Entreprendre dans la mode

12 abonnés
S'abonner
Bienvenue sur Entreprendre dans la mode, le podcast des entrepreneurs et des acteurs de la mode. Je m'appelle Adrien Garcia, je suis designer et co-fondateur de RÉUNI et chaque semaine, je vais à la rencontre, des femmes et des hommes qui font la mode. Qu'ils soient créateurs, entrepreneurs, retailers, institutionnels, journalistes, attachés de presse, investisseurs ou influenceurs, je les interview pour comprendre leur parcours, leurs problématiques et leurs stratégies pour innover et se développer. Avec ce podcast je souhaite recueillir et partager des conseils pratiques et des idées neuves pour se lancer et réussir dans la mode. Mon ambition c'est qu' ensembles, acteurs de cette industrie, passionnés de créations, de mode, de beauté et d'entrepreneuriat, nous nous nourrissions de l’intelligence et de l’énergie extraordinaires des interviewés. C’est aussi le meilleur prétexte que j'ai trouvé pour rencontrer mes héros, alimenter ma curiosité et continuer d'apprendre. Le podcast est disponible sur toutes les plateformes, alors pensez à vous abonner. Bonne écoute!

311 épisodes

2 mars 2021
Posez moi toutes vos question ici >>> https://reuni.typeform.com/to/HgFRvjD2 <<<< j'y répondrai dans de le 3ème épisode de la série "Les Carnets de bords de RÉUNI". Dans ce nouvel épisode, on se met sur pause pour réfléchir au système de la mode avec Mathieu Buard.  Mathieu enseigne à l’École Duperré, il est aussi commissaire d’exposition et critique pour des revues comme Profane et Modes Pratiques. Une tête pensante où fusent les idées et qui pose un regard analytique pointu sur les industries créatives, notamment sur celle de la mode. Penser la mode comme un territoire de recherche s’avère être essentiel à la compréhension de cet écosystème, c’est justement sous ce prisme que se décèlent les transformations sociétales.  Mathieu partage son point de vue sur la direction artistique, les processus créatifs conciliés aux stratégies de médiatisation et de vente. L’occasion parfaite pour aborder des sujets d’actualité qui font frémir l’industrie : de l’intérêt grandissant pour le patrimoine des maisons de mode à la définition de l’art de vivre. Sans oublier sa grande curiosité et un désir de transmettre indéniables qui le mènent à échanger au quotidien avec les jeunes acteurs du monde de demain. Que l’on soit créateur ou entrepreneur, trouver son positionnement dans cette industrie demande du temps. Cet échange passionnant vous apportera bien volontiers matière à penser. « Parfois, ce rythme effréné et cyclique recouvre et invisibilise ce que l’on fabrique en termes de processus créatif. C’est intéressant de se dire que l’on peut aussi redevenir le sujet et non pas l’objet de ce rythme. »  Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de MathieuComment construire une thèse Qu’est-ce que la critique de mode Comment se servir de la critique Les enjeux du système de la modeLes limites du modèle de désirabilité  Comment devenir directeur artistique d’une maisonLes acteurs dominants et l’intérêt patrimonial des maisonsTrouver sa place dans cet écosystèmeLa seconde mainLes points communs entre le système de la mode et celui de l’art contemporainEnseigner en école supérieureSe positionner sur des sujets sociétauxSes collections d’objetsSa définition du lifestyleSon avis sur les magazines de modeOù trouver de jeunes talents Ses conseils pour Réuni   « Entreprendre dans la mode, c’est peut-être trouver la bonne place pour soi et ne pas en souffrir. »  « Je pense que l’on peut aborder le monde avec plus de tendresse. Ce qui m’intéresse est de connecter les choses. Plutôt que de voir des problèmes, on peut aussi essayer de voir comment on améliore et on affine les systèmes. » « Être professeur est un moyen de voir quelqu’un se déployer. Si on arrive à faire que le travail et la passion soient communs, c’est très galvanisant. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  En savoir plus sur Mathieu Buard : Son Instagram : https://www.instagram.com/mathieu_buard/  Son blog : https://mathieubuard-blog.tumblr.com  Romain Kremer : http://www.romainkremer.com  Revue Modes Pratiques : https://www.modespratiques.fr  Revue Profane : https://www.revueprofane.com Temple Magazine : https://templemagazine.co  Magazine Magazine : https://magazinemagazine.fr  Ré-édition Magazine : https://www.reeditionmagazine.com Interview Magazine : https://www.interviewmagazine.com  Double : http://lemagazinedouble.com 
like podcast

23 février 2021
Cette semaine, on retrouve Viviane Lipskier pour parler de Love Brand : une marque au fort capital affectif qui dépasse les besoins fonctionnels.   Viviane est fondatrice de Brandalchimy, elle est l’expert DNVB en France et accompagne les marques à repenser leur business model dans l’économie Direct to Consumer (D2C). Elle est l’auteure des « DNVB : les surdouées du commerce digital ».   On le sait, la période que nous vivons regorge de changements, par conséquent nos besoins évoluent et les marques doivent être à l’écoute. En effet, au-delà du produit il s’agit de s’intéresser aux comportements des consommateurs et à leurs aspirations pour construire une relation solide. La désirabilité passe par les valeurs morales, d’où l’importance de se questionner sur ses valeurs, ses engagements RSE et de savoir décrypter les signaux faibles.   Dans cet épisode, Viviane nous partage une méthodologie essentielle pour questionner la raison d‘être de son business.   « Les marques que les gens aiment le mieux sont celles qui ont intégré leur mission avant même de lancer le business. »    Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Prendre en compte les mutations sociétalesQuelles questions faut-il se poser avant de lancer son business aujourd’hui ?Doit-on attendre de confronter son produit au marché pour définir sa cible ?Plonger dans le besoin de ses clients avec la méthode du « Why Test »  « Dans cette nouvelle économie, les marques doivent vraiment s’interroger et changer pour s’assurer de créer des services qui portent à la fois des valeurs économiques et morales. »   « Il faut s’intéresser à la manière dont les consommateurs passent leur temps et dépensent leur argent. »   « Au lieu d’être une invention risquée qui demande aux gens de changer leurs comportements alors qu’ils ne sont pas forcément prêts, on leur offre une réponse qu’ils attendaient depuis longtemps mais qu’ils ne connaissaient pas. »   N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode !   Références:    Brand Alchimy :  https://www.brandalchimy.com  Christopher Booker The Seven Basic Plots  Hair Club : https://shop.hairclub.com  Airbnb : https://www.airbnb.fr 
like podcast

16 février 2021
Cette semaine, on découvre le parcours inédit d’un entrepreneur dans la restauration.  Nico Alary est le co-fondateur d’Holybelly, avec sa compagne Sarah Mouchot ils ont instauré une nouvelle habitude dans le quotidien des parisiens.  Rien ne les prédestinait à cette voie, pourtant c’est au détour de leurs voyages à l’autre bout du monde qu’ils trouvent l’inspiration. Quelques mois plus tard, Holybelly s’installe à Paris comme le lieu où profiter d’un bon café, d’une cuisine savoureuse le tout dans une ambiance chaleureuse, de quoi réinventer la culture du petit-déjeuner.  Nico en a fait une institution incontournable grâce à sa vision innovante et un travail constant. En effet, le digital ne lui fait pas peur, c’est même devenu un ingrédient clé pour faire face aux challenges de son secteur. Il fait résonner son parcours entrepreneurial avec ses valeurs personnelles : de la constitution de ses équipes à ses ambitions de vie, un épisode riche en leçons pour tout entrepreneur ! « Quand tu es entrepreneur, il faut que tu contamines les autres avec ton idée et ta passion. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de NicoSa vie d’expatrié à Vancouver et Melbourne La culture du café à l’étranger  Son retour à ParisLa préparation du business plan Le concept d’HolybellyLe business model L’origine du nomLes milestonesComment attirer les bons profils dans son businessSes autres activités entrepreneuriales Le parcours clientComment il explique son succèsSes plus grosses erreursSon équilibre de vie entre le professionnel et le personnelSavoir mesurer ses ambitions en fonction de sa vieComment ne pas se lasser de son businessSon investissement chez Shake Shack Comment il vit la criseSes conseils pour Réuni  « Lead by example : je me tiens au même standard d’exigence que mes équipes. Si tu fais ça, tu as fait 80% du travail parce qu’elles peuvent toujours se référer à toi. » « Un jour on a rédigé notre projet et notre ambition en trois lignes, pour nous c’était comme le fil rouge. Quand on lit cette note aujourd’hui, finalement on est proche de cette première idée. » « Je ne pense pas que regarder constamment ce qu’il se fait ailleurs soit une solution. Passe du temps à travailler sur toi et sur ton développement. Deviens le meilleur restaurateur que tu puisses être et de façon assez logique tu vas être parmi les meilleurs. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Holybelly : https://holybellycafe.com  Le blog Holybelly :  https://holybellycafe.com/blog/  La page instagram Holybelly: https://www.instagram.com/holybellycafe/  Le magazine Kinfolk : https://www.kinfolk.com     Le podcast That Restaurant Thing :  https://that-restaurant-thing.simplecast.com    Hospo Jobs : https://www.hospo.jobs 
like podcast

9 février 2021
>>>>> LIEN VERS LA FORMATION GROWTH de PAULINE : https://growth.le-gratin.fr <<<<<<< Dans ce nouvel épisode, on décrypte le succès fulgurant de Papier Tigre, co-fondé par Julien Crespel et Maxime Brenon. Au croisement de leurs parcours respectifs en design industriel et marketing, ils s’emparent des meilleurs outils pour lancer leur marque de papeterie.  En plein cœur du Marais à Paris, ils sont devenus la référence du marché grâce au digital et une créativité remarquable. Dès leurs débuts, ils séduisent les grands du wholesale tels que Colette et Le Bon Marché.  Leur force ? Une culture d’entreprise qui résonne jusque dans leur boutique. Ils mettent l’accent sur l’intelligence collective et font du service client une priorité.  L’audace et l’envie d’innover rythment leur quotidien, ce qui leur permet de s’adresser aux bonnes personnes, au bon moment. Sans oublier leur admiration mutuelle et leur complicité qui animent ce duo de choc.  Ils nous livrent sans filtre les détails de leur aventure entrepreneuriale, de leurs premiers associés, l’expansion sur de nouveaux marchés à leur stratégie de développement produit.  « Tout le marketing et tout ce que l’on raconte autour d’un produit finit par guider la façon dont on crée. J’ai compris que c’était une composante qui participait à la création de produits. »  Julien Crespel Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de Maxime et JulienLeur définition du marketingComment prévoir une éventuelle séparation avec ses associésComment ils expliquent leur succès immédiatFaire de la papeterie un accessoire de modeLeurs premiers produitsLe modèle économique et les coefficients dans la papeterieLe problème des quantités dans le milieu de l’impressionLes milestones de Papier TigreLes obstacles qu’ils ont rencontré à l’étrangerLeur boutique à TokyoL’ouverture du capitalD’où vient le nom de leur marqueLeur rapport au brandingLe service client chez Papier Tigre  Comment ils se font connaîtreLeurs best sellersLeurs ambitions pour le futurL’enjeu de responsabilité dans la papeterie « On met en avant l’intelligence collective dans notre équipe et avec les gens que l’on rencontre. Il n’y a rien de plus important. C’est fondamental quand tu veux te lancer dans quelque chose que tu ne maîtrises pas. »  Maxime Brenon « Il ne faut pas avoir peur de se tromper. Éventuellement si ça arrive, il faut être agile et comprendre pourquoi ça n’a pas fonctionné pour rebondir sur quelque chose de nouveau. » Julien Crespel « Le fait d’avoir les bureaux dans la boutique, ça a été plutôt malin parce qu’on a raccourci le chemin entre l’idée et la vente. Quand tu as une idée, tu l’as fait exister avec l’imprimante et juste après, tu as un retour client. Ce côté instantané a été hyper instructif. »  Maxime Brenon N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Papier Tigre : https://www.papiertigre.fr/fr/ ENSCI les Ateliers : http://www.ensci.com Founders Future : https://foundersfuture.com/?lang=fr  Gorgias : https://www.gorgias.com 
like podcast

2 février 2021
Cette semaine, nous partons à la rencontre du directeur artistique Daniel Rozensztroch. On le reconnaît surtout pour sa passion des objets. Une passion qui lui a permis de mener une carrière époustouflante. De sa première boutique à Paris, ses reportages de voyage, en passant par la direction style chez Marie Claire Maison ou encore celle de la boutique Merci, Daniel est un pionnier de l’art de vivre. Son émerveillement face aux objets du quotidien lui permet d’engager des réflexions autour des modes de vie par le biais d’éditions ou d’expositions. Il a développé un regard sensible grâce à une grande richesse culturelle et une connaissance des savoir-faire qu’il a acquis lors de ses voyages. Dans un monde d’abondance, il questionne le sens de la modernité, du luxe et de l’authenticité des objets. Daniel nous parle de ses multiples projets, où chacun d’entre eux est à la source d’une nouvelle expérience de vie. Cet épisode va vous inspirer luxe, calme et volupté. Bonne écoute ! « Pour moi le luxe est presque une contradiction. C’est une certaine vision de la simplicité et c’est aussi la capacité de trouver une forme de sophistication dans la simplicité. La sophistication n’est pas forcément liée à des choses chères. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Daniel se présenteSa définition de la direction artistiqueSes études aux Arts DécoSon rapport aux objetsSa première boutique Oggetto et sa sélection d’objetsUne rencontre déterminante dans sa carrièreSon expérience à New York pour Ralph LaurenLa direction du style chez Marie Claire MaisonLe rôle des magazines dans les années 80La refonte de l’image de Nature & Découverte  Sa définition de l’art de vivrePourquoi il a souvent fait des projets nichesLa direction artistique de la boutique Merci ParisSes projets avec la designer Paola NavoneQu’est-ce qu’un bon lieu de restaurationQu’est-ce qu’il referait à ses débuts « Je pense que dans la vie il ne faut jamais subir, au contraire il faut agir et décider de ce que l’on veut. » « Aujourd’hui on se pose beaucoup de questions sur la surconsommation. Il y a eu tellement d’excès, tellement d’objets et d’ailleurs ça engage une réflexion sur le design. Il y a ce besoin frénétique de créer encore une chaise de plus alors qu’il y en a des millions. Si on n’a pas vraiment grand chose de plus à apporter, ça ne sert à rien. » « Je n’ai pas la sensation qu’il y ait l’envie de faire table rase. Au contraire, je trouve que l’on est très attaché à notre patrimoine surtout dans un pays comme la France. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Merci Paris : https://merci-merci.com  25hours Hotels : https://www.25hours-hotels.com/fr/  Collaboration Serax x Paola Navone : https://www.serax.com/en/designer/paolanavone  Boutique Super Vintage : https://supervintageparis.com 
like podcast

26 janvier 2021
Dans ce nouvel épisode, nous partons à la rencontre d’Adrien Gloaguen, le fondateur du groupe hôtelier Touriste. Vous connaissez peut-être un de ses hôtels : Le Panache, Les Deux Gares, Bienvenue, c’est lui qui est à l’origine de ces merveilleux pêle-mêle de vie.  À 25 ans, il se challenge avec l’acquisition d’un premier hôtel. En partant de zéro, il a défini au fil du temps sa vision de l’hôtellerie. Son groupe Touriste témoigne de son succès où chaque entité est reconnue pour sa signature authentique, un goût prononcé pour la décoration mais surtout, un réel sens du service et de l’humain. Si aujourd’hui la plupart de ses adresses sont en plein cœur de Paris, demain c’est à Londres que de nouvelles perspectives se dessinent. Avec Adrien, on a parlé de ses premiers pas dans l’hôtellerie, de l’importance du service et de son optimisme post-crise pour le secteur. « Je suis intimement persuadé que le meilleur des métiers de service, c’est l’humain. Tu as beau essayer de proposer la meilleure technologie ou la meilleure décoration, ça reste le plus important. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours d’AdrienSes débuts dans l’hôtellerie L’hôtel Paradis  Le business model d’un hôtelMesurer le succès d’un hôtelSa clientèleSon brandingL’importance du serviceProvoquer le bouche à oreilleMêler hôtellerie et restaurationSon projet d’hôtel à LondresSes inspirationsLe futur de l’hôtellerie en contexte de criseComment se lancer dans l’hôtellerie aujourd’hui La mode et l’hôtellerie Comment il gère sa distributionLes outils de gestionÀ quoi ressemble ses journéesLa maintenance Ses mentorsLes chiffres qu’ils regardentSes conseils pour Réuni  « J’essaie de créer un maillage avec le quartier. Un hôtel est une espèce de ville dans la ville : on est un peu dans notre bulle mais il faut encourager le personnel à aller voir ce qu’il se passe autour. » « Chaque projet est très différent, je fonctionne beaucoup au coup de cœur. Le fil conducteur, c’est le bon rapport qualité prix. » «Il ne faut pas avoir peur de se renouveler. En tant qu’hôtelier, on doit être à l’écoute de ses clients.» N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  L’Instagram du groupe Touriste : https://www.instagram.com/touristeltd/  Hôtel Bienvenue : https://hotelbienvenue.fr  Hôtel Panache : https://hotelpanache.com  Hôtel Les Deux Gares : https://hoteldeuxgares.com World Of Interiors : https://www.worldofinteriors.co.uk Cereal Magazine : https://readcereal.com 
like podcast

19 janvier 2021
Aujourd’hui, on s’intéresse au bijou masculin avec le co-fondateur de la marque Le Gramme. Erwan Le Louër est designer industriel de formation, il fait ses premiers pas dans la joaillerie chez Margiela et lance peu après sa propre marque de joaillerie responsable Jem.   Entrepreneur dans l’âme, c’est à travers Le Gramme qu’il crée sa vision du bijou masculin : une esthétique que l’on pourrait résumer au principe « Form follows function » où la forme est au service de la fonction et du sens. Le caractère rationnel de son bijou a séduit hommes comme femmes et c’est justement avec une connaissance fine de sa clientèle que s’est défini son succès. Grâce à un souci du détail implacable et une intuition forte, il a fait du bijou pour homme un essentiel. Avec de hautes ambitions de croissance, Erwan nous dévoile ses stratégies pointues de vente et de communication.  « Je me suis laissé guider par le côté entrepreneur qui fait qu’il n’y a aucune limite et rien d’impossible. Je reste convaincu que tu atteins les limites que tu te fixes. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Erwan se présenteSon approche à la joaillerieComment sourcer l’or équitableComment concevoir un bijou Son expérience chez MargielaSes débuts dans l’entrepreneuriatLe branding chez Le GrammeSa stratégie d’acquisitionComment trouver sa cibleSa stratégie de communicationUne action révélatrice de son succèsLes points de venteLe business model du bijouSon ambitionL’entrée au capital d’actionnairesLa structure interne et le service clientLa dimension responsableComment il se forme en tant que managerSes outils de travail «  À partir du moment où tu connais tes cibles, tout devient plus fluide. »  « On ne sauve pas des vies. On vend juste des bracelets, donc si tu ne fais pas vivre au client une expérience un peu différente, il n’a aucune raison d’être marqué par l’acquisition d’un bracelet chez nous. »  « J’ai eu une démarche qui est propre à mon parcours de designer industriel : à partir d’une question et d’une problématique, je vais répondre par un service ou un produit qui va avoir une ergonomie, une fonction et un esthétisme. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Le Gramme : https://legramme.com  Jem : https://www.jem-paris.com  BPI France : https://www.bpifrance.fr  Asana : https://asana.com/fr  Slack : https://slack.com/intl/fr-fr/ 
like podcast

12 janvier 2021
Cette semaine, rendez-vous en terre olfactive où Constance Riquelme nous emmène dans les coulisses de la maison de composition IFF (International Flavors & Fragrances). Elle établit le lien entre les parfumeurs et les marques qui souhaitent concevoir une fragrance. De l’imagination d’une odeur à sa commercialisation, vous connaîtrez toutes les étapes nécessaires à la fabrication d’un parfum, un produit d’une grande complexité qui demande des connaissances et un savoir-faire précis.  Véritable langage émotionnel, les marques de mode profite de ce capital affectif pour diffuser une imagerie forte propre à leur ADN. Que signifie le parfum en temps de crise ?  Sur ce marché où l’innovation ne se fait pas rare, de nombreux enjeux entrent en compte. Entre composition clean, durabilité, digitalisation du marché et une distribution fragilisée par le contexte actuel, la parfumerie ne cesse d’évoluer. Constance nous partage un panorama complet sur cet art d’exception dont elle a fait son métier.  « Le parfum passe par le seul des cinq sens qui envoie le message directement à la zone de ton cerveau liée à la mémoire et aux émotions. Ça ne passe pas par un filtre rationnel, c’est un monde d’émotion. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Constance se présenteLa maison International Flavors & FragrancesUn petit historique sur le parfumLa ville de Grasse, berceau de la parfumerie De quoi se compose un parfum  Les étapes pour concevoir un parfumLa commercialisationLa différence entre un parfum ‘clean’ et ‘sustainable’L’industrialisation vs l’artisanat de la parfumerieLe prix minimum d’une productionLe modèle économique du parfum et ses mutationsLes principaux acteurs sur le marché du parfum Comment se positionner sur ce marchéComment reconnaître le succès d’un parfumLe futur olfactifLes inspirations de ConstanceLe métier de NezLe rapport entre le parfum et les émotions « Le parfumeur joue avec l'œuvre vivante qu’est le parfum pour moduler ses notes de tête, de fond et de cœur. Il nous emmène dans un voyage en fonction de la vitesse d’évaporation des ingrédients. C’est pour ça que c’est un métier extrêmement complexe à la croisée de la science, la chimie, la création et l’art. » « Le parfum est une exception française : non seulement son savoir-faire, mais aussi sa production. De la verrerie à l’assemblage, on peut pratiquement tout sourcer en France. » « Toute la recherche et développement sur l’ingrédient doit aussi nous permettre d’imaginer les odeurs de demain. Parfois une molécule peut ouvrir le champ des possibles. Quand on regarde l’histoire de la parfumerie, on se rend compte que les grandes tendances sont souvent jalonnées d’innovation dans les molécules synthétiques. »   N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  International Flavors & Fragrances : https://www.iff.com  IFF sur Instagram : https://www.instagram.com/artofperfumeryatiff/  Bastille Parfums : https://bastilleparfums.com  Corps Volatils : https://www.corpsvolatils.com 
like podcast

1 décembre 2020
Dans ce nouvel épisode, je reçois Mathilde Lacombe, elle est la co-fondatrice de Aime, une marque de cosmétique qui propose une nouvelle approche de la beauté. Cette nouvelle aventure, elle la mène avec son associé François Morrier. Tous deux ont contribué pendant 8 ans à la réussite BirchBox France. Ils en retiennent une adrénaline entrepreneuriale qui les a conduit à se renouveler.  Avec l’envie de revenir à l’essentiel et à une vision plus globale de la beauté, Aime Skincare répond avant tout à un besoin personnel de se recentrer sur son bien-être par le biais de compléments alimentaires. Un produit qui révolutionne le marché et que le duo d’entrepreneurs accompagnent d’une expérience totale : exercices holistiques, rituels et soins font partie intégrante du storytelling de la marque.  Mathilde partage sa sérénité et son approche optimiste de la vie. Elle nous parle de ses débuts de pigiste au magazine Elle, de son parcours entrepreneurial et de l’équilibre entre la création et le marketing. « Cette marque, je l’ai tellement rêvée que lorsque je l’ai eue devant les yeux je me suis dit : c’est une évidence. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de MathildeSon obsession pour le milieu de la beautéComment elle trouve du temps pour s’inspirer Comment ne pas devenir esclave de sa boîteTrouver un équilibre entre l’entreprise familiale et les ambitions Son expérience de pigiste au ElleSa volonté d’entreprendreComment elle garde sa sérénité au quotidienLes milestones de BirchBox/JoliBoxLe juste milieu entre un profil créatif et marketing Le déclic qui l’a faite quitter BirchBox Les débuts de AimeLa plus value de sa marqueLe storytelling et la pédagogie autour du produitComment elle a organisé le lancementLe modèle économique, l’acquisitionLa structure interne et le recrutementLe retail et l’expérience clientLa dimension médical, un sujet sensible en France Comment elle s’organise dans sa vie professionnelle et personnelleSa vision pour Aime  « Les créatifs ont quelque chose en plus qu’un fond d’investissement ou que quelqu’un qui sort d’une école de commerce n’ont pas. C’est ce pouvoir d’intuition et de créativité qui donne de la valeur à une marque. »  « Je pense qu’au fond de moi, j’ai toujours été quelqu’un de volontaire et déterminée, avec ce besoin de me fixer des objectifs. J’ai toujours eu envie d’avoir une vie heureuse et de me faire plaisir » « La force des marques qui réussissent, ça reste l’intuition des personnes qui sont derrière pour en faire des bons produits. Le fait de mettre une grosse équipe et beaucoup d’argent ce n’est pas forcément ça qui va faire un succès. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références: Aime : https://aime.co/fr/    @mathildelacombe : https://www.instagram.com/mathildelacombe/    @aimeskincare : https://www.instagram.com/aimeskincare/ 
like podcast

8 décembre 2020
Dans ce nouvel épisode, je reçois Héloïse Brion, elle est auteure culinaire mais vous devez sûrement la connaître sous le nom de Miss Maggie’s Kitchen.  Après une carrière dense dans la mode et la communication, elle trouve sa réelle passion dans la cuisine. Sa maison de campagne en Normandie lui inspire tout un univers autour de l’art culinaire et c’est par un simple journal de recettes qu’elle envoie à ses proches que Miss Maggie’s Kitchen est née.  Dans cette bulle créative, elle concocte et met en scène ses inventions culinaires avec son mari photographe. Elle développe une signature personnelle d’où émane convivialité, partage et authenticité. Un style qui lui vaut aujourd’hui de beaux projets d’édition et de collaboration avec des marques et des magazines.  En toute spontanéité, Héloïse nous parle d’équilibre de vie, de déconnexion et de comment elle a monté son activité. « Aujourd’hui il y a beaucoup de métiers où on pianote, on double clique, mais on ne créé plus et on n’a plus le produit fini entre nos mains. On se déconnecte avec son être. Pour moi, le fait de remettre les mains dans la pâte, ça m’a aidé à me recentrer et à ressentir les choses de nouveau. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours d’HéloïseSa carrière dans la modeLe déclic qui l’a fait changé de capLes débuts de Miss Maggie’s KitchenSes futurs projetsL’univers de Miss Maggie’s KitchenComment elle garde son authenticitéLe modèle économiqueComment elle définit son styleSon organisation de vie en dehors de ParisSon avis sur la concurrenceSes inspirationsComment elle se déconnecteSensibiliser sur les troubles du comportement alimentaireL’équilibre entre le travail et la vie de famille « C’est comme si tout d’un coup, les pièces du puzzle se mettaient naturellement. C’est vrai que pour Miss Maggie tout a été très spontané, je ne l’ai jamais pensé. Je n’ai pas de stratégie, je fais confiance à mon instinct et aux choses que j’ai envie de créer. »    « On est très impatients, on veut tout, tout de suite. Je pense que le fait de couper son téléphone, d’aller marcher dans la nature et de respirer, les choses viennent naturellement. Il faut laisser le temps au temps. »  « On ne perd pas de temps à faire des expériences. Laissez le temps murir, ne soyez pas trop pressé. Parce que finalement on apprend énormément de choses. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Le site Miss Maggie’s Kitchen : https://www.missmaggieskitchen.com    L’instagram d’Héloïse : https://www.instagram.com/missmaggieskitchen/    Martha Stewart : https://www.instagram.com/marthastewart/    Teinture végétale Whole : https://whole.fr 
like podcast

15 décembre 2020
Cette semaine, nous partons à la rencontre d’Isabelle Moisy-Cobti, Simon Descamps, fondateurs de Bildung et leur associé Antoine Soubrier.  Dans un contexte de transformation des modes de travail, Bildung répond avec pertinence aux besoins des indépendants. Ils ont créé un modèle novateur qui accompagne et valorise les talents créatifs mais aussi les marques. Leur vision se résume à un kaléidoscope d’activités : des missions de conseils artistiques, en stratégie, communication, finance et entrepreneuriat, sans compter leur organisme de formation Bildung Learning & Development.  Déterminés à réinventer l’approche de l’accompagnement des créatifs, leur expertise dans leurs domaines respectifs en graphisme, publicité et médias a aujourd’hui fait ses preuves. Isabelle, Simon et Antoine parlent de leur philosophie de travail, leurs stratégies d’acquisition et de prix et de leurs multiples projets créatifs. Un épisode riche en conseils et en clés essentielles de développement et d’autonomie. En somme, une véritable école de la vie (professionnelle). « On est obligés d’avoir une démarche entrepreneuriale pour être reconnu. Il faut communiquer, se développer, aller rencontrer des gens, prospecter et penser qu’on doit faire tout un panel d’activités autour de la création pour lesquelles on n’a pas forcément été formés. On pense qu’en se formant, on peut se développer. » Simon Descamps Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Isabelle, Simon et Antoine se présententLa genèse de BildungL’accompagnement des artistesLes best practices pour bien mener sa carrière d’indépendantLa culture artistique en FranceLeurs activités principalesLeurs clientsLeur stratégie d’acquisitionLa stratégie tarifaireCe qu’ils aiment le plus faireLa structuration de la stratégie d’acquisitionLa vision de Bildung au long termeComment déterminer le prix de sa création ?Les KPI’s qu’ils regardentComment le monde des industries créatives a évolué L’optimisme dans un contexte de criseL’organisation interneAllier vie privée et vie professionnelleLes prochains projets éditoriauxCe qu’ils feraient différemment  « Il y a une évolution sociétale forte, de toute façon il va y avoir de plus en plus de freelance. Il y a une déliquescence du marché de l’emploi, donc autant se former pour s’en sortir. Une démarche entrepreneuriale même pour un profil indépendant de la création, elle est importante. » Simon Descamps « Les marques de mode vont être obligées de ramener du sens dans ce qu’elles font. On travaille aussi avec des grands groupes et ils sont tous en train de réfléchir à leur raison d’être. C’est phénoménal, que ce soit de façon cynique ou de façon pragmatique, ça les oblige à réfléchir et à être engagés. Tout le monde va être obligé de donner du sens à sa marque. » Antoine Soubrier « On a longtemps pensé que les écoles étaient un haut lieu de recherche et d’expérimentation de la création et pas plus. Les étudiants sortent de là, ils sont les meilleurs de leur pratique créative et ils vont sur le marché. Mais qu’est-ce qu’il se passe après ? Il faut bien qu’ils soient préparés à pouvoir être professionnels sur le marché. » Isabelle Moisy-Cobti « La mission qu’on s’est donnée, c’est de valoriser la création indépendante. Quand on a une vision et qu’on se donne une mission, après, tout ce qu’on fait stratégiquement doit répondre à ce filtre et ça devient beaucoup plus simple. »  Simon Descamps   N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Bildung : https://www.bildung.fr  Leur instagram : https://www.instagram.com/b_i_l_d_u_n_g/  Antoine Roux : https://www.instagram.com/_antoineroux/  Tristan Bagot : https://www.instagram.com/tristan.jpeg/  Objection Magazine : https://www.instagram.com/objectionmagazine/  Tools Magazine : http://www.tools-magazine.org  Usage Magazine : https://usagemagazine.bigcartel.com
like podcast

22 décembre 2020
Cette semaine, nous partons à la rencontre de Charlotte Gomez de Orozco. Elle est la fondatrice de l’hôtel HOY, un établissement dans le 9e arrondissement de Paris où cohabitent hébergement, restaurant, cours de Yoga, salle de soins et même fleuriste.  Charlotte a grandi dans une famille où l’hôtellerie et la restauration sont des métiers de passion. Avec un regard novateur, elle a fondé depuis peu House Of Yoga, une combinaison entre l’hôtellerie et le yoga qui offre une véritable déconnexion au coeur de la ville.  Sa vision d’un art de vivre total lui permet d’insuffler ses valeurs autour de la pleine conscience, l’éco-responsabilité et le bien-être.  Dans cet épisode, Charlotte nous parle des débuts de son hôtel juste avant la crise, de sa volonté de sensibiliser sur la consommation et de comment elle a réinventé l’expérience hôtelière.  « J’ai voulu changer des codes de l’hôtellerie classique parce que j’ai réalisé que les étoiles étaient le cinquième critère que les gens regardaient quand ils réservaient. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de CharlotteSes inspirations dans l’hôtellerie Les étapes pour fonder un hôtelComment rentabiliser son business dans l’hôtellerie Les valeurs de HOY ParisSes premiers clientsLe Yield Management Sa stratégie de communication Comment rendre attractif un nouveau conceptComment devenir une institution Les talks organisés par HOYL’importance de garder le lien avec ses clientsSes ambitions Affronter la crise en étant hotelierSes concurrentsSa journée type  «  J’ai envie qu’on arrête d’être dans cette société de surconsommation parce que c’est la norme. Quand tu viens, prends conscience de ce que tu manges, de ce que tu mets sur toi. Prends conscience de ce que tu dépenses et fais des choix. » « Un vrai bon yielder c’est quelqu’un qui connait bien son produit et qui n’a pas peur de le vendre. Quand on est sûr de son produit, on arrive à être beaucoup plus sûr du prix qu’on lance. » « Les petites choses faites différemment peuvent tout changer. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  L’hôtel HOY Paris : https://www.hoyparis.com    Bar le Gisou : https://www.legisou.com    Studio de Yoga Yuj : https://www.yuj.fr    À propos du Yield Management :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Yield_management    David Giroire Communication : http://www.davidgiroire.com    La maison du Zéro Déchet : https://lamaisonduzerodechet.org 
like podcast

29 décembre 2020
Dans ce nouvel épisode, nous allons à la rencontre de Delphine Plisson, elle est la fondatrice de Maison Plisson. Dans cet épisode, Delphine nous parle de son parcours dans la mode, de l’importance du voyage, de création de la Maison Plisson, de la grande distribution, de la création de Petit Plisson et de beaucoup d’autres sujets. J’ai adoré interviewer Delphine, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à l’écouter !   « Je suis profondément convaincue qu’un des trucs qu’on peut le mieux réussir dans sa vie, c’est de se contenter de ce qu’on est, au sens noble du terme. »   Ce que vous allez apprendre dans l’épisode :Ses études, son travail d’hôtesse de l’air et ses stages à New York dans une galerie d’art.Son voyage en Inde et son travail chez Agnès B pendant 6 ans.Son travail chez Yves Saint Laurent et la générosité omniprésente au travail.Sa rencontre avec Peter Lindbergh et son travail pour lui pendant un an.Son travail de levée de fonds chez Antik Batik, sa rencontre avec Ingie Chalhoub.Son poste de directrice générale de Claudie Pierlot et la création d’un pôle de communication et de marketing chez Sandro pendant 5 ans.La grande distribution et la mal bouffe.La création de la Maison Plisson. La vision Maison Plisson et le projet Petit Plisson.Les réseaux sociaux qu’elle gère elle-même, sa stratégie d’acquisition, l’importance du bouche-à-oreille.   « Monsieur Saint Laurent m’a dit une phrase que j’ai retenu toute ma vie et que j’essaye vraiment d’appliquer : « Les gens intelligents sont toujours gentils », ce n’était pas d’une humilité absolue mais c’était vrai. »     Références : Maison Plisson https://www.lamaisonplisson.com/fr_FR/ Agnès B https://www.agnesb.eu Peter Lindbergh http://peterlindbergh.foundation Sophie Duruflé https://www.linkedin.com/in/sophie-duruflé-b5910838/?originalSubdomain=fr Gabriela Cortese https://fr.antikbatik.com/gabriella-cortese Épisode Frédéric Biousse https://podcasts.apple.com/ca/podcast/102-frédéric-biousse-experienced-capital-on-peut-faire/id1300541489?i=1000448127601 Ingie Chalhoub https://www.lepoint.fr/art-de-vivre/ingie-chalhoub-l-etoile-de-la-mode-a-la-francaise-12-06-2017-2134584_4.php Claudie Pierlot https://fr.claudiepierlot.com SMCP https://www.smcp.com/fr/ Leftlovers https://l-overs.fr/lovers-manifesto/ Leftover - pull over http://www.pullover.com/about-us/basic-wooljersey-jumper Alexandre Bompard https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Bompard
like podcast

5 janvier 2021
Cet épisode date de 2018 ! Dans ce nouvel épisode, nous allons à la rencontre de Gildas Loaec, co-fondateur avec Masaya Kuroki de la marque Maison Kitsuné. Après une carrière dans la musique aux côtés des Daft Punk, il lance en 2002 Kitsuné, à la fois un label de musique, une marque de vêtements (Maison Kitsuné) et depuis quelques années une marque de café. Dans cet épisode, on revient sur son parcours, sur sa carrière dans la musique, sur toute l'épopée de Kitsuné et on parle aussi de nombreux autres sujets. J'ai adoré interviewer Gildas, j'espère que vous prendrez autant de plaisir à l'écouter.   POUR SE RETROUVER DANS L’ÉPISODE 01:10 Gildas se présente et revient sur son parcours  17:40 La rencontre avec Masaya Kuroki, l’idée de faire un projet ensemble  20:00 Les débuts de Kitsuné, la vision   28:00 Les similarités entre la mode et la musique business  29:30 Le propos de Kitsuné  35:00 Qu’est-ce qui a fait émerger Kitsuné, le rythme de développement de Kitsuné   39:10 La répartition des tâches avec Masaya, comment Kitsuné s’organise, l’accompagnement extérieur 46:00 Le choix des collaborateurs et des groupes de musique   55:00 Le moteur de Gildas, qui il souhaiterait entendre dans ce podcast   KEYLEARNING  "Ce qui nous intéresse, c’est d’aller au bout de chacun des métiers que l'on fait. Ce n’est pas juste du story telling ou du marketing.  Créer une marque, c’est bien plus exigeant en cash flow que ce qu’on pourrait imaginer. " "Le propos, c’est d’abord de nous faire plaisir. " "On a une approche patrimoniale. Quand on veut créer une marque comme on le souhaite, on veut qu’elle soit encore là dans 40 ans. Je crois moins en une marque qui s’est développée à toute vitesse, qui sert à faire des retours sur investissement rapide pour des fonds, et qui ensuite est revendue très vite à un autre fond qui réinvente encore. C’est un peu comme une patate chaude qui est refilée à différents niveaux, et qui, selon moi, perd à la fin une bonne partie de son identité.  Il ne faut pas avoir un égo plus grand que le portefeuille. " "Kurt Cobain avait dit qu'il faut mieux aller dans le système qu’aller contre. Je travaille tous les jours à faire quelque chose dont je dois me séparer. " POUR ALLER PLUS LOIN https://www.businessoffashion.com/articles/news-analysis/maison-kitsune-targets-100-million-in-sales-expansion-plan-paris
like podcast

24 novembre 2020
Cette semaine, nous partons à la rencontre de Louise Aubery alias My Better Self, elle est créatrice de contenu média. À seulement 23 ans, elle alterne entre les bancs de Sciences Po et ses projets entrepreneuriaux. Tout commence par son compte Instagram sur lequel elle s’exprime sur le Body Positivism, la mode et le lifestyle. Avec une envie grandissante d’apprendre et d’échanger, elle crée en plus de ses réseaux sociaux le podcast In Power. Une voix percutante pour sa génération qu’elle utilise pour véhiculer et partager des valeurs positives sur l’acceptation de soi. La diversification de son contenu lui permet de toucher une large communauté qui la suit aujourd’hui dans sa création de marque de lingerie responsable et inclusive. Dans cet épisode, Louise nous partage son énergie débordante qui lui permet de jongler entre sa vie d’étudiante et d'entrepreneure. Découvrez les coulisses de sa marque, son organisation et sa vision des réseaux sociaux. « La grande chance que j’ai eue, c’est d’avoir créé tout ça quand j’étais étudiante. Je n’avais pas besoin d’argent, c’est venu après mais je n’avais pas cette contrainte. Pour moi si tu fais ce que tu aimes et que tu apportes de la valeur, ça marche. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de LouiseLes débuts de ses réseaux sociaux et son audienceSon avis sur Sciences PoSa vision de l’épanouissement personnelSon business modelLa marque Je Ne Sais QuoiSa stratégie de communicationSe lancer dans la lingerie éthique et inclusiveLa co-création par le feedbackLe positionnement Le brandingLa gestion du projetSa vision pour le futurCe qu’elle ferait différemmentSon organisation L’alimentation, la confiance en soi : facteurs d’épanouissement personnel « J’avais envie de partager avec des gens qui avaient les mêmes centres d’intérêts que moi, c’est un peu la beauté des réseaux. » « J’ai perdu trop de temps et d’énergie à essayer de changer mon apparence physique, alors que j’ai réalisé que ce n’est pas du tout ça qui me rendrait heureuse ou qui me donnerait confiance en moi. J’ai commencé à m’accomplir à travers mes projets. » « Rien n’est immuable. Tu peux tout changer. Si tu fais un truc et que ça ne te plaît pas, tu peux totalement bifurquer. Ce n’est pas grave tu n’as pas perdu du temps, tu as vécu. Et de chaque période de vie tu retires des enseignements. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références: Son compte Instagram : https://www.instagram.com/mybetterself/    Son podcast In Power :https://open.spotify.com/show/3opdiAI6ViHZm1odnEdl9q                                        https://www.instagram.com/inpowerpodcast/    Sa marque Je Ne Sais Quoi : https://www.instagram.com/jenesaisquoioff/    Girlz in Biz sur Instagram : https://www.instagram.com/girlzinbiz/  Seven Mind : https://www.7mind.de/fr/about 
like podcast

22 novembre 2020
Cette semaine, nous partons à la rencontre de Louise Aubery alias My Better Self, elle est créatrice de contenu média.  À seulement 23 ans, elle alterne entre les bancs de Sciences Po et ses projets entrepreneuriaux. Tout commence par son compte Instagram sur lequel elle s’exprime sur le Body Positivism, la mode et le lifestyle. Avec une envie grandissante d’apprendre et d’échanger, elle crée en plus de ses réseaux sociaux le podcast In Power. Une voix percutante pour sa génération qu’elle utilise pour véhiculer et partager des valeurs positives sur l’acceptation de soi. La diversification de son contenu lui permet de toucher une large communauté qui la suit aujourd’hui dans sa création de marque de lingerie responsable et inclusive. Dans cet épisode, Louise nous partage son énergie débordante qui lui permet de jongler entre sa vie d’étudiante et d'entrepreneure. Découvrez les coulisses de sa marque, son organisation et sa vision des réseaux sociaux. « La grande chance que j’ai eue, c’est d’avoir créé tout ça quand j’étais étudiante. Je n’avais pas besoin d’argent, c’est venu après mais je n’avais pas cette contrainte. Pour moi si tu fais ce que tu aimes et que tu apportes de la valeur, ça marche. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de LouiseLes débuts de ses réseaux sociaux et son audienceSon avis sur Sciences PoSa vision de l’épanouissement personnelSon business modelLa marque Je Ne Sais QuoiSa stratégie de communicationSe lancer dans la lingerie éthique et inclusiveLa co-création par le feedbackLe positionnement Le brandingLa gestion du projetSa vision pour le futurCe qu’elle ferait différemmentSon organisation L’alimentation, la confiance en soi : facteurs d’épanouissement personnel « J’avais envie de partager avec des gens qui avaient les mêmes centres d’intérêts que moi, c’est un peu la beauté des réseaux. » « J’ai perdu trop de temps et d’énergie à essayer de changer mon apparence physique, alors que j’ai réalisé que ce n’est pas du tout ça qui me rendrait heureuse ou qui me donnerait confiance en moi. J’ai commencé à m’accomplir à travers mes projets. » « Rien n’est immuable. Tu peux tout changer. Si tu fais un truc et que ça ne te plaît pas, tu peux totalement bifurquer. Ce n’est pas grave tu n’as pas perdu du temps, tu as vécu. Et de chaque période de vie tu retires des enseignements. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références: Son compte Instagram : https://www.instagram.com/mybetterself/    Son podcast In Power :https://open.spotify.com/show/3opdiAI6ViHZm1odnEdl9q                                        https://www.instagram.com/inpowerpodcast/    Sa marque Je Ne Sais Quoi : https://www.instagram.com/jenesaisquoioff/    Girlz in Biz sur Instagram : https://www.instagram.com/girlzinbiz/  Seven Mind : https://www.7mind.de/fr/about 
like podcast

17 novembre 2020
Dans ce nouvel épisode, Alexandre nous ouvre les portes de sa librairie. Il est le co-fondateur avec sa sœur Marie de cet espace inédit en plein cœur du Marais. Véritable lieu de rencontres artistiques, Ofr. Paris ne se limite pas qu’à une librairie, c’est aussi une galerie, un studio d’édition et depuis peu, une production de films. C’est entre la boutique au charme singulier et leur grand studio que naissent les projets autour desquels ils fédèrent les talents de la scène contemporaine. Connue des habitués du quartier et les amateurs d’art, cette librairie pas si secrète est une mine d’or pourvue de magazines et de livres sur le design et la mode. Une sélection pointue qu’il n’a pas hésité à exporter dans certaines capitales étrangères. Avec Alexandre, on a parlé des rencontres d’artistes, des modèles économiques des magazines, du digital et de la liberté d’expression dans les médias. Il a fait de son indépendance sa plus grande richesse au quotidien.   À l’heure où la place des librairies est questionnée, Alexandre nous livre un discours honnête sur la diffusion de l’art et la culture. « Les objets restent, ils se relisent, ils se consomment d’une autre manière. J’aime bien le moment de lecture. Ce que je préfère, c’est de voir un magazine sur papier, de le lire à mon rythme et de le regarder comme je veux. Il n’y a pas la déconcentration que l’on peut avoir quand on lit depuis un écran. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Alexandre se présenteLa genèse d’Ofr.Le studio d’édition Ofr. et ses activitésSa ligne éditorialeSes premiers pas dans l’édition Qu’est-ce qui fait un bon magazineLe modèle économique d’un magazine La diffusionL’équilibre entre digital et impriméSon avis sur la modeÊtre un libraire indépendantSes futurs projets « On est les plus riches et les plus libres. On a très peu d’argent mais on a tout l’espace que l’on veut et on fait ce que l’on veut. C’est une liberté qui est rare. » « Une ville sans mode, c’est une ville sans libido et sans personnalité. La mode permet de s’affirmer dans un style et dans une sexualité. C’est un geste qui est poétique. On pourrait juste être sapé comme on en a envie et ça suffirait. » « Tu peux aller loin dans tes envies et dans tes voyages. Tu peux rêver beaucoup plus loin quand tu sais que tout est possible. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  L’actualité d’Ofr. Paris sur Instagram : https://www.instagram.com/ofrparis/ Julien Colombier : https://www.instagram.com/juliencolombier/  Ilk : https://www.instagram.com/ilkflottante/  Plethora Magazine : http://www.plethoramag.com  Apartamento Magazine : https://www.apartamentomagazine.com   Self Service Magazine : https://selfservicemagazine.com  Marie Chaix : https://www.instagram.com/_mariechaix_/ 
like podcast

10 novembre 2020
Cette semaine, nous partons à la rencontre de Clémentine Larroumet et Antoine Ricardou les cofondateurs des studios Be-Poles. Ces deux passionnés de l’art et du design se retrouvent à la sortie de leurs études pour créer ce qu’ils appellent un « laboratoire créatif ». Pour eux, la création se définit au pluriel : de l’édition, au design, en passant par l’architecture et au branding, ils sont de réels scénaristes du quotidien. Une maîtrise de l’identité visuelle et un dévouement pour leur travail qui leur permettent de travailler sur une grande diversité de projets. Parmi leurs clients, ils comptent La Maison Plisson, NoMad Hotel, Merci et Cyril Lignac. Ils sont guidés par l’envie de créer et aujourd’hui ils partagent cette énergie entre Paris et New York.  Dans cet épisode, Clémentine et Antoine s’expriment sur leur vision de l’identité de marque, sur leur approche au business et sur les projections pour le futur de Be-Poles. « Je crois profondément qu’il faut faire ce que l’on aime. Il faut avoir une envie de délivrer ce que tu veux revendiquer. » Antoine Ricardou  Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Clémentine et Antoine se présententLe studio Be-PolesLes milestones de l’entrepriseLeur rencontre avec Pierre BergéLa vision du studio à l’époqueComment garder l’équilibre en grandissantLeurs projets et comment ils se différencientLeur définition d’une marqueComment ils travaillent avec les marquesLeurs projectionsLeur role modelsLa création comme source de plaisirLa gestion de projetL’ADN du studioLe travail de l’archiveLeurs bureaux à New YorkLeur position face au contexte actuelLes projets remarquablesQu’est-ce qu’il se diraient à 20ans «  Ce qui est génial, c’est que les clients qui nous suivent sont très exigeants. On s’allie ensemble pour faire des projets très forts. » Charlotte Larroumet   « À quoi ça sert de se réunir ? Si c’est pour bosser derrière ton Mac, tu peux le faire à distance. Se réunir, c’est pour créer cet état de workshop qui est vraiment important pour nous. » Antoine Ricardou «  Aujourd’hui tout le monde regarde dans une même direction à cause des réseaux sociaux. C’est dangereux parce qu’on s’inspire de la même chose. Nous, à travers un voyage ou un weekend, on dessine, on ramasse des choses et on se nourrit de références différentes. » Charlotte Larroumet N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:    Be-Poles : https://be-poles.com   @bepoles : https://www.instagram.com/bepoles/    Le Barn Hotel : https://lebarnhotel.com    The Family Coppola : https://www.thefamilycoppola.com https://www.thefamilycoppolahideaways.com    NoMad Hotel : https://www.thenomadhotel.com   Stefan Sagmeister : https://sagmeisterwalsh.com 
like podcast

3 novembre 2020
Aujourd’hui avec Viviane Lipskier, on s’intéresse aux élections américaines de 2020 et à l’engagement politique des entreprises.  Viviane est fondatrice de Brandalchimy, elle est l’expert DNVB en France et accompagne les marques à repenser leur business model dans l’économie Direct to Consumer (D2C). Elle est l’auteure des « DNVB : les surdouées du commerce digital ». C’est dans un contexte particulier que se joue cette élection : le pays fait face à une succession de crises sociale, économique et aujourd’hui sanitaire. S’ajoute à cela une extrême polarisation des opinions.  L’engagement démocratique fait donc l’objet d’une attention particulière où tous les acteurs de la société prennent part à cette prise de parole. Une élection aux répercussions mondiales qui ne peut être omise par les entreprises, et qui nous amène donc à se demander à quel niveau s’engagent-elles ? Viviane décrypte pour nous les nouvelles façons d’inciter au vote. Que ce soit auprès des collaborateurs ou des consommateurs, l’activisme des entreprises évolue en vue de s’accommoder aux enjeux marketing. « Il y a des outils qui dépassent l’aspect politique et qui vont appeler à un vote éthique pour faire prendre conscience de la manière dont tu peux être un activiste du porte monnaie. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le système électoral et ses particularitésLes marques ont trouvé une nouvelle façon de s’insérer dans la démocratieUne nouvelle vague d’activisme soutenue par des outils d’un genre nouveau Les enjeux du vote, quelles leçons peut-on retenir ? « Les entreprises américaines et les influenceurs incitent à voter. Les collaborateurs le demandent. Ils ont été engagés sur un certain nombre de valeurs et ils attendent de leur Direction Générale qu’elle pèse de leur poids et qu’elle pratique ce qu’elle prêche. » « Les entreprises se sont emparées de nouvelles techniques plus ou moins marketing pour inciter au vote et faire un nouveau genre d’activisme en donnant du temps libre. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  Étude sur l’engagement politique du Pew Research Center :https://www.pewresearch.org/fact-tank/2018/05/21/u-s-voter-turnout-trails-most-developed-countries/  Les droits de vote des travailleurs américains : https://www.workplacefairness.org/voting-rights-time-off-work  Adore Me : https://www.adoreme.com  Progressive Shopper : https://progressiveshopper.com  Good Unite Us : https://www.goodsuniteus.com  Influence Map :https://influencemap.org  LittleSis :  https://littlesis.org  New York Times, L’engagement politique des startups : https://www.nytimes.com/2020/10/28/technology/politics-tech-start-ups-culture-war.html 
like podcast

27 octobre 2020
Dans ce nouvel épisode, Franklin Azzi nous ouvre les portes de son agence d’architecture et de design. C’est un première dans le podcast et vous ne serez pas déçus !  Il a fondé son agence éponyme qui lui permet de travailler sur des projets à différentes échelles. De l’objet de design à la réhabilitation de bâtiments, il compte aussi parmi ses clients des marques de mode comme Lemaire, Isabel Marant ou encore Jérôme Dreyfuss. Ses expériences dans l’architecture ont donné le ton à son travail qui se situe entre un pragmatisme et une envie créative. Soucieux du futur de sa profession, il engage une vraie réflexion autour de la durabilité et sur la responsabilité des architectes. Avec Franklin, on a parlé de son processus créatif, de ses engagements dans l’art contemporain, et de sa philosophie sur l’espace et le temps. « La plus grande créativité, elle finit par venir de la grande connaissance technique. Quand on a réussi à s’affranchir de ces problématiques variées, diverses et complexes, là on a un champ de libertés qui commence à s’ouvrir. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  Le parcours de Franklin Son approche à l’architecture Son rapport au temps et au travailLa construction d’un projet entrepreneurial dans l’architectureCe qui différencie son agence des autresSes clientsLe processus de travail Les enjeux de l’architecture Les matériaux durables et la question du recyclageConstruire son équipeLa culture d’entreprise et le métier d’architecteSes référencesL’importance de la médiatisation pour une agence d’architectureDévelopper de bonnes relations avec ses clientsSes projectionsSon fond de dotation et sa passion pour l’artL’activité de l’agence à l’étrangerFinancer la responsabilité environnementale dans l’architectureCe qu’il ferait différemmentSa journée type et son équilibre de vie « Une réhabilitation de bâtiment, c’est un peu comme l’analyse du corps humain. C’est comme un médecin qui pourrait faire un scanner sur un bâtiment. Je me rends compte que les parallèles sont très fréquents et que l’architecture est une forme de médecine. » « On a un siècle devant nous si on devait recycler tout ce qu’on a devant nos yeux. Je considère le recyclage comme une banque de matériaux. Ce n’est pas encore rentré dans les moeurs. » « J’aime mélanger les époques, j’aime mélanger les courants. On a un peu une génération de sampling. On se nourrit de beaucoup de choses et c’est dans l’hybridation de toutes ces périodes que l’on va trouver une voie nouvelle. »  N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références:  L’agence de Franklin Azzi : http://www.franklinazzi.fr Le fond de dotation http://www.franklinazzi.fr/dotations    Leur instagram : https://www.instagram.com/franklinazzi/  Architecture Studio : https://architecturestudio.fr  Thomas Mailaender : http://www.thomasmailaender.com  Bureau de Presse David Giroire : http://www.davidgiroire.com 
like podcast

20 / 311 épisodes
1 2 3 15 16
Scroll to top