ARTE Radio - Nouveautés

553 abonnés
S'abonner
Pionnière du podcast, http://arteradio.com produit des créations originales sans formatage ni publicité : émissions régulières, reportages, documentaires, fictions, séries... Les auteur.e.s sont débutants ou professionnels et leur travail est rémunéré. Leurs podcasts sont produits par ARTE Radio à partir d'un projet écrit, et réalisés par les auteur.e.s que nous formons à la prise de son et au montage, sous la supervision du rédacteur en chef et des 2 réalisateurs salariés. Toutes nos créations (plus de 2000) produites depuis 2002 sont disponibles sous contrat Creative Commons sur notre site http://arteradio.com. Projet animé par une joyeuse petite équipe - 5 salariés sur 3,5 postes - ARTE Radio fait partie du service Web d'ARTE France, la branche française de la télévision publique culturelle européenne ARTE à Paris, France. Nos productions ont gagné de nombreux prix internationaux (Italia, Europa, Ondas...) en tant que "meilleur documentaire" ou "meilleure fiction radio". Nous avons coproduit avec BBC, NHK, YLE, Deutschland Radio Kultur, le Centre Pompidou... Nous avons initié des productions vidéo comme "New York Minute", ouvert une plateforme gratuite pour vos audioblogs, et nous animons de nombreuses séances d'écoute dans le monde entier, ainsi que des ateliers pour les scolaires et les adultes.

