la chronique de monsieur toutmoncinema

1 abonnés
S'abonner
La chronique de monsieur toutmoncinema c’est votre 5 à 7 minutes consacré à tout ce cinéma d’hier à aujourd’hui que nous aimons tant, vous et moi. Et que nous avons tant de plaisir à partager sur #toutmoncinema Le but ? Tout simplement donner envie de (re)découvrir tous ces films qui nous ont tant touché, tant marqué - que ce soit en salle, en VOD/SVOD ou à la télévision ! Pour nous suivre sur facebook, youtube,insta ... et les autres, rien de plus simple : #toutmoncinema, c'est là que se partage le cinéma vu par vous, pour vous ! Surtout n’hésitez pas à vous abonner, liker, noter, commenter … on ne sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher. A très vite, ici ou ailleurs sur la toile.

4 épisodes

4 juin 2019 - 00:07:42
Le cinéma de Sergio Leone a traversé les générations pour être encore de nos jours, plus de 30 ans après sa mort, une véritable référence.  Référence d'un savoir-faire, d'un savoir raconter, d'un savoir filmer ... bref d'un savoir plaire, d'un savoir être ... unique. Au firmament d'un genre, le western, qui a fait les heures de gloire du cinéma hollywoodien, un pur talent italien va en détourner les codes aussi bien dans le fond que dans la forme pour entrer, à son tour, dans la légende ... par son style novateur, son approche de la mise en scène et son utilisation de la musique d'un certain Ennio Morricone. Le ciné de Sergio (Leone) et les films évoqués dans cette chronique :  « Le voleur de bicyclette » (1948) Vittorio Da Sica – Enzo Staiola, Lamberto Maggiorani « Ben Hur » (1959) William Wyler – Charlton Heston « Le colosse de Rhodes » (1961) Sergio Leone – Lea Massari, Roy Calhoun, Georges Marchal La trilogie de l’homme sans nom ou trilogie du dollar : « Pour une poignée de dollars (1964) Sergio Leone - Clint Eastwood, Gian Maria Volonté / « Et pour quelques dollars de plus » (1965) Sergio Leone - Clint Eastwood, Lee Van Cleef, Gian Maria Volonté / « Le Bon, la Brute et le Truand » (1966) Sergio Leone - Clint Eastwood, Lee Van Cleef, Eli Wallach « Il était une fois dans l'ouest » (1968) Sergio Leone - Charles Bronson, Claudia Cardinale, Henry Fonda « Il était une fois la révolution » (1971)Sergio Leone - James Coburn, Rod Steiger « Il était une fois en Amérique » (1984) Sergio Leone - Robert De Niro, James Woods, Elizabeth McGovern « Je veux vivre ! » (1958) Robert Wise – Susan Hayward, Simon Oakland Et pour ceux qui ont besoin d’une trace écrite, c’est par-là :  https://www.toutmoncinema.fr/post/monsieurtoutmoncinema-3-le-cinéma-de-sergio-leone (https://www.toutmoncinema.fr/post/monsieurtoutmoncinema-3-le-cin%C3%A9ma-de-sergio-leone) Crédits : Extrait générique de l'émission « Monsieur Cinéma » (composé par Gérard Calvi) / Extrait du film « Les Bronzés font du ski » Et pour cette chronique quelques extraits sonores de « Il était une fois dans l’ouest » (Scène d’ouverture – Ambiance sonore et thème de l’homme à l’harmonica composé par Ennio Morricone) / Bande-annonce du film « Le colosse de Rhodes » / « Le Bon, la Brute et le Truand » (Two kinds of people) / « Il était une fois la révolution » (La scène du pont) / « Il était une fois en Amérique » (Scène finale – thème composé par Ennio Morricone) / « Et pour quelques dollars de plus » (thème du carillon composé par Ennio Morricone)
like podcast

