Derrière le micro de… Elisabeth Feytit – Méta de Choc

Elisabeth Feytit

Vous êtes-vous déjà demandé comment fonctionnait votre cerveau ? Savez-vous vraiment comment s’articulent en vous la réflexion, le rêve, l’intelligence et l’intuition… ? Quelle est la part de la manipulation dans la construction de votre jugement ? Elisabeth est passionnée de métacognition, la réflexion sur la pensée. Une sorte de mise en abîme qui vous fera plonger dans les tréfonds de votre pensée. Et spoiler alert : vous allez être choqués !

A travers des témoignages et des analyses d’experts, son podcast « Méta de Choc » rend étonnement accessibles les méandres de notre pensée. Elle nous explique ici les déclics à l’origine de ce projet, les révélations qu’elle a eu, et son mode de vie nomade à rechercher sur la route les meilleures éclairages sur ce vaste sujet !

Ecoutons d’abord quelques mots d’Elisabeth…

Pourquoi as-tu commencé à faire ce podcast ?

Quelques mois avant de lancer Méta de Choc, en février 2019, je ne connaissais rien au monde du podcast. Un jour, Margaux Duquesne créatrice du podcast C’est la vie me propose de m’interviewer au sujet d’un de mes films documentaires en cours de production : le portrait de l’ancienne gourou de la spiritualité contemporaine, Jessica Schab, désormais engagée dans une démarche de prévention sur les dangers des croyances New Age.

Deux choses déterminantes se produisent pour moi ce jour-là.

Tout d’abord, je prends conscience que le podcast pourrait être un formidable outil de communication, pour moi qui cherche à proposer des contenus de réflexion sur la manière dont on pense et pourquoi on pense ce qu’on pense. Car oui, j’ai une passion bien étrange : la métacognition !

Depuis deux ans, je travaillais à la création d’un magazine en ligne en collaboration avec d’autres nerds du sujet (peu nombreux sur la planète), et je commençais à me rendre compte que ce serait une sacrée usine à gaz de maintenir un tel média en vie dans la durée.

J’ai tout de suite été enthousiaste à l’idée que je pourrais produire des émissions sur ce thème, de manière autonome (j’avais toutes les compétences techniques requises) et dans des temps de production beaucoup plus courts que la fabrication d’un film (5 ans en moyenne !).

La deuxième chose qui s’est produite ce jour-là, c’est qu’au fil de l’enregistrement, Margaux Duquesne m’a demandé pourquoi je m’intéressais autant aux dangers du New Age et comment j’en étais venue à vouloir en faire un film. C’est alors que j’ai fait mon coming-out d’ancienne croyante de la Loi de l’attraction, de la pensée positive, des Illuminati et de tout un tas de pratiques alternatives issues de ces croyances.

Lors de la diffusion de cette interview, je me suis rendu compte que personne en France n’avait témoigné publiquement au sujet des dangers de croyances que je connaissais bien, pour y avoir adhéré pendant 15 ans. Certains auditeurs tombaient des nues, d’autres étaient soulagés que des mots soient enfin posés sur ce qu’ils avaient eux aussi vécu.

J’ai compris que mon expérience et ma connaissance approfondie du sujet de la croyance au sens large pouvaient être une magnifique opportunité de faire de la prévention sur ces thématiques… Et d’éduquer à la métacognition ! 😉

Est-ce que tu t’es fixé un objectif cette année ?

Méta de Choc vient de fêter son premier anniversaire. Pour cette première année, je m’étais fixé d’arriver à un point d’équilibre financier qui me permettrait d’assurer la pérennité de ce projet.

Pour ce faire, j’ai beaucoup communiqué auprès de mes auditeurs sur le fait que cette entreprise indépendante (non soutenue par un studio) et pour laquelle je ne souhaite pas faire appel au financement par la publicité, repose sur le don. Un an après, 150 personnes soutiennent chaque mois la chaîne. C’est une énorme satisfaction pour moi de voir un tel engagement de la part de gens anonymes qui apprécient manifestement mon travail… Même si mon objectif initial n’est pas atteint et que je suis toujours en mode survie.

Pour cette deuxième année, je souhaite largement dépasser ce premier palier ! J’aimerais en tout premier lieu avoir les moyens de déléguer le mixage des émissions et une partie de leur mise en ligne.

Je me suis déjà adjointe les services d’un Community Manager pour la communication sur les réseaux sociaux. Cette collaboration me permet notamment de publier toutes les semaines des mèmes reprenant des citations marquantes de l’émission en cours.

Il est évident, qu’outre le fait de me décharger, faire appel à des professionnels apportera énormément de valeur à Méta de Choc, tant en terme de qualité technique que de créativité.

Ce nouvel objectif semble réaliste puisque l’audience de Méta de Choc connaît une croissance importante ces derniers temps et a dépassé les 80 000 écoutes par mois. J’ai d’ailleurs appris au Salon de la radio de janvier dernier qu’il faisait désormais partie des 10% des podcasts les plus écoutés en France !

Produire ce podcast demande de l’endurance et il faut clairement que je ménage ma monture ; que je me donne les moyens de maintenir la régularité hebdomadaire qui me semble importante pour le propos que je sers (l’éducation à la métacognition).

Je veux aussi continuer à faire tout ça dans le plaisir, sans courir après le temps.

Peux-tu partager avec nous un aspect de ton activité de podcasteuse qui te tient particulièrement à cœur ?

Chaque année, je veux organiser un Méta Tour, c’est-à-dire un moment où je sillonne les routes d’Europe au volant de ma camionnette aménagée, pour aller à la rencontre de mes invité•e•es, en France, en Belgique, en Suisse, et ailleurs.

Le premier a eu lieu en août et septembre derniers. Sur ma route, j’ai interviewé un neuroscientifique libanais, un magicien belge de 85 ans, un ancien voyant devenu sceptique, et tout un tas de personnes (italiennes, portugaises, allemandes, australiennes, etc.) qui se sont prêtées au jeu de La Minute Stupide : raconter à mon micro la chose la plus stupide qu’ils aient faite de toute leur vie.

J’adore cette liberté qui m’est offerte d’aller là où des témoignages rares peuvent être recueillis, bien loin d’une parole parisienne univoque. Le mélange des cultures m’intéresse bien sûr, mais aussi le fait de faire entendre des voix qui parleront à mes auditeurs, qu’ils vivent dans une grande ville ou un village isolé !

Quel est le plus grand défi à traiter de la métacognition ?

Le premier défi, ça a été d’utiliser le terme-même de métacognition !! Personne ne connaît ce truc, ahah. Donc, dans mon émission de lancement j’ai commencé par expliquer ce qu’est la métacognition et aussi, soit dit en passant, ce qu’est un podcast !

En réalité, derrière ce mot étrange se cache une chose très simple : le fait de réfléchir à nos pensées (la méta-cognition = la cognition de la cognition).

Dans Méta de Choc, on parle avec légèreté et profondeur de manipulation mentale, de neurosciences, de Reiki, de biais cognitifs, de différences hommes / femmes, de mentalisme, d’ostéopathie, de spiritualité, d’homosexualité, de violence conjugale, de pédagogie, de spiritisme, de pensée critique… Le champ est vaste.

L’idée de départ, c’est que la manière dont nous pensons est ce qui engendre nos décisions et nos actions, à un niveau individuel comme collectif. La qualité de nos pensées est donc primordiale et a d’énormes conséquences.

Nous avons tous le sentiment de prendre nos propres décisions ! Or ce n’est pas vraiment le cas. Nous ne nous rendons pas compte à quel point nos opinions sont en fait le fruit de notre éducation, de nos conditionnements religieux, culturels, idéologiques ou biologiques. Observer nos modes de pensée et les questionner, c’est à mon sens ce qui peut nous permettre d’entrevoir un commencement de début de libre arbitre.

Voilà mon plus grand défi : faire comprendre à tout un chacun que la pratique de la métacognition peut lui être utile et lui éviter de subir un formatage de l’esprit qui mène souvent à de la souffrance. Parce qu’avoir une pensée calquée sur une idéologie ou une communauté (consciemment ou pas) peut énormément nous éloigner de nous-même.

Je propose donc à mes auditeurs des outils pour enlever couche après couche ces idées que nous avons accumulées avec le temps et que nous croyons faussement nôtres. Pour cela, mes différentes émissions explorent deux axes :

  • La compréhension de la psyché humaine au sens large: par des entretiens avec des experts qui nous parlent de l’état des connaissances en sociologie, psychologie, neurosciences, philosophie, etc.
  • La pensée critique appliquée à soi: par le recueil de témoignage de personnes comme vous et moi qui ont changé de cadre de pensée au cours de leur vie (sortie de secte, astrologie, croyances ésotériques, etc.)

En fait, je m’adresse à toute personne curieuse de se comprendre et de comprendre ses congénères.

Qu’as-tu découvert que tu ne soupçonnais pas en lançant Méta de Choc ?

S’il y a bien une chose que je ne soupçonnais pas en lançant Méta de Choc, c’est qu’au bout d’un an mon podcast pourrait générer des revenus publicitaires à hauteur de 10 000€ par mois. Bon, il se trouve que je fais le choix de ne pas infliger à mes auditeurs le lavage de cerveau qu‘est la publicité ; ce serait particulièrement absurde, vu le sujet de mon podcast !

Mais je trouve absolument dingue de constater le montant que les annonceurs sont prêts à mettre pour un spot à l’entrée de mes émissions. Ça en dit long sur ce que ça leur rapporte.

Et malgré ça, tout le monde dira : “Oh, mais la pub ça ne me fait rien. Je n’écoute même pas“. La preuve que si.

As-tu un conseil à donner à quelqu’un qui voudrait se lancer ?

Bien préparer son lancement (angle de la chaîne, identité, business model, périodicité, choix de la première émission), et avoir des émissions d’avance.

Les débuts sont pleins de surprises et il est important d’avoir les idées claires dès le départ pour s’adapter à l’imprévu, tout en gardant une ligne cohérente vis-à-vis des auditeurs.

Après, on peut aussi faire du podcast en amateur et là rien n’empêche de faire les choses à l’inspiration, bien sûr !

La vie d’une podcasteuse en 3 hashtags ?

#détermination #plaisir #partage

Quels podcasts t’inspirent ?

J’ai commencé à écouter des podcasts avec Super Héros. C’est pour moi la référence en terme de recueil de témoignage : des personnages forts, une écoute active et respectueuse qui provoque la confidence, un montage plein de suspense qui nous fait cliquer pour écouter l’épisode suivant.

Ensuite, j’ai été très touchée par certains épisodes de Transfert. Encore une fois, je me suis laissée embarquée dans des histoires personnelles à la fois sincères et incroyables. Là, la personne qui interviewe s’efface totalement pour laisser tout l’espace à l’interviewé•e. Cette neutralité souhaitée fait que le rendu est inégal d’une émission à l’autre, mais j’y ai entendu des perles.

Passé Recomposé est un podcast récent qui, lui aussi, donne la parole à des anonymes mais en y mêlant, et je trouve ça très riche, une contextualisation historique. Dans chaque émission une personne raconte son histoire de famille au travers du destin de ses grands-parents. Ces récits sont souvent très internationaux et on y sent clairement la patte de la créatrice dans le choix des témoignages, mais aussi dans la rigueur du propos et la recherche de détails. Résultat : des transmissions à la fois touchantes et surprenantes.

Nous recommandes-tu des lectures ?

Je lis très peu parce que j’ai des difficultés à lire et que c’est loin d’être un plaisir pour moi.

Cependant, je conseille énormément de livres (que je n’ai pas lu donc ! 😉 ) dans les ressources de chaque émission, mises à disposition des auditeurs sur le site www.metadechoc.fr.

Tout ce qui est dit dans Méta de Choc est vérifié et sourcé, et mes invité•e•s conseillent souvent de la lecture en lien avec les thèmes abordés. Donc, pour ceux et celles qui aiment lire, allez y jeter un œil et je suis sûre que vous trouverez votre bonheur !

On vous en dit plus sur…

Méta de Choc

metadechoc podcast

Et si on se demandait pourquoi on pense ce qu’on pense ? La métacognition (penser à ce qu’on pense) c’est choquant, vous allez voir ! Dans chaque émission, Élisabeth Feytit reçoit un•e invité•e pour une plongée dans la psyché humaine : manipulation mentale, croyances, biais cognitifs, travail, astrologie, différences homme/femme, sexualité, développement personnel, OVNIs, mémoire, théories du complot, perceptions, ésotérisme, féminisme, pseudo-médecines, éducation, dérives sectaires, etc.

Au micro d’Elisabeth : des experts et des scientifiques partagent leur conclusions pour déconstruire méthodiquement nos idées reçues,  et des anonymes livrent sans filtres leurs parcours de vie avec un regard critique…

Et attention au choc ! Quand on commence à s’intéresser à nos pensées, à ce qui se passe dans notre tête, à la manière dont se forge notre jugement, à notre vulnérabilité face à la manipulation et à l’auto-manipulation, quand on réalise à quel point nos perceptions et nos intuitions nous trompent, on tombe des nues. Mais quand on prend conscience de nos mécanismes humains et quand on se donne la peine d’observer de manière critique ses propres processus mentaux, on fait un pas vers une possibilité de libre-arbitre.

écouter « Méta de Choc »

 

Anne-Claire
Fondatrice d'eeko-podcast Passionnée de podcasts, j'aime en découvrir de nouveaux et les faire découvrir à mon entourage !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Scroll to top