ARTE Radio - Nouveautés

433 abonnés
S'abonner
Pionnière du podcast, http://arteradio.com produit des créations originales sans formatage ni publicité : émissions régulières, reportages, documentaires, fictions, séries... Les auteur.e.s sont débutants ou professionnels et leur travail est rémunéré. Leurs podcasts sont produits par ARTE Radio à partir d'un projet écrit, et réalisés par les auteur.e.s que nous formons à la prise de son et au montage, sous la supervision du rédacteur en chef et des 2 réalisateurs salariés. Toutes nos créations (plus de 2000) produites depuis 2002 sont disponibles sous contrat Creative Commons sur notre site http://arteradio.com. Projet animé par une joyeuse petite équipe - 5 salariés sur 3,5 postes - ARTE Radio fait partie du service Web d'ARTE France, la branche française de la télévision publique culturelle européenne ARTE à Paris, France. Nos productions ont gagné de nombreux prix internationaux (Italia, Europa, Ondas...) en tant que "meilleur documentaire" ou "meilleure fiction radio". Nous avons coproduit avec BBC, NHK, YLE, Deutschland Radio Kultur, le Centre Pompidou... Nous avons initié des productions vidéo comme "New York Minute", ouvert une plateforme gratuite pour vos audioblogs, et nous animons de nombreuses séances d'écoute dans le monde entier, ainsi que des ateliers pour les scolaires et les adultes.

1021 épisodes

23 juillet 2020 - 00:10:44
Cyril, Julien et Grégory sont inconnus du grand public, mais ils vous ont sûrement déjà fait danser sous d’autres noms. DJ Deep, D’Julz et DJ Gregory sont parmi les pionniers de la musique électro en France. Ils sont abonnés aux platines des clubs les plus côtés du monde entier, de Berlin à Ibiza en passant par Moscou ou Miami. DJ’s professionnels depuis 25 ans, ils parcourent le monde avec une mission : faire danser sur de la house ou de la techno, mais aussi faire découvrir ces musiques et cette culture. Pour eux, passer des disques est une forme d’art. Derrière les clichés du DJ de mariage ou du DJ star, il y a un vrai métier, une exigence, une passion. Décalages horaires, vies de familles sacrifiées, solitudes, doutes et excès... Ce podcast raconte tout, mais il est surtout l’occasion de découvrir la flamme et les valeurs qui animent le disc-jockey. Technopolis est une immersion dans l’ordinaire de la vie extraordinaire de ces garçons, une entrée VIP dans le monde underground et méconnu d’artistes qui font danser la planète depuis leur cabine. Un podcast d’Antoine Molkhou et Julien Veniel Réalisé par Arnaud Forest - Produit par ARTE Radio (9 x 13 min environ)
like podcast