23 mai 2019 - 00:07:48
Allez savoir pourquoi, mais le cinéma a toujours aimé mettre en scène des naïfs, des candides, des simplets, des idiots, des crétins, des abrutis, des cons même ... bref tout ce qu'on peut ranger sous le petit nom gentillet de "benêts". Sans doute parce que dans la vie, on a toujours besoin d'un plus con que soit, histoire justement de se sentir un peu moins ... con. Les benêts et leurs films évoqués dans cette chronique :  « L’arroseur arrosé » (1895) des Frères Lumière François Pignon (Jacques Villeret) – « Le dîner de con » (1998) H.I. McDunnough (Nicolas Cage) – « Arizona Junior » (1987) The Dude (Jeff Bridges) – « The Big Lebowsky » (1998) Chad Feldheimer (Brad Pitt) – « Burn after reading » (2008) Ulysses, Pete et Delmar (George Clooney, Joohn Turturro et Tim Blake Nelson) – « O’Brother » (2000) Jerry Lundegaard, Carl er Gaesar (William H. Macy, Steve Buscemi et Peter Stormare) – « Fargo » (1996) Brice (Jean Dujardin) – « Brice de Nice » (2005) Hubert Bonisseur de la Bath (Jean Dujardin) – « OSS 117, le Caire nid d’espions » (1996) Harry (Jeff Daniels) et Lloyd (Jim Carrey) – « Dumb and Dumber » (1994) Forrest (Tom Hanks) – « Forrest Gump » (1994) Antoine Maréchal (Bourvil) – « Le corniaud » (1965) Augustin Bouvet (Bourvil) – « La grande vadrouille » (1966) Et les cons dans le cinéma d’Audiard bien-sûr ! Et pour ceux qui ont besoin d’une trace écrite, c’est par-là : https://www.toutmoncinema.fr/post/toutmoncinethema-2-nos-héros-de-benêts Crédits : Extrait voix Pierre Tchernia dans l'émission « Monsieur Cinéma » / Extrait générique de l'émission « Monsieur Cinéma » (composé par Gérard Calvi) / Extrait film « Les Bronzés font du ski » Et pour cette chronique quelques extraits sonores de « Les tontons flingueurs » (thème musical composé par Michel Magne et la réplique « Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ») / « Le dîner de con » (scène de l’appel à Juste Leblanc) / « O’Brother » (scène des trois sirènes) / « Fargo (scène du broyeur) / « OSS 117, le caire nid d’espions » (scène de la biscotte) / « Dumb and Dumber » (scène du laxatif) / « Forrest Gump » (scène de la boîte de chocolats) / « La grande vadrouille » (scène des bains turcs)
like podcast

21 mai 2019 - 00:07:49
Le maître du suspense, Alfred Hitchcock, a marqué l'histoire du cinéma par son sens de l’effet dramatique, du découpage et son fameux « MacGuffin ». Mais sa marque de fabrique, ce sont aussi les « blondes hitchcockiennes », celles qu'il aimait surnommer ses « meilleures victimes ». Un goût immodéré pour des actrices blondes et sophistiquées. Comme il l'expliquera à François Truffaut, au-delà de l'intrigue policière, le vrai sujet de ses films était la femme dans toute sa blondeur et sa noirceur ... un rapport bien ambivalent, entre héroïne et fantasme. Les blondes et leurs films évoqués dans cette chronique :  Joan Fontaine – Rebecca (1940), Soupçons (1941) Tippi Hedren – Les oiseaux (1963), Pas de printemps pour Marnie (1964) Grace Kelly – Le crime était presque parfait (1954),  La main au collet (1955), Fenêtre sur cour (1954) Ingrid Bergman – La Maison du docteur Edwardes (1945), Les enchaînés (1946), Les amants du capricorne (1949) Vera Miles – Le faux coupable (1956) Kim Novak – Sueurs froides (1958) Eva Marie Saint – La mort aux trousses (1959) Janet Leigh – Psychose (1960) Et pour ceux qui ont besoin d’une trace écrite, c’est par-là : https://www.toutmoncinema.fr/post/toutmoncinethema-les-blondes-d-alfred-hitchcock (https://www.toutmoncinema.fr/post/toutmoncinethema-les-blondes-d-alfred-hitchcock) Crédits : Extrait voix Pierre Tchernia dans l'émission "Monsieur Cinéma" / Extrait générique de l'émission "Monsieur Cinéma" (composé par Gérard Calvi) / Extrait film "Les Bronzés font du ski" Et pour cette chronique quelques extraits sonores de « Sueurs froides » (thème principal de Bernard Hermann – scène de la tour), « Les oiseaux » (scène de l’attaque de l’école), « Les enchaînés » (scène du baiser), « La mort aux trousses (scène du wagon couchette), « Psychose » (scène de la douche) 
like podcast

7 mai 2019 - 00:01:02
Une mélodie, une voix à jamais gravées dans la mémoire collective. Celle de Pierre Tchernia, le Monsieur Cinéma qui a marqué des générations … et m’a fait tomber dans le cinéma il y a bien longtemps déjà. Et justement, « la chronique de monsieur toutmoncinema » ce sera votre 5 à 7 minutes consacré à votre cinéma. Celui que vous aimez tant, que j’aime tant … que nous aimons tant ! Le cinéma d’hier pour beaucoup, mais avant tout « le cinéma vu par vous, pour vous ! » Rendez-vous le mercredi 29 mai pour découvrir les premiers épisodesCrédits : Extrait voix Pierre Tchernia dans l'émission "Monsieur Cinéma" / Extrait générique de l'émission "Monsieur Cinéma" (composé par Gérard Calvi) / Extrait film "Les Bronzés font du ski"
like podcast

4 / 4 épisodes

Les shows similaires

Scroll to top