1156 épisodes

9 juin 2021 - 00:08:16
Cette semaine, Livo joue à "Vite ma dose" pour aller se faire vacciner. Va t-il mourir d'une thrombose, être connecté avec Bill Gates, trahir sa street credibilité de rebelle ? Non, il s'est juste fait vacciner. Une petite piqûre fait moins mal qu'une baffe. "Dépêche", le podcast sous la pluie, est à retrouver chaque mercredi sur ARTE Radio. Abonnez-vous sur notre site, Apple Podcasts, Spotify, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : août 17, 9, 10, 11 mai 21 - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Mix : Jules Benveniste - Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2021 - 00:20:26
Être journaliste au Proche-Orient, c’est le Graal de la profession. Quand le poste de correspondant en Palestine s’est libéré en 2016, Marine Vlahovic a sauté sur l’occasion et s’est installée dans une maisonnette avec jardin en bordure de Ramallah. C’est le début d’une vie en alerte et sous pression, coincée dans les embouteillages au checkpoint, loin du quotidien fantasmé des reporters de guerre. Carnets de correspondante De 2016 à 2019, Marine Vlahovic est correspondante pour les radios publiques francophones en Palestine. Chaque jour elle jongle entre les urgences des rédactions, l’attente aux checkpoints, les pressions des deux camps et sa vie personnelle en territoire occupé. Elle enregistre tout, et aujourd’hui elle raconte tout : un podcast exceptionnel, intime et sans concession sur la fabrique de l’information. Journaliste depuis 2009, Marine Vlahovic a fait ses armes avec ARTE Radio avant de vivre et travailler autour de la Méditerranée pour différents médias francophones. Son reportage “Amours occupées ” (ARTE Radio) a remporté le prix Découverte-URTI en 2012. De 2016 à 2019 elle a été correspondante en Palestine pour les radios publiques francophones.francophones. Son reportage “Amours occupées, une jeune femme en Palestine” (Arte Radio) a remporté le prix découverte du Grand prix international URTI en 2012. Carnets de correspondante - à partir du 17 juin 2021 Une série documentaire de Marine Vlahovic Enregistrements: novembre 2016 à mars 2021 Prise de son, textes et montage: Marine Vlahovic Réalisation : Marine Vlahovic et Arnaud Forest Mix et musiques originales: Arnaud Forest Illustration : Yasmine Gateau Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2021 - 00:23:13
Comme les bouquets de feu d'artifice qui fusent dans le ciel de Ramallah, "Marine la machine" a la tête qui explose. Depuis sa maison-studio, elle produit de l'information à la chaîne. Un contre-la-montre au diapason des rédactions parisiennes sous le règne de l'urgence et de la pression. Dopée au café-clopes, la correspondante jongle entre les commandes imprévues, les conférences de presse interminables de l'Autorité palestinienne, les micro-trottoirs prétextes et les reportages chronométrés aux quatre coins des Territoires pour alimenter le flux de l'actualité. Carnets de correspondante De 2016 à 2019, Marine Vlahovic est correspondante pour les radios publiques francophones en Palestine. Chaque jour elle jongle entre les urgences des rédactions, l’attente aux checkpoints, les pressions des deux camps et sa vie personnelle en territoire occupé. Elle enregistre tout, et aujourd’hui elle raconte tout : un podcast exceptionnel, intime et sans concession sur la fabrique de l’information. Journaliste depuis 2009, Marine Vlahovic a fait ses armes avec ARTE Radio avant de vivre et travailler autour de la Méditerranée pour différents médias francophones. Son reportage “Amours occupées ” (ARTE Radio) a remporté le prix Découverte-URTI en 2012. De 2016 à 2019 elle a été correspondante en Palestine pour les radios publiques francophones. Carnets de correspondante - à partir du 17 juin 2021 Une série documentaire de Marine Vlahovic Enregistrements: novembre 2016 à mars 2021 Prise de son, textes et montage: Marine Vlahovic Réalisation : Marine Vlahovic et Arnaud Forest Mix et musiques originales: Arnaud Forest Illustration : Yasmine Gateau Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2021 - 00:23:13
Dans les Territoires occupés, les manifestations se suivent et se ressemblent et la nouvelle Intifada tarde à éclater. En attendant la “guerre promise” et leur heure de gloire, les journalistes font la bringue. A Ramallah, Marine Vlahovic enchaine les soirées arrosées et les histoires sans lendemain avec des amants des deux côtés du Mur alors que les bombes tombent sur la bande de Gaza. Un territoire verrouillé que la correspondante découvre en tournant sur place des reportages télévisés “à sensation”. Avant de couvrir les convulsions qui secouent l’enclave depuis chez elle, en pyjama. Carnets de correspondante De 2016 à 2019, Marine Vlahovic est correspondante pour les radios publiques francophones en Palestine. Chaque jour elle jongle entre les urgences des rédactions, l’attente aux checkpoints, les pressions des deux camps et sa vie personnelle en territoire occupé. Elle enregistre tout, et aujourd’hui elle raconte tout : un podcast exceptionnel, intime et sans concession sur la fabrique de l’information. Journaliste depuis 2009, Marine Vlahovic a fait ses armes avec ARTE Radio avant de vivre et travailler autour de la Méditerranée pour différents médias francophones. Son reportage “Amours occupées ” (ARTE Radio) a remporté le prix Découverte-URTI en 2012. De 2016 à 2019 elle a été correspondante en Palestine pour les radios publiques francophones. Carnets de correspondante - à partir du 17 juin 2021 Une série documentaire de Marine Vlahovic Enregistrements: novembre 2016 à mars 2021 Prise de son, textes et montage: Marine Vlahovic Réalisation : Marine Vlahovic et Arnaud Forest Mix et musiques originales: Arnaud Forest Illustration : Yasmine Gateau Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2021 - 00:25:11
Les balles des snipers israéliens sifflent à la frontière entre la bande de Gaza et l’Etat hébreu, et frôlent l'oreille de la journaliste. Marine Vlahovic navigue entre ces deux mondes séparés par un mur de béton et de haine. En Terre sainte, ce n’est pas une mais trois religions qui rythment sa vie personnelle et professionnelle. Prise à partie par les soldats et les colons, la journaliste tente de sauver une vieille amitié mise à rude épreuve par ce conflit qui n’est pas le sien. Carnets de correspondante De 2016 à 2019, Marine Vlahovic est correspondante pour les radios publiques francophones en Palestine. Chaque jour elle jongle entre les urgences des rédactions, l’attente aux checkpoints, les pressions des deux camps et sa vie personnelle en territoire occupé. Elle enregistre tout, et aujourd’hui elle raconte tout : un podcast exceptionnel, intime et sans concession sur la fabrique de l’information. Journaliste depuis 2009, Marine Vlahovic a fait ses armes avec ARTE Radio avant de vivre et travailler autour de la Méditerranée pour différents médias francophones. Son reportage “Amours occupées ” (ARTE Radio) a remporté le prix Découverte-URTI en 2012. De 2016 à 2019 elle a été correspondante en Palestine pour les radios publiques francophones. Carnets de correspondante - à partir du 17 juin 2021 Une série documentaire de Marine Vlahovic Enregistrements: novembre 2016 à mars 2021 Prise de son, textes et montage: Marine Vlahovic Réalisation : Marine Vlahovic et Arnaud Forest Mix et musiques originales: Arnaud Forest Illustration : Yasmine Gateau Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2021 - 00:20:03
Lassée d’être dans le viseur des autorités israéliennes et épuisée par ses conditions de travail ultra-précaires, Marine Vlahovic décide de quitter Ramallah et son costume de correspondante. Un départ à la fois libérateur et déchirant. A son retour en France, la journaliste continue de subir des pressions des organisations militantes et, pour la première fois, elle est confrontée à la censure. Carnets de correspondante De 2016 à 2019, Marine Vlahovic est correspondante pour les radios publiques francophones en Palestine. Chaque jour elle jongle entre les urgences des rédactions, l’attente aux checkpoints, les pressions des deux camps et sa vie personnelle en territoire occupé. Elle enregistre tout, et aujourd’hui elle raconte tout : un podcast exceptionnel, intime et sans concession sur la fabrique de l’information. Journaliste depuis 2009, Marine Vlahovic a fait ses armes avec ARTE Radio avant de vivre et travailler autour de la Méditerranée pour différents médias francophones. Son reportage “Amours occupées ” (ARTE Radio) a remporté le prix Découverte-URTI en 2012. De 2016 à 2019 elle a été correspondante en Palestine pour les radios publiques francophones. Carnets de correspondante - à partir du 17 juin 2021 Une série documentaire de Marine Vlahovic Enregistrements: novembre 2016 à mars 2021 Prise de son, textes et montage: Marine Vlahovic Réalisation : Marine Vlahovic et Arnaud Forest Mix et musiques originales: Arnaud Forest Illustration : Yasmine Gateau Production : ARTE Radio
like podcast

8 juin 2021 - 00:09:36
A la cour d’assises de Melun se tient un procès où les bancs de public et les bancs de la presse resteront vides. C’est un procès pour viol sur mineure de moins de 15 ans. Le podcast des faits divers, des crimes et des procès. À partir d’une anecdote, d’un moment, d’un détail, la chroniqueuse judiciaire Elise Costa jure de raconter « sans haine et sans crainte » l’inhumain en chacun et l’humain en nous tous. En partenariat avec Slate. Enregistrement : 19 avril 2021 - Texte et voix : Élise Costa - Réalisation et musique originale : Arnaud Forest - Illustration : Billie Blake
like podcast

2 juin 2021 - 00:26:28
Léa, une aide-soignante, vit dans une bourgade proche de Fontainebleau (77) quand elle se met à jouer compulsivement à Lifespan, le jeu vidéo que son copain lui a offert pour ses 20 ans. Dans la peau d’une punk hackeuse, elle navigue dans le monde galactique de Calycé, jusqu’au jour où un avatar hypersexualisé va éveiller ses désirs cachés... Game Lover Toute une nuit, une jeune femme armée d’un bazooka arpente une jungle extraterrestre à la recherche de son amour. Elle ignore que pendant ce temps, sur deux autres serveurs, quatre adolescents s’aiment désespérément et s’éprouvent lors de combats sanglants. Dans Lifespan, jeu vidéo fictif où cohabitent un univers galactique (Calycé), un monde médiéval (Arthéros) et une utopie paradisiaque (L’île aux rochers), les relations naissent dans des paysages surréalistes, au gré de batailles trépidantes et de quêtes pour rendre le monde meilleur. Une vie aventureuse très différente de celle menée IRL (in real life) où on se tape un quotidien plan-plan, une gueule de merde, un monde inégalitaire pollué et par-dessus tout des parents chiants. Suite à un appel à témoignages sur les réseaux sociaux et la lecture de récits glanés sur des blogs et des forums, Annabelle Martella et Emilie Mendy, 50 ans à elles deux, ont recueilli une trentaine d’histoires de personnes tombées amoureuses dans des jeux en ligne (World of Warcraft, League of Legends etc.) À partir de ces histoires vraies, elles ont écrit ce podcast qui retrace les trajectoires fictives de Léa, Erwan puis River (Morgane de son vrai nom), trois jeunes adultes qui découvrent loin des contraintes du monde extérieur leurs désirs et qui ils sont vraiment. Ressources et inspirations : - Intimités amoureuses à l’ère du numérique. Le cas des relations nouées dans les mondes sociaux en ligne, d’Amaranta Cecchini, Editions Alphil, 2015 - Jouir dans le cyberespace, initiation au plaisir virtuel, article de l’artiste Yann Minh dans la revue Terrain, 2017 - Ils se sont aimés sur un MMORPG, article de Bruno Lus sur Vice, 2019 - « On se baladait dans Azeroth... » : l’amour dans « World of Warcraft », article de Jeanne Mayer sur Rue89, 2016 - Le court-métrage, Notre amour est assez puissant de Jonathan Vinel, 2014 - Le court-métrage, Le soleil dort de Pablo Dury, 2021 Annabelle Martella, 25 ans, est journaliste indépendante et autrice de fiction. Elle écrit pour les pages culture du journal Libération. En parallèle elle mène une recherche universitaire sur l'imaginaire de la ruralité dans la littérature et le cinéma contemporains. Emilie Mendy, 25 ans aussi, est autrice de podcast, documentariste et journaliste. Depuis un an, elle tient la chronique mode “Dress code : street” sur Mouv’. Ses sujets de prédilections concernent les contre-cultures et les populations marginalisées. Elle est en cours d’écriture d’un podcast sur le colorisme chez les Noirs de France, et travaille à un documentaire sur la mort d’Adama Traoré depuis 2016. Elle avait déjà collaboré avec Annabelle Martella sur la prostitution des jeunes filles sur Snapchat pour la société de production Premières Lignes. Paul Régimbeau alias Mondkopf, 34 ans, est un compositeur français de musique électronique. Après plusieurs albums et EP, il fonde en 2012 son propre label In Paradisum. Pour Game Lover il a créé un thème musical propre à chaque univers. Enregistrements : 2020-21 - Enquête, texte et montage : Annabelle Martella et Emilie Mendy - Réalisation : Sabine Zovighian et Samuel Hirsch - Musique originale : Mondkopf et Samuel Hirsch - Dramaturgie et direction d’acteurs : Sabine Zovighian - Sound design : Samuel Hirsch et Léon Nikonoff - Illustrations : Xavier Lissillour - Avec : Clémence Boisnard (Léa), Annabelle Martella (Sarah), Raphaël Marriq (Gaëtan) - Remerciements : Antoine du Jeu, Camille Varoquier et tous les gamers qui ont témoigné
like podcast

2 juin 2021 - 00:21:12
Erwan est un mage solitaire. Lui qui aime tant soigner ses coéquipiers sur le champ de bataille ne veut plus jouer avec les autres, sous prétexte qu’il est trop fort pour eux. Mais à Artheros, monde heroïc-fantasy de Lifespan, ce jeune gamer mal dans sa peau, va rencontrer une joueuse hors pair qui lui fera quitter sa solitude… Game Lover Toute une nuit, une jeune femme armée d’un bazooka arpente une jungle extraterrestre à la recherche de son amour. Elle ignore que pendant ce temps, sur deux autres serveurs, quatre adolescents s’aiment désespérément et s’éprouvent lors de combats sanglants. Dans Lifespan, jeu vidéo fictif où cohabitent un univers galactique (Calycé), un monde médiéval (Arthéros) et une utopie paradisiaque (L’île aux rochers), les relations naissent dans des paysages surréalistes, au gré de batailles trépidantes et de quêtes pour rendre le monde meilleur. Une vie aventureuse très différente de celle menée IRL (in real life) où on se tape un quotidien plan-plan, une gueule de merde, un monde inégalitaire pollué et par-dessus tout des parents chiants. Suite à un appel à témoignages sur les réseaux sociaux et la lecture de récits glanés sur des blogs et des forums, Annabelle Martella et Emilie Mendy, 50 ans à elles deux, ont recueilli une trentaine d’histoires de personnes tombées amoureuses dans des jeux en ligne (World of Warcraft, League of Legends etc.) À partir de ces histoires vraies, elles ont écrit ce podcast qui retrace les trajectoires fictives de Léa, Erwan puis River (Morgane de son vrai nom), trois jeunes adultes qui découvrent loin des contraintes du monde extérieur leurs désirs et qui ils sont vraiment. Ressources et inspirations : - Intimités amoureuses à l’ère du numérique. Le cas des relations nouées dans les mondes sociaux en ligne, d’Amaranta Cecchini, Editions Alphil, 2015 - Jouir dans le cyberespace, initiation au plaisir virtuel, article de l’artiste Yann Minh dans la revue Terrain, 2017 - Ils se sont aimés sur un MMORPG, article de Bruno Lus sur Vice, 2019 - « On se baladait dans Azeroth... » : l’amour dans « World of Warcraft », article de Jeanne Mayer sur Rue89, 2016 - Le court-métrage, Notre amour est assez puissant de Jonathan Vinel, 2014 - Le court-métrage, Le soleil dort de Pablo Dury, 2021 Annabelle Martella, 25 ans, est journaliste indépendante et autrice de fiction. Elle écrit pour les pages culture du journal Libération. En parallèle elle mène une recherche universitaire sur l'imaginaire de la ruralité dans la littérature et le cinéma contemporains. Emilie Mendy, 25 ans aussi, est autrice de podcast, documentariste et journaliste. Depuis un an, elle tient la chronique mode “Dress code : street” sur Mouv’. Ses sujets de prédilections concernent les contre-cultures et les populations marginalisées. Elle est en cours d’écriture d’un podcast sur le colorisme chez les Noirs de France, et travaille à un documentaire sur la mort d’Adama Traoré depuis 2016. Elle avait déjà collaboré avec Annabelle Martella sur la prostitution des jeunes filles sur Snapchat pour la société de production Premières Lignes. Paul Régimbeau alias Mondkopf, 34 ans, est un compositeur français de musique électronique. Après plusieurs albums et EP, il fonde en 2012 son propre label In Paradisum. Pour Game Lover il a créé un thème musical propre à chaque univers. Enregistrements : 2020-21 - Enquête, texte et montage : Annabelle Martella et Emilie Mendy - Réalisation : Sabine Zovighian et Samuel Hirsch - Musique originale : Mondkopf et Samuel Hirsch - Dramaturgie et direction d’acteurs : Sabine Zovighian - Sound design : Samuel Hirsch et Léon Nikonoff - Illustrations : Xavier Lissillour - Avec : Quentin Dolmaire (Erwan), Gabrielle Varoquier (Emma) - Remerciements : Antoine du Jeu, Camille Varoquier et tous les gamers qui ont témoigné
like podcast

2 juin 2021 - 00:20:43
River a 13 ans la première fois qu’elle rencontre Hulan sur l'Île aux Rochers, l’univers paradisiaque de Lifespan. L’adolescent vit dans une petite ville en Picardie et River sait que cela prendra du temps avant qu’elle puisse rencontrer "pour de vrai" son premier amour. Mais Hulan joue-t-il à un jeu ou prend-il leur amour au sérieux ? Game Lover Toute une nuit, une jeune femme armée d’un bazooka arpente une jungle extraterrestre à la recherche de son amour. Elle ignore que pendant ce temps, sur deux autres serveurs, quatre adolescents s’aiment désespérément et s’éprouvent lors de combats sanglants. Dans Lifespan, jeu vidéo fictif où cohabitent un univers galactique (Calycé), un monde médiéval (Arthéros) et une utopie paradisiaque (L’île aux rochers), les relations naissent dans des paysages surréalistes, au gré de batailles trépidantes et de quêtes pour rendre le monde meilleur. Une vie aventureuse très différente de celle menée IRL (in real life) où on se tape un quotidien plan-plan, une gueule de merde, un monde inégalitaire pollué et par-dessus tout des parents chiants. Suite à un appel à témoignages sur les réseaux sociaux et la lecture de récits glanés sur des blogs et des forums, Annabelle Martella et Emilie Mendy, 50 ans à elles deux, ont recueilli une trentaine d’histoires de personnes tombées amoureuses dans des jeux en ligne (World of Warcraft, League of Legends etc.) À partir de ces histoires vraies, elles ont écrit ce podcast qui retrace les trajectoires fictives de Léa, Erwan puis River (Morgane de son vrai nom), trois jeunes adultes qui découvrent loin des contraintes du monde extérieur leurs désirs et qui ils sont vraiment. Ressources et inspirations : - Intimités amoureuses à l’ère du numérique. Le cas des relations nouées dans les mondes sociaux en ligne, d’Amaranta Cecchini, Editions Alphil, 2015 - Jouir dans le cyberespace, initiation au plaisir virtuel, article de l’artiste Yann Minh dans la revue Terrain, 2017 - Ils se sont aimés sur un MMORPG, article de Bruno Lus sur Vice, 2019 - « On se baladait dans Azeroth... » : l’amour dans « World of Warcraft », article de Jeanne Mayer sur Rue89, 2016 - Le court-métrage, Notre amour est assez puissant de Jonathan Vinel, 2014 - Le court-métrage, Le soleil dort de Pablo Dury, 2021 Annabelle Martella, 25 ans, est journaliste indépendante et autrice de fiction. Elle écrit pour les pages culture du journal Libération. En parallèle elle mène une recherche universitaire sur l'imaginaire de la ruralité dans la littérature et le cinéma contemporains. Emilie Mendy, 25 ans aussi, est autrice de podcast, documentariste et journaliste. Depuis un an, elle tient la chronique mode “Dress code : street” sur Mouv’. Ses sujets de prédilections concernent les contre-cultures et les populations marginalisées. Elle est en cours d’écriture d’un podcast sur le colorisme chez les Noirs de France, et travaille à un documentaire sur la mort d’Adama Traoré depuis 2016. Elle avait déjà collaboré avec Annabelle Martella sur la prostitution des jeunes filles sur Snapchat pour la société de production Premières Lignes. Paul Régimbeau alias Mondkopf, 34 ans, est un compositeur français de musique électronique. Après plusieurs albums et EP, il fonde en 2012 son propre label In Paradisum. Pour Game Lover il a créé un thème musical propre à chaque univers. Enregistrements : 2020-21 - Enquête, texte et montage : Annabelle Martella et Emilie Mendy - Réalisation : Sabine Zovighian et Samuel Hirsch - Musique originale : Mondkopf et Samuel Hirsch - Dramaturgie et direction d’acteurs : Sabine Zovighian - Sound design : Samuel Hirsch et Léon Nikonoff - Illustrations : Xavier Lissillour - Avec : Sarah-Megan Allouch (River), Théophile Fontaine (Hulan) - Remerciements : Antoine du Jeu, Camille Varoquier et tous les gamers qui ont témoigné
like podcast

2 juin 2021 - 00:08:42
Pour l'anniversaire des 100 ans de la radio, Livo veut s'offrir un scoop avec une interview de Bachar Al Assad, le dictateur syrien fraichement réélu. Raté. Mais il doit se contenter d'une info exclusive sur Manuel Vallsh : selon une secrétaire de Matignon, l'ancien premier ministre serait très désagréable (c'est une exclu Dépêche !). Livo se fait également refouler de Roland Garros mais recueille la parole du petit peuple du tournoi : riverains, cuisinières, enfants qui ramassent les balles et boxeur qui fait la manche aux abords du stade. Enfin il retrouve sa mamy communiste Simone pour chanter et commémorer - encore une fois - la semaine sanglante lors de la Commune de Paris... "Dépêche", le podcast en terrasse, est à retrouver chaque mercredi sur ARTE Radio. Abonnez-vous sur notre site, Apple Podcasts, Spotify, SoundCloud ou Deezer.
like podcast

27 mai 2021 - 00:08:01
« Faites exister un personnage sans le décrire, en mille mots – ni plus ni moins. » Au départ, c’est une simple consigne d’écriture formulée par Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018 pour « Leurs enfants après eux », lors d’un numéro de Bookmakers, le podcast mensuel de Richard Gaitet sur ARTE Radio. Puis cela devient un concours, auquel participèrent 142 auditeurices, via des histoires violentes, inquiètes, romantiques ou carrément loufoques. Sept finalistes choisis par Richard Gaitet sont sortis du lot. Puis Nicolas Mathieu, Samuel Hirsch (réalisateur) et Silvain Gire (producteur) se sont accordés sur le texte de Jeanne Beltane, « Les poumons pleins d’eau », autour d’un retraité drôlement désespéré coincé dans un bocal. Toutes nos félicitations à cette autrice lyonnaise, qui signa en 2020 un premier livre auto-édité, « Une forêt », accompagné des photographies de Marion Bornaz, dans lequel elle revient notamment sur son trauma suite à l’attentat du Bataclan, où elle était malheureusement présente. Jeanne Beltane travaille en ce moment sur un roman, qui prolongera les réflexions entamées dans « Les poumons pleins d’eau ».
like podcast

26 mai 2021 - 00:46:07
Après avoir fini les nouilles sautées du traiteur asiatique, est-ce qu'on doit jeter la barquette en plastique dans le bac jaune ? Ou dans la poubelle normale, verte ? Et où ira-t-elle ensuite, cette petite barquette, quand les éboueurs l'emporteront dans leur camion ? Que deviendra-t-elle ? Ce genre de grandes questions métaphysiques, on y pense tous les jours en soulevant le couvercle de la poubelle, mais la plupart du temps on ne creuse pas trop pour avoir les réponses. On se doute que ça ne doit pas être folichon, et que les barquettes, il y en a pas mal qui flottent en microparticules quelque part dans les mers bleues du sud. Alors, mieux vaut se raconter de belles histoires sur le tri, le recyclage, les pulls en laine polaire que l’on sait fabriquer grâce au plastique des bouteilles d’eau, et donc peut-être avec les barquettes du traiteur aussi, si ça se trouve. Pour soulager sa mauvaise conscience d’occidental privilégié, on est prêt à tout. Même à remplir des petits sacs en kraft de riz ou de corn-flakes en vrac. C’est pas grave d’en foutre par terre et que tout se renverse au fond du panier, ce qui compte c’est de se sentir un peu moins coupable. Et de pouvoir continuer comme d’habitude son métro-boulot-dodo de la consommation heureuse. Heureusement, il y a des gens qui se penchent sur nos ordures sans se pincer le nez et qui y réfléchissent. Des urbanistes, des sociologues, des activistes qui nous aident à faire le tri sélectif dans nos idées reçues et nos comportements. Pour enfin regarder en face nos déchets, et vivre avec plutôt que d’essayer tout le temps de les enfouir au fond de la poubelle. Avec : - Jérémie Cavé, urbaniste, chercheur en écologie territoriale, enseignant à sciences po Toulouse, membre de l'atelier d'écologie politique de Toulouse (Atécopol) La ruée vers l’ordure, Conflits dans les mines urbaines de déchets, PUR 2015 - Baptiste Monsaigeon, sociologue et maître de conférences à l'université de Reims Champagne Ardenne Homo detritus, Critique de la société du déchet, Seuil 2017 - Flore Berlingen, militante de l'écologie et des communs, ex- directrice de l'association Zero Waste France Recyclage, le grand enfumage - Comment l'économie circulaire est devenue l'alibi du jetable, Editions Rue de l'Echiquier, 2020 - Ariane, adepte du zero déchet - Marcel Bouché , directeur de recherche à l’INRA, et géodrilologue (spécialiste des vers de terre ) Des vers de terre et des hommes, Découvrir nos écosystèmes fonctionnant à l'énergie solaire, Actes sud, 2014 - Les membres de l’association de quartier "Compost coty " Ressources : - L'invention des déchets urbains, France, 1790-1970, Sabine Barles, 2005 - Catalogue de l'exposition Vies d'ordures, De l'économie des déchets. Mucem, Marseille, 2017 - ADEME: Agence de la transition écologique Vivons heureux avant la fin du monde Comment s’habiller, échanger, voyager, s’aimer dans les années 20 ? Pour se bricoler une morale minimale en des temps de crises sociale, écologique et sanitaire, Delphine Saltel (Que sont-ils devenus ?, Y'a deux écoles) explore chaque mois nos incohérences et les solutions possibles. Mêlant questionnement personnel, tribulations domestiques, reportages et entretiens avec des chercheurs et des activistes, ce nouveau podcast veut alerter, éveiller et rassurer sur un autre monde possible. Enregistrements : mars 21 - Texte, voix, réalisation : Delphine Saltel - Musiques originales et mix : Arnaud Forest - Illustration : Mathilde Rives - Production : ARTE Radio
like podcast

25 mai 2021 - 00:07:12
Au procès Rambla, on n'en sait que très peu sur la victime. Trop souvent, lors des débats, la victime se trouve enfermée dans un statut qui à lui seul, ne peut la résumer. Pourquoi ? Le podcast des faits divers, des crimes et des procès. À partir d’une anecdote, d’un moment, d’un détail, la chroniqueuse judiciaire Elise Costa jure de raconter « sans haine et sans crainte » l’inhumain en chacun et l’humain en nous tous. En partenariat avec Slate. Enregistrement : 19 avril 2021 - Texte et voix : Élise Costa - Réalisation et musique originale : Arnaud Forest - Illustration : Billie Blake
like podcast

19 mai 2021 - 00:08:36
Cette semaine, Livo va dans une manif de soutien au peuple palestinien. Mais il n'y trouve pas la haine antisémite annoncée par Darmanin, Valls et certains médias. Par contre il revit ses années lycée auprès de jeunes manifestantes qui aimeraient résoudre le conflit israélo-palestinien. En même temps, et au même endroit, il y a un happening des "masques blancs", ces anti-masques qui militent pour la liberté de mourir du Covid. Accablé par cette actualité morbide, notre reporter décide de faire une pause de deux semaines en terrasse. "Dépêche", le podcast en terrasse, est à retrouver chaque mercredi sur ARTE Radio. Abonnez-vous sur notre site, Apple Podcasts, Spotify, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 8, 15, 17, 18 mai 21 - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Mixage : Charlie Marcelet - Production : ARTE Radio
like podcast

13 mai 2021 - 00:33:35
Norman Lasker, mieux connu sous le nom de Norman Paraisy, est né le 7 janvier 1986 à Paris. Fils d’une professeure de latin-grec d’origine polonaise et d’un ouvrier d’origine haïtienne, il grandit élevé par sa mère dans le quartier de Strasbourg-Saint-Denis à Paris. À 16 ans Norman découvre le MMA (art martial mixte ou free fight) et tombe amoureux de ce sport sulfureux, alors interdit en France, qu’il va pratiquer aux quatre coins du monde pendant 17 ans. Le résultat ? 22 combats, 15 victoires, un joli palmarès et un statut de pionnier d’une discipline longtemps méconnue. Parfaitement lucide sur ce sport, son image parfois choquante et sur la rudesse des préparations qu’il réclame, Norman revient sans fard sur son parcours. Donc sur la peur, les douleurs et les sacrifices qui mènent à la cage où a lieu ce défi de puissance entre deux hommes, qui rappelle sur bien des points l’époque des gladiateurs. Loin du cliché du bad boy, parlant 4 langues, amoureux des livres et des voyages, Norman a connu les beaux hôtels, les grandes victoires, un milieu parfois inquiétant, l’argent, les blessures et les lendemains de défaites. À 34 ans, il tourne la page sur sa vie de boxeur et change de nom pour porter celui de sa mère. Aujourd’hui, il a pour la première fois de sa vie un statut. Norman est acteur et retrouve sur les plateaux l'adrénaline qu'il aime tant, loin de la cage et des coups. Il a pu participer à la saison 8 de la célèbre série "Engrenages" et sera à l’affiche de La Fracture, nouveau film de la réalisatrice Catherine Corsini. MMA : 22 combats, 15 victoires, 4 défaites, 2 nuls, 1 no-contest. Palmarès : Champion - 84 kg du Strength & Honor Championship (SHC) - Champion - 84 kg du Fighting Marcou Challenge (FMC) - Champion - 84 kg du Pancrace Fighting Championship (PFC) - Contender pour la ceinture des - 84 kg du Cage Warriors Fighting Championship (CWFC) Enregistrements : 2020 - Entretien et montage : Antoine Molkhou, Julien Veniel - Réalisation, musique originale et mix : Charlie Marcelet - Jingle : Sable émouvant par Vadim Svoboda - Production : ARTE Radio
like podcast

18 mai 2021 - 01:17:05
Parce que personne n'est à l'abri d'être privé de liberté, et que le système punitif et sécuritaire tend à se diffuser au sein de la société, Un podcast à soi revient avec une grande série consacré à la violence, à la colère, à l'articulation entre le genre et la prison. Qu’elles soient prisonnières, proches de prisonniers ou victimes de violences, qu’est-ce que la prison fait aux femmes ? Dans ce premier épisode, des femmes autrices de violences racontent leurs parcours, avant l'entrée en prison. Eve a poignardé plusieurs conjoints violents. Zineb, jeune délinquante, est devenue proche des réseaux djihadistes. Ce premier volet nous invite à interroger la violence au prisme du genre. Si elle est avant tout une puissance d'agir pour les hommes, pour les femmes, l'usage de la violence est quasiment toujours précédée de violences masculines et/ou économiques, sociales, institutionnelles. Sans déresponsabiliser et par là même, déposséder les femmes de leurs actes, cet épisode, permet d'envisager la construction genrée d’un imaginaire violent dépourvu de femmes. Avec : - Eve et Zineb - Coline Cardi, Maîtresse de conférences (Université Paris 8 - Cresppa/CSU), sociologue, spécialiste de la déviance et du genre. - Corinne Rostaing, sociologue, spécialiste du monde carcéral (Université Lyon 2) - Natacha Chetcuti-Osorovitz, sociologue - Géraldine Casutt ,doctorante, préparant une thèse sur les femmes djihadistes et leurs rapport à la violence Textes : - « Toute rage dehors » Anonyme, infokiosque - « Féroces », Cécilia Colombo - « Deux ou trois choses dont je suis sûre » Dorothy Allison - « Je ne chasse pas sur mon territoire » Astrid Chaffringeon Remerciements : Comme toujours, mais en particulier ici, ce documentaire a été réalisé en étroite collaboration avec des chercheuses féministes. Je tiens à remercier tout particulièrement cette fois-ci Coline Cardi et Natacha Chetcuti-Osorovitz pour leur confiance, nos échanges et leurs travaux inspirants qui nourrissent ma réflexion. Merci à Pauline de Smet, de l'Observatoire International des prisons À Krista, Elsa, Gaelle et Sylvia du journal l'Envolée À Mathilde et Julie du Genepi À mes parents qui m’ont accompagnée jusqu’à Bayonne afin que je puisse enregistrer les voix des femmes, tout en restant auprès de mon bébé nouveau né dont je ne souhaitais pas être séparée trop longtemps. Ressources : - Femmes en prison et violences de genre, résistances à perpétuité, Natacha Chetcuti-Osorovtiz, La Dispute - Une institution dégradante, la prison, Corinne Rostaing, Gallimard - Penser la violence des femmes, Coline Cardi, Geneviève Pruvost, La Découverte - Femmes détenues, les oubliées, Observatoire international des prisons Enregistrements : mars 2021 - Prise de son,montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Laure Giappiconi - Sélection des textes et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio
like podcast

12 mai 2021 - 00:08:34
Cette semaine, Livo sauve la planète ! Il marche pour le climat, il enregistre la pluie, il rencontre un plasticien qui élève des mini-glaciers sous cloche, il mange un moustique, il se convertit au bouddhisme... Et à la fin il chante des chansons pour oublier qu'on va mourir. Merci Livo. "Dépêche", le podcast sous la pluie, est à retrouver chaque mercredi sur ARTE Radio. Abonnez-vous sur notre site, Apple Podcasts, Spotify, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : août 17, 9, 10, 11 mai 21 - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Mix : Charlie Marcelet - Production : ARTE Radio
like podcast

11 mai 2021 - 00:12:41
Quand il était enfant, Jean-Baptiste Rambla fut le témoin de l’enlèvement de sa soeur. Quand il est devenu un homme, il a été jugé par deux fois pour meurtre. Le podcast des faits divers, des crimes et des procès. À partir d’une anecdote, d’un moment, d’un détail, la chroniqueuse judiciaire Elise Costa jure de raconter «sans haine et sans crainte» l’inhumain en chacun et l’humain en nous tous. En partenariat avec Slate. Enregistrement : 19 avril 2021 - Texte et voix : Élise Costa - Réalisation et musique originale : Arnaud Forest - Illustration : Billie Blake
like podcast

5 mai 2021 - 01:05:45
Didier Lestrade, écrivain, journaliste et cofondateur d’Act Up-Paris a signé une des pages les plus importantes du militantisme français en tant que figure majeure du mouvement LGBT. Né en Algérie en 1958, il grandit dans la campagne de la vallée du Lot avant de rejoindre Paris à 19 ans, sans le baccalauréat, à la conquête d’un nouveau monde. Un monde où l’on se sent moins seul pour partager et vivre ses désirs et ses amours. Il cultive un goût prononcé pour l’univers et l’esthétique gay qu’il concrétise en lançant à 22 ans la revue « Magazine » qui lui ouvre la voie vers le métier de journaliste, collaborant avec la presse homosexuelle de l’époque ainsi qu’au quotidien Libération où il chronique la Dance Music(1). Une culture musicale issue de la communauté gay outre-atlantique et qui fait des ravages dans les boites gay parisiennes qu’il fréquente assidument. L’époque de la libération (sexuelle) sera de courte durée. L’épidémie du Sida commence à frapper et il n’est pas épargné : en 1986, alors âgé de 28 ans Didier Lestrade apprend qu’il est séropositif. Dans un geste qu’il explique comme « le besoin de donner quelque chose en retour à sa communauté » , il co-fonde en 1989 , avec ses amis Pascal Loubet et Luc Coulavin , Act Up-Paris, association militante de lutte contre le Sida issue de la communauté homosexuelle suivant le modèle américain né deux ans plus tôt. Pour lutter contre l’indifférence générale, un âpre combat est alors livré par l’association contre l’Etat mais aussi contre l’industrie pharmaceutique pour la prise en charge des malades. Ce combat est une épopée majeure dans l’histoire de la désobéissance civile, c’est aussi une avancée décisive pour l’accompagnement des malades dont chacun profite aujourd'hui. La guerre est menée tambour battant, actions coups de poing d’un côté, recherches médicales de l’autre, comme en témoigne le magnifique film de Robin Campillo «120 battements par minute » sorti en 2017, et dont Didier Lestrade a inspiré un des personnages principaux. Rescapé, survivant de la maladie, Didier Lestrade est aujourd’hui installé à la campagne , où il vit de peu et prône la décroissance(2). Auteur de plusieurs livres dont « Act Up, une histoire » (Denoel, 2000) qui relate les premières années de l’association, Didier Lestrade est un conteur fabuleux à la mémoire précise et au verbe sincère. Toujours fidèle à la communauté qui l’a construit, il raconte avec générosité sa vie de justes combats et de passions durables. (1) Chroniques cultes sur la House Music dont une sélection a été publiée sous le titre "Chroniques du dance floor. Libération 1988-1999", Ed. Singulier, 2010. (2) "Cheikh. Journal de campagne", Flammarion, 2007. Pourquoi ces morceaux ont compté pour Didier Lestrade : - BRONSKI BEAT : « Need A man Blues » : "Tout le premier album de Bronski Beat (1984) est unique dans le sens où le groupe était ouvertement gay quand beaucoup d’artistes pop cachaient encore leur sexualité". - ARETHA FRANKLIN : « Say A Little Prayer » : "Première chanteuse noire découverte dans la collection de disques de mon père". - WINGS: « Wild Life » : "Un des premiers morceaux à aborder la condition animale et l’écologie". - MARSHALL JEFFERSON @ TRUTH : « Open your Eyes » : "Premier disque de deep house (1988) avec un fort message spirituel et politique". La playlist "dance music" des sons rythmant l'épisode est disponible sur Deezer et Spotify. Enregistrements : 2020 - Voix, entretien, montage : Aude Lavigne - Réalisation & mix : Charlie Marcelet - Illustrations : Hermione Volt - Production : ARTE Radio et la Fab.
like podcast

40 / 1156 épisodes
1 2 3 4 57 58
Scroll to top