30 juillet 2020 - 00:14:52
Vinyles, fiestas et gueules de bois : 3 grands DJs racontent leur drôle de métier. Une vision inédite et articulée d’un mode de vie exigeant au service d’une cause sacrée : faire danser les corps et ouvrir les oreilles. Cyril, Julien et Grégory sont inconnus du grand public, mais ils vous ont sûrement déjà fait danser sous d’autres noms. DJ Deep, D’Julz et DJ Gregory sont parmi les pionniers de la musique électro en France. Ils sont abonnés aux platines des clubs les plus côtés du monde entier, de Berlin à Ibiza en passant par Moscou ou Miami. DJs professionnels depuis 25 ans, ils parcourent le monde avec une mission : faire danser sur de la house ou de la techno, mais aussi faire découvrir ces musiques et cette culture. Pour eux, passer des disques est une forme d’art. Derrière les clichés du DJ de mariage ou du DJ star, il y a un vrai métier, une exigence, une passion. Décalages horaires, vies de familles sacrifiées, solitudes, doutes et excès... Ce podcast raconte tout, mais il est surtout l’occasion de découvrir la flamme et les valeurs qui animent le disc-jockey. Technopolis est une immersion dans l’ordinaire de la vie extraordinaire de ces garçons, une entrée VIP dans le monde underground et méconnu d’artistes qui font danser la planète depuis leur cabine. 5. Riches et célèbres Gérer son succès et rester dans le coup. Les intervenants : - DJ Deep : de son vrai nom Cyril Étienne des Rosaies, DJ Deep est considéré comme l’un des pionniers de la musique électronique en France. Producteur, DJ résident du Rex Club à Paris, il est également à la tête du label Deeply Rooted. - DJ Gregory : de son vrai nom Gregory Darsa et aussi connu sous l’alias de Point G, Gregory est une figure emblématique de la french touch dès la fin des années 1990. Il dirige le label Faya Combo. - D’Julz : DJ et producteur, D’Julz tourne à travers le monde depuis 30 ans. A la tête du label Bass Culture, il est aussi DJ résident du célèbre Rex Club depuis deux décennies. Les auteurs / le réalisateur : - Antoine Molkhou : DJ, programmateur du Rex Club mais aussi auteur pour la télévision et animateur sur Rinse France, Antoine est à la tête du label house Popcorn Records. - Julien Veniel : DJ et producteur, Julien alias D’Julz tourne à travers le monde depuis 30 ans. A la tête du label Bass Culture, il est aussi DJ résident du célèbre Rex Club depuis 2 décennies. ​- Arnaud Forest : DJ à ses heures tardives et membre du trio électro « Bécane », Arnaud est l’un des deux réalisateurs permanents d’ARTE Radio. Enregistrements : février 20 - Entretiens et montage : Antoine Molkhou et Julien Veniel - Réalisation & mix : Arnaud Forest - Illustrations : Capucine Mattiussi - Production : ARTE Radio
like podcast

30 juillet 2020 - 00:10:31
Vinyles, fiestas et gueules de bois : 3 grands DJs racontent leur drôle de métier. Une vision inédite et articulée d’un mode de vie exigeant au service d’une cause sacrée : faire danser les corps et ouvrir les oreilles. Cyril, Julien et Grégory sont inconnus du grand public, mais ils vous ont sûrement déjà fait danser sous d’autres noms. DJ Deep, D’Julz et DJ Gregory sont parmi les pionniers de la musique électro en France. Ils sont abonnés aux platines des clubs les plus côtés du monde entier, de Berlin à Ibiza en passant par Moscou ou Miami. DJs professionnels depuis 25 ans, ils parcourent le monde avec une mission : faire danser sur de la house ou de la techno, mais aussi faire découvrir ces musiques et cette culture. Pour eux, passer des disques est une forme d’art. Derrière les clichés du DJ de mariage ou du DJ star, il y a un vrai métier, une exigence, une passion. Décalages horaires, vies de familles sacrifiées, solitudes, doutes et excès... Ce podcast raconte tout, mais il est surtout l’occasion de découvrir la flamme et les valeurs qui animent le disc-jockey. Technopolis est une immersion dans l’ordinaire de la vie extraordinaire de ces garçons, une entrée VIP dans le monde underground et méconnu d’artistes qui font danser la planète depuis leur cabine. 6. Demande à mon agent Le rôle et pouvoir de l'agent sur la carrière du DJ. Les intervenants : - DJ Deep : de son vrai nom Cyril Étienne des Rosaies, DJ Deep est considéré comme l’un des pionniers de la musique électronique en France. Producteur, DJ résident du Rex Club à Paris, il est également à la tête du label Deeply Rooted. - DJ Gregory : de son vrai nom Gregory Darsa et aussi connu sous l’alias de Point G, Gregory est une figure emblématique de la french touch dès la fin des années 1990. Il dirige le label Faya Combo. - D’Julz : DJ et producteur, D’Julz tourne à travers le monde depuis 30 ans. A la tête du label Bass Culture, il est aussi DJ résident du célèbre Rex Club depuis deux décennies. Les auteurs / le réalisateur : - Antoine Molkhou : DJ, programmateur du Rex Club mais aussi auteur pour la télévision et animateur sur Rinse France, Antoine est à la tête du label house Popcorn Records. - Julien Veniel : DJ et producteur, Julien alias D’Julz tourne à travers le monde depuis 30 ans. A la tête du label Bass Culture, il est aussi DJ résident du célèbre Rex Club depuis 2 décennies. ​- Arnaud Forest : DJ à ses heures tardives et membre du trio électro « Bécane », Arnaud est l’un des deux réalisateurs permanents d’ARTE Radio. Enregistrements : février 20 - Entretiens et montage : Antoine Molkhou et Julien Veniel - Réalisation & mix : Arnaud Forest - Illustrations : Capucine Mattiussi - Production : ARTE Radio
like podcast

2 juillet 2020 - 00:54:04
« Un sauvage peut-il être sophistiqué ? » interroge Christophe Chassol à propos de la musique d’Eugene Mona. « En tant que Martiniquais, je suis fier de Mona de la même façon dont je suis fier de Glissant et Fanon. » Chantre de la Créolité, ami d’Aimé Césaire, Mona est l’un des plus fascinants artistes antillais du siècle dernier. Tambours bêlés et flûtes en bambou suffisent à transcender sa « musique racine ». Sa voix puissante chante le quotidien miséreux des paysans de son île, les traditions festives du carnaval, ou l’histoire de l’ancienne capitale martiniquaise intégralement rasée par la lave du volcan. Celui que l’on surnommait « Le nègre debout » se sera dressé toute sa vie contre le colonialisme et l’injustice sociale, jusqu’à sa disparition tragique en 1991, à l’âge de 48 ans. David Commeillas a parcouru la Martinique de long en large pour recueillir anecdotes et témoignages inédits à propos de Mona. Entre deux chants de colibris, on écoute les récits de ses retraites spirituelles dans les montagnes, de ses engagements politiques avec Césaire, et de ses séances d’enregistrements ésotériques jusqu’à l’aube. Enregistrement : août 2019 - Mixage : Samuel Hirsch - Illustration : Laura Ollivier - Production : ARTE Radio
like podcast

25 juin 2020 - 00:37:27
Bookmakers #3 - L’écrivaine du mois : Delphine de Vigan Elle a vendu plus d’un million d’exemplaires de « Rien ne s’oppose à la nuit », son « No et moi » est déjà un classique, Delphine de Vigan est la troisième invitée du podcast Bookmakers sur les écrivain.e.s au travail. Comment s’autoriser soi-même à écrire puis à rendre public des secrets familiaux ? Où se situe la frontière entre la vérité et la fiction ? Loin d’une banale causerie-promo en plateau, une émission fouillée, alerte et précise sur les livres et le métier d’écrire. En partenariat avec Babelio : www.babelio.com (2/3) Rien qu’une humble vérité « Si j’ai écrit ce livre, c’est aussi parce que durant toute mon enfance, j’ai entendu des gens dirent : il faudra écrire sur cette famille. » En 2010, Delphine de Vigan s’engage toute entière dans l’écriture – qui ne dura que neuf mois – d’un roman prenant pour cadre et personnages sa tribu « joyeuse et dévastée ». Le temps d’offrir, plus précisément, un « cercueil de papier » à sa mère bipolaire, qu’elle rebaptise Lucile. « Rien ne s’oppose à la nuit » s’ouvre sur la découverte du corps de celle-ci, quelques jours après son suicide, par Delphine elle-même. La romancière interroge longuement ses oncles et ses tantes, enclenche le processus mais très vite, « l’élan » se brise. Quelle énergie faut-il pour faire naître un roman de deuil ? Comment s’autoriser soi-même à écrire puis à rendre public des secrets familiaux ? Comment « rapiécer les trous » de la mémoire ? Où se situe la frontière entre la vérité et la fiction ? Est-ce un soulagement d’écrire tout ça, vraiment ? Les réponses se trouvent dans cette deuxième partie de Bookmakers, pour laquelle Delphine de Vigan a, pour la première fois, relu à voix haute certains passages parmi les plus durs de son livre. Enregistrements : juin 2020 - Entretien, découpage : Richard Gaitet - Montage : Sara Monimart - Lectures : Ariane Brousse, Richard Gaitet - Réalisation, prise de son, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio
like podcast

25 juin 2020 - 00:26:59
Bookmakers #3 - L’écrivaine du mois : Delphine de Vigan Elle a vendu plus d’un million d’exemplaires de « Rien ne s’oppose à la nuit », son « No et moi » est déjà un classique, Delphine de Vigan est la troisième invitée du podcast Bookmakers sur les écrivain.e.s au travail. Comment s’autoriser soi-même à écrire puis à rendre public des secrets familiaux ? Où se situe la frontière entre la vérité et la fiction ? Loin d’une banale causerie-promo en plateau, une émission fouillée, alerte et précise sur les livres et le métier d’écrire. En partenariat avec Babelio : www.babelio.com/ (1/3) Osez, osez Delphine ​Ses romans sont longtemps nés la nuit, quand les enfants sont couchés, quand plus rien ne s’y oppose : « Les jolis garçons » puis « Un soir de décembre », sortis en 2005, narrent tous deux les désordres amoureux de cadres urbains bon chic bon genre. Le succès surgit par surprise deux ans plus tard via « No et moi », belle histoire d’amitié entre une ado surdouée et une clocharde de dix-huit ans, qui reçoit le prix des libraires avant de connaître une trentaine de traductions et une adaptation à l’écran par Zabou Breitman, l’emportant à long terme sur les cimes du million d’exemplaires vendus puisque nos enfants l’étudient désormais à l’école. Son sens de l’observation sociale s’épaissit dans « Les Heures souterraines » (2009), roman tendu du burn out, du harcèlement moral et des solitudes qui se croisent sans jamais se rencontrer, lui valant sa première nomination pour le Goncourt. Mais d’où vient cette grande blonde à bottines, littérairement parlant ? Quelle fut la place de ce journal intime tenu pendant dix-sept ans et qui sommeille encore dans une cave ? Est-il vrai que cette conversation contient un bref extrait de son premier-premier roman, humoristique et jamais publié ? Ce sont quelques-uns des attraits de cette conversation avec Delphine de Vigan, héritière d’Annie Ernaux et de James Salter, entre introspection ciselée et drames existentiels, qui ouvrit un jour l’un de ses livres avec ce fragment de Roland Barthes : « Savoir que l’écriture ne compense rien, ne sublime rien, qu'elle est précisément là où tu n'es pas – c'est le commencement de l'écriture. » « Rien ne s’oppose à la nuit » (éditions JC Lattès, 2011) C’est avec ce roman-portrait sur « l’origine de la souffrance » de sa mère bipolaire, écrit dans « l’état de choc » imposé par le suicide de celle-ci, que Delphine de Vigan s’impose en librairies ; en lice pour le Goncourt, l’ouvrage remporte le prix du roman Fnac, celui des lectrices du magazine Elle et lui ouvre la voie d’une littérature à la fois populaire et exigeante, touchant au cœur à nouveau un million de personnes par sa vulnérabilité à ciel ouvert et l’extrême délicatesse de cette enquête familiale qui intègre les « errances narratives » de l’autrice, au plus près des émotions, avec pudeur et précision. Le triomphe du livre suivant, vraie-fausse autofiction « pour se jouer du lecteur » parue sous le titre ironique « D’après une histoire vraie » (750 000 exemplaires vendus, prix Renaudot et Goncourt des lycéens 2015, adapté au cinéma par Roman Polanski) à propos d’une romancière à succès vampirisée par une admiratrice, consolide pour de bon l’aura de ses récits tourmentés. Enregistrements : juin 2020 - Entretien, découpage : Richard Gaitet - Montage : Sara Monimart - Lectures : Ariane Brousse, Richard Gaitet - Réalisation, prise de son, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio
like podcast

25 juin 2020 - 00:36:26
Bookmakers #3 - L’écrivaine du mois : Delphine de Vigan Elle a vendu plus d’un million d’exemplaires de « Rien ne s’oppose à la nuit », son « No et moi » est déjà un classique, Delphine de Vigan est la troisième invitée du podcast Bookmakers sur les écrivain.e.s au travail. Comment s’autoriser soi-même à écrire puis à rendre public des secrets familiaux ? Où se situe la frontière entre la vérité et la fiction ? Loin d’une banale causerie-promo en plateau, une émission fouillée, alerte et précise sur les livres et le métier d’écrire. En partenariat avec Babelio : www.babelio.com (3/3) Mes heures souterraines « Le succès, confie Delphine de Vigan à propos du million d’exemplaires vendus de "Rien ne s’oppose à la nuit", je l’ai vécu comme une peur. C’est vertigineux. Comme un tourbillon malgré tout joyeux. Je le souhaite à n’importe quel auteur. En même temps, il y a quelque chose de dangereux. Si j’avais connu un succès pareil plus tôt, je n’aurais probablement pas pu réécrire derrière. » En pleine élaboration de son prochain roman (policier), celle qui se décrit comme « une hypersensible en voie d’apaisement, une hyperactive en voie de ralentissement, une hyper-susceptible en quête d’auto-dérision » revient ici, dans cette troisième et dernière partie, sur sa vie d’autrice avant et après les triomphes éditoriaux, sur son style « fluide » porté par « une grande économie de moyens », sur l’imprévisible aide à l’écriture de son lave-linge et de son lave-vaisselle, voire sur une étrange affaire… de radio fantôme. Le tout, naturellement, d’après une histoire vraie. Enregistrements : juin 2020 - Entretien, découpage : Richard Gaitet - Montage : Sara Monimart - Lectures : Ariane Brousse, Richard Gaitet - Réalisation, prise de son, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio
like podcast

1 juillet 2020 - 00:07:53
Pour sa dernière Dépêche de la saison, Livo rembobine le début d'année autour des mots et des maux de 2020. De Covid à Amour en passant par Panique et Communisme, d'une étudiante précaire à Flore, l'infirmière de la Croix-Rousse, revivez 6 mois d'actu en 7 minutes... Dépeche revient chaque mercredi à la rentrée. D'ici là, Livo attend vos cartes postales à ARTE Radio - 8 rue Marceau - 92785 Issy-les-Moulineaux. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 26, 29, 30 juin 20 - Mix : Charlie Marcelet - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

24 juin 2020 - 00:07:27
A quelques jours du second tour des élections municipales, Livo tente de couvrir la campagne à Paris, Lyon et Marseille (et Istres). A Paris, il enregistre les équipes d'Hidalgo et de Buzyn qui tractent à Stalingrad. A Marseille, il manque d'obtenir une procuration, et à Lyon, il rencontre les francs-tireurs du patronat qui veulent résister au péril vert. Pour Jean-Louis Maier, figure des décideurs de Lyon, le candidat écologiste est comparable à Hitler... Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 19, 20, 22, 23 juin 20 - Mix : Charlie Marcelet - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

18 juin 2020 - 00:34:30
Immersion sonore à l’île de Pâques, aujourd’hui officiellement « Rapa Nui », du nom du peuple originaire de Polynésie qui s’y est installé. C’est l’une des îles habitées les plus isolées au monde, perdue à des milliers de kilomètres entre Tahiti et les côtes chiliennes. Terre volcanique, battue par les vents et les vagues de l’océan Pacifique, elle abrite de nombreux mythes et est peuplée de géants de pierre : les moaï. Quelques pas sur cette terre magnétique et mystérieuse, entre sacré et intime, pour en capter la pulsation. Remerciements : Céline Ripoll, Séverine Fontaine, Tina, Mario, Cléo, Flavien, la petite fille et les Studios de Virecourt pour la résidence d’écriture Sophie Berger est réalisatrice et ingénieure du son pour la radio, le spectacle vivant et les expositions. Avec ses micros, elle a notamment parcouru la France à pied, s’est embarquée trois mois à bord d’un cargo sur les océans du globe ou encore à destination des terres australes pour en rapporter des pièces sonores immersives pour son site web (www.sophieberger.com/) Enregistrements : juin 19 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Réalisation, photo : Sophie Berger - Production : ARTE Radio
like podcast

17 juin 2020 - 00:07:22
Face à des dizaines de milliers de jeunes qui manifestent contre le racisme et les violences policières, le Président a choisi de rassurer en priorité les amateurs de vieilles statues (pigeons, sculpteurs, etc). Du coup cette semaine Livo rejoint la demande d'unité patriotique réclamée par Emmanuel Macron et tente de réconcilier la grande famille de France : du père de Gaulle au cousin Colbert, en passant par les enfants métis de la République et du lycée Beyoncé. A son micro la rue parle du Code noir de Colbert, de la Françafrique du Général et de la Marseillaise des policiers... Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer.
like podcast

10 juin 2020 - 00:07:18
Cette semaine, après avoir vérifié l'existence de Christian Jacob, Livo va dans les manifs pour George Floyd et contre les violences policières. Il y rencontre de très jeunes manifestantes, un nostalgique de l'URSS et une réfugiée d'Afrique de l'Ouest. Après avoir écouté Christophe Castaner, il appelle un responsable du syndicat policier Alliance qui déplore de ne plus pouvoir étrangler les gens. Pendant ce temps, les stocks de masques s'entassent, au grand désespoir des entreprises textiles de la région. Peut-on les reconvertir en slips, ou pour se protéger des lacrymos ? Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 13, 15, 16 juin - Mix : Antoine Larcher - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

10 juin 2020 - 01:21:28
La crise du Covid a mis au-devant de la scène de nombreuses femmes, autrefois invisibles, qui exercent en grande majorité ces métiers dits « du care », essentiels à la marche de notre monde. Elles sont aides-soignantes travaillant en Ehpad, infirmières, aides à domicile, institutrices, caissières, nounous, agentes d'entretien... Leur travail est habituellement peu considéré, peu rémunéré, voire dévalorisé. Au-delà de la célébration ponctuelle, cet épisode cherche à leur rendre hommage, pour ne pas oublier leurs histoires et leurs voix aussi vite qu'elles ont été mises en lumière. Il interroge aussi plus largement la notion de soin : qui prend soin de qui ? Est-ce que le care n'est pas aussi une question de classe ? Comment ont été soigné.e.s les habitantes et habitants des quartiers populaires ? Et au-delà encore, comment prend-on soin ? Qu'en est-il du soin que l'on porte aux morts ? Mais aussi au monde vivant, et aux animaux ? Et pourquoi tout cela nous amène à parler de vulnérabilité, de pouvoir et d'utopies concrètes ? Un épisode choral, où vous pourrez retrouver des voix déjà entendues dans les épisodes précédents. Il clôture notre troisième saison, et lance des pistes de réflexions pour le retour d'Un podcast à soi en 2021, après le congé maternité de Charlotte Bienaimé. Avec : - Nadège, aide-soignante dans un Ehpad de l'Est de la France. - Pascale Molinier, psychologue, autrice de nombreux ouvrages sur l'éthique et le travail du care - Vinciane Despret, philosophe - Hanane, féministe, lesbienne, militante des quartiers populaires, membre du collectif Femmes en lutte 93 - Myriam Bahaffou, chercheuse, militante écoféministe - Emilie Hache, philosophe - Cy Lecerf Maulpoix, journaliste et militant queer, spécialiste des questions écoqueer. Textes : - Monologue du virus, Lundi matin - Starhawk, « The fifth sacred thing »/ La cinquième chose sacrée (Traduction, Juliette Hamon) - Ursula K. Le Guin, A left-handed commencement address (Traduction, Juliette Hamon) - Donna Haraway, « Manifeste des espèces compagnes » - Françoise d'Eaubonne, « Les bergères de l'apocalypse » Musiques : - Chanson sans peur de Vivir Quintana accompagnée par El Palomar - La danse des bombes, sur un texte de Louise Michel par la chorale Les chianteuses - Captation : bisounours deter - Mixage : Jean Tevenin Remerciements : - Sandra Laugier - Mathilde Goanec - No anger - Juliette Rennes - Adel Tincelin : retrouvez son texte écrit pour l'épisode en cliquant sur "Télécharger le transcript" - Sarah Ben Liens : - Le travail du care, Pascale Molinier - Le soucis des autres. Ethiques et politiques du care, Sandra Laugier, Patricia Paperman - « Touche pas à nos vieux » Cinq concepts pour penser le vieillissement - Au bonheur des morts, Vinciane Despret - Réenchanter la mort, Alexa Hagerty - Le monstre politique, Blog d'Hanane - Portrait d'Hanane dans Komitid - Caféministe avec Myriam Bahaffou - Myriam Bahaffou sur France Inter - Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatique - Sensibilités climatiques, entre mouvances écoféministes et queer - Les sociétés matriarcales, Heide Goettner-Abendroth - Thread de ressources sur le monde féministe d'après Enregistrements : mai 2020 - Prise de son,montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures :Estelle Clément Béalem - Sélection des textes, traductions et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey
like podcast

4 juin 2020 - 00:30:00
Membre d'une unité de police d’escorte à Rouen, Alex découvre l'existence d'un groupe privé d’échanges audio sur WhatsApp, dont font partie une dizaine de ses co-équipiers. Certains sont encore stagiaires en école de police, d'autres, comme lui, sont policiers titulaires depuis plus de 20 ans. Intrigué par la présence de son prénom dans les messages, il découvre des propos orduriers ouvertement racistes, misogynes et antisémites. Certains de ses collègues vont jusqu’à se revendiquer du fascisme et du suprémacisme blanc. Sur les conseils de son avocate, M° Yaël Godefroy, Alex dépose plainte et déclenche une enquête interne qui est toujours en cours. Après son audition, la hiérarchie décide de muter Alex dans une autre unité. Ses collègues titulaires sont eux toujours en poste. Ilham Maad a réuni le policier et son avocate pour commenter des extraits de ces enregistrements. Une enquête sur cette affaire menée par Camille Polloni est à lire dans Mediapart : https://www.mediapart.fr/ Enregistrement : 13 février 20 - Mix : Charlie Marcelet - Illustration originale : Zaven Najjar - Entretien et montage : Ilham Maad - Production : ARTE Radio
like podcast

3 juin 2020 - 00:07:45
Cette semaine Livo observe les médias qui observent les États-Unis en feu, et remet un petit coup de "Sound of da Police". Il pose les questions de Léa Salamé (France Inter) aux clients des terrases déconfinées. Nostalgique du son de la ville d'avant, il rencontre un riverain de l'aéroport qui savoure encore l'absence de vols. Et il hésite entre le "coup de pouce vélo" et les "primes pour l'automobile" pour se rendre dans le nouveau monde d'après. Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 29 mai, 1 et 2 juin 20 - Mix : Charlie Marcelet - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

28 mai 2020 - 00:24:38
Ingé son pour le cinéma et artiste sonore, le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création et des installations. Du pic-vert d'Amazonie au reflux des vagues en Thaïlande, du chant d'un éleveur Malien aux cris des vendeurs de rue de Mexico, Félix passe en revue 20 ans d'expéditions sonores, expliquant au passage sa conception du Field Recording comme façon d'être au monde, à l'écoute, curieux de la nature et de ceux qui l'habitent. Enregistrement : 29 novembre 2019 - Mix : Arnaud Forest - Production : ARTE Radio
like podcast

27 mai 2020 - 00:08:34
Cette semaine la fille de Livo est retournée à l'école en mode "distanciation sociale". A la récré elle a parlé avec une copine de part et d'autre d'une barrière, elle a pas trop aimé. Pendant ce temps son papa se demande comment faire une revue de presse sans journaux. Suite à la la faillite de Presstalis, ex-NMPP, la presse papier n'est plus distribuée à Lyon. Livo appelle le directeur du Monde Louis Dreyfus et déclare son amour à un kiosquier. Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 22, 25 et 26 mai 20 - Mix : Charlie Marcelet - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

21 mai 2020 - 00:31:33
"Tu seras un homme papa" est une histoire vraie. C’est autour de la couveuse de Roman, né prématurément, que se tisse ce récit bouleversant d’une famille mise à l’épreuve 13 jours durant. Au micro, Gaël Leiblang nous plonge dans le journal de bord d’un père qui se bat pour trouver le chemin de la résilience. Écrite avec pudeur, réalisée par Sabine Zovighian et Samuel Hirsch, cette autofiction sonore est racontée en éclats fragmentés à travers l’allégorie du sport. Une manière pour l'auteur, ancien journaliste sportif, de nous arracher à la réalité désincarnée de l’hôpital. Le sport pour affronter ses peurs et mener cet inconcevable combat que représente la perte de l’enfant. On ne sort pas indemne de ce témoignage, mais plus vivant que jamais. Gaël Leiblang est producteur de documentaires chez Eléphant et auteur d’un seul-en-scène pour le théâtre, "Tu seras un homme papa", joué 116 fois du festival d’Avignon à Hong-Kong. Il a été journaliste sportif puis réalisateur pour la télévision. Enregistrements : décembre 19, janvier 20 - Réalisation : Sabine Zovighian et Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Texte et narration : Gaël Leiblang - Photo : Véronique Fel - Voix : Sabine Zovighian, Thibault Amorfini, Blandine Soguet, Philippe Pécoul, Alain Leiblang, Michèle Mallay, Lola Cavallo, Anne-Sophie Bailly, Marjolaine Humbert, Ariane Brousse, Christophe Truchi, Samuel Hirsch, Sasha, Ava et Gabrielle Leiblang Sacksick
like podcast

20 mai 2020 - 00:07:19
Cette semaine Livo découvre "le monde d'après" dans le centre ville de Lyon où se croisent en s'ignorant les consommateurs déconfits et les gilets jaunes vieillissants. Deux animalistes tentent de sensibiliser les clients qui se ruent chez Louis Vuitton, la police verbalise les manifestants, et la mairie distribue des masques vraiment trop moches. Pendant ce temps à l'hopital, il n 'y a plus de lit pour les patients "non covid" mais des médailles pour les infirmières... Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 6 avril, 4, 16, 17, 18, 19 mai 20 - Mix : Charlie Marcelet - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Production : ARTE Radio
like podcast

14 mai 2020 - 00:22:51
Mon copain Corentin est royaliste, militaire et d'extrème-droite. On n'a rien en commun sauf nos souvenirs de bringues. Il me raconte sa foi, ses opinions politiques, son engagement dans l'armée sur les traces d'un père dont la figure brutale le hante. De l'amour du Roi à celui des drogues, de la foi chrétienne à une virée dans un bordel de Djibouti, confessions d'un jeune homme pas si catholique. Enregistrements : février 20 - Entretien et réalisation : Aurèle Jacquot - Mise en ondes et mix : Samuel Hirsch - Production : ARTE Radio
like podcast

40 / 1021 épisodes
1 2 3 4 51 52
Scroll to top