paris en 2007 et s’être installée à son compte, en 2013, elle créé son blog, « Aux marches du palais », qui lui permet de porter ses premiers combats politiques. Le C.L.H.E.E, dont elle un membre actif aujourd’hui, est un collectif intersectionnel et anti-capitaliste composé d’activistes directement concernés par le handicap. Il se bat particulièrement contre l'institutionnalisation qui domine les politiques du handicap en France. La Poudre est une production Nouvelles Écoutes Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu Coordination : Zisla Tortello Mixage : Laurie Galligani Cet épisode de La Poudre est rendu possible grâce au soutien de « Mon Guerlain », la nouvelle eau de toilette de Guerlain. Merci à « Mon Guerlain » d’avoir choisi de faire parler La Poudre et de transmettre à toutes ce message de multiples possibles.
like podcast

24 janvier 2019
Cet épisode de La Poudre est disponible à l’écoute dans une version doublée en français. Cliquez ici pour l’écouter. In this episode, Niviaq Korneliussen talks about how her book was perceived in different ways depending on its readers'nationalities (05:40), the discovery of her homosexuality during her teenage years (13:40), writing as a powerful refuge (20:25), Greenland’s recent political history (23:49), her coming out (28:56), her experience of racism in Denmark (31:50), the impact of a gender neutral language on imagination (38:50), Greenlanders’ fluid sexuality before colonisation (42:08), the quest for identity and the suffering it brings (46:39) and the necessity to tackle Greenland society’s problems up front (49:19). Niviaq Korneliussen is a writer from Greenland and the author of the astonishing Crimson, published in English in 2018 by Virago. In her book, she tackles powerful questions about identity and sexuality through young urban Greenlander characters. Crimson has made its mark on Greenlander literature which had rarely been read across borders. Born in 1990 in Nanortalik, in South Greenland, Niviaq Korneliussen was raised there before leaving to study social sciences in Greenland’s capital Nuuk’s university, and then psychology in Aarhus’s in Denmark. Her talent was first spotted during a short story competition in 2012. In 2014 she published her first novel, Crimson. Niviaq Korneliussen wrote it in Greenland’s language, Kalaallisut, then translated it herself into Danish. Quickly successful, it sold more than 3000 copies in Greenland alone - a record for this island inhabited by only 56 000 people. This episode was recorded at the hotel Des Quatrans in Caen. Lauren Bastide met Niviaq Korneliussen thanks to the festival Les Boréales, which takes place in Normandy, France. The extract in the intro is Virgina Woolf’s voice, recorded by the BBC on the 29th of April 1937. Executive Producer : Nouvelles Écoutes. Production and signature tune : Aurore Meyer-Mahieu. Production assistant : Zisla Tortello. Mixing : Laurie Galligani.
like podcast

120 / 129 épisodes
1 2 4 5 6 7
Scroll